Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04 avril 2011

lipogramme

je vous mets en dessous mon texte lauréat du concours "Des plumes et des mains" :

Evelyne vient tous les jours rue des Oliviers. Elle ne peut dire pourquoi elle vient c’est tout. Tous les jours.

Elle pose son ventre contre le gros chêne, glisse ses doigts sur le tronc noueux, colle son visage sur l’écorce, respire l’odeur forte du Quercus et ferme les yeux. C’est drôle, tiens, un chêne qui se trouve rue des Oliviers !

Le moment reste en suspens. Plus rien ne bouge, ne file, ne vit.

D’un coup, elle n’est plus Evelyne, plus cette femme docile et joyeuse que les gens estiment, respectent mais ignorent donc.

Elle devient être du silence, elle s’oublie, se retire de ce monde, le vide l’enveloppe et elle se fond en l’écorce. Son épiderme devient rugueux, sec, son corps s’enfonce contre le chêne, elle ne sent plus les frémissements de son cœur, tout en elle se durcit.

Elle ne respire plus, elle siffle. Comme un vent régulier.

Lentement, une sève onctueuse coule en elle, ses veines se muent en phloème, ses os deviennent fibres ligneuses, ses membres sont tiges.

Elle ne veut plus réfléchir, ce rêve inouï l’emporte merveilleusement.

Comme tous les jours, Evelyne entend une même mélodieuse musique qui berce son esprit et endort ses peurs. Le chêne lui confie ses secrets et guide ses questions. Elle se remplit d’une force conductrice qui génère l’énergie essentielle pour son bien-être quotidien.

D’où vient cette communion entre cette femme et ce chêne ? Depuis deux mois, cette fusion est devenue un rituel et rien ne peut empêcher Evelyne de venir ici.

Ce jeudi, Evelyne est plume légère lorsqu’elle tourne le coin de rue. Elle le voit. Son être frissonne. Le chêne pédonculé est fièrement posté, robuste et protecteur. Une pulsion irréelle pousse Evelyne qui est brusquement collée contre le Quercus, presque fondue en lui, vite si vite. Une délicieuse impression de flottement l’étreint. Enveloppée d’une douce subérine, Evelyne s’enivre de cette impétueuse union.

Evelyne retient son souffle, ne dit mot et se soumet. Nouvelle emprise.

Nouvel envol.

Le soir descend sur ces deux corps mêlés, rien ne dissocie une femme d’un chêne, même écorce même vie.

Chut ! Nuit noire.

Oubli.

Envol.

Secret.

De bonne heure vendredi, un homme seul chemine rue des Oliviers. Il est encore endormi. Il rêve de son lit douillet et regrette tout le boulot qu’il doit rédiger, régler, finir.

Il gonfle le torse, ferme les yeux et soupire.  Il s’ennuie près de ces gens qu’il côtoie tous les jours, il se sent usé. Il rouvre les yeux, se promet de tout envoyer loin, de recommencer bientôt… Il veut y croire. Il y croit. Ses pieds le portent. Inconsciemment.

Puis il stoppe net, se penche sur l’objet lumineux posé près du chêne, un objet perdu sûrement, et le prend. C’est une fine gourmette en or. Il déchiffre un prénom : Evelyne. Evelyne… C’est mignon… Un émoi exquis l’envahit. Il ne comprend plus ne contrôle plus mais il pose son ventre contre le gros chêne, glisse ses doigts sur l’écorce noueuse…

Il entend une mélodie délicieuse… Il plonge. Il ne respire plus. Il siffle. Il croit s’envoler dans le ciel.

Combien de temps dure ce moment ? Une éternité ? Une seconde ? Une vie ? Lorsqu’il revient sur Terre, l’homme se sent différent. Il revit. Libre.

Il se sent fort, indestructible, sûr de lui. Heureux. Enfin !

 

Depuis un mois, Hervé vient tous les jours rue des Oliviers. Il ne peut dire pourquoi il vient c’est tout. Tous les jours…

 

 

 

 

Commentaires

J'adore...
Puissant, charnel, fruité.
Merci pour ce frugal partage.
;-)

Écrit par : le sourire | 04 avril 2011

Grandiose.....J'imagine même cette nouvelle assurance comme une parade......Seulement.......Ne pas la montrer ...Rester humble quand même......

Écrit par : Lo | 05 avril 2011

merci mademoiselle Lo... pas de nouvelle assurance, juste une petite graine de bonheur à cultiver !

Écrit par : calouan | 05 avril 2011

C'est vraiment un texte superbe, original. et très émouvant .
Simplement j'ai aimé et je suis contente pour toi de ce succès mérité.

Belle et douce soirée !

Écrit par : jill.C | 05 avril 2011

ça fleure bon la nature, c'est puissant, j'aime, encore bravo.

Écrit par : Babelle | 05 avril 2011

oh MaBelle ! quel beau commentaire ! je suis touchée...

Écrit par : calouan | 05 avril 2011

Les commentaires sont fermés.