Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11 avril 2017

attaques en rafale

en Angleterre, à Londres ce mercredi 22 mars, quand un homme a lancé sa voiture contre la foule sur un pont menant au Parlement, au palais de Westminster et poignardé à mort un policier.

en Syrie, un raid aérien sur la petite ville de Khan Cheikhoun, contrôlée par les rebelles dans le nord-ouest de la Syrie, a diffusé un gaz encore non identifié (peut-être le gaz sarin ?).

en Suède, un camion-bélier a foncé dans la foule le dans une grande rue piétonne du centre de Stockholm, la Drottninggatan.

en Egypte, le , deux attentats à la bombe ont eu lieu : le premier peu avant 10 heures, près de l'église Mar Girgis (Saint-Georges) de la ville de Tanta, au nord du Caire ; le second a lieu peu après 13 heures à l'entrée de la cathédrale patriarcale copte orthodoxe Mar Morcos (Saint-Marc) d'Alexandrie.

on vit bien, non, sur notre belle planète ???

29 décembre 2016

prix Sakharov

Nadia Murad et Lamia Haji Bachar sont deux jeunes femmes yézidies.

selon des experts de l'ONU, environ 3 200 membres de cette minorité kurdophone, vivant dans le nord de l'Irak, sont actuellement entre les mains du groupe Etat islamique, la majorité en Syrie. 

ces deux jeunes femmes ont été des esclaves sexuelles. Nadia Murad et Lamia Haji Bachar ont enduré un calvaire aux mains du groupe Etat islamique (EI), avant de devenir des icônes de leur communauté.

jeudi 27 octobre, elles ont toutes deux reçu le prix Sakharov 2016.

originaires du même village, Nadia Murad et Lamia Haji Bachar ont réussi à échapper à l'EI en Irak, mais pas au même moment.

Nadia Murad a été enlevée en août 2014. A l'époque, elle se trouve dans son village de Kocho, dans le nord de l'Irak. Elle est conduite de force à Mossoul, bastion de l'EI et cible aujourd'hui de la coalition internationale.

c'est le début d'un calvaire de plusieurs mois : torturée, elle raconte avoir subi de multiples viols collectifs, avant d'être vendue plusieurs fois comme esclave sexuelle. elle doit aussi renier sa foi yézidie, une religion ancestrale méprisée par l'EI, à laquelle adhèrent plus d'un demi-million de personnes du Kurdistan irakien. "La première chose qu'ils ont faite, c'est de nous forcer à nous convertir à l'islam. Après, ils ont fait ce qu'ils ont voulu", a raconté Nadia Murad.

"Incapable d'endurer tant de viols et de violence", Nadia Murad décide de prendre la fuite. grâce à l'aide d'une famille musulmane de Mossoul chez qui elle loge, la jeune femme obtient des papiers d'identité qui lui permettent de gagner le Kurdistan irakien. Elle s'installe alors dans un camp de réfugiés, où elle prend contact avec une organisation d'aide aux Yézidis. celle-ci lui permet enfin de rejoindre sa sœur en Allemagne.

c'est peu après son arrivée dans le pays que Nadia Mourad décide de militer pour sa communauté. elle plaide surtout pour que les persécutions commises en 2014 soient considérées comme un génocide. au fil des discours et des interviews, elle dit sa frustration de voir son peuple abandonné par la communauté internationale.

le calvaire de Lamia Haji Bachar ressemble tragiquement à celui de Nadia Murad. elle est enlevée à l'âge de 16 ans. pendant ses 20 mois de captivité, elle tente de s'échapper à maintes reprises. Lorsqu'elle y parvient finalement, la jeune fille tombe dans les mains d'un directeur d'hôpital irakien qui abuse également d'elle.

à nouveau, elle réussit à s'enfuir, avec plusieurs compagnons. Mais alors qu'ils traversent un champ de mines, l'une de ses amies est tuée par l'un des engins. Lamia, elle, est grièvement blessée. Depuis, elle porte les stigmates de l'explosion qui a emporté son œil droit et brûlé sa peau.

 

(j'ai trouvé ces informations sur le site de Franceinfo, et franchement, je trouvais important de vous parler de ces deux femmes yézidies et de leur histoire...)

18 décembre 2016

migrants

j'aime cet homme et chacun de ses mots est un diamant précieux... (un clin d'oeil pour celui qui avale des tonnes de pastis et chante qu'il embrasse un flic.. beurk !)

écoutez et pensez à l'association Roya Citoyenne...

26 novembre 2016

violences faites aux femmes

hier c'était "la journée contre les violences faites aux femmes", une journée tellement importante, et encore tellement d'actualité..

« La violence à l’égard des femmes et des filles constitue une violation des droits de l’homme, une pandémie de santé publique et un obstacle de taille au développement durable. [...] Elle impose des coûts exorbitants aux familles, aux communautés et aux économies. [...] Le monde ne peut pas se permettre de payer ce prix. »

Ban Ki-moon, Secrétaire général de l'ONU

pourquoi cette journée ?

parce que :

  • La violence contre les femmes est une violation des droits de l’homme.
  • La violence contre les femmes résulte d’une discrimination à l’égard des femmes, tant dans le droit que dans les faits, ainsi que de la persistance d’inégalités entre hommes et femmes.
  • La violence contre les femmes a de lourdes conséquences et peut empêcher la réalisation de progrès dans certains domaines, comme l’élimination de la pauvreté, la lutte contre le HIV/sida et la paix et la sécurité.
  • La violence contre les femmes a de lourdes conséquences et peut empêcher la réalisation de progrès dans certains domaines, comme l’élimination de la pauvreté, la lutte contre le HIV/sida et la paix et la sécurité.
  • La violence contre les femmes est un problème mondial. Jusqu’à 70 pour cent des femmes sont victimes de la violence au cours de leur vie

"Le manque inquiétant de financement est l’un des principaux obstacles aux efforts déployés pour prévenir et éliminer la violence à l’égard des femmes et des filles de tous horizons. Les initiatives de prévention et d’élimination de la violence à l’encontre des femmes et des filles manquent donc cruellement de ressources. Même si des programmes-cadres tels que les Objectifs de développement durable (ODD), qui tendent notamment à éliminer la violence faite aux femmes et aux filles, sont porteurs d’espoir, ils doivent pouvoir disposer de fonds suffisants pour pouvoir réellement transformer la vie des femmes et des filles.

Du 25 novembre au 10 décembre, pour la Journée des droits de l'homme, « 16 jours d'activisme contre la violence sexiste » auront pour but de sensibiliser le public et mobiliser les gens partout dans le monde afin d’apporter des changements. Cette année, la campagne de « Tous UNiS pour mettre fin à la violence à l’égard des femmes » vous invite à « Oranger le monde » couleur désignée par la campagne pour symboliser un avenir meilleur sans violence."

je poste cette vidéo de cette femme dont j'aime les paroles, chaque fois, chaque fois..

22 novembre 2016

et pendant ce temps...

pendant que la presse s'affole sur les "fils" spirituels du Pape, sur une primaire qui n'est qu'un maillon d'une future élection, et non pas l'élection elle-même (il y a des limites à l'information inutile quand même !!), Alep se meurt sous de nouveaux assauts de bombe et les hôpitaux sont détruits les uns après les autres,  la terre tremble au Japon (Fukushima, le retour..), nos départements sont inondés, au Dakar, on a arrêté deux minibus remplis d'enfants volés, on en est à plus de 68000 déplacés à Mossoul, l'armée polonaise donne des cours d'autodéfense gratuits aux femmes, des voitures piégées explosent en Lybie, les attentats se poursuivent à Kaboul, en Iran les écoles ferment à cause de la pollution, ...

mais oui, oui, c'est important de savoir qui de l'un ou de l'autre est plus proche du Pape...

 

16 novembre 2016

Fiona, Marina, même charabia..

le scénario est le même : prétendre qu'on a enlevé son enfant dans un lieu public, crier son désarroi, en faire des tonnes devant les caméras...

et finalement, être l'auteur d'un affreux crime : tuer son enfant.

en ce moment, c'est le grand battage médiatique autour du procès de la mère d'une petite Fiona, sauvagement mal traitée, morte de trop de coups reçus, qui a vécu durant des jours une vie infernale.

le père était resté un an sans nouvelles, sans chercher à la revoir...

l'humain a ceci d'incroyable c'est qu'on ne le connaîtra jamais vraiment, chacun ayant son mode de penser, de vivre, d'exister, de se comporter, de faire des choix, de subir ou non..

tant de façons différentes qu'on sera toujours surpris par de nouveaux comportements qu'on ne soupçonnait pas.

 

04 novembre 2016

Tafta, Ceta, même combat

peut-être entendez-vous parler de ces deux acronymes "Tafta" et "Ceta".

je ne vais pas vous expliquer trop longuement, mais c'est un accord de partenariat transatlantique sur le commerce et l’investissement, un des accords de libre-échange et de libéralisation de l’investissement les plus importants jamais conclus, représentant la moitié du PIB mondial et le tiers des échanges commerciaux.

pas négligeable donc de s'y intéresser.

le Tafta n'a pas été accepté, le Ceta (accord EU:Canada) si.

sachez donc que le grand marché transatlantique (GMT) permet à des entreprises, des multinationales, des grands groupes de se retour,er contre des Etats et de leur demander des indemnités, ils les trainent en justice pour imposer leur loi et faire valoir leurs droits. il existe plus de cinq cents cas recensés dans le monde actuellement.

un truc hallucinant.

des exemples ?

le groupe français Véolia a porté plainte contre l’Egypte, le 25 juin 2012, devant le Centre international pour le règlement des différends relatifs aux investissements (Cirdi), une officine de la Banque mondiale.

motif invoqué ? La « nouvelle loi sur le travail » contreviendrait aux engagements pris dans le cadre du partenariat public-privé signé avec la ville d’Alexandrie pour le traitement des déchets. en gros : l’augmentation du salaire minimum passé de 400 à 700 livres par mois (de 41 à 72 euros) qui grèverait leur bugdet...

on rêve...

en fait, la plainte de Veolia a été déposée au nom du traité d’investissement conclu entre la France et l’Egypte. signés entre deux pays ou inclus dans des accords de libre-échange, il existe plus de trois mille traités de ce type dans le monde qui protègent les sociétés étrangères contre toute décision publique (une loi, un règlement, une norme) nuisible à leurs investissements. les régulations nationales et les tribunaux locaux n’ont plus droit de cité, le pouvoir se voyant transféré à une cour supranationale qui tire sa puissance... de la démission des Etats.

un autre exemple ?

après la crise de 2001 à Buenos Aires, les présidents successifs Eduardo Duhalde puis Néstor Kirchner, arrivés au pouvoir après des émeutes meurtrières, n'avaient qu'un seul objectif : parer à l'urgence qui menaçait leur pays en prenant des mesures telles que le contrôle des prix,la limitation de sortie des capitaux...

le groupe allemand Siemens, soupçonné d’avoir soudoyé des élus peu scrupuleux, s’est retourné contre le nouveau pouvoir, lui réclamant 200 millions de dollars, quand celui-ci a contesté des contrats passés par l’ancien gouvernement.

quarante plaintes ont été déposées contre Buenos Aires dans les années qui ont suivi la crise financière entre 1998 et2002, une dizaine d’entre elles ont abouti à la victoire des entreprises, pour une facture totale de 430 millions de dollars. et ce n'est pas fini : en février 2011, l’Argentine affrontait encore vingt-deux plaintes, dont quinze liées à la crise.

pour protester contre ce système, certains pays, tels le Venezuela, l’Equateur ou la Bolivie, ont annulé leurs traités. l’Afrique du Sud y songe aussi.

je vous laisse deviner l'intégrité des arbitres, des hommes pour 96%, des avocats provenant de grands cabinets européens ou nord-américains...

Benoit Bréville et Martine Bulard concluent dans Le Monde Diplomatique : "Non seulement un tel système profite aux plus riches, mais de jugements en règlements amiables, il fait évoluer la jurisprudence et donc le système judiciaire international hors de tout contrôle démocratique, dans un univers régenté par l’« industrie de l’injustice »."

tout va bien, non ?

11 mai 2016

en vrac...

au Brésil, Dilma Rousseff s'en remet au sénat pour savoir si elle sera démise ou non de ses fonctions de présidente ; à Londres, Sadiq, Khan est devenu le nouveau maire, un avocat membre du parti travailliste ; en Allemagne le parti populiste, AFD, a tenu un congrès des plus étonnants ; au Rwanda se tient le procès pour génocide 22 ans après les terribles assassinats de 1994 ; à Alep les bombardements continuent et Palmyre est isolée ; e, Italie le tour cycliste a démarré ; en France le 49-3 fait grincer des dents ; les Espagnols pourraient être privés de retransmission de l'Euro 2016 à la télévision, en Corée du Nord a eu lieu le premier congrès initié par Kim Jong-Un, surnommé le "Grand soleil du XXIe siècle"; George Clooney a monté les marches de Cannes sur une chanson de Bruce Springsteen ..

planète.jpg

21 avril 2016

suffragettes

Le 21 avril 1944, les femmes accèdent au droit de vote en France. Elles deviennent électrices et éligibles, mais attendront le 29 avril 1945, pour finalement voter. l'aboutissement d'une cause défendue par des mouvements féministes tels que "les Suffragettes" pendant plusieurs années.

13062420_1009868792384223_4734197477417736605_n.jpg

13043770_1009869889050780_6399574313056598526_n.png

13043407_1009869722384130_6036598853143782194_n.jpg

13043424_1009868909050878_5420981820478378579_n.jpg

01 avril 2016

dégustation

- allez, Icham, viens par ici... derrière le rideau...

Miléna se tortille sur son petit siège de bois. elle murmure :

- non, non,  n'y vas pas...

le maître lui jette un regard sévère.

- que se passe-t-il Miléna ?

- rien, maître !

la fillette tremble sur son siège. elle prie pour qu'il ne lui demande pas de venir elle aussi. qu'il ne lui demande plus jamais.

l'autre fois, il l'a fait venir derrière le paravent pour une séance "dégustation" qu'il disait. il lui a bandé les yeux, elle a du s'accroupir sans savoir ce qui l'attendait.

- alors, Miléna, tu dois goûter les produits que je te mets dans la bouche et me dire si tu aimes ou pas.

Miléna elle s'en fout, elle est gourmande, elle aime tout. sa mère lui répète suffisamment qu'elle va finir obèse à manger comme ça, mais la fillette est gourmande et la nourriture la remplit de cette absence causée par le départ de son père.

manger ça la rassure, alors une séance d&gustation, ça la fait saliver.

le maître a mis de drôles de choses dans sa bouche, des sucrées, des salées, des amères. parfois il a dit : prends ton temps, passe ta langue et goûte bien.

sauf là.

il a dit : ouvre bien la bouche et suce bien.

Miléna s'est dit : youpi, une sucette !

sauf que le bâton qui est arrivé entre ses lèvres était recouvert de peau, ça elle en est certaine et le maître maintenait sa tête pour qu'elle ne se retire pas, qu'elle n'éloigne pas sa petite bouche du bâton de peau. parfois le bâton va loin dans sa gorge et Miléna a envie de vomir. c'est horrible ! elle voudrait bien que ça s'arrête mais le maître, le maître Romain, qui est toujours si gentil, maintient sa tête et l'empêche de partir. elle étouffe, elle va vomir c'est sûr. la bave coule le long de son menton.

et soudain, il crie : "stop !" et le bâton sort de la bouche de la fillette. avant qu'elle ne reçoive un liquide épais et chaud sur le coin de la joue. un liquide avec une odeur dégoûtante. et là, Miléna n'a pas pu se retenir et elle a vomi.

- Bravo, jeune fille, a rouspété le maître. Bravo ! il ne reste qu'à tout nettoyer maintenant.

Miléna avait pleuré. longtemps. pendant qu'elle nettoyait son vomi et le reste sur le carrelage.

depuis, Miléna ne dort plus et refuse de fermer les yeux.

 

- alors, Icham, je t'attends.

Miléna pleure, elle ne peut pas tenir, elle sort de la classe en courant. elle ne reviendra plus. elle le dira à sa maman, mais elle ne veut plus jamais faire un atelier du goût avec le maître Romain.

 

la justice soupçonne l’ancien directeur d’école Romain Farina de Villefontaine dans l'Isère, d’avoir imposé «par surprise» des fellations à plusieurs de ses élèves dans le cadre de ce qu’il appelait «un atelier du goût», durant lequel les enfants, les yeux bandés, devaient identifier des «choses» que l’enseignant leur faisait goûter. il est mis en examen pour des faits concernant onze élèves à ce jour. mais 55 autres plaintes ont été déposées.

l’Education nationale n’avait pas été informée du passé judiciaire du directeur d’école, condamné en 2008 à six mois de prison avec sursis pour détention d’images pédopornographiques.

 

 

23 septembre 2015

automne

j'ai copié cet article sur le site de Météo-Paris :

Les dates de début des saisons soulignent les 4 événements astronomiques qui régissent le cycle des saisons :

d'une part, les Equinoxes du printemps et de l’automne qui marquent les 2 jours de l’année où la durée du jour est égale à la durée de la nuit ;

et d'autre part les solstices d’été et d’hiver qui soulignent respectivement la journée la plus longue et la plus courte de l’année.

 

Qu'est-ce que l'équinoxe d'autome ?

Les Equinoxes d'automne (du 21 au 23 septembre, hémisphère Nord) correspondent à des dates où le jour et la nuit ont des durées égales d'un pôle à l'autre (sur toute la surface de la terre), ce qui explique l'étymologie du terme d'origine grecque (aeqius = égal , nox = nuit). 

 

 La révolution de la Terre autour du Soleil entraîne l'alternance des saisons

 

 

Aux moments des Equinoxes d'automne et de printemps (schéma ci-dessous), le soleil se tient exactement au-dessus de l’équateur. Ses rayons forment un angle droit avec l’axe terrestre et se répartissent uniformément sur les deux hémisphères de notre planète.

 

 

En astronomie, le zénith (de l'arabe zana'a, monter) est un des points d'intersection de la verticale d'un lieu donné et de la sphère céleste. Le point d'intersection qui se trouve au-dessus de la Terre est le zénith.
 
 
Equinoxe d'autome : quelles conséquences sur le climat de l'hémisphère Nord ?
 
C'est le 21 septembre que la nuit polaire (nuit totale toute la journée) fait son apparition au pôle Nord avant de s'étendre jusqu'au cercle polaire arctique le 21 décembre. C'est pendant cette même période que le refroidissement s'accélère avec un gel qui devient même permanent aux hautes latitudes de l'hémisphère Nord en raison de l'absence de lumière du jour - la glace arctique (banquise) se forme de plus en plus rapidement.
 
A nos latitudes tempérées, l'Equinoxe (21 septembre) correspond au moment où la durée du jour et de la nuit sont égales, et au moment à partir duquel la diminution de la durée du jour et l'augmentation de la durée de la nuit s'accélèrent. Cette accélération de la diminution du jour favorise, par temps anticyclonique calme et ciel nocturne étoilé, une baisse de plus en plus rapide de la température et aux premières gelées significatives à l'aube. C'est le cas pour la matinée de jeudi où de nombreuses gelées blanches sont observées du Massif-Central au Nord-est.
 
 
 
 
 

La gelée blanche se forme lorsque les températures descendent en-dessous de 0°C au niveau du sol alors qu'un peu plus haut (1 à 1m50), il fait plus de 0°C et parfois +3 à +5°C. Cette grande différence de températures est liée à un fort rayonnement nocturne favorisé par des vents très faibles et un ciel dégagé.

22 mai 2015

Palmyre

ceci est la cité antique de Palmyre... croisons les doigts (ou bougeons-nous le c...) pour que ça le reste...

 

Résultat de recherche d'images pour "cité antique de palmyre"Résultat de recherche d'images pour "cité antique de palmyre"Résultat de recherche d'images pour "cité antique de palmyre"Résultat de recherche d'images pour "cité antique de palmyre"Résultat de recherche d'images pour "cité antique de palmyre"

12 mai 2015

sexisme toujours

voilà un article trouvé dans le Parisien que je vous glisse en entier...

un gros ras-le-bol de cette bêtise-là !

 

« Finalement, nous avons une ministre de la Justice qui pourrait apparaître dans un calendrier de garagiste ».

 Ayelet Shaked, la nouvelle ministre de la Justice israélienne, dont  fait les positions anti-palestiennes font polémiques, est la cible d'attaques sexistes  

Cette phrase  du député de la Knesset, Joseph Paritsky, à l'encontre de la toute nouvelle ministre israélienne de la Justice Ayelet Shaked n'est que la partie la plus voyante du flot de commentaires sexistes qui a accompagné la nomination de la jolie brune de 39 ans au cabinet de Benjamin Netanyahou, le 6 mai dernier.

Dans le flot de commentaires, certains journaux populaires regrettaient aussi de ne pas l'avoir vue sans ses vêtements lors des célébrations récentes de son 39e anniversaire dans un hôtel de Tel Aviv...

Un tel déferlement de sexisme que même les plus farouches opposantes de cette femme politique issue de la droite dure israélienne , ancienne directrice de cabinet de « Bibi » Netanyahou, lorsque'il était dans l'opposition, l'ont défendu.

Zehava Galon, la leader du Meretz, historique parti de la gauche israélienne est même venue à sa rescousse. La femme politique farouche opposante au gouvernement de Netanyahou, a déclaré sur Facebook qu'elle était « fatiguée de tous les commentaires misogynes et sexistes sur Ayelet Shaked. »

« Shaked est une politicienne intelligente et travailleuse avec des vues antidémocratiques et nationalistes. Je ne l'épargnerai pas lorsqu'elle profite de son poste pour endommager notre système légal, mais je n'ai aucune intention de rester silencieuse quand tous les  jours quelqu'un pollue l'arène publique avec des déclarations insultantes à son encontre.» Ces critiques«envoient un message aux femmes et aux filles à quel point cela n'a pas d'importance qu'elles réussissent, et ce même quand elles se voient attribuer un poste ministériel supérieur dans le gouvernement - on les jugera tout d'abord sur leur apparence physique … » a souligné la fervente militante de gauche.

Ayelet Shaked, la nouvelle ministre de la Justice israélienne, dont les positions anti-palestiennes font polémiques, est la cible d'attaques sexistes.

« J'ai l'intention de résister à Ayelet Shaked dans chaque effort qu'elle fera pour affaiblir la Cour suprême et nuire à la démocratie israélienne. Mais quand il s'agira de la façon dont elle est traitée comme femme ou qu'il s'agira de remarques qui visent à la diminuer et à l'insulter qu'elle devra endurer, je serai debout à côté d'elle » a martelé Zehava Galon.

10 mai 2015

commémoration de la traite et de l'abolition de l'esclavage

aujourd'hui, la journée nationale de commémoration de la traite et de l'abolition de l'esclavage revêt cette année un caractère international.

 

le chef de l'Etat français a inaugurer aujourd'hui le plus grand centre au monde d'expression et de mémoire sur la traite et l'esclavage, à Pointe-à-Pitre.

ce Mémorial ACTe "permettra à la Guadeloupe et au-delà à la Caraïbe toute entière, avec un lien profond avec l'Afrique, de dire au monde que ce combat pour la dignité humaine n'est pas achevé", a déclaré samedi Hollande depuis la Martinique.

il a fustigé les "nouveaux négriers" de migrants en Méditerranée tout comme l'exploitation des enfants soldats, entre autres formes modernes d'esclavage.

ce Mémorial n'appartient pas seulement aux Guadeloupéens, aux Français ou aux peuples qui ont cette sombre histoire en partage", a dit à l'AFP Michaëlle Jean, secrétaire générale de la Francophonie, qui sera présente dimanche.

"Il interpelle aujourd'hui le monde entier sur l'abomination de l'esclavage tel qu'il a été pratiqué pendant des siècles, mais aussi sur l'impérieuse nécessité de demeurer vigilants face à toutes les formes d'exploitation, de trafics d'êtres humains et face au racisme dangereusement banalisé", ajoute cette Canadienne née en Haïti.

la ministre française de la Justice Christiane Taubira, qui acccompagne le président, a elle critiqué la confusion entre de "l'esclavage historique" et l'esclavage moderne faisant notamment valoir que le premier était "codifié régulé" alors que le second n'est "pas un système autorisé". Pour la ministre, d'origine guyanaise, "on doit combattre l'esclavage aujourd'hui mais la confusion est mauvaise conseillère et en plus elle est l'apanage des imbéciles".

le chef de l'Etat a visité le MACTe, avant les allocutions officielles.

cette inauguration sera retransmise vers en direct vers 18h00 au jardin du Luxembourg à Paris, où se tiendra la traditionnelle cérémonie du 10 mai, présidée par le premier ministre Manuel Valls.

à Nantes, premier port négrier français, la commémoration sera célébrée en présence d'Angela Davis, figure du mouvement noir américain et de la lutte pour les droits civiques dans les années 70.

la médaille de la ville lui sera remise sur le parvis du Mémorial de l'abolition de l'esclavage érigé en 2011 sur les bords de la Loire, au coeur de la ville, d'où partaient les expéditions négrières.

à Brest, autre port de l'ouest de la France, une sculpture, baptisée "Mémoires", sera inaugurée dimanche.

haute de 10 mètres, installée sur le domaine public, "à la pointe de la France et de l'Europe", "la sculpture représente deux masques, l'un regardant le continent européen, le second les quatre autres continents.

ces deux masques représentent l'universalité des mémoires de l'esclavage", a commenté auprès de l'AFP l'initiateur de ce monument, Max Relouzat, président de l'association "Mémoire des esclavages", et lui-même petit-fils d'esclave.

07 mai 2015

le sexisme et les 40 journalistes

quarante femmes journalistes chargées de couvrir l'information politique se sont rassemblées pour rédiger un manifeste contre les pratiques douteuses dont elles sont trop régulièrement victimes et qui voudraient remettre en cause une habitude comportementale et sociétale de cette femme "objet" à disposition de tout un chacun...

ne parlons pas de ceux qui ont le pouvoir...

je vous glisse en dessous leur plaidoyer paru dans Libération (c'est long mais ça vaut de s'y arrêter..)

"Nous ne sommes pas la Génération Giroud. Au tournant des années 70, la cofondatrice et rédactrice en chef de l’Express,première femme à diriger un grand hebdomadaire généraliste, avait mis le pied à l’étrier d’une flopée de ses jeunes et belles congénères. Entre cliché machiste et efficacité éditoriale, Françoise Giroud était alors persuadée que les hommes politiques se dévoileraient plus facilement face à des femmes. Quarante ans plus tard, nous, la génération de femmes journalistes chargées de couvrir la politique française sous les présidences Sarkozy et Hollande, vivons au quotidien cette ambiguïté, souvent entretenue par les hommes politiques.

Aux «Quatre-Colonnes», la petite salle où circulent députés et bons mots au cœur de l’Assemblée nationale, c’est un député qui nous accueille par un sonore : «Ah mais vous faites le tapin, vous attendez le client.» Ou un autre qui nous passe la main dans les cheveux en se réjouissant du retour du printemps. Au Sénat, c’est un parlementaire qui déplore que nous portions un col roulé et pas un décolleté. C’est un candidat à la primaire face à une grappe de micros masculins qui décide de nous répondre un jour d’été «parce que elle, elle porte une jolie robe». C’est aussi l’étoile montante d’un parti qui insiste pour nous voir le soir, hors des lieux et des horaires du pouvoir. Dans le huis clos d’un bureau de député, c’est un élu dont les avances ne s’arrêteront qu’avec la menace d’une main courante pour harcèlement.

A bord d’un avion, pendant la dernière campagne présidentielle, c’est un porte-parole qui nous prend en photo pendant notre sommeil avant de partager le cliché avec le reste de l’équipe. Ou, dans une voiture où cohabitent militants et journalistes, un poids lourd politique qui nous propose d’interrompre le reportage et de filer à l’hôtel. Pour rire, bien sûr. Dans une usine visitée au pas de course, c’est un ministre qui s’amuse de nous voir porter des chasubles bleues réglementaires et glisse que «ce serait mieux si vous n’aviez rien en dessous». Ou un conseiller ministériel qui demande, au retour des vacances, si nous sommes «bronzée vraiment partout».

LES TEXTOS, CLASSIQUES, RÉCURRENTS, INSISTANTS 

Sous les dorures du jardin d’hiver de l’Elysée, c’est un membre du gouvernement qui fixe intensément le carnet posé sur nos genoux en pleine conférence de presse présidentielle. Jusqu’à ce que l’on réalise que, ce jour-là, nous portions une robe. C’est un ancien conseiller de l’Elysée qui offre de nous entretenir, faisant miroiter grands hôtels, practices de golf et conférences internationales, au nom de notre «collaboration» passée. A table, c’est un ministre qui plaisante avec nos collègues hommes sur les ambitions des uns et des autres «le matin en se rasant» avant de se tourner vers nous : «Et vous, vous rêvez de moi la nuit ?» C’est un ami du Président qui juge les journalistes «d’autant plus intéressantes qu’elles ont un bon tour de poitrine» ou un ministre qui, nous voyant penchée pour ramasser un stylo, ne peut retenir sa main en murmurant : «Ah mais qu’est-ce que vous me montrez là ?» Et puisque la «personnalité» qu’il était chargé de protéger ose tout, c’est le garde du corps d’un ancien ministre qui récupère notre numéro de portable pour tenter sa chance à son tour.

Il y a aussi les soupirs condescendants qui accompagnent nos interrogations en conférence de presse : «Ça, c’est bien une question de fille.» Les textos – classiques, récurrents, insistants – nous mettant le marché en main : « Une info, un apéro. » Quand ce ne sont pas des invitations à dîner à répétition, si possible le samedi soir. Autant de démarches qui relèvent de «l’humeur badine»,«l’humour potache» ou de «l’art de la séduction à la française».Selon leurs auteurs. A la question «s’il ne fallait retenir qu’un moment de votre première année parlementaire, ce serait lequel ?» c’est un député qui répond dans la minute «quand vous m’avez proposé un déjeuner».Avant de battre aussi rapidement en retraite : «OK, je sors.» Car certains, souvent les plus jeunes, s’excusent de tomber dans les travers de leurs aînés. Une histoire de génération et, peut-être, de mères féministes.

Ni naïves ni caricaturales, nous savons que notre métier implique de construire une proximité et un lien de confiance avec nos sources. Mais force est de constater que nous ne le faisons pas tout à fait comme nos camarades masculins, intégrant les contraintes du sexisme ambiant : pas de tête-à-tête ou le moins possible, des tenues passe-partout et une vigilance permanente pour conserver le vouvoiement afin de maintenir ainsi la bonne distance entre un journaliste et son sujet.

AUCUN DROIT À L’IMPUNITÉ

Nous pensions que l’affaire DSK avait fait bouger les lignes et que les habitudes machistes, symboles de la ringardise citoyenne et politique, étaient en voie d’extinction. Las. Bien sûr, ces manifestations de «paternalisme lubrique»(1) ne tombent pas sur nous toutes tous les jours. Une grande partie de l’establishment politique fait montre d’une éthique personnelle et professionnelle qui lui évite les faux pas. Nous avons aussi conscience que nous faisons notre travail dans des conditions extrêmement privilégiées par rapport à la majorité des Françaises, qui peuvent perdre leur emploi ou leur santé parce qu’elles sont harcelées. Et par rapport à nos collègues, beaucoup plus isolées, dans les médias régionaux. Mais le fait que ces pratiques, qui sont le décalque de ce qui se passe tous les jours dans la rue, les usines ou les bureaux, impliquent des élus de la République chargés de fabriquer la politique nous pousse aujourd’hui à les dénoncer. Ils sont issus de toutes les familles politiques sans exception, naviguent à tous les niveaux du pouvoir et n’ont droit à aucune impunité. Comme les autres.

Tant que la politique sera très majoritairement aux mains d’hommes hétérosexuels plutôt sexagénaires, rien ne changera. Nous aurions adoré pouvoir toutes signer ce texte sans avoir à se retrancher derrière l’anonymat. Mais certaines d’entre nous sont dans des situations professionnelles compliquées et n’ont pas besoin qu’on rajoute de la discrimination à des conditions de travail délicates. Ne pas subir le machisme pour l’avoir dénoncé, en quelque sorte. En 2015, ce que nous aurions vraiment aimé, c’est de ne pas avoir à écrire cette tribune.

Cécile Amar (le JDD), Carine Bécard (France Inter), Hélène Bekmezian (le Monde), Anne Bourse (France 3), Lenaïg Bredoux(Mediapart), Laure Bretton (Libération), Déborah Claude(AFP), Laure Equy (Libération), Charlotte Gauthier (Radio Classique),Mariana Grépinet (Paris-Match), Christine Moncla (France Culture),Gaétane Morin (le Parisien Magazine), Véronique Rigolet (RFI),Annabel Roger (RMC), Audrey Salor (l’Obs), Nathalie Schuck (le Parisien) avec le soutien de Ruth Elkrief et au nom d’un collectif de 24 autres journalistes représentant 13 autres médias.

(1) Les Mecs lourds ou le paternalisme lubrique, de Natacha Henry, éditions Robert Laffont (2003)."

24 avril 2015

100 ans

c'était le 24 avril 1915... le début d'un génocide, le 1er génocide de l'histoire.

les Turcs Ottamans avaient décidé de décimer les populations minotaires, à commencer par la plus petite, la plus faible : les Arméniens.

1,5 millions d'Arméniens sont alors morts, victimes de la diaspora, des camps de concentration, des violences sans nom...

pour ne pas oublier, aujourd'hui, à Marseille, plusieurs marches et manifestations sont organisées, car à Marseille, vit une belle communauté arménienne.

et à Erevan, la plus grande ville d'Arménie, la commémoration serait de taille !

PHOTOS. Il y a 100 ans, le génocide arménien

25 mars 2015

allo docteur !

alors que 5000 médicaments sont disponibles aujourd'hui en pharmacie, des médecins français ont rédigé une liste de 151 médicaments essentiels et suffisants pour soigner la majeur partie des maladies chez l'adulte.

franchement, ça fait frémir.

est-ce une marche arrière des institutions médicales qui ont fait la part belle aux laboratoires qui ont décliné à foison les médicaments et divers traitements.

sont exclus les vaccins et les traitements pour graves maladies, sous-entendus je suppose les cancers.

il n'empêche.

aucun critère de prix n'est intervenu, les médecins ont réalisé une lecture scientifique en utilisant leur propre expérience pour édifier cette liste.

la Haute Autorité de santé réfléchit à inclure une liste similaire à la loi Santé actuellement en débat.

Des médecins français ont mis au point une liste de 151 "médicaments essentiels", qui suffisent pour soigner la majeure partie des maladies chez l'adulte.

20 mars 2015

éclipse

la prochaine sera en 2080, je ne serai plus de ce monde.

et je n'ai pas vu celle-là...

pfffuuuu !

alors pour revoir ce que vous avez également loupé...


Timelapse de l'éclipse totale aux îles Féroé

16 mars 2015

Vanuatu

«Un monstre qui a dévasté notre pays.» C’est en sanglotant devant la caméra de la BBC que le Président, Baldwin Lonsdale, a évoqué dimanche la situation catastrophique au Vanuatu après le passage du cyclone Pam. Il a listé la destruction d’immeubles, de maisons, d’écoles et des centres de soins pour la seule ville de Port-Vila, capitale du Vanuatu, située sur l’île principale où vivent 65 000 des 270 000 habitants dispersés sur les 83 que compte l’archipel.

Selon Oxfam, 90% des maisons de Port-Vila, la capitale du Vanuatu, auraient été endommagées par le cyclone Pam.

28 février 2015

Antoinette Fouquet

Figure historique du féminisme français, la psychanalyste et militante Antoinette Fouque s'est éteinte dans la nuit de mercredi 19 à jeudi 20, à Paris, à l'âge de 77 ans.

Elle avait cofondé le Mouvement de libération des femmes (MLF) avec Monique Wittig et Josiane Chanel, dans la foulée de Mai "en réaction contre le virilisme du mouvement étudiant", une aventure qui avait aussi constitué pour elle "une libération joyeuse".

Sans jamais cesser de lutter par la suite...

La psychanalyse et militante féministe Antoinette Fouque à Paris, le 22 novembre 2013.