Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25 mai 2018

Brigitte et l'enfant

j'adore cette chanson.. je ne m'en lasse pas, c'est une merveille !

10:51 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (0)

il fait beau, chez moi

pas d'excuses, je n'écris plus, trop à faire à côté, et puis la pluie a envahi nos contrées, ça fait comme un effet "la tête sous l'eau" mais on rame, on évacue l'eau et on reste en surface...

trop de boulot, c'est quand même une belle nouvelle, non ? (diraient les patrons...)

allez, pour reprendre en beauté (parce qu'il va falloir vous accrocher) je commence par ce clip, d'abord parce que oui, il fait beau, chez moi. et puis parce que je suis allée voir ce chanteur en concert et que, ma foi, ben, c'était bien cool !

"il fait beau" (Orelsan/Stromae)

10:14 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (0)

08 avril 2018

we love arabs

Jillel Kogan et Adi Boutrous offrent là un spectacle de danse assez singulier. d'abord parce qu'ils veulent montrer la fratrie entre juifs, chrétiens et musulmans, ou arabes pardon et que ça paraît parfois bien "lourd" au propre comme au figur tant Hillel Kogan prend la place, donne les ordres et impose à un Adi Boutrous soumis et silencieux.

ensuite, la danse est ici trop peu traitée pour qu'on puisse s'en délecter pleinement, laissant place àtrop de blabla parfois insupportable.

et puis, parce que le badigeonnage d'oumous sur le visage ça faite trop, ça écoeure presque et que de trop on finit par rien offrir aux spectateurs.

 Image associéeRésultat de recherche d'images pour "we love arabs"Résultat de recherche d'images pour "we love arabs"

22:39 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (0)

03 avril 2018

J1 M-C

chaque année, c'est une course internautique et addictive pour réussir à obtenir un fameux dossard pour le Marseille-Cassis.

pas facile en effet, d'être dans les premiers à se connecter pour ne pas louper le coche.

cette année, pour l'ultime date, j'y suis arrivée, grâce à une de mes étudiantes.

il me faut me remettre à l'entrainement.

je pense que je vais galérer, que ce sera difficile.

Jour 1 : je cours, je pense en même temps, je cours. mes jambes me portent, j'enfile les kilomètres sur le bitume. je ne souffre pas, je ne souffle pas. bien entendu, je n'ai pas avalé 22,5 kms en une fois, je recommence vraiment sérieusement, mais je tiens le coup, je me surprends.

mon corps me surprend. il a bien souffert ces derniers temps, il pourrait me le faire payer.

mais non. il me soutient. il est mon compagnon de tous les jours, toutes les nuits, je vis avec lui depuis le début, je n'en ai pas beaucoup pris soin, maintenant, un peu plus, je mange bio, sain, équilibré. je respecte lorsqu'il a mal, j'essaie en tout cas. et soudain, je me dis que je l'aime. il est encore là, à me soutenir dans cette envie de ce Marseille-Cassis automnal à venir, il va me porter jusque-là, me permettre de vivre une belle aventure.

je l'aime dans son entièreté, mes seins ronds, ma taille, mes hanches rondes, mes mollets de coureuse trop musclés, mes orteils recroquevillés, mes pieds larges. mes cuisses vont redevenir dures, je le sais.

je me sens bien en moi. dans ce corps-là, je ne veux plus en avoir honte, m'en sentir complexée ou avoir envie d'en changer. lui et moi on va courir Marseille-Cassis 2018 et ça me comble

L’image contient peut-être : texte et plein air

 

07:30 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (4)

25 février 2018

nature : Ylang-Ylang

j'ai envie de vous entraîner parfois dans des "conseils" nature... c'est une première, mais je me lance.

et je n'ai pas rédigé cette fiche, je l'ai "piqué" sur le site de Futura. mais je vais me mettre à la rédaction aussi, je crois, pour les prochaines.

prenez grand soin de vous !

------------------------

L'ylang-ylang (Cananga Odorata), parfois écrit ilang-ilang, est un arbre d'Asie du sud-est. On extrait de ses fleurs une essence au parfum floral et épicé. Si l'huile essentielle, utilisée dans de nombreux parfums, comme le Chanel n°5, offre des effluves uniques, elle est aussi appréciée pour ses nombreux bienfaits.

Provenant de Madagascar, de l'île de La Réunion ou encore des Comores, la fleur d'ylang-ylang est très prisée par les parfumeurs et les aromathérapeutes pour ses vertus apaisantes. De couleur jaune pâle à légèrement orange, elle peut être utilisée en diffusion, en inhalation et sur la peau. Attention, irritante, elle ne peut être appliquée pure et doit être diluée (20 %) dans une huile végétale (80 %). Elle ne peut être ingérée sans prescription d'un thérapeute. 

L'huile essentielle d'ylang-ylang possède de nombreuses vertus. En aromathérapie, cette huile est employée comme tranquillisant. Elle permet non seulement de réguler la tension artérielle, mais également de faire baisser le stress et de combattre la dépression ou les sensations d'irritabilité, notamment en régulant le système nerveux central. Elle permet la décontraction des muscles en cas de spasmes. Issue d'une plante aux multiples pouvoirs, l'huile essentielle (HE) d'ylang-ylang apaise et reste propice au plaisir des sens. En effet : elle est un puissant aphrodisiaque reconnu ! 

 

Enfin, elle permet la régulation de la production de sébum, elle est anti-infectieuse, antibactérienne, antifongique et antiparasitaire. 

Pense-bête : pour un massage exaltant, mélangez l'huile essentielle d'ylang-ylang avec de l'huile d'amande douce, votre corps se détendra complètement.

14:03 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (0)

madeleine de Proust

se souvenir des choses fortes, puissantes

laisser aller son esprit sans retenir les pensées

pas de doutes, de questions, d'incompréhensions

se souvenir que c'était bon, le vivre à nouveau

se laisser porter, bouger, sentir, aimer

se promettre de ne plus oublier, de continuer, d'y croire, d'en profiter, de ne rien gâcher.

vivre, parce qu'il n'y a rien d'autre à faire.

vivre pleinement ce que l'on sait aimer

 

 exposition portrait dans leau et dessin à l'encre peinture sur le theme de l'eau

13:43 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (1)

08 février 2018

courir & écrire

le verdict était là : fini de courir. la douleur était trop grande, le cartilage trop mince, le risque trop grand.

le verdict était là : préféré la natation, le vélo, la gymnastique mais plus de course à pieds.

courir c'est écrire.

courir c'est libérer, exister, créer. respirer. bouger.

être.

et le miracle a eu lieu.

plus de douleur.

ressortir la panoplie, enfiler les baskets, glisser les écouteurs dans les oreilles. être prudente.

mais courir.

courir à nouveau.

avec Murakami comme coach.

08:36 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (0)

07 février 2018

alebrije

un alebrije est une sculpture en bois relevant de l'art populaire de l'État d'Oaxaca, au Mexique.

il est traditionnellement réalisé en bois du Bursera glabrifoliau ou bois de copal blanc, un arbre de forêt tropicale sèche.

c'est coloré, c'est original, c'est sublime...

 

Résultat de recherche d'images pour "alebrijes"

Résultat de recherche d'images pour "alebrijes" Résultat de recherche d'images pour "alebrijes"

 

10:18 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (3)

22 décembre 2017

alors alors

"J'ai une liste de tout c'que j'voudrais dire
Toi qui répondais présent quand on parlait d'avenir
Alors alors
On devait faire le tour de la Terre
Tu sais, moi, ma valise est encore prête
Et si jamais tu nous reviens, est-ce que j'vais te reconnaître?
Faut pas qu'on laisse mourir nos promesses (non)
Alors alors
T'es où? Tu mens
C'est fou! J'y pense
Chaque jour, j'te vois partout!
Ils disent que tu reviendras pas, que t'es malade, que t'es mort
J'aimerais que tu sois là, juste pour leur donner tort..."

BigFlo et Oli "Alors alors"

 

Résultat de recherche d'images pour "femme triste noir et blanc"

 

12:01 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (1)

15 décembre 2017

le maudit

Véronique Sanson est une de ces artistes qui traversent la vie, le temps, les âmes.

j'aime cette chanson et les autres aussi..

pauvre maudit....

20:30 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (1)

11 décembre 2017

comment va le monde ?

j'aime l'idée qu'un jour, on vivra tous en équilibre et respect, mais on en est loin, c'est certain...

si on fait un rapide tour d'horizon : le Yemen vit une des pires crises humanitaires mondiales : "l'Arabie saoudite a pris la tête d'une coalition militaire pour affronter la rébellion houthi qui avait a pris le contrôle d'une partie du Yémen: une guerre qui, depuis mars 2015, a fait plus de 8750 morts et divise la région, l'Iran chiite étant accusé de soutenir militairement le soulèvement. Parmi les tués dans ce conflit, l'ex-président Ali Abdallah Saleh, assassiné le 4 décembre 2017 par des rebelles et anciens alliés, au sud de la capitale Sanaa. Il avait tenu le pouvoir pendant 33 ans. Le Yemen est soumis à un blocus imposé par Ryad, qui héberge le chef de l'État Abd Rabbo Mansour Hadi en exil, alors que pendant ce temps, la menace djihadiste s'est étendue, entre la concurrence d'Al-Qaïda dans la péninsule arabique (Aqpa) et de Daech."

les bactéries Salmonella retrouvées dans du lait maternel industriel Lactalis qui questionnent sur cet hygiène qu'on ne fait que renforcer et qui nous résiste plus encore.

Donald Trump qui reconnaît Jérusalem, la ville trois fois sainte, comme capitale d'Israël, accédant à une demande ancienne d’Israël, sans évoquer la revendication des Palestiniens et se gardant de se prononcer sur un partage de la ville, qu’Israël refuse. le conflit dans cette ville remonte à l’éclatement de l’Empire ottoman, à la fin de la première guerre mondiale. en 1947 les Nations unies (ONU) ont voté le partage de la Palestine en deux Etats : l’un arabe, l’autre juif. Jérusalem est exclue de ce plan et doit passer sous le contrôle de l’ONU, qui garantit la liberté d’accès aux lieux de culte. en 1949, le jeune Etat d’Israël transfère sa capitale de Tel-Aviv à Jérusalem-Ouest. depuis 1967, Israël considère Jérusalem comme sa capitale « indivisible et éternelle ». aujourd'hui, la ville reste séparée en deux : la partie ouest, où se trouvent les institutions d’Israël (la Knesset et la plupart des ministères, la banque centrale…), est presque exclusivement peuplée de juifs (290 000 sur 300 000) ; la partie est, revendiquée par l’Autorité palestinienne, est peuplée par près de 500 000 habitants, dont 60 % d’Arabes et 40 % de juifs. or, depuis des années, Israël encourage la colonisation de Jérusalem-Est, en construisant des logements dans la ville et la banlieue, ou en favorisant l’installation de juifs orthodoxes dans plusieurs quartiers afin d’organiser un « mitage territorial » des quartiers arabes et d’empêcher la continuité entre Jérusalem-Est et le reste du territoire palestinien, en Cisjordanie.

autre sujet de territoire : la Corse. Gilles Simeoni et Jean-Guy Talamoni, principales têtes d’affiche de la coalition nationaliste ont remporté à 56% le premier tour des élections territoriales. les nationalistes attendent un second tour extraordinaire. "Si la question de l’indépendance n’est pas à l’ordre du jour, la coalition nationaliste espère bien pouvoir avancer en cas de victoire sur ses trois revendications-clés : amnistie pour les « prisonniers politiques », coofficialité de la langue corse et statut de résident, pour combattre, selon les nationalistes, la spéculation immobilière sur l’île de Beauté." à suivre...

08:13 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (0)

06 décembre 2017

Jean d'Ormesson

parce qu'il collaborait au journal Le Figaro, il était taxé de réac, ses édito d'alors n'ont pas aidé.

il était un érudit, un vrai comme rarement il en reste, un home joyeux et bien-vieillissant. je le trouve si charmant, si envoûtant. sa voix, sa verve, son intelligence, son érudition pour l'Histoire moi qui ne fixe rien dans mon cerveau, ou presque à ce niveau-là, son rire...

il était académicien et avait rendu un bel hommage à madame Simone Veil, il y a quelque temps.

il était/est le père d'Héloïse d'Ormesson qui m'a proposé un jour de lui adresser un texte et que, tremblante, je n'ai toujours pas réussi à faire. tellement peur de la décevoir.

il était Jean Bruno Wladimir François de Paule Lefèvre d’Ormesson, un monde à lui seul, un univers d'un temps de jadis...

 

 Description de cette image, également commentée ci-après

 

08:16 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (0)

01 décembre 2017

BNB

Marie-Monique Robin, journaliste d'investigation que j'apprécie particulièrement a été pendant 18 jours au Bhoutan, petit pays d'Asie, un très petit pays à la culture bouddhiste, qui a longtemps été isolé.

l’ancien premier ministre de ce pays est l’artisan de la philosophie du bonheur national brut, a présenté le rapport "Le bonheur national brut, vers le développement d’un nouveau paradigme ?" aux Nations unies et depuis 2012, le 20 mars est la journée mondiale du bonheur. Ce concept a été médiatisé à partir de 1979, lorsque le quatrième roi, en route pour le sommet des pays non-alignés à Cuba, a donné une interview à des journalistes indiens lors d’une escale à Bombay en présentant son pays de cette manière.

 

"Niché au cœur de l’Himalaya, le petit royaume du Bhoutan refuse "la dictature du produit intérieur brut (PIB)" et de la croissance économique à tout prix, en proposant un nouvel indicateur de richesse : le bonheur national brut (BNB).

Lancé en 1972, le "nouveau paradigme" s’appuie sur quatre piliers : la protection de l’environnement, la conservation et la promotion de la culture bhoutanaise, la bonne gouvernance et le développement économique responsable et durable.

Aujourd’hui, le BNB irrigue toute la vie du pays, entraînant de profonds bouleversements dans l’agriculture (objectif : 100% biologique en 2020), l’éducation nationale, où l’on prépare les élèves à devenir des "ambassadeurs du changement", la gestion des ressources naturelles (réglementation stricte de l’abattage des arbres et de l’exploitation minière), la santé - gratuite pour tous -, le tourisme - haut de gamme -, ou le commerce (non adhésion à l’Organisation mondiale du commerce). Le film raconte le développement du BNB à travers le témoignage de hauts responsables mais aussi d’acteurs de terrain, habités par une vision du bonheur et du bien commun qui a fait l’objet d’un rapport très remarqué aux Nations unies. Dépaysement assuré au pays du dragon tonnerre, passé du Moyen Âge à la modernité en moins de cinquante ans : une voie vers une société durable et plus équitable ?"

08:53 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (1)

30 novembre 2017

écriture inclusive

voici un extrait d'un article du journal Libération :

«Le masculin l’emporte sur le féminin» : des générations d’écoliers ont répété cette règle de grammaire, qui régit l’accord de l’adjectif au pluriel. «Quand il y a plusieurs noms de genre différent, l’accord se fait au masculin pluriel», résume ainsi à sa page 205 le Bescherelle collège. Une règle contestée par des féministes depuis plusieurs années, et plus récemment par des professeurs de français, qui l’accusent de renforcer les stéréotypes. Plus de 300 d’entre eux se sont engagés début novembre dans une tribune à enseigner à la place l’accord de proximité (qui vise à accorder les adjectifs et/ou participatifs avec le nom commun le plus proche, comme dans «Les pâturages et prairies sont verdoyantes»), règle qui primait avant le XVIIe siècle. Une initiative, survenue en plein débat sur l’écriture inclusive (qui ne se réduit pas au «point médian» et dont on vous explique le principe ici), à laquelle le ministre de l’Education Jean-Michel Blanquer s’est dit immédiatement «défavorable».

c'est vrai j'ai entendu quand j'étais jeune cette phrase "le masculin l'emporte sur le féminin" et si ça me faisait râler par rapport aux garçons qui faisaient les malins derrière leur pupitre en bois en rigolant, alors que j'étais en tête de classe pour les résultats, même si je trouvais injuste ce genre de règle, je n'ai pas pensé que cela conditionnerait le respect des hommes envers les femmes, que c'est ce qui leur permettait de nous mettre la main aux fesses ou la main aux seins, de nous hêler comme si nous étions une voiture en vitrine dans la rue, voire de nous frapper dessus après nous avoir mis dans leur lit, de nous violer lorsque leur envie devient trop pressante...

pourtant la réflexion vaut le détour.

si j'étais enseignante en primaire, est-ce qu'aujourd'hui j'emploierais cette phrase devenue il me semble désuète "le masculin l'emporte sur le féminin" ? je ne sais pas.

se poser la question de "l'écriture inclusive", c'est grammaticalement intéressant, vraiment, de là à penser que cela conditionne une mentalité de machos, je veux aller y regarder de plus près.

qui de ces abrutis qui sifflent, agressent, insultent les femmes sans aucune honte se soucie de l'orthographe du mot "salope" (alors que le masculin s'écrit "salaud"), de l'accord du participe dans "elles ont été violées" ? je dérape. les sales cons sont et restent de sales cons, et là je suis d'accord, c'est bien le masculin qui est concerné ici dans l'irrespect le plus répandu sur notre planète.

pour autant, je trouve plus important de se battre contre les abus en tout genre, physique, psychique, sociétal, que sur ce genre de  débat. je me trompe peut-être.

dites-moi...

08:14 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (0)

27 novembre 2017

homozygotes, quelle peau !

ils étaient homozygotes, donc issus du même oeuf, avec une vraie chance de duplication identique de chromosomes, ça a sauvé la vie de l'un d'eux.. alors qu'on le donnait mort... pour ça, j'aime la biochimie...

"Le patient, âgé de 33 ans, était brûlé sur la presque totalité de son corps (soit 95 % de la surface corporelle), en raison d'un accident du travail survenu en septembre 2016. "Je déversais un bidon dans une cuve qui m'a explosé dans les mains, c'était un produit inflammable. J'ai brûlé à vif une quinzaine de secondes", a raconté à l'AFP l'homme de 33 ans.

En acceptant de lui donner sa peau, son frère jumeau homozygote (issu du même œuf) lui a sauvé la vie. Avant cela, des brûlés avaient déjà été greffés à partir de leur jumeau, mais jamais sur une telle surface de peau et sur un brûlé aussi mal en point. Les cas publiés jusque-là dans le monde allaient de 6 à 68% environ et portaient sur 45% de la surface du corps en moyenne, a précisé le chirurgien.

Les deux frères ont été opérés trois fois à l'hôpital Saint-Louis (AP-HP) sur une période de 44 jours. Les interventions ont été réalisées en même temps afin de réaliser le transfert immédiat de la peau. Au total, une dizaine d'opérations ont été nécessaire. Les prélèvements de peau sur le donneur ont été faits en prenant de minces couches de peau sur des zones du corps qui cicatrisent rapidement (crâne, dos et cuisses)."

11:41 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (1)

23 novembre 2017

tout va bien

va-t-on se mentir encore longtemps ainsi ? fermer les yeux ? ne pas voir la réalité en face ?

 

20:39 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (0)

22 novembre 2017

better...

quand c'est "better", c'est plutôt mieux, non ?

merci Haley Reinhart

10:40 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (1)

lunettes à 18 euros

Voilà un article paru sur le JDD en ligne de Europe 1, par Rémi Dessarts, que je trouve fort intéressant.

à cause de cette société où tout se paie très cher, et ne se fabrique pas en France..

là, au moins..

 

L’entrepreneur Marc Simoncini révèle comment il veut révolutionner le marché avec ses montures fabriquées en France.

"C'est le calme avant la tempête. On a préparé beaucoup de choses. J'espère que l'on n'a rien oublié." Dans son bureau de la rue François Ier, Marc Simoncini sait qu'il a passé un point de non-retour. Lundi, il a relancé la bataille des lunettes pas chères en France. Le fondateur du site de rencontres Meetic a de la suite dans les idées. Fort de son succès sur le marché de la vente en ligne de lentilles, il s'est attaqué fin 2015 au segment des montures et des verres de correction avec la marque Sensee. Deux ans plus tard, le succès n'est pas encore au rendez-vous. Alors, il a décidé de passer à la vitesse supérieure. Il révèle au JDD les secrets de sa nouvelle offensive.

Les deux années qui viennent de s'écouler lui ont beaucoup appris. "Le projet initial de Sensee, c'était de vendre des lunettes sur Internet beaucoup moins cher qu'en magasin, raconte-t-il . Il a d'abord fallu passer par six à sept années de combats juridiques et réglementaires pour obtenir enfin une loi – la loi Hamon – qui assure une stabilité à cette activité. On a très vite compris que l'on n'arriverait pas à s'approvisionner avec des lunettes et des verres de marque si on cassait les prix. On a donc décidé de produire des lunettes en France et de les vendre peu cher. Nous avons créé une collection de 400 montures portant le label “Origine France garantie” fabriquées dans le Jura. Mais cela supposait que les consommateurs puissent les toucher et les voir. Ils ne devaient pas penser qu'à ce prix, ce n'était pas des bons produits. D'où la décision de créer des showrooms, et nous en avons ouvert quatre."

Ainsi a-t-il pu tester son concept. Voir comment la clientèle réagissait. Et, surtout, adapter sa politique tarifaire. Les prix des paires étaient fixés entre 59 et 89 euros, deux à trois fois moins que les prix du marché. Mais pour faire enfin décoller les ventes, il va aller beaucoup plus loin.

 

"Puisque les gens ne connaissent pas notre marque, puisqu'ils sont habitués à avoir des promotions complètement dingues dans l'optique, on s'est dit que l'on allait proposer, en maintenant le standard de qualité origine France garantie, le tarif le plus bas possible, annonce Marc Simoncini. Nous sommes arrivés à un prix coûtant de 17 euros auquel nous ajoutons 1 euro, notre marge. Nous lançons donc une grande campagne de pub pour promouvoir des lunettes avec deux verres de correction simple à 18 euros."

Son objectif : débloquer le marché de la vente en ligne de lunettes. Le consommateur ne prend plus de risques. S'il n'est pas satisfait, il dispose de trente jours pour retourner son produit et pour être remboursé.

Le plan média est puissant : 3 millions d'euros brut vont être investis pendant trois semaines. Marc Simoncini pense que son offre va séduire un large public, à commencer par celui des étudiants et des personnes qui ne disposent pas de mutuelle. Dans le même temps, il étoffe son réseau de showrooms pour mieux couvrir le territoire. Il innove là encore en s'associant à la Fnac. Deux corners viennent d'être ouverts à Vélizy et à Bordeaux. Les clients des magasins peuvent déjà y acheter des lunettes de protection contre la luminosité des écrans et découvrir tout la gamme de lunettes Sensee. "Si l'expérience est concluante, nous pourrions être présents à terme dans plusieurs Fnac, espère-t-il . Nous parlons également avec d'autres enseignes. Nous visons un réseau de 50 showrooms. Nous n'avons pas besoin de plus car notre métier reste l'Internet."

En changeant aussi brutalement les règles du jeu d'une profession, il est conscient de s'exposer à des représailles. Ses partenaires sont en première ligne. "Je ne peux pas citer le nom du grand verrier avec qui nous travaillons car il risquerait d'être écarté par les opticiens", explique-t-il. Même inquiétude pour son fournisseur de montures jurassien. "Nous avons beaucoup de mal à trouver des fournisseurs qui acceptent de travailler avec nous."

Une tempête s'annonce, mais cela ne l'effraie pas. "On va se faire réattaquer à nouveau par nos petits camarades, médiatiquement et probablement juridiquement, prévoit-il. Mais nous voulons mettre de la transparence dans le marché le plus opaque qui soit. La France est le dernier pays européen où on ne vend pas de lunettes sur Internet, assure-t-il . Je veux toujours faire baisser les prix et ubériser ce marché." 

 
 

10:33 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (0)

18 novembre 2017

les frontières et les humains

bien longtemps que je ne viens vous raconter, en effet, pas parce que je ne vous aime plus mais parce que je manque cruellement de temps.

alors pour ce retour un film, très court, avec lui, que je trouve depuis bien longtemps, très bon acteur, elle dont je suis archifan..

et un sujet, tellement important..

Réfugiés

07:08 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (1)

16 octobre 2017

prix Nobel de chimie

le prix Nobel de Chimie 2017 a été attribué à Jacques Dubochet, Joachim Frank et Richard Henderson pour leurs travaux sur le développement de la cryomicroscopie électronique.

"L’imagerie est capitale pour comprendre les mécanismes moléculaires dans les différents organismes vivants. Mais les clichés des processus biomoléculaires ont longtemps été incomplets en raison des limitations technologiques.

Grâce à la cryomicroscopie électronique, les biochimistes peuvent maintenant geler les molécules du vivant et les observer figées dans leur mouvement. Un élément décisif dans notre compréhension de la chimie du vivant et donc, notamment, pour le développement de médicaments.

Cette technique d'imagerie a longtemps été considérée comme utile uniquement pour observer la matière morte en raison des électrons qui détruisent le matériel biologique. Mais en 1990, Richard Henderson a réussi à utiliser la microscopie électronique pour visualiser des protéines en trois dimensions à l’échelle atomique. Il prouva alors le potentiel de cette technique."

 

Résultat de recherche d'images pour "prix Nobel de chimie 2017"

11:39 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (1)