Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25 avril 2017

hisser les voiles

un jour c'est sûr, je hisserai les voiles

un jour bientôt je toucherai les étoiles

larguerai les amarres

partirai quelque part

déambulerai au hasard

prête au nouveau départ

un jour c'est sûr, je hisserai les voiles

18033956_785779941588151_6435281756690681418_n.jpg

 

07 avril 2017

nuit

 

Résultat de recherche d'images pour "femmes sensuelles"

je viendrai dans tes nuits

moment d'éternité dans ce temps qui fuit

je viendrai me poser

instant suave de profonde liberté

je viendrai sans te dire

suivant cette lumière de mon propre désir

07 février 2017

day by day

connaissez-vous les épiceries day by day, dont le concept est d'acheter en vrac les produits, en vrac et donc en quantité juste voulue.

ce n'est plus nécessaire d'acheter un kilo de semoule si on en a juste besoin de quelques centaines de grammes, plus nécessaire d'acheter des paquets entiers quand on en juste besoin de petites quantités...

en deux ans, les magasins day by day, ont augmenté leur clientèle de 30%... l'idée fait son chemin.

voici en dessous, une présentation :

"Première chaîne française d’épicerie en vrac
pour faire vos courses au quotidien, en quantité à la demande et sans emballage.

Pâtes, riz, légumes secs, fruits secs, céréales, confiserie, thé, café, biscuits, vins, sirops ou encore produits d'entretien... day by day, première chaîne française d'épicerie en vrac, vous propose d'acheter l'essentiel de vos produits du quotidien, sans emballage imposé et en quantité à la demande.

En s'appuyant principalement sur des entreprises françaises, day by day vous apporte la qualité au meilleur prix, dans la quantité de votre choix.
Ne plus jeter de nourriture en achetant le juste nécessaire, c'est day by day !

En choisissant le vrac et en réduisant le nombre d'emballages inutiles, day by day vous permet de payer la qualité moins cher et de préserver l'environnement."

 

13 janvier 2017

il va bien falloir que ça s'arrête....

deux-personnes-qui-testent-le-remede-497549_w1020h450c1cx3317cy1832.jpg

sinon, je ne tiendrai pas au-delà des cinquante ans...

31 octobre 2016

heure érotique

la nuit de samedi à dimanche, nous avons gagné une heure87 changement pour l'hiver.

les Avocats du diable en ont profité pour nous faire écrire.

de l'érotisme.

du nouveau.

une nouvelle érotique.

toute une nuit pour écrire avec une double contrainte : le thème et le mot final.

cette année, comme l'an dernier, j'y ai participé et durant la nuit j'ai laissé mes doigts pianoter sur le clavier sur le thème "est épris qui croyait prendre" et comme point final, le mot : ricochet.je voulais être originale, écrire d'une façon particulière. mais je n'ai rien maîtrisé, les mots et les images se sont imposés, enchainés.

il faut dire que j'avais fait le plein de belles vibrations.

je ne gagnerai pas, c'est certain mais je l'ai fait, une nouvelle fois.

 

23 octobre 2016

lentement...

lentement sentir le désir m'envelopper

intensément retenir cette envie de nos corps à corps et faire durer chaque minute chaque seconde chaque onde glissant le long de mon épiderme

lentement m'offrir à toi

intensément mélanger nos humeurs nos vibrations nos forces sismiques laisser aller ce qui doit aller laisser couler laisser vivre ce que mon corps attend

lentement calmer les spasmes

intensément graver tout cela en moi ne rien oublier ne rien laisser s'effacer la chaleur la douceur les odeurs les mots que l'on pourrait murmurer et qu'on partage d'un regard.

14344942_662212877278192_3207601440207806057_n.jpg

19 septembre 2016

acte manqué

14344942_662212877278192_3207601440207806057_n.jpg

 

" Les oublis sont des actes manqués, comme les lapsus, les faux-pas, les maladresses.

Selon Freud, ce ne sont pas des "accidents".
Rien, dans la vie psychique n'arrive par hasard."

28 août 2016

eau-réole

14117743_1601986053432779_420960836493875118_n.jpg

"Hervé Joncour sentit l'eau couler sur son corps, d'abord sur ses jambes, puis le long de ses bras, et sur sa poitrine. De l'eau comme de l'huile. Et un étrange silence, tout autour. Il sentit la légèreté d'un voile de soie venir se poser sur lui. Et les mains d'une femme - d'une femme - qui l'essuyaient en caressant sa peau, partout : ces mains, et cette étoffe tissée de rien. Pas un instant il ne bougea, pas même quand il sentit les mains remonter de ses épaules à son cou, et les doigts - la soie, les doigts - monter jusqu'à ses lèvres, les effleurer, une fois, lentement, puis disparaître."

 

"Soie" - ALessandro Baricco

26 août 2016

l'eau

13557721_623606187805528_945000376180154125_n.jpg

Comment comparer les souffrances ?

La souffrance de chacun est la plus grande.

Mais qu’est-ce qui nous permet de continuer ?

C’est le son, qui va et qui vient comme l’eau parmi les pierres.

GÖRAN TUNSTRÖM

22 août 2016

moi profond

14051657_648287752004038_8640634854511905699_n.jpg

 

 

"A force de se regarder, on finit par voir son intérieur et il serait bien que tout le monde puisse le voir, son intérieur, son moi profond, sa véritable nature, on arrêterait peut-être de parler de son âme, (...), on cesserait peut-être de se croire immortel."

Nelly Arcan "Putain"

13 août 2016

ivresse

13882368_643906945775452_6726207151101817090_n.jpg

"Il faut être toujours ivre, tout est là ; c'est l'unique question. Pour ne pas sentir l'horrible fardeau du temps qui brise vos épaules et vous penche vers la terre, il faut vous enivrer sans trêve."

Charles Baudelaire

12 août 2016

prolongement

"Je crois que les yeux fermés devaient être verts. Mais je m'arrête aux yeux. Et même si j'arrive à les retenir longtemps dans les miens ils ne me donnent pas le tout du visage. Le visage reste inconnu. Je vois le corps."

 

L'homme assis dans le couloir - Marguerite Duras

13912375_643597609139719_6198654577118915872_n.jpg

10 août 2016

le lit défait

 

Elle aurait dû savoir pourtant, comme il l'avait lui-même toujours su, qu'entre un homme et une femme qui s'aiment, la confiance, l'estime et la fidélité étaient aussi obligatoires et nécessaires que le plaisir physique.

Le Lit défait (1977) - Françoise Sagan

 

03 août 2016

amorosa

"... je ne peux être la femme qui te donne son corps, parce que mon corps ne m'appartient pas. Je suis trop amoureuse de Gleb. Je vis comme une gifle le contact érotique de tout autre homme que lui. Je ne peux littéralement pas le supporter, pas une seule seconde, je suis désolée".

Le Club de miracles relatifs - Nancy Huston

 

3324881_ombres_et_lumiaOres_femme_allongaOe_de_dos.JPG(c) Christian Salaun

20 juillet 2016

eau

arriver à la source profonde, la sentir tout près, plonger dedans, laisser son corps plonger dedans la source et en ressortir épanoui, heureux, mouillé, libre.

arriver à la source et savoir que rien ne pourra être jamais plus bienfaisant...

13726599_631652853667528_6089064457982212149_n.jpg

12 juillet 2016

le corps et l'esprit

la voix envahissait l'espace sombre de la nuit, pas un autre bruit, juste la voix. chaude, douce, ronronnante, caressante.

le frisson s'est posé délicatement à la naissance de sa nuque, puis il a ruisselé le long de son dos, cheminement lent et merveilleux de la voix qui coule en elle.

le frisson s'est enroulé autour de sa taille, comme des mains chaudes qui la tiendraient pour mieux la posséder, il a continué sur ses hanches, fondu entre ses jambes, glissé le long de ses cuisses.

la voix envahissait l'espace sombre de la nuit et l'espace doux de son âme.

elle dormait et la voix lui parlait.

13585203_10154358880670820_1761127492220098077_o.jpg (j'ai récupéré cette peinture sur FB il y a qq jours mais je ne sais plus dire qui en est le peintre, je suis navrée. je crois que le titre est "la femme endormie et la lampe à pétrole")

27 juin 2016

nuit blanche

enfoncer les ongles dans les draps frais

mordre à en étouffer le tissu de l'oreiller

sentir la chaleur irradier au bas des reins

se laisser embarquer dans un délice divin

reste là, ne pars pas, reste encore

serre-moi, viens, caresse mon corps

preview-650x341-98-1463583180.jpg

27 mai 2016

arrogance

Suivre son chemin sans retour en arrière

prendre des décisions déterminée et fière

toujours vouloir le meilleur

savoir reconnaître les imposteurs

sans un bruit, en silence

encore et encore cultiver son arrogance

13239178_10206998094414942_2756140240613132898_n.jpg

photo Anita Andrzejewska

11 mai 2016

l'amant

patrick_causse.jpg (c) Photo Patrick Causse

 

"Je lui dis de venir, qu'il doit recommencer à me prendre. Il vient, Il sent bon la cigarette anglaise, le parfum cher, il sent le miel, à force sa peau a pris l'odeur de la soie, celle fruitée du tussor de soie, celle de l'or, il est désirable. Je lui dis ce désir de lui. Il me dit d'attendre encore. Il me parle, il dit qu'il a su tout de suite, dès la première traversée du fleuve, que je serais ainsi après mon premier amant, que j'aimerais l'amour, il dit qu'il sait déjà que lui je le tromperai et aussi que je tromperai tous les hommes avec qui je serai. Il dit que quant à lui il a été l'instrument de son propre malheur. Je suis heureuse de tout ce qu'il m'annonce et je le lui dis. Il devient brutal, son sentiment est désespéré, il se jette sur moi, il mange les seins d'enfant, il crie, il insulte. Je ferme les yeux sur le plaisir très fort. Je pense : il a l'habitude, c'est ce qu'il fait dans la vie, l'amour, seulement ça. Les mains sont expertes, merveilleuses, parfaites. J'ai beaucoup de chance, c'est clair, c'est comme un métier qu'il aurait, sans le savoir il aurait le savoir exact de ce qu'il faut faire, de ce qu'il faut dire. Il me traite de putain, de dégueulasse, il me dit que je suis son seul amour, et c'est ça qu'il doit dire et c'est ça qu'on dit quand on laisse le dire se faire, quand on laisse le corps faire et chercher et trouver et prendre ce qu'il veut, et là tout est bon, il n'y a pas de déchet, les déchets sont recouverts, tout va dans le torrent, dans la force du désir."

 

L'amant - Marguerite Duras

08 mai 2016

croisement

" Il est des gens dont c'est le destin de se croiser. Où qu'ils soient. Où qu'il aillent.

Un jour, ils se rencontrent."

Seule Venise - Claudie Gallay

 

Afficher l'image d'origine