Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24 mars 2017

appel des solidarités

Nicolas Hulot et 80 organisations non gouvernementales ont lancé un appel durant ces présidentielles afin d'insuffler un "supplément d'âme" dans tous ces programmes proposés, afin de  parler de la lutte contre les inégalités et la fraude fiscale, ou de la priorité à la santé et l'environnement.

Nicolas Hulot se demande : "La solidarité est-elle une option ou une condition à la paix sociale et à la paix dans le monde ?"

les associations précisent : c'est "un appel pour que nous ne soyons pas seulement guidés par la peur, les crises que nous traversons sont toutes liées à un déficit de solidarité". elles invitent le plus grand nombre de citoyens à y adhérer, à un mois de l'élection présidentielle.

"Dans la lignée de l'appel de l'abbé Pierre en 1954, cette démarche de quelque 80 associations - inédite par son ampleur - veut pousser les politiques à faire de ce principe la pierre angulaire de leur action. Parmi ces ONG figurent le WWF, Greenpeace, ATD Quart Monde, la Fondation Abbé Pierre, Les Petits Frères des pauvres, Action contre la faim, Oxfam, ou encore l'Association des paralysés de France, Médecins du monde, le Secours catholique, le Secours islamique, ou SOS Racisme. Priorité mise en avant, "la lutte contre les inégalités, la fraude, l'évasion fiscale, l'impunité des banques, des politiques ou des multinationales".

"Tout le monde parle d'équité ou de solidarité, très bien. Mais comment partager la richesse quand elle se concentre dans les mains de quelques-uns ? Comment la solidarité peut-elle s'exprimer quand l'évasion fiscale représente l'équivalent de notre déficit budgétaire ? C'est impossible !", a lancé le leader écologiste. "A-t-on besoin d'être à la gauche de la gauche pour exiger que ce soit une priorité diplomatique, française et européenne ?", a-t-il ajouté. "La violence latente n'est pas née par hasard (...) Si nous aspirons à des relations pacifiques, il faut changer de focus et faire que les solidarités deviennent le 1er critère dans nos choix de politiques."

Autre priorité, l'écologie : "C'est aussi la solidarité avec nos enfants, avec ceux qui sont victimes du changement climatique", a fait valoir l'ex-envoyé spécial de François Hollande pour le climat. "Les candidats pourront s'appuyer sur "cette exigence" : "Nous pouvons imposer un référentiel" dans cette élection, a fait valoir Nicolas Hulot. Pas question en revanche pour le collectif de donner une consigne de vote, a ajouté l'ancien candidat à la primaire des Verts en 2011. "Ce n'est pas à nous de nous substituer à la conscience du citoyen", a-t-il expliqué. En revanche, les initiateurs du mouvement donnent rendez-vous d'ici un an pour faire le bilan des progrès et reculs. Un panel de solutions sera remis aux parlementaires à la rentrée.

L'appel insiste aussi sur la solidarité avec les personnes en difficulté ou discriminées en défendant l'accès aux soins, au logement, à l'éducation et l'égalité des territoires. La solidarité internationale est mise en avant, via la coopération et l'accueil de ceux qui fuient la misère et la guerre. Le texte s'adresse à ceux qui "sont parfois envahis par une sentiment d'impuissance", qui "continuent à s'entraider là où on nous dit qu'il faudrait se replier" ou qui "protègent la nature là où d'autres veulent la détruire", disent les ONG. "Il ne s'agit pas d'interpeller les candidats comme les enfants tirent sur la manche d'un adulte mais bien de leur donner un cap, un mandat impératif", expliquent les ONG et "pour l'imposer, il faut peser et pour peser il faut se compter".

Chaque citoyen est invité à signer l'appel sur le site www.appel-des-solidarités.fr ou gratuitement par SMS au 32321 en tapant le mot "Présent". "On fait l'appel, comme à l'école, et on répond présent", commente Hulot. Un index levé sera le signe de ralliement des soutiens. Symboliquement, la réplique de la statue de la Liberté à Paris au bord de la Seine, troquera jeudi sa flamme contre une main reprenant ce geste."

Écrire un commentaire