Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09 décembre 2016

crevasse et banquise

on est vendredi, jour des écolo-qui-n'y-vont-pas-molo alors je vous livre une information importante, qui me fait frémir et m'attriste.

quand les grands industriels de toute la planète prendront-ils conscience qu'ils nous détruisent à petit feu ?

voilà un article passionnant de Clothilde Alfsen :

"D’après une étude publiée le 29 novembre, une crevasse dans la banquise de l’Antarctique occidental laisse présager de nouveaux effondrements de glace importants. 

Wikipedia/ Pine Island Glacier crevasse

Wikipedia/ Pine Island Glacier crevasse

En juillet 2015, un gigantesque iceberg s’est détaché du glacier de l’île du Pin, situé dans la partie occidentale de l’Antarctique. Des scientifiques de l’université d’État de l’Ohio ont annoncé avoir trouvé la cause de cette effondrement et ont divulgué les résultats de leurs recherches dans une étude publiée dans le journal Geophysiphical Research Letters, relayée sur le site EurekaAlert! Ils ont notamment observé une immense crevasse dans la calotte glaciaire qui n’annonce rien de bon.

Alerte aux crevasses

L’an dernier, cette crevasse longue de 32 kilomètres avait fendu en la surface du glacier de l’île du Pin et un iceberg de 360 kilomètres carrés s’en était détaché. Selon les chercheurs de l’université de l’Ohio, cités par Mashable, le réchauffement de l’eau a fait fondre la glace par en dessous, ce qui a provoqué la fissure. C’est pour eux une preuve de plus que le réchauffement climatique risque de créer de nouvelles crevasses dans l’inlandsis Ouest-Antarctique, la partie occidentale de la calotte polaire. La conséquence de ces détachements pourrait être l’effondrement de la calotte polaire, ce qui entraînerait une montée spectaculaire et désastreuse du niveau des mers, et de possibles inondations un peu partout sur la planète.

Comme le souligne Mashable France, une étude de la revue Nature évoquait récemment une augmentation d’un mètre du niveau de la mer d’ici à 2100 en cas d’effondrement de la calotte polaire. Certaines études encore plus pessimistes annoncent une augmentation de 3 mètres… et la disparition totale des villes de New York, Miami ou Dacca.

“La question n’est maintenant plus de savoir si la calotte glaciaire de l’Antarctique va fondre, mais quand”, déclare Ian Howat, directeur de l’étude et professeur associé en sciences de la terre à l’université d’État de l’Ohio, dans un communiqué de presse, cité par Mashable US.

Vallée glacière et courants chauds

Ce qui  inquiète le plus les scientifiques, c’est que la crevasse s’est formée au milieu de la banquise, c’est-à-dire là où celle-ci est normalement la plus solide.

Toujours d’après les propos de Ian Mowat relayés par Mashable, la crevasse est apparue dans une vallée glaciaire, où un courant d’eau chaude a dû s’introduire. Et les vallées glaciaires sont nombreuses sur la banquise…

Mais pour Ian Joughin, ingénieur au laboratoire de physique appliquée de l’université de Washington, cette fissure pourrait en fait être nécessaire à l’écoulement de la glace. “Le lieu de la fissure n’est pas si différent des lieux des précédentes fissures”, confie-t-il. Pour lui, “il est trop tôt pour dire s’il s’agit d’un mouvement durable qui pourrait vraiment altérer le rythme de retrait de la glace” dans ce coin de l’Antarctique.

En tout cas, le fait d’avoir découvert comment cette énorme fissure s’est formée permettra aux scientifiques de mieux comprendre et anticiper l’apparition de nouvelles crevasses."

Écrire un commentaire