Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26 octobre 2018

Ombre sur Marseille

un bien tendre spectacle...

Picture

« Ombre » est un cri de révolte face à la vérité que l’on impose au monde de l’enfance, ce voyage dans la nuit d’une chambre nous conduit de l’autre côté des peurs et des terreurs nocturnes. Si la nuit est un Théâtre d’ombres où se projettent nos propres fantasmes, elle est aussi le révélateur du monde que chacun porte en soi. L’ombre est un pays, un peuple, le pendant de nos
croyances diurnes. Tout le visible vient du ventre de la nuit, tout sort de cet abîme, qui sait ce qu’il recèle encore de vie grouillante et d’exubérance en devenir ?
Pendant le jour l'ombre donne une forme aux choses en dessinant leur contour. Pendant la nuit l’ombre avale tout, elle révèle l'autre nature du vivant : un mystère épais où il faut apprendre à ouvrir les yeux comme on apprendrait à respirer sous l’eau.
 
Ce soir je les attendrai,
elles finissent toujours par venir : les Ombres.
Je ne dormirai pas, je veux ouvrir les yeux dans la nuit. 
Tout ce que l’on dit pour me rassurer ne fait qu’augmenter ma terreur quand la lumière s’éteint.

« Regarde c’est juste une ombre. Allez rendors-toi maintenant. »

Ma mère m’énerve. Les adultes m’énervent. Ils ont tout écrasé, justifié, prouvé par A plus B, étiqueté, rangé dans des boites que c’est même plus la peine de les ouvrir parce que c’est marqué dessus ce qu’il y a dedans !

22:46 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (0)

Écrire un commentaire