Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18 décembre 2015

Bruce for ever

je n'ai jamais changé d'avis et encore maintenant je peux le dire : s'il veut m'épouser c'est oui, sans hésiter...

le Boss que j'aime..

 

12366352_10153153440582121_3313260949001075203_n.jpg

20:32 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (0)

14 décembre 2015

be sensational

make me love you...

23:08 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (2)

13 décembre 2015

look at Jeanne

cette chanteuse est une artiste écorchée, puissante et délirante.

la voir en concert est inoubliable...

je n'oublierai pas.

Jeanne Added.

08:56 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (2)

11 décembre 2015

vote

la blondinette a 18 ans, une bouille gonflée de hamster grignotant son plein de graines cause opération dents de sagesse qui ne l'a pas rendue plus sage... et elle me toise furieuse.

j'ai le droit à un sermon.

sur mon irresponsabilité, sur le fait qu'"à cause de moi" toute la France va basculer dans un truc glauque...(si si, vraiment, je ne me rends pas compte, là, ou quoi ???)

- oh là ! d'abord, ce n'est pas toute la France, mais notre région...

- oui, mais quand même, tu l'as dit toi-même les subventions pour la culture, l'éducation... on va tout perdre. le social, les concerts, les parcours professionnalisants, les parcours "deuxième chance"...

bon, j'avoue, je parle trop politique chez moi, ça commence à déteindre et pas toujours là où je le pensais.

il n'empêche, non c'est non, je n'ai pas envie, parce que certains ne savent pas faire la différence entre un parti et une "arnaque", de me priver de garder mes opinions, les garder, les honorer, les voter.

hors de question pour moi de voter ce que je ne veux pas parce que d'autres se sont perdus dans des chemins sombres.

la solidarité a ses limites et un bon coup en pleine gueule, ça forme mieux que des caresses mal faites.

je ne nierai jamais mes convictions, je les défendrai et en moi-même y croirai jusqu'à mon dernier souffle.

même si mon internénette tout juste majeure doit m'en vouloir pour cela !

 

09:30 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (1)

09 décembre 2015

Luberon

par "chez moi", il y a une kiné qui se fait tuer par son patient dépressif, un aéronef 4 places qui s'écrase sans que personne ne s'affole, des électeurs qui fréquentent abusivement le bar du village, une épicerie salvatrice et des cieux rougeoyants...

mais je ne voudrais pas vivre ailleurs...

luberon-660x351.jpg

09:15 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (3)

06 décembre 2015

majorité

elle est fragile et si forte. princesse et "bonhomme" tout ensemble.

courageuse et battante, apeurée pour un rien.

elle est sourire et sourcils froncés. elle est tendresse et retenue.

elle passe le cap de l'adulte, elle qui voudrait rester une enfant.

aujourd'hui, elle a 18 ans.

lilou.png

23:43 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (4)

05 décembre 2015

complication

enrouler les certitudes

laisser perler les doutes

cambrer la destinée

épanouir la volupté

12243272_1132146163463678_7462472877158644005_n.jpg

23:02 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (0)

28 novembre 2015

un petit peu de toi

08:42 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (1)

27 novembre 2015

règles élémentaires

voilà une initiative fabuleuse que je relaie en faisant un copier-coller d'un article pêché sur le site de Marie-Claire :

boite tampon

Une jeune étudiante de Sciences Po vient de lancer une opération dans le hall du bâtiment de l’IEP de la Rue Saint Guillaume. Le but ? Collecter des fonds pour acheter des produits d’hygiène intime aux femmes SDF.

Tara Heuzé, jeune étudiante à Sciences Po Paris, a eu une idée généreuse et utile pour venir en aide aux femmes sans abris. Ce jeudi 26 novembre, elle a lancé dans le hall de son école un appel aux dons pour pouvoir leur offrir des produits d’hygiène intime. Une initiative baptisée “Règles élémentaires” au profit du Samu Social, accompagnée d’affiches noir et rouge aux messages crus. Ainsi, on peut voir placarder dans l’école : “Iris, sans tampon depuis 11 mois “ ou encore “ Sara, plus un centime pour l’hygiène intime depuis 6 mois”.

 

Un discours clair et sans fioriture, qui vise à faire prendre conscience de l’importance des difficultés que rencontrent ces femmes qui vivent dans la rue, alors même que la taxe tampon est au coeur du débat. “Les gens ne veulent pas entendre parler de règles, c’est tabou, c’est du sang, ça les choquent, c’est un sujet qui les dégoûtent dont personne ne parle et qui est pourtant une vraie problématique, c’est bien gentil les conserves d’haricots verts, tout le monde en a besoin, mais les femmes ont aussi besoin de serviettes hygiéniques, de tampons”, a affirmé Tara Heuzé dans une interview accordée à France Inter.

 

De son côté, Lolita Dias du Samu social a aussi soutenu l’initiative sur France Inter: “C'est très important parce que ce sont des produits très difficiles d’accès pour les femmes en grande précarité, car ce sont des produits chers. [...] Face à peu de revenus, ce ne sont pas les premiers produits vers lesquels elles se tournent.”

 

Un beau projet ouvert à tous ceux qui souhaitent participer et dont l’objectif comme l’affirme l’étudiante est de “faire bouger les lignes et changer les règles.”

 

Pour faire un don de produits ou d'argent : rendez-vous les 27 novembre et 2 décembre prochains à Sciences-Po Paris en envoyant un mail avant votre passage à regleselementaires@gmail.com.

18:06 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (0)

24 novembre 2015

my génération

j'entends ici et là que c'est la nouvelle génération qui est visée. vivante, joyeuse, multiple elle incarne tout le mythe "français". à démolir.

la génération des jeunes de 20 ans.

bon, soit.

on n'est pas là pour faire un procès ou comparer ou décider de qui fait quoi mais...

je ne m'en remets pas, je pleure encore de ce qui se passe.

vraiment, je pleure.

quand j'étais gamine, mes copains s'appelaient Mohamed, Manuela et encore Manuela, et Kamel. Slim.

Jamel m'avait filé tous ses disques des Beatles, des 33 tours, je n'ai pas aimé mais j'ai oublié de les lui rendre quand j'ai déménagé.

Maria me refourguait des tonnes de bonbons en échange des bonnes réponses aux interros. aujourd'hui je ne digère plus les bonbons... 

et jamais au grand jamais, on ne se demandait si ce Marocain, cette Portugaise, cette Espagnole, cet Algérien... avait telle confession, telle obédience et mangeait tel ou tel aliment.

OK, je vivais dans une cité, OK, je vivais au milieu de tous au collège, les riches, les moins riches... on se foutait de la gueule des uns et des autres, on se mélangeait, on...

je crois appartenir à la génération la plus "mélangée" et je pense que mes acquis de petite fille sont tellement tellement en souffrance.

la nouvelle génération a déjà fait la part des choses, pas nous. 

on écoutait la guerre de nos parents, tout petits, de nos grand-parents. on écoutait en se disant que c'était du passé. on est au milieu entre le passé et le présent.

mais ne dites pas que c'est la nouvelle génération qui est visée.

ma génération n'a plus de repères.

je suis perdue.

et profondément malheureusement.

 

20:45 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (3)

22 novembre 2015

Deluxe au Moulin

chanter, hurler, jumper, taper des mains, savourer, être bien, aimer ça...

et pleurer quand le concert est fini en se disant que ça aurait du se dérouler comme ça un fameux vendredi 13 novembre... merci la musique, les arts en général de nous apporter autant de bonheur...

merci..

je vous glisse une vidéo tournée à Paris mais au Moulin à Marseille hier, c'était les mêmes chansons, les mêmes chanteurs, la même folie, si ce n'est plus....

12:36 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (0)

21 novembre 2015

Jonah Lomu

cet homme était un dieu des pelouses de rugby, il n'a pas voulu écouter les sales cons qui lui disaient quand ils était jeune qu'il ne serait jamais All Black parce qu'il venait d'une cité et il a eu super raison.

et il a joué dans l'équipe Marseille-Vitrolles ce champion néo-zélandais.

alors je vous glisse en dessous le ressenti de son entraîneur d'alors : Alain Hyardet... pour découvrir l'homme merveilleux qu'était Jonah Lomu..

Côté fermé signé Jonah Lomu à Vitrolles, face à Béziers, lors de la saison 2009/2010 de Fédérale 1. (L'Equipe)

L'homme

«Il y avait immédiatement un décalage visible entre le personnage, c’est-à-dire le regard que portait l’extérieur sur Jonah Lomu, sorte de pop star, et l’homme, ce qu’il était vraiment à l’intérieur de lui, c’est-à-dire humble, assez introverti. Ce qui m’avait immédiatement marqué, c’est qu’il refusait de se mettre en avant ou qu’on le mette en avant. Vis-à-vis de ses partenaires, de l’équipe, il se sentait mal à l’aise.»
 

Son premier match

«Nous affrontons La Seyne et le match est délocalisé à Mayol. Dans le vestiaire, il s’est isolé pour se préparer comme s’il allait disputer la finale de Coupe du monde. J’avais beau lui préciser que ce n’était que de la Fédérale 1, le troisième niveau français, qu’il n’avait rien à craindre, que la défaite n’engageait pas le reste de la saison, il était à bloc. J’ai compris, au bout d’un moment, que ce match était la chose la plus importante pour lui parce qu’après sa greffe des reins, il allait enfin rejouer au rugby. C’était comme une renaissance. Un moment capital dans son existence.»
 

Ses adversaires

«Il ne produisait rien d’exceptionnel sur le terrain. Sauf que ses adversaires lui témoignaient un profond respect. Il y avait le match et il y avait Lomu. Pour les joueurs de Fédérale, Lomu c’était un personnage de PlayStation. Et là, d’un seul coup, ils avaient en face d’eux une star planétaire, le joueur qui les faisait rêver. Le décalage était immense. Lomu, c’était réservé au très haut niveau et aux grands stades. Et lui, il faisait entrer ses adversaires dans une dimension inconnue. Ils n’avaient pas le billet pour aller là où lui évoluait. A la fin des matches, ils allaient le voir pour lui dire : "Merci, monsieur, de nous avoir fait passer…" Comme des gamins sans billet qu’un joueur fait entrer gratuitement dans le stade.»
 
 
 

Son regard sur le jeu

«C’était un passionné de jeu. Il aimait savoir pourquoi et comment on allait développer nos mouvements sur le terrain. Il m’interrogeait beaucoup sur la structure de nos organisations, offensives et défensives ; comment on allait d’un point A à un point B sur le terrain. Il était nourri par la culture all black.»
 

Son état d'esprit

«Un jour où il était blessé, nous allions à Graulhet (dans le Tarn) et il a voulu venir avec nous. Il a effectué les cinq heures de bus pour être simplement porteur d’eau. Il remplissait les gourdes de ses coéquipiers, et leur tendait sur le terrain pendant les arrêts de jeu. je l’ai même vu masser les mecs qui avaient des crampes, à la fin du match.»
 

Son impact

«Nous avions des maillots un peu dépareillés et défraîchis. Ça allait bien pour la Fédérale 1, mais lui voulait le meilleur pour nous. Alors il a appelé Adidas en leur disant qu’on ne pouvait pas continuer à jouer comme ça. "Trouvez-nous de beaux maillots...", a-t-il demandé. Et ils sont vite arrivés, magnifiques, bleu ciel et blanc, comme ceux de l’OM.»
 

Son départ

«Il travaillait pour Adidas et Visa. Il était aussi l’ambassadeur de la Coupe du monde 2011 en Nouvelle-Zélande. Je voyais bien qu’il était surbooké. Mais je n’ai pas d’image particulière de son départ. Je le voyais triste, parce qu’il sentait qu’il allait devoir s’arrêter. Il m’a dit un jour, en parlant d’une action de jeu que nous avions créée pour lui : "Ma tête veut aller à un endroit précis du terrain, mais mes jambes ne peuvent pas…'' Ce jour-là, j’ai compris qu’il allait bientôt disputer son dernier match de rugby et que ce serait avec nous.»

 

16:04 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (0)

17 novembre 2015

toujours en cercle serré, toujours debout

acheter un album où on entend (et grâce à qui on peut hurler") : "va te faire enculer le blizzard" (et pas que), c'est également nouer à son poignet un ruban où est inscrit : "toujours en cercle serré, toujours debout".

un ruban rouge.

un rouge Fauve.

eh bien, là, ces jours derniers, je n'arrive plus à retirer ce bracelet Fauve de mon poignet.

 

Afficher l'image d'origine

20:52 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (0)

my city of ruins

my country is of ruins...

my boss...

19:38 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (0)

15 novembre 2015

Titeuf et la guerre

Afficher l'image d'origine

Afficher l'image d'origine

Afficher l'image d'origineAfficher l'image d'origineAfficher l'image d'origine

Fin Titeuf en guerre

 

23:19 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (0)

l'après 13 novembre...

marcher dans des paysages magnifiques, voir un ciel de couleur irisée virer au rouge sang, apprécier l'harmonie des teintes d'automne et se dire que la vie est là, que la vie reste belle, époustouflante, troublante, motivante, et qu'il ne faut pas se lasser de la savourer, la découvrir, la contempler...

pour que rien ne s'arrête jamais.

 

 

23:05 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (2)

13 novembre 2015

gentillesse

aujourd'hui c'est la journée de la gentillesse..

waouh ! heureusement qu'on nous rappelle de temps en temps qu'il serait bien d'être gentil, sinon nous courons au désastre..

bon ben il n'y a plus qu'à...

allez un effort..

Afficher l'image d'origineAfficher l'image d'origine

23:05 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (0)

11 novembre 2015

Glucksmann is dead

André Glucksmann était essayiste et philosophe français.

un "nouveau" philosophe qui fut maoïste puis altantiste et était proche de Bernard Henri Levy.

il a changé régulièrement de combat, il a soutenu Nicolas Sarkozy en 2007, il a écrit des ouvrages forts et contreversés, comme "La cuisinière et le mangeur d'hommes, réflexion sur l'Etat" où il établit un parallèle entre nazisme et communisme...

et il est mort.

hier.

Afficher l'image d'origine

23:12 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (0)

08 novembre 2015

20 ans

"votre fille a vingt madame que le temps vite,

hier encore madame elle était si petite..."

c'est aujourd'hui...

21:12 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (2)

07 novembre 2015

il nous restera ça...

on voulait faire une famille...

18:15 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (0)