Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04 août 2017

nocturnes littéraires, saison 2

c'est reparti pour un tour, je refais mes valises direction Toulon, pour reprendre la route des Nocturnes littéraires.

cette fois-ci direction le sud. ce n'est pas loin, il fait chaud et l'ambiance risque d'être explosive..

alors rendez-vous demain après-midi à la librairie Falba de Toulon, et le soir, à Saint-Tropez, sous les parasols...

c'est la librairie de Cogolin qui gère nos ouvrages, youpi !

 

L’image contient peut-être : 1 personne, sourit, debout, mariage et plein air

earth overshoot day

voilà la date a été fixée, impossible de s'y tromper, on a encore abusé..

depuis le 2 août, la planète a épuisé toutes ses ressources pour l'année, sept mois pour consommer l'équivalent de ce que la planète peut renouveler en une année.

à quoi correspond cette date ?

c'est l'ONG Global Footprint Network, qui l'a baptisée "Earth overshoot day", soit le Jour du dépassement de la Terre en français.

bon, ben, on peut dire que nous sommes forts pour trop consommer, on le savait déjà, ça se confirme...

dites, on pourrait faire un peu attention ?

 

Mo Farah

cet homme est une légende : extraordinaire, magnifique et rapide.

à Londres, se tiennent en ce moment les mondiaux d'athlétisme et il a débuté les épreuves avec brio..

"Mo Farah continue d’entretenir sa légende. Grand favori à sa propre succession sur le dernier 10 000 mètres de sa carrière aux Championnats du monde, le Britannique a ajouté un sixième titre mondial à son immense palmarès et une nouvelle fois montré sa suprématie sur le demi-fond. Titré pour la troisième fois de sa vie sur le 10 000 mètres, Farah a débuté ses Mondiaux de la meilleure des manières devant son public."

 

23:17 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (0)

31 juillet 2017

une femme

ça, c'est une belle nouvelle : une magnifique chanson d'Albin de la Simone...

23:26 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (0)

et sinon...

sinon, le monde ?

Camille Lacourt se retire en beauté car le nageur a obtenu la médaille d'or aux championnats du monde à Budapest. n'empêche : il arrête.

Paris sera seul en lice pour l'organisation des JO en 2024.

Jeanne Moreau et Sam Shepard sont morts aujourd'hui. Sophie Huet aussi.

le Vénézuela est à feu et à sang, des morts, des gaz lacrymogènes... tout cela à cause de l’élection d’une Assemblée constituante voulue par le président Nicolas Maduro et contre laquelle l’opposition a appelé à de nouvelles marches aujourd'hui et mercredi...

la végétation qui constitue les magnifiques paysages de mon paradis a pris feu durant de longues et terribles journées, laissant un territoire noirci.

le Yémen va mal, très mal : avec plus de 10 000 tués depuis deux ans, en majorité des civils, et la pire épidémie de choléra de la planète, le pays menace de s’effondrer. on pouvait lire dans Le Monde d'aujourd'hui : "La guerre qui ravage le Yémen depuis deux ans est la quintessence des guerres d’aujourd’hui : on tue d’abord des civils. On les bombarde, on les déplace, on les affame, on les prive de soins."

Donald Trump a viré Anthony Scaramucci, son directeur de communication, qui, paraît-il aurait eu des propos vulgaires et déplacés.. non ?? étonnant...

les salariés de GM & S attendent toujours de savoir à quelle sauce ils seront dégustés...

la gare de Montparnasse vit un vrai bazar et les voyageurs ne circulent plus... les trains non plus, d'ailleurs.

toujours le conflit Israël/Palestine.

vite vite vite, vous trouver une belle nouvelle pour conclure...

lors de l'Euro 2017 féminin, l'équipe de France a été éliminée en quarts de finale par l’Angleterre (1-0)... pas une bonne nouvelle, ça non plus...

ben je ne vois plus...

 

23:25 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (1)

nocturne littéraire sud

à peine rentrée de Bretagne, j'ia enchainé avec une nocturne littéraire à La Garde Freinet, en compagnie de Sandrine Senes, Jérémy Parigi, Pascal brissy et Marcus Malte (on était bien contents de se retrouver pour papoter un peu).

et la température était tellement différente, incroyable !

 L’image contient peut-être : 1 personne, sourit

nocturne littéraire jour 4

il faut quand même que je vous vous raconte la fin de mes aventures bretonnes.

le dernier jour pour moi, le jour 4 donc.

il pleuvinait, il faisait froid, j'ai préparé un memory et un jeu de dominos Hugo, alors j'ai joué avec des lecteurs bretons, bien futés et c'était très sympa.

j'ai rigolé dans la voiture en VIP avec Richard Bohringer, à l'écouter me raconter sa vie.

avant j'ai nagé à la piscine de Vannes et j'ai couru pour être à l'heure du rendez-vous...

j'ai dédicacé pas mal, encore...

et le soir, comme c'était mon dernier soir, nous étions plusieurs à rester partager un dernier verre. un vrai chouette moment.

jour 4, donc. Locminé.

 Aucun texte alternatif disponible.L’image contient peut-être : maison, herbe, plante, plein air et natureL’image contient peut-être : nuage, ciel, plein air et natureL’image contient peut-être : une personne ou plus et plein airL’image contient peut-être : plante, arbre, plein air et nature

L’image contient peut-être : 3 personnesL’image contient peut-être : 3 personnes, personnes souriantes, personnes assises et plein air

26 juillet 2017

nocturne littéraire bretonne jour 3

aujourd'hui, le soleil était de retour, je suis allée courir dans Vannes, avant de retrouver Myriam, une auteur connue il y a plus de dix ans, avec sa fille Lara et boire un café avec elles.

écriture ensuite pour avancer mon travail et départ pour Arzon, encore une presqu'île où le vent soufflait très fort mais où les lecteurs étaient encore très présents. achat d'un livre sur Simone Veil mais pas de pulls Armor Lux...

je n'ai presque plus d'ouvrages à dédicacer et l'ambiance est très conviviale entre les auteurs, une sorte de colonie de vacances pour grands.

dégustation d'un tourteau frais ensuite, toujours en buvant du cidre, pour finir la journée.

ce qu'il faut voir à Arzon : son concentré de presqu'île, son Tumulus de Tamiac, son cairn du Petit mont, ses ports, ses biscuiteries, sa boutique Armor Lux...

L’image contient peut-être : ciel, océan, nuage, plein air, nature et eauL’image contient peut-être : ciel, herbe, plein air et nature

L’image contient peut-être : une personne ou plus, ciel, plein air, nature et eauL’image contient peut-être : océan, ciel, plein air, nature et eauL’image contient peut-être : ciel, nuage, océan, plein air, eau et nature

nocturne littéraire bretonne jour 2

lundi, après une nuit réparatrice, la bande d'auteurs s'est retrouvée à Conlo pour un déjeuner extérieur et je me suis sentie de nager dans le plan d'eau très très frais...mal m'en prit car j'ai mis beaucoup de temps à me réchauffer et ça, malgré la présence de Richard Bohringer...

départ ensuite pour Quiberon, belle presqu'île où les lecteurs se massaient sur la place, où mademoiselle Lo est venue me voir, où les dédicaces étaient encore importantes.

souper avec Richard Bohringer en face qui raconte de belles anecdotes et encore du bon cidre.

balade nocturne pour finir sur les quais où des artisans vendaient de belles créations...

ce qu'il faut voir à Quiberon : sa presqu'ile, ses ortensias, sa côte sauvage spectaculaire, son tire-bouchon, ses sites mégalithiques, ses hameaux pittoresques 

20264804_1460843937305504_8770797759741202136_n.jpgL’image contient peut-être : ciel, plein air, eau et nature

 

L’image contient peut-être : plein airL’image contient peut-être : ciel et plein air 

L’image contient peut-être : ciel, océan, plein air, eau et nature

 

 

 

 

 

 

 

nocturne littéraire bretonne jour 1

depuis dimanche, je chemine avec une belle bande d'auteurs fascinants dans des lieux bretons savoureux et dédicace chaque soir mes ouvrages jeunesse pour des petits lecteurs à croquer.

dimanche soir donc, ce fut Josselin.

à peine débarquée du train (où j'ai croisé Alain Souchon qui m'a offert un délicieux sourire) à Vannes en claquettes et petit pull, j'ai du m'adapter et partir vite à Josselin où déjà des dédicaces m'attendaient.

malgré la pluie et le froid,les lecteurs étaient au rendez-vous et ce fut une fin de journée merveilleuse.

ce qu'il faut voir à Josselin : son château fabuleux, son bois d'Amour, son bourg médiéval, l'Oust...

Aucun texte alternatif disponible.L’image contient peut-être : ciel et plein air L’image contient peut-être : plein airL’image contient peut-être : herbe, arbre, plein air et natureL’image contient peut-être : plein airL’image contient peut-être : maison, plein air et nature

 

22 juillet 2017

Romain Bardet

Romain Bardet est un drôle de petit jeune, un coureur cycliste, originaire de Brioude, qui fait parler de lui sur le tour de France de cette année.

évidemment, me dirait mon "grand frère" Olivier, un gars de Brioude ne peut faire que sensation.

soit !Tour de l'Ain 2014 - Romain Bardet.jpg

 

il n'empêche que ce tour 2017 aborde fièrement les couleurs de la France et c'est une vraie belle chose..

13:41 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (0)

Insus

quand j'étais une adolescente qui voulait échapper à certains codes, j'écoutais avec bonheur Téléphone. Jean-Louis, Corinne, Louis et Richard, étaient affichés dans les toilettes de la maison avec les paroles de "La bombe humaine".

c'est peu dire si j'ai été émue de les entendre à nouveau, les ex-Téléphone, devenus "Insus", privés de Corinne mais toujours mus par la même énergie, la même volonté de nous faire vibrer..;

pas une ride, pas un côté "retour sur le tard de vieux ringards", non, bien au contraire, un bonheur de chaque instant partagé.

partagé.

je dédie cette chanson à celui qui accompagne ma vie...

13:36 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (2)

Eugène Onéguine

je me suis rendue au festival d'art lyrique d'Aix-en-Provence (quelle belle région, riche culturellement que celle où je vis !!!!!) pour assister à un opéra que le compositeur Piotr Ilyitch Tchaïkoski a mis en musique, d'après un texte d'Alexandre Pouchkine : "Eugène Onéguine".

pas de mise en scène mais des scènes lyriques en trois actes, des voix magiques, fabuleuses, qui nous transportent aux sons inouïs d'un orchestre du Bolchoï époustouflant.

je ne sais pas vous, mais moi, les Russes me font vibrer en littérature...

eugene-oneguine-femme.png

 

 

festival d'Avignon

je me suis rendue au festival d'Avignon et j'ai pu assister à plusieurs pièces, d'inégale qualité.

celle-ci, je l'ai trouvé particulièrement particulière, un texte de Vaclav Havel.

voilà ce q'on peut lire de cet essayiste sur Wikipédia : "Durant la période communiste, il est une des figures de l'opposition à la République socialiste tchécoslovaque en tant que membre de la Charte 77. En 1989, il est une des figures de proue de la révolution de velours, qui met un terme au régime communiste. Il est ensuite président de la République fédérale tchèque et slovaque de 1989 à 1992, puis président de la République tchèque de 1993 à 2003. Politicien atypique, généralement estimé comme une « personnalité extraordinaire » dans son pays, il est souvent appelé le « président-philosophe » et sa vie a été qualifiée d'« œuvre d'art » par l'écrivain Milan Kundera"

 

moi j'ai aimé la force "l'air de rien" de cette pièce. cet avis n'est pas partagé mais tant pis..

donc dans cette pièce, il y a un couple avec une vie parfaite, totalement parfaite, admirablement parfaite qui invite un de leur ami, leur seul ami en fait, à un mini vernissage (une crémaillère en fait). une belle occasion de faire l'étalage de la perfection de leur vie de de comparer avec la nullité de celle de cet ami.

sauf que l'ami, insensible aux critiques comme à l'étalage débordant de la perfection souhaite partir et que là... tout s'effondre.

a-t-on besoin de tout avoir pour être heureux ? doit-on correspondre aux critères que la société nous impose pour cela ?

je vous laisse y réfléchir.

c'est vraiment bien joué par la compagnie Libre d'esprit.

vernissage-IMG_7816-redux.jpg

 

13:22 Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (0)

18 juillet 2017

mon fils, ma bataille

on ne s'y attend pas.

on garde des images dans notre tête, des odeurs, des sensations, on croit que rien ne change.

lui et moi on était fusionnels.

petit bout d'homme accroché à ma taille, à mon cou, à ma vie, à mon moi. la prolongation de mon moi.

chaleur, partage, connexion... 

l'un et l'autre rivés.

j'ouvre les yeux cet été et trouve un homme en face de moi. toujours fusionnel, rivé, connecté, mais grand, musclé, barbu, souple... 

je n'en reviens pas.

le petit bout d'homme est devenu une montagne carrée, solide, si tendre.

Image du Blog angeltm.centerblog.net

dessin tiré d blog d'Angeltm

Maryam Mirzahkani

les mathématiques, c'est un truc entre mon fils et moi.

on aime.

vraiment.

alors j'ai une pensée pour Maryam Mirzahkani, mathématicienne de nationalité iranienne, qui était la première femme a avoir reçu la médaille Fields, grande distinction dans le domaine des mathématiques, considérée comme le Nobel de la discipline.  

elle est décédée à 40 ans des suites d'un cancer, ce samedi 15 juillet aux États-Unis et ça me trouble tant j'avais tendance à penser que c'était une discipline pour vieux croûtons et que donc, aimer les mathématiques, conserver.

il faut croire que non, mais je voulais rendre hommage à Maryam Mirzahkani.

"La scientifique, née à Téhéran, a participé aux Olympiades internationales de mathématiques et remporté la médaille d'or à l'âge de 17 ans. Idem l'année suivante, à Toronto, avec un "sans-faute". Ces performances lui ont ouvert les portes de l'université Sharif de technologie à Téhéran, puis celles d'Harvard pour sa thèse. Cette dernière, elle l'a effectuée sous la direction d'un autre médaillé Fields (1998), Curtis McMullen. Une fois sa thèse passée, elle est parie à Princeton, avant de devenir professeure à Stanford en 2008.

 C'est en 2014 qu'elle décroche la médaille Fields, équivalent du prix Nobel en mathématiques. Si cette distinction, créé en 1936 et qui comprend une récompense de 10.000 euros, a été remise à 52 hommes, elle est la première femme a l'avoir reçue. Cette même année, elle a également été gratifiée du prix de la recherche de l'Institut Clay."
 

dys

je viens de suivre une formation sur les troubles d'apprentissage pour les enfants "dys" et haut potentiel (HP) inadaptés dans un circuit scolaire classique, tellement largués quand il faut être dans le moule, tellement riches de tout ce qui ne se voit pas.

 enseigner est une chose,

écrire pour les enfants en est une autre,

toucher du doigt les difficultés que peuvent rencontrer les apprenants tout au long de leurs apprentissages me paraît être le fondement de l'évolution de mon travail.

je ne sais pas où cela va me mener, mais j'ai ouvert une caverne d'Ali Baba et je sens qu'un trésor est à y découvrir...

 Résultat de recherche d'images pour "les dys"

école Léonce Artaud d'Eguilles

j'ai la sensation de négliger ce blog et je n'en suis guère fière mais la vie est toujours aussi tourbillonnante.

alors, j'ai récupéré les photos de mon intervention à l'école Léonce Artaud, d'Eguilles où la séance a été magique, partagée, heureuse...

encore une

L’image contient peut-être : 1 personne, texte

08 juillet 2017

l'oeil de Ken

Ken est un photographe amateur de rue.

sur Facebook, Ken Wong-Youk-Hong dévoile l’invisible des rues bordelaises.

un matin, alors qu’il allait au travail, Titi lui a demandé de prendre en photo sa chienne qu’il pensait mourante. il voulait un souvenir. Ken a sorti son appareil photo neuf offert par sa femme à Noël et a immortalisé la scène avant de venir apporter le cliché.

« Au fil des semaines, l’appareil s’est immiscé dans nos relations. Il ne s’est pas imposé. C’était l’occasion de figer des moments et des souvenirs », explique l’artiste qui a alors monté  une page facebook « L’Œil de Ken  », pour montrer ses clichés toujours légendés.

« Ces photos étaient le moyen de légitimer mes demandes de dons en nourriture, en produits d’hygiène ou en vêtements. On aime plus facilement donner quand on y associe des visages. »

très rapidement « L’Œil de Ken » a trouvé son public. Les « amis de la rue » ont adhéré au projet. « Voir leur image ne les choque pas. Ils sont très intelligents. Ils sont conscients de leur situation. Certains ont choisi la rue, d’autres non. »

alors si vous voulez participer à ce projet, rendez-vous sur la page Facebook de Ken :

Bordeaux : l’œil de Ken toujours ouvert

« Caro, son truc c'est la chanson »

 

18:09 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (0)

Commun'auteur

mardi c'était la journée de "restitution"à la bibliothèque des Pennes Mirabeau, durant laquelle j'ai eu le  plaisir de découvrir les réalisations graphiques des élèves de CM sur mes ouvrages ("les petits jeux d'Attila" et "Kinsaku, le poète guerrier"), dans le cadre du dispositif Commun'auteurs, mission de lecture publique initiée par la Communauté d'Aix-en-Provence

L’image contient peut-être : une personne ou plus et personnes assises

L’image contient peut-être : 2 personnes, intérieurL’image contient peut-être : 1 personne, debout et assisL’image contient peut-être : une personne ou plus et intérieurL’image contient peut-être : 1 personne, assis et tableL’image contient peut-être : 2 personnes, personnes assises, personnes qui mangent et tableL’image contient peut-être : 3 personnes, personnes assises, table et intérieur