Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22 janvier 2017

tomber derrière

je tomberai derrière ou devant, mais je tomberai, je ne pourrai plus supporter le manque d'oxygène, je tomberai, et il sera là, loin loin derrière mais il sera là...

I want to marry him...

18:05 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (0)

love...

I want to marry him..

17:15 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (0)

19 janvier 2017

Ekwateur

Catherine Boullay a parlé d'une start up hier sur ma radio préférée et cela m'a interpelée.

voilà de quoi il s'agit...

"Ekwateur une start-up qui propose des alternatives pour éviter les coupures lors des périodes de pic. Elle s’approvisionne en énergie écolo, chez ses fournisseurs Smartgrid Energy à Capbreton, et elle les revend à ses 4300 clients à travers la France. Mais les deux fondateurs d’Ekwateur, Julien Tchernia et Jonathan Martelli se sont fixé un autre objectif : que leurs clients soient plus que des clients, des consommateurs responsables. Pour ça, ils ont donc mis en place un système d’alerte par SMS qui vous dit : "Attention ça va être tendu sur le réseau électrique aujourd’hui et demain. Donc évitez les machines à laver, les sèche cheveux, les fers à repasser entre 18h et 20h".

Mais leur idée c’est d’aller bien plus loin que le message d’alerte qui tourne déjà sur les ondes. Ce qu’il veulent c’est créer une communauté qui se sent impliquée. Cela commence par faire partager les infos sur l’état du réseau (pour ça ils aimeraient bien que RTE, Réseau Transport d’Electricité, la filiale d’EDF leur en donne un peu plus). Ensuite ça passe par l’auto-production : faire de leurs clients des fournisseurs d’énergie, en encourageant les particuliers à s’équiper en panneaux solaires photovoltaïques etc..

Alors évidemment, ça concerne en premier lieu les propriétaires de maison, mais Ekwateur a déjà une idée sous le coude pour les citadins et leurs appartements. Idée confidentielle pour le moment. Mais vous voyez la préoccupation ? C’est de créer un réseau qui se développerait en parallèle d’EDF. Dans leur système économique il y a d’autres idées encore, mais qui posent peut-être plus de questions en termes de droit du travail. Ils proposent aussi à leur clients de travailler pour eux.

Question d’état d’esprit : impliquer la communauté. C’est le client collaboratif qui répond aux nouveaux clients sur Facebook par exemple. Il est alors payé 3 euros la réponse. 25 euros de l’heure. Mais les deux fondateurs d’Ekwateur, ont aussi un œil rivé sur cette idée qui vient de germer aux Etats-Unis et qui peut révolutionner le système. Elle émane d’une fondation américaine. Pourquoi ne pas payer ses factures d’électricité en « Solar Coins », une monnaie virtuelle qui ne concernerait que l’énergie que vous produisez vous-mêmes. Toujours dans le même esprit: renforcer les liens de la communauté sans passer par le dollar et les euros. Car si demain, la transition énergétique était faite par chacun d’entre nous, disent-ils chez Ekwateur, elle prendrait 6 mois."

avant...

avant, on pouvait rentrer dans une église et prier librement, n'importe quand de la journée, les portes étaient ouvertes ; on pouvait entrer dans un commissariat quand on se sentait en danger sans devoir justifier du pourquoi du comment longtemps, on pouvait aller à la CAF ou à l'ANPE et une personne nous recevait

avant, on ne tuait pas des milliers de canards, on ne parlait pas de perturbateurs endocriniens, on ne mangeait pas autant de "merdes", il n'y avait pas autant d'allergie, d'intolérance et les laboratoires ne créaient pas autant de produits qui nous détruisent, la couche d'ozone tenait le coup, les hommes politiques ne fanfaronnaient pas autant.

avant, on n'avait pas d'ordinateur, pas de téléphone portable, on devait rester coincé dans le salon pour téléphoner, à discuter devant des oreilles indiscrètes sans pouvoir se cacher, on faisait des soirées copains de dingue sans faire de selfies ou de post FB, je connaissais le nom de tous mes voisins...

avant...

je me sens en décalage complet avec cette société qui "brime" les gens, où tous les services de l'état deviennent payants, où les gens sont de plus en plus pauvres, désemparés, où on a peur de l'autre, on s'enferme, on se surveille, on se déteste...

depuis aujourd'hui, appeler le 22, c'est-à-dire la police, devient payant. comme tout le reste. et plus personne n'est là pour nous répondre humainement, on nous taxe, on nous punit, on nous interdit, mais aucune compassion, pas de soutien, d'encouragement.

j'en pleurerais.

j'en vomirais.

10:01 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (6)

Loyle Carner

il fait du rap, apparemment il aime Cantona et je sais qu'il est "fan" de sa mère.

et moi, j'apprécie sa voix et sa musique.

un clin d'oeil à la supportrice que j'ai été.

 

09:54 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (0)

14 janvier 2017

poings et pieds liés

je ne sais plus comment c'est arrivé, comment j'en suis arrivée, là.

je l'aime bien, mon gosse, pourtant.

mais je ne sais pas assumée. ma mère m'a souvent répété que je n'étais qu'une godiche, elle me surnommais "Oneba, l'idiote".

oui, je me nomme Oneba, et je suis le cinquième enfant d'une famille d'agriculteurs ivoriens, mes parents n'ont jamais passé beaucoup de temps avec nous, on a grandi par nos propres moyens, on a poussé à l'air libre, comme on n'a pu. je ne sais pas ce que c'est qu'éduquer un enfant, je ne sais pas ce que c'est qu'être mère.

mais je voulais étudier. ça, je me l'étais jurée. oh, pas devenir énarque, ni avocate, mais avoir un diplôme, un vrai et trouver un travail respectueux.

c'est pourquoi je rêvais de venir en France. pour nous, en Côte d'Ivoire, la France c'est l'Eldorado. j'allais chaque jour à l'école et je travaillais dans un coin, le soir, pour faire tous mes devoirs. j'étais une élève sage, courageuse. pas très futée, mais travailleuse.

je ne sais plus vraiment, ou je refuse de savoir, comment j'ai laissé Cauphy m'approcher, alors que je serrais les dents pour réviser mon bac, mais il m'a mise dans son lit et il m'a engrossée.

enceinte, pleine, et mon rêve qui s'envolait. j'allais avoir dix-huit ans.

David, c'est un enfant facile, comme s'il avait toujours senti qu'il ne fallait pas me déranger, il s'est toujours adapté à tout, il ne pleure jamais, il ne demande rien.

je ne sais plus comment c'est arrivé, mais Kevin l'a trouvé "empoté" dès les premiers jours. il n'est pas empoté mon gosse, il est juste réservé, il n'ose pas, il ne dit rien, il s'adapte, il accepte, il ne demande rien.

Kévin, je l'ai connu quand j'ai enfin pu venir en France. mes grands-parents m'ont gardé David pendant que je bossais dans un bar en travaillant mes cours.

je m'en sortais comme je pouvais, Cauphy s'est vite fait la malle, avoir un gamin ce n'était pas pour lui, merci, au revoir.

mais j'ai réussi, et avec David dans mes bagages, je suis venue en France.

je voulais juste un homme, qui m'aime, me respecte et me permette de rester vivre là.

je ne voulais pas ce qui est arrivé. je ne suis vraiment qu'"Oneba, l'idiote".

 

Un petit garçon, âgé de 8 ans, a été retrouvé mort dans une baignoire à Saint-Herblain (Loire-Atlantique) mercredi 11 janvier. La mère de la jeune victime et son compagnon, soupçonnés de l'avoir torturé et tué. Depuis plusieurs mois, l'enfant aurait, "de manière régulière, fait l'objet de sévices très appuyés, de coups et à certaines occasions était entravé par des liens", a-t-on indiqué de même source. Le jour du drame, l'enfant aurait été à nouveau puni et frappé avant de devoir supporter "la punition de la baignoire", emplie d'eau froide. Il aurait été entravé aux chevilles et aux poignets avec des liens, retrouvés ensuite dans l'appartement. Né en Côte d'Ivoire et élevé par sa grand-mère, David avait rejoint sa mère en France fin août dernier. Âgée de 26 ans, celle-ci était venue en France en 2008 pour poursuivre des études de droit. Elle était actuellement femme au foyer. Âgé de 31 ans, son compagnon travaillait comme ouvrier au moment des faits.

 

Angels

j'aime beaucoup, je vous l'offre pour ce samedi angélique...

 

13:30 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (1)

Jeanne Lorioz

c'est ma période "grosses cuisses", à croire qu'à cause des bonnes résolutions de début d'année, je pense à maigrir, comme toutes les femmes (je blague !), alors je vous présente le travail d'une autre artiste amatrice de "femmes joufflues" : Jeanne Lorioz, qui aime voir la vie de dos ou de derrière, comme on veut..

FEMMES-JL-LIGUEROFEMMES-JL-ANGELOTE

FEMMES-JL-69FEMMES-JL-PAREJA

 

13:20 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (0)

13 janvier 2017

le 2e cerveau

on croit que l'intestin ne sert qu'à digérer ? mais en fait, non !

il prédomine nos comportements, ce que nous pensons, ce que nous faisons.

on parle d'un deuxième cerveau, c'est dire : "Notre ventre contient en effet deux cents millions de neurones qui veillent à notre digestion et échangent des informations avec notre "tête". Les chercheurs commencent à peine à décrypter cette conversation secrète. Ils se sont aperçus par exemple que notre cerveau entérique, celui du ventre, produisait 95 % de la sérotonine, un neurotransmetteur qui participe à la gestion de nos émotions. On savait que ce que l'on ressentait pouvait agir sur notre système digestif. On découvre que l'inverse est vrai aussi : notre deuxième cerveau joue avec nos émotions."

mais ce n'est pas tout, notre intestin contient une bonne partie des 90% des bactéries qui nous composent : "Le microbiote est ce qu'on appelait la flore intestinale ; cela représente 100 000 milliards de bactéries. Parmi elles, des bactéries dominantes, des sous dominantes, et d'autres enfin qui ne sont que de passage. C'est cet équilibre qui est important et qui détermine notre immunité (et donc notre santé)."

s'il y a déséquilibre du microbiote, des tas de soucis apparaissent dont des manifestations "classiques" (gaz, diarrhées, vomissements...) mais aussi des troubles de l'humeur, de la fatigue, des problèmes dermatologiques...

il faut savoir, par exemple, que le candida albican, un champignon qui vit en nous, et ne nous embête pas.. mais si nous sommes stressés, ce champignon se met alors à nous nuire et nous rend addict au sucre, nous rend irritable, dépressif..alors, attention quand vous mangez du sucre, car celui-ci nourrit aussi les cellules cancéreuses..

voilà, en-dessous, le chemin de la nourriture :

  1. La bouche. Déjà, quand on met un aliment en bouche, on le met en petit morceaux (ce qui permettra à l'estomac de faire son boulot) et on l’imprègne de salive (la digestion commence dès ce niveau avec les amylases).
  2. L'estomac. L'acide gastrique, antibactérien, sépare les protéines et les met en petits morceaux
  3. Le petit intestin. Ici se fait l'assimilation (les nutriments passe dans la circulation) : le glucose, les acides aminés, les acides gras à courte chaîne et le glycérol passent dans les vaisseaux sanguins ; les acides gras à longue chaîne et les triglycérides passent dans les vaisseaux lymphatiques ; l'eau, les sels minéraux et les vitamines quant à eux peuvent passer dans les deux types de vaisseaux.
  4. Le gros intestin (ou colon). Il récupère ce qui reste - là, 100 000 milliards de bactéries attendent à manger.
  5. ... Et dans les selles, on trouve : ⅓ de fibres ; ⅓ de cellules mortes ; ⅓ de bactéries

alors... prenez soin de votre moral, veillez à votre intestin..

10:08 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (0)

il va bien falloir que ça s'arrête....

deux-personnes-qui-testent-le-remede-497549_w1020h450c1cx3317cy1832.jpg

sinon, je ne tiendrai pas au-delà des cinquante ans...

08 janvier 2017

Emilio Casarotto

connaissez-vous Callipyge ?

"La Vénus callipyge est un type particulier de statue grecque représentant la déesse Vénus, ou plus exactement Aphrodite, soulevant son péplos pour regarder ses fesses, nécessairement superbes, par dessus l'épaule."

de ce fait, on appelle généralement "callipyges" les femmes aux formes généreuses, aux cuisses généreuses devrais-je dire, des femmes peintes ou sculptées avec des postures assez séduisantes.

Emilio Casarotto sculpte des femmes aux cuisses généreuses, à la manière de Fernando Botero, il les nomme ses chubby models, ce qui signifie "modèles joufflus", c'est bien le cas de le dire.

moi, j'aime bien..

Emilio Casaretto: Emilio Casarotto - Google Search: poupées de porcelaine:

11:30 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (0)

06 janvier 2017

on respire !

à l'occasion du CES 2017, qui se tient du 5 au 8 janvier à Las Vegas, la start-up parisienne Plume Labs dévoile Flow, un capteur personnel mobile qui permet à son utilisateur de mesurer le degré de pollution auquel il s'expose chez lui, à l’extérieur ou dans les transports.

" Fruit de plusieurs mois de R&D et développé en partenariat avec le CNRS, le capteur personnel nomade est connecté à une application mobile grâce à une connexion Bluetooth Low Energy et permet de mesurer la présence de particules fines, de dioxyde d’azote, d’ozone et des composés organiques volatils. Il permet également de connaître le niveau d’humidité et la température. Grâce à un système de LEDs et à un code couleur, l’utilisateur peut directement visualiser le niveau de pollution auquel il est exposé en appuyant sur le capteur. Une petite anse en cuir permet de l’attacher à un sac à dos, un vélo ou encore à une poussette."

http://www.usine-digitale.fr/mediatheque/4/9/7/000505794_homePageUne/flow-plume-labs.jpg

"Comme Netatmo et ses stations météo, Plume Labs entend aller au-delà du simple objet connecté et souhaite bâtir une véritable communauté d’utilisateurs pour créer une carte temps réel de la pollution des différentes grandes villes du globe. Outre le marché grand public, la jeune pousse vise également un marché B2B et propose une API permettant d’accéder aux prévisions de la pollution de l’air, le tout grâce aux données collectées en temps réel, à l’historique de la pollution des villes et à des algorithmes de machine learning."

 

à la rue

je sais, le vendredi c'est en général le jour des écolo-ras-le-bolo-revendico, mais on reste dans l'esprit avec ce post.

avant-hier, je vois le film "la part du gâteau" dans lequel Gilles Lelouche, traider, explique clairement qu'il est possible de  faire couler une entreprise qui roule bien, en la rachetant, en empochant les subventions octroyées par le gouvernement, l'Europe et toute institution désireuse de conserver la production de ladite entreprise...

de déposer le bilan ensuite, de mettre les ouvriers au chômage avec des indemnités inexistantes et de se la couler douce ensuite avec une belle somme dans la poche.

Karine Viard en vomit presque dans le film mais ce n'est pas juste un sujet de fiction. Ecopla dans l'Isère a vécu la même situation, avec cette différence que les salariés ont tenté de reprendre l'activité sous forme de Scop, après avoir été totalement dépossédés de tout par le racheteur, le groupe italien Cuki, mais que le tribunal a refusé cette initiative, argumentant une gestion "limite-limite".

déjà, je sentais que ça bouillonnait en moi.

parce qu'évidemment, lesdits salariés se retrouvent sans emploi, au chômage et donc avec des moyens financiers moindres.

eh bien, justement, des personnes qui se sont soudain retrouvés au chômage, il y en a d'autres et notamment dans la métropôle du Rhône où des enfants et ados dorment à la rue car leurs parents n'ont plus les moyens de se loger, car au chômage..

pour leur venir en aide, les enseignants du collège Henri-Barbusse à Vaulx-en-Velin ouvrent depuis une semaine, à la nuit tombée, les portes d’une salle de l’établissement à trois familles sans domicile. « Ces couples avec huit enfants, âgés de 2 ans à 19 ans, dorment sur des matelas et repartent le matin pour libérer la salle », explique un prof de maths mobilisé.

de même, plusieurs familles sans toit de l’école Glibert-Dru, dans le 7e arrondissement de Lyon, ont fini par être relogées après la mobilisation des parents d’élèves, des enseignants et des gens du quartier.

moi, je dis qu'on vit dans une société merveilleuse... y'a pas !

08:43 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (0)

les drôles d'aventures en fourgonnette

hier, a débuté un projet avec une classe d'élèves en CM1, autour de l'univers des enfants...

en observant cette photo, ils ont imaginé un voyage folklorique, rempli d'aventures pour les trois enfants Timéo, Jean et Emilie, partis en vacances avec leur tonton Pierre.

les quatre aventuriers iront en Espagne, en Irlande, Egypte, Chine, Inde et Laponie et si nous avons le temps, nous ferons un carnet de voyages de ces aventures...

que du bonheur !

 

L’image contient peut-être : une personne ou plus

 

 

03 janvier 2017

Les Noces de Figaro

il est des moments magiques, hors du temps et des conventions..

pendant que certains se trémoussaient en buvant du champagne en tenue de paillettes, prêts à décompte fatidique, je m'extasie devant un opéra classique, certes, mais réellement de qualité...

à l'opéra de Toulon, l'opéra "buffa" en quatre actes de Wolfgang Amadeus Mozart (livret de Lorenzo da Ponte, d’après Beaumarchais, créé à Vienne, Burgtheater, 1er mai 1786) était mis en musique sous la direction de Eun Sun Kim et c'était un plaisir...

Afficher l'image d'origine

08:11 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (0)

publication

pour terminer l'année 2016, le Dauphiné Libéré a publié un article sur mon travail et principalement mes ouvrages jeunesse "environnement".

une bien belle chose !

15676174_1252523358137564_5213909587952958768_o.jpg

01 janvier 2017

voeux - 1

Gynux m'a envoyé cette carte de voeux, que je trouve très belle, alors je partage.

 

2017-BA.jpg

 

 

 

21:25 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (2)

à toi...

 

15823652_207220179684802_6660242320588093611_n.jpg

souffler sa passion

partager des émotions

ne jamais se lasser

croire qu'il existe l'éternité

21:22 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (0)

nouvel an

classiquement, le premier jour d'une année, fleurissent des dessins d'illustrateurs/trices, tous plus magiques les uns que les autres et des voeux de bonheur tous plus idylliques les uns que les autres.

je vous laisse inventer votre propre liste de voeux, nous on a instauré cette tradition depuis l'an dernier, un lot d'envies, de promesses, de projets, écrits sur des papiers séparés que l'on relit le dernier jour de l'année.

ça réserve des surprises et parfois... des déceptions.

belle année à venir à vous tous !

 

15727198_10154547637528153_5379964939534803161_n.jpg

21:20 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (0)

29 décembre 2016

croyance

15578944_714890508677095_7839315813977947523_n.jpg

un livre après l'autre, je monterai les échelons

une page après l'autre, j'écrirai mon histoire

un pas après l'autre, je trouverai l'équilibre...

même sur la pointe des orteils

15:54 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (3)