Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04 novembre 2016

prix Médecis

«Laëtitia ou la Fin des hommes», enquête historique sur un fait-divers datant de 2011, a obtenu mercredi le prix Médicis. Ce n'est pas un roman, ni de la littérature.

voilà ce qu'on peut lire dans Libération :

"Ivan Jablonka, dans Laëtitia, enquête sur l’assassinat d’une jeune fille en 2011, poignardée, étranglée, démembrée, un fait divers dont l’analyse devient, par son ampleur, une plongée dans la misère française. On s’intéresse ici davantage à la victime qu’à son meurtrier, encore que celui-ci appartienne à la même classe sociale. L’alcool, l’inceste, l’illettrisme sont les mauvaises fées penchées sur le berceau de Laëtitia et de sa jumelle. Les prolongements de l’affaire sont politiques: Nicolas Sarkozy, à l’époque, en a profité pour délégitimer le travail de la justice. Les juges, les avocats, les journalistes, les policiers, et toutes les professions liées à l’enfance en détresse font l’objet, de la part de l’auteur, d’une attention scrupuleuse. Comme si le malheur n’était pas assez épais, le père de la famille d’accueil, où les jumelles sont arrivées à l’âge de treize ans, a été accusé d’agressions sexuelles. Laëtitia ou la Fin des hommes, titre complet du livre, a aussi une dimension morale."

Afficher l'image d'origine

Tafta, Ceta, même combat

peut-être entendez-vous parler de ces deux acronymes "Tafta" et "Ceta".

je ne vais pas vous expliquer trop longuement, mais c'est un accord de partenariat transatlantique sur le commerce et l’investissement, un des accords de libre-échange et de libéralisation de l’investissement les plus importants jamais conclus, représentant la moitié du PIB mondial et le tiers des échanges commerciaux.

pas négligeable donc de s'y intéresser.

le Tafta n'a pas été accepté, le Ceta (accord EU:Canada) si.

sachez donc que le grand marché transatlantique (GMT) permet à des entreprises, des multinationales, des grands groupes de se retour,er contre des Etats et de leur demander des indemnités, ils les trainent en justice pour imposer leur loi et faire valoir leurs droits. il existe plus de cinq cents cas recensés dans le monde actuellement.

un truc hallucinant.

des exemples ?

le groupe français Véolia a porté plainte contre l’Egypte, le 25 juin 2012, devant le Centre international pour le règlement des différends relatifs aux investissements (Cirdi), une officine de la Banque mondiale.

motif invoqué ? La « nouvelle loi sur le travail » contreviendrait aux engagements pris dans le cadre du partenariat public-privé signé avec la ville d’Alexandrie pour le traitement des déchets. en gros : l’augmentation du salaire minimum passé de 400 à 700 livres par mois (de 41 à 72 euros) qui grèverait leur bugdet...

on rêve...

en fait, la plainte de Veolia a été déposée au nom du traité d’investissement conclu entre la France et l’Egypte. signés entre deux pays ou inclus dans des accords de libre-échange, il existe plus de trois mille traités de ce type dans le monde qui protègent les sociétés étrangères contre toute décision publique (une loi, un règlement, une norme) nuisible à leurs investissements. les régulations nationales et les tribunaux locaux n’ont plus droit de cité, le pouvoir se voyant transféré à une cour supranationale qui tire sa puissance... de la démission des Etats.

un autre exemple ?

après la crise de 2001 à Buenos Aires, les présidents successifs Eduardo Duhalde puis Néstor Kirchner, arrivés au pouvoir après des émeutes meurtrières, n'avaient qu'un seul objectif : parer à l'urgence qui menaçait leur pays en prenant des mesures telles que le contrôle des prix,la limitation de sortie des capitaux...

le groupe allemand Siemens, soupçonné d’avoir soudoyé des élus peu scrupuleux, s’est retourné contre le nouveau pouvoir, lui réclamant 200 millions de dollars, quand celui-ci a contesté des contrats passés par l’ancien gouvernement.

quarante plaintes ont été déposées contre Buenos Aires dans les années qui ont suivi la crise financière entre 1998 et2002, une dizaine d’entre elles ont abouti à la victoire des entreprises, pour une facture totale de 430 millions de dollars. et ce n'est pas fini : en février 2011, l’Argentine affrontait encore vingt-deux plaintes, dont quinze liées à la crise.

pour protester contre ce système, certains pays, tels le Venezuela, l’Equateur ou la Bolivie, ont annulé leurs traités. l’Afrique du Sud y songe aussi.

je vous laisse deviner l'intégrité des arbitres, des hommes pour 96%, des avocats provenant de grands cabinets européens ou nord-américains...

Benoit Bréville et Martine Bulard concluent dans Le Monde Diplomatique : "Non seulement un tel système profite aux plus riches, mais de jugements en règlements amiables, il fait évoluer la jurisprudence et donc le système judiciaire international hors de tout contrôle démocratique, dans un univers régenté par l’« industrie de l’injustice »."

tout va bien, non ?

31 octobre 2016

le cèdre et l'Aoun

dans quelques jours va débuter le salon du livre francophone de Beyrouth.

très prisé ce salon marque une ouverture à la langue française, et nombreux sont les auteurs français qui sont invités.

aujourd'hui, justement Michel Aoun a été élu à la présidence, marquant ainsi une victoire par défaut du camp pro-iranien.

est-ce dû au désinvestissement de l'Arabie Saoudite au Liban ? on peut le croire.

quoi qu'il en soit,  l'élection de Michel Aoun actée par la Chambre des députés, est dans l’air du temps au Proche-Orient.


Michel Aoun, le 31 octobre à Beyrouth.

 

18:20 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (0)

si...

c'est le dernier jour du mois d'octobre. demain ce sera le commencement du 7e mois de novembre que je vis ainsi.

sans trop savoir.

sept ans, ce n'est pas rien.

et c'est tellement.

alors, pour ce septième passage du calendrier, je poste cela... et basta...

18:14 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (0)

heure érotique

la nuit de samedi à dimanche, nous avons gagné une heure87 changement pour l'hiver.

les Avocats du diable en ont profité pour nous faire écrire.

de l'érotisme.

du nouveau.

une nouvelle érotique.

toute une nuit pour écrire avec une double contrainte : le thème et le mot final.

cette année, comme l'an dernier, j'y ai participé et durant la nuit j'ai laissé mes doigts pianoter sur le clavier sur le thème "est épris qui croyait prendre" et comme point final, le mot : ricochet.je voulais être originale, écrire d'une façon particulière. mais je n'ai rien maîtrisé, les mots et les images se sont imposés, enchainés.

il faut dire que j'avais fait le plein de belles vibrations.

je ne gagnerai pas, c'est certain mais je l'ai fait, une nouvelle fois.

 

24 octobre 2016

mal de pierres

ce film est une merveille.

le genre de film qui vous laisse scotché, collé à votre siège, incapable du moindre mouvement quand la dernière scène se termine.

je suis restée KO, sidérée.

Marion Cotillard y est époustouflante.

mal de pierres.



21:30 Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (0)

hammam solaire

en ce moment, je vous abreuve d'expériences et posts "écolos" mais je préfère cela au contexte politique d'élections présidentielles qui nous noie.

voilà donc un bien chouette projet qui a vu le jour, et mon côté "envie de bien-être" est touché, bien entendu... (ça mériterait même que j'aille vérifier en vrai, tiens !)

Un hammam solaire au Maroc
L'utilisation massive des palmes et des arbres des oasis pour le chauffage de l'eau représente un risque important pour la sauvegarde de ces sites.

La construction d'un hammam communautaire exploitant l'énergie solaire va contribuer à protéger la palmeraie de l'une des communes de la région de Guelmin Es Smara, au sud du Maroc.

Au Sahara, les oasis sont sources de vie. C'est là que s'installent les populations et que les activités économiques et touristiques se développent. La survie de la faune et de la flore locales en dépend également.

Ces oasis sont pourtant menacées, notamment par l'utilisation du bois des palmiers pour chauffer l'eau et l'amener à la température requise pour les bains traditionnels. Une pratique courante, faute d'autres solutions.

A Tighmert, village qui dépend de la commune d'Asrir dans le Sud du Maroc, la préservation de la palmeraie est devenue une priorité, dans le cadre d'un projet qui allie respect de l'environnement et soutien aux populations locales. Irrigation, écoles, chantiers de voierie, travaux sur les cultures...

Depuis de nombreuses années, l'association Qafila multiplie les actions culturelles, sociales et environnementales dans cette région. Aujourd'hui, elle construit un hammam communautaire.

En privilégiant l'énergie solaire, elle va réduire considérablement les prélèvements de bois de feu auxquels sont contraints les 200 familles résidentes de la palmeraie.

Moins loin, moins cher et plus respectueux de l'environnement

Avec ce hammam installé sur place, les habitants du village n'auront plus à chauffer l'eau pour le bain. Ils ne dépenseront plus des sommes importantes pour payer le transport vers les hammams les plus proches.

Les 260 élèves internes du lycée de la région pourront également y avoir accès, leur internat étant dépourvu de douches.

Les bénéfices tirés de la fréquentation du hammam seront réinvestis pour développer d'autres activités de protection de l'environnement.

En outre, cette construction servira de test pour dupliquer l'utilisation de chaudières améliorées et de l'énergie solaire dans cette région désertique.

Le budget du projet, soutenu par les acteurs et pouvoirs publics locaux, est en partie couvert par le Fonds pour l'environnement mondial (FEM) du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD).

La Fondation Veolia participe pour sa part au financement du puits, des plaques solaires et des installations de réutilisation de l'eau. Afin de recréer une oasis... vraiment verte.

CO2 mon non-amour

voilà ce qu'on peut lire dans Le Monde et alors que la Cop22 se rapproche, ça fait mal..

----------------------------

La teneur moyenne de CO2 a franchi un record symbolique en 2015

« Le niveau de 400 ppm de CO2 a déjà été atteint à certains endroits et durant certains mois de l’année, mais jamais encore à l’échelle du globe et pour une année entière », selon l’Organisation météorologique mondiale.

L’air n’a jamais été aussi pollué par le dioxyde de carbone (CO2), principal gaz à effet de serre, qu’en 2015, avec une teneur moyenne dans l’atmosphère de 400 parties par million (ppm), un seuil record symbolique, selon l’Organisation météorologique mondiale (OMM).

« Le niveau de 400 ppm de CO2 a déjà été atteint à certains endroits et durant certains mois de l’année, mais jamais encore à l’échelle du globe et pour une année entière », a ajouté l’OMM, lundi 24 octobre, dans son bulletin annuel sur les gaz à effet de serre pour 2015. Pour cette agence de l’Organisation des Nations unies, le CO2 est « le problème numéro un », car il reste « pendant des milliers d’années dans l’atmosphère et encore plus longtemps dans les océans ».

Ce bulletin a été publié avant les négociations sur le changement climatique, qui se dérouleront à Marrakech, au Maroc, du 7 au 18 novembre. Cette publication a pour but de « fournir des éléments scientifiques aux décideurs, sur lesquels ils peuvent s’appuyer ».

 

Un seuil qui risque de se maintenir

Concernant le CO2, la teneur moyenne dans l’atmosphère qui était prévue pour 2015 était de 399,4, en hausse de 2,2 ppm par rapport à 2014, selon le rapport annuel sur l’état du climat « State of Climate », auquel ont participé 450 scientifiques du monde entier.

Cette tendance à la hausse se poursuivra en 2016, assure l’OMM, sur la base des informations de la plus ancienne station de surveillance des gaz à effet de serre, située à Mauna Loa (Hawaï). Selon cette station de surveillance, les concentrations de CO2 « demeureraient supérieures à 400 ppm pour toute l’année 2016 et ne redescendraient pas en dessous de ce seuil pour les nombreuses générations à venir ».

« Avec la signature de l’accord de Paris sur le climat, l’année 2015 a marqué l’avènement d’une ère marquée du sceau de l’optimisme et de l’action pour le climat, mais elle fera aussi date dans la mesure où les concentrations record de gaz à effet de serre annoncent une nouvelle réalité climatique », a déclaré le Finlandais Petteri Taalas, secrétaire général de l’OMM.

23 octobre 2016

Artémisia

hier je dédicaçais mes ouvrages au salon du bien-être et on peut dire que le bien-être était bien au rendez-vous.en plus des belles rencontres je suis revenue avec de la pure laine de mohair d'exploitants qui sont près de Sisteron (La ferme à la montagne) d'une couleur éclatante, des huiles essentielles, beaucoup de baume au coeur et je me suis offert un drainage facial.

lentement...

lentement sentir le désir m'envelopper

intensément retenir cette envie de nos corps à corps et faire durer chaque minute chaque seconde chaque onde glissant le long de mon épiderme

lentement m'offrir à toi

intensément mélanger nos humeurs nos vibrations nos forces sismiques laisser aller ce qui doit aller laisser couler laisser vivre ce que mon corps attend

lentement calmer les spasmes

intensément graver tout cela en moi ne rien oublier ne rien laisser s'effacer la chaleur la douceur les odeurs les mots que l'on pourrait murmurer et qu'on partage d'un regard.

14344942_662212877278192_3207601440207806057_n.jpg

17 octobre 2016

profession du père

dans le cadre du prix littéraire des lycéens et apprentis, mes étudiants doivent lire certains livres.


en l'absence de leur prof de français, je décide des séances de lecture publique (j'aime lire, pas eux, je veux leur donner le goût des livres..). choix du livre, au pif (parmi la sélection) : "Profession du père" de Sorj Chalandon.
au début, nous étions intrigués, puis effrayés et par la suite pliés de rire.
un d'entre eux lève le doigt : mais en vrai, madame, son père, c'est un gros mytho ?
voilà, voilà.
n'empêche, on a passé de sacrés moments autour de ce roman, et ils ont adoré.

je vous le recommande....

 

c'est qui le patron ?

et si lundi c'était aussi le jour écolo-lacto-consommation ?

en cette période de crise pour les producteurs laitiers, une marque arrive ce lundi en rayon. Elle répond à un cahier des charges défini par les consommateurs : "c'est qui le patron ?"

C'est qui le Patron?

ce cahier des charges a été défini par des consommateurs concernant la nourriture du bétail, les conditions d'élevage, mais aussi de rémunération du producteur.

tout cela a fait l'objet d'une consultation sur Internet en sept questions il y a quelques semaines, pour définir le produit et son prix au bout du compte : un lait originaire de France ou non, des bêtes en pâturage ou non, plus ou moins longtemps. et surtout quelle rémunération du producteur ? alignée sur le cours mondial, ou bien permettant au producteur de se payer convenablement, ou bien encore permettant de se faire remplacer et de s'offrir du temps libre ?

alors, c'est qui le patron ?

tribunal Monsanto

bon j'ai laissé passer le vendredi mais le lundi peut aussi être écolo-motivo-contre-Monsanto.

"écocide" vous connaissez ce mot ? à croire qu'on vient juste de l'inventer pour Monsanto cette firme américaine qui développe et commercialise, en en gardant les droits unilatéraux d'exploitation, des pesticides et autres produits chimiques sensés aider à la pousse et la récolte des produits agricoles.

trop compliqué tout cela pour paraître honnête, normal ça ne l'est pas.

ni honnête ni sain.

et depuis des années des individus paient de leur santé les conséquences de la commercialisation et l'utilisation sur notre planète de ces produits.

A La Haye, à quelques centaines de mètres de la Cour pénale internationale, la salle du tribunal Monsanto, samedi 15 octobre.

"les charges retenues contre la multinationale américaine Monsanto sont lourdes et lui valent d’être poursuivie devant un tribunal international qui se réunit à La Haye (Pays-Bas) les samedi 15 et dimanche 16 octobre.

Accusée de « violations des droits humains, crimes contre l’humanité et écocide », l’entreprise se voit notamment reprocher la commercialisation de produits toxiques qui ont causé la mort de milliers de personnes, comme les polychlorobiphényles (PCB), le glyphosate – un herbicide connu sous la marque Roundup – ou encore l’acide 2,4,5-trichlorophénoxyacétique (ou 2,4,5-T), constituant de l’« agent orange », un herbicide pulvérisé par avion au-dessus des forêts par l’armée américaine durant la guerre du Vietnam."

en gros, la firme américaine est accusée par des associations d’avoir commercialisé des produits toxiques responsables de la mort de milliers de personnes.
la juge Françoise Tulkens est la présidente du tribunal citoyen consultatif dédié à la multinationale américaine qui s’est ouvert à La Haye ce week-end.

elle a auditionné des témoins à La Haye samedi 15 et dimanche 16 octobre, en espérant contribuer à l’évolution du droit international par la prise en compte des questions nouvelles, parmi lesquelles notamment l’écocide.

des témoins ont été entendus durant deux jours, pour prendre connaissance des très nombreuses pièces au dossier, des études scientifiques notamment, et les cinq juges vont délibérer, pour rendre une « advisory opinion », c’est-à-dire un « avis consultatif ».

six questions ont été posées relatives à des droits reconnus par le droit international, comme le droit à l’alimentation, le droit à un meilleur état de santé ou encore le droit à la liberté indispensable de la recherche scientifique.

ils sont notamment inscrits dans le Pacte international relatif aux droits économiques sociaux et culturels, ainsi que dans la Convention relative aux droits de l’enfant ou encore la Convention internationale sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes. d’autres textes internationaux existent aussi, comme les Principes directeurs des Nations unies relatifs aux entreprises et aux droits de l’homme, tels qu’ils ont été approuvés par le Conseil des droits de l’homme dans une résolution en juin 2011.

 

14 octobre 2016

Bob Dylan

c'est en l'entendant un jour où il était en voiture avec sa mère que Bruce Springsteen a compris que le rock'n roll pouvait se matérialiser en un son qui le bouleversait.

plus de 50 ans plus tard, Bruce Springsteen fait un carton interplanétaire, et Bob Dylan est nommé "prix Nobel de littérature" (moi, j'avoue que j'ai un gros faible pour Murakami, mais bon..).

sa chanson "like a rolling stone" qui parle d'une femme qui se moquait des sans-abris et se retrouve à son tour dans la rue, à mendier pour survivre...

ce n'est pas la seule magnifique chanson de Bob Dylan, mais bon, entre un romancier et un parolier, ce n'est pas le même ouvrage qui est réalisé...

Bob Dylan Net Worth

21:22 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (0)

femmes rurales

« Le Programme de développement durable à l’horizon 2030 promet de ne laisser personne au bord de la route. Pour que le pari soit gagné, nous devons aider les femmes rurales à prospérer et à avoir accès à l’aide et à l’information dont elles ont besoin pour réaliser leur potentiel sans quitter leurs communautés. »

M. Ban Ki-moon, Secrétaire général de l'ONU

cette journée aura lieu demain, 15 octobre...

Les femmes rurales, dont la majorité dépend des ressources naturelles et de l’agriculture pour leur subsistance, représentent plus d’un quart de la population mondiale totale. Dans les pays en développement, les femmes rurales représentent environ 43 pour cent de la main-d’œuvre agricole, et elles produisent, transforment et préparent la plupart des aliments qui sont disponibles, ce qui signifie que la responsabilité en matière de sécurité alimentaire leur incombe principalement. Vu que 76 pour cent des personnes extrêmement pauvres vivent en milieu rural, le fait de veiller à ce que les femmes en zones rurales accèdent aux ressources agricoles productives autonomise non seulement les femmes, mais contribue aussi à réduire la faim et la pauvreté dans le monde.

La première Journée internationale de la femme rurale a été célébrée le 15 octobre 2008. Cette nouvelle journée internationale a été décidée par l’Assemblée générale dans sa résolution du 18 décembre 2007. L’Assemblée reconnait par là le « rôle et l’apport décisifs des femmes rurales, notamment autochtones, dans la promotion du développement agricole et rural, l’amélioration de la sécurité alimentaire et l’élimination de la pauvreté en milieu rural ».

21:07 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (0)

12 octobre 2016

vendanges

ce film est un concentré de souvenirs pour toi..

sourires au coeur.

douleurs au bas du dos.

22:22 Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (0)

sel noir

Plaies VIII


Je t’ai nommée beauté, te commettant ce lourd
cri d’aile où tu passes
Avec les mots qu’entasse en mon brasier l’égal
tourment, je t’ai nommée
Vertige, tu m’élis dans la clarté de tes paroles,
sur la mer agonisant.

Tu pris la vague dans tes doigts, laçant l'écume
au ciel, faisant
Naufrage de ces mots qui te battaient au flanc. Je
te nommais
Beauté, femme, très douce lame, allée sur le cou-
chant, tu fis
Dans l'œil qu'ouvrait ce rivage venir
L'embrun où je connus l'antan de mort, l'azur
Où je te vis — drapée de plaies.

Là je connus le vêtement de plaies.

p.123-124

 

"Le sel noir"- Edouard Glissant

11 octobre 2016

micronouvelle

Radio France organise un concours de micronouvelles, 1000 signes pas plus pour écrire autour de la liberté.

ça vaut le coup d'essayer, aligner 1000 signes c'est rapide, parfois périlleux autan qu'un équilibriste sur un fil.

pour tout savoir et vous inscrire :

http://www.radiofrance.fr/espace-pro/evenements/radio-france-fete-le-livre-2016/concours-radio-france-de-la-micro-nouvelle

bonne chance à tous ceux qui vont se lancer dans l'aventure !

la couverture jaune

il vit là, sur une couverture jaune allongée à même le sol, au dessus de la bouche d'aération, devant un petit hôtel presque familial, il vit là livré au regard des passants, aucune intimité pour se mettre à l'abri des regards, toute sa vie déballée sur ce trottoir froid.

il a des yeux doux, ses cheveux poivre et sel sont coupés courts et sa barbe est bien entretenue, ses yeux coulent, il sort un paquet de feuilles de papier toilette soigneusement pliées les unes avec les autres, les unes sur les autres, les unes dans les autres, il en extrait une s'essuie les yeux lentement ses mains tremblent et puis il replie le reste des feuilles en un même paquet soigné qui replace vite à l'intérieur de son veston, poche précieuse de tout ce qui est vitale. et le papier toilette est vital.

sur sa couverture une bouteille de vin pas encore ouverte c'est le matin peut-être attendra-t-il un peu avant de la déboucher et tout le monde pourra commenter sur son besoin d'alcool lui qui est livré au regard des passants alors que tant d'autres personnes boivent de l'alcool dès le matin mais cachés chez eux, à l'abri des regards scrutateurs, même parfois validés par leur fonction, des alcooliques mondains, des professions pressés et débordés qui boivent sans que personne n'ait rien à redire, alors que lui...

est-ce parce qu'il était déjà dépendant qu'il en est arrivé là ? est-ce d'en arriver là qui l'a rendu dépendant ?

vaste débat ce matin avec un collègue "alcoolique anonyme" et surtout vaste question que celle des gens qui vivent dehors à même le sol, comme des chiens.

je pense à mon fils, et je l'imagine un jour lointain où je ne serais plus en vie et où personne ne viendrait saisir sa main tendue. mon coeur se serre.

et les larmes coulent sur mes joues du désarroi de cette société.

09 octobre 2016

Simone veille...

les femmes ont du renverser des barricades, avaler des kilomètres en manifestant, s'enchainer, se dénuder, se révolter, pour que leurs droits changent et évoluent.

s'il ne faut rien oublier, je reste tellement impuissante devant cette interrogation qui me ronge : pourquoi les choses ne coulent-elles pas de source.

pourquoi doit-on être jugé différemment si on est homme ou femme, blanc ou noir, blond ou pas, si on a telle ou telle religion ?

qui délice de la suprématie des uns ou des autres ?

une femme est avant tout un humain qui doit vivre comme tous les humains, sans devoir demander des droits et remercier pour l'acquisition de ceux-ci...

dans cette pièce de théâtre enlevée et enjouée, on touche du doigt l'évolution que la société a partagé à travers trois femmes et racontée par Simone, la bien nommée.

spectacle_15952.jpg

23:15 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (0)