Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13 mai 2017

Dépêche Mode

il faut croire que je suis sacrément amoureuse pour accepter d'aller voir (et de rester surtout) le concert de ces vieux ringards sans talent... bon, allez, je plaisante, mais pas tant.

hier soir à Nice, se produisait le groupe Dépêche Mode à Nice et... je n'ai pas aimé... du tout !

il y a quelques années, ils étaient ainsi :

tumblr_nmtd9rXxGf1spw5sco3_500.jpg

maintenant, c'est plutôt ça :

rtfgyuhjiko.jpg

 

21:55 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (2)

09 mai 2017

Grand Narbonne

dimanche 14 mai, je serai à Narbonne, avec Cécile Lecomte des éditions La Pimpante, pour une folle journée de dédicaces et de belle humeur...
----------------------------------
Un week-end d’animations littéraires et artistiques grand public
Après deux journées dédiées aux scolaires du territoire, les 11 et 12 mai 2017, le Salon du Livre du Grand Narbonne propose un week-end d’animations littéraires et artistiques grand public les 13 et 14 mai 2017 en centre-ville de Narbonne.

Au sein d’une structure de 700 m² et d’un espace "rencontres", 110 auteurs présentent leurs ouvrages au public.
Libraires et éditeurs sont également présents sur les stands.
Au programme : des débats et conférences, des expositions, des représentations

Aucun texte alternatif disponible.

une nouvelle ère

je viens d'avoir cinquante ans, un chiffre symbolique dans une vie, on pourrait prendre juste pile poil au milieu du nombre d'années à tricoter, mais on n'en sait rien en fait, il y a les années inconscientes de bébé-enfant, celles violentes d'ado rebelle, celles chargées de mère débordée et dévouée, celles inquiètes d'un futur qui piège les enfants... bon, bref, sur les cinquante ans passés, rien n'est établi.

j'ai entendu ce matin un sociologue-psy-insoumis (élection présidentielle oblige) prétendre que le caractère d'une personne était plié dès ses 7 ans et qu'apèrs 20 ans c'était difficile de changer cette personne.

pas d'accord.

j'ai toujours eu peur de tout, tout le temps. plus maintenant, je me suis laissée engluée dans des relations guidées par les rapports de force, souffrant des injustices, des irrespects, des désamours, trahisons, lâchetés, ...

plus maintenant.

je partage désormais dans ma vie des relations bonheur-gratitude-respect-sourire-soutien-douceur par wagons entiers, des relations multiforme multiâge multiodeur, multicouleur, sans limite. je n'ai plus peur, mais alors plus du tout. 

bizarrement, la société semble aussi motivée que moi à vivre du nouveau, du différent, de l'inconnu, avec ou sans peur, mais ça me donne l'impression d'un tournant engagé collectivement en ce printemps 2017.

allez savoir.

 

23:05 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (2)

06 mai 2017

et c'est pas fini...

voilà une autre découverte qui va nous permettre de ne pas arrêter de jeter impunément toutes sortes de plastique dans la nature.

youpi !!

(si au moins ça pouvait permettre de protéger réellement la forêt amazonienne, ce serait top..)

"Des étudiants américains ont découvert un incroyable champignon jusqu’alors inconnu qui est capable de digérer le plastique :

Un groupe d’étudiants de l’université de Yale se sont rendus dans la forêt amazonienne, en Equateur, dans le but de rapporter des plantes et des champignons. Ils ont participé à la Rainforest Expedition and Laboratory avec leur professeur afin d’améliorer leurs connaissances dans le domaine de la botanique. Ils sont revenus chargés de nombreux spécimens végétaux qu’ils ont étudiés pour découvrir une nouvelle espèce de fungus très intéressante qu’ils ont nommée Pestalotiopsis microspora.

Ce champignon pourra se révéler très utile à l’avenir, d’une part parce qu’il est capable de survivre en se nourrissant de plastique (de polyuréthane pour être précis) et d’autre part parce qu’il peut le faire dans un milieu anaérobie, autrement dit sans oxygène. Le Pestalotiopsis microspora pourrait donc être utilisé dans les décharges de détritus, qui sont généralement privées d’oxygène, pour faire disparaître les nombreux déchets de plastique que nous produisons en permanence. Une bonne alternative aux méthodes employées aujourd’hui, notamment celle qui consiste à enterrer le plastique et à attendre qu’il se décompose de lui-même, ce qui prend entre 150 et 400 ans."

Black mirror

Black mirror est une série qui pourrait se traduire par "reflets de notre société dans ce qu'elle a de plus noir" et qui critique assez "durement" notre addiction à tout ce qui est connecté. addiction qui peut parfois avoir de lourdes conséquences sur nos vies.

dans l'épisode "Nosedive", traduit par "chute libre", on découvre un monde où il n'existe plus de rapports réels, ceux-ci étant faussés par la note qui est donnée par autrui à chacun de nos regards, nos mots, nos réactions, note qui a la possibilité d'incrémenter ou de décrémenter un total dont toute la société est tributaire.

je m'explique mal ?

Lacie, la jeune femme de l'épisode voudrait louer un appartement mais elle doit posséder un "indice" de 4,5 et n'en est qu'à 4,2, et ce total est le résultat des étoiles cliquées sur son compte à chaque instant de sa vie.

pour avoir discuté hier avec mon riquiquidamour sur l'attitude hypocrite de certains gars du lycée juste pour avoir des amis ou des vues ou je ne sais quoi sur Twitter ou je-ne-sais-plus quelle application et la sidération que cela provoque chez lui de voir certains "lêcher le cul" de ces types "célèbres" qui sont de parfaits inconnus, sûrement bien cons de surcroît, j'ai trouvé que visionner cet épisode positionnerait bien le propos.

ainsi donc, on se rapproche de ce genre de comportement mis en lumière aveuglante dans Black mirror ? 

je ne suis pas prête d'avoir un chouette appartement, moi, je vous l'assure...

Image associée

Résultat de recherche d'images pour "Black Mirror - 3.01 - Nosedive   (Chute libre)"

 

13:03 Publié dans Film, lamiendo | Lien permanent | Commentaires (1)

04 mai 2017

Franck Venaille

si
vaste

était le mystère
de la vie

si
profonde
l’anxiété
qu’elle
véhiculait

que
presque sans raison
nous demeurions émotifs

sans raison ai-je dit

simplement
comme des âmes singulières
doutant de tout
surtout d’elles-mêmes

ainsi se faufilaient les ans
si profond étant notre étrange désir de vivre

 

C'est-à-dire - Franck Venaille

galleria mellonella

les scientifiques ne cherchent de faire évoluer la nature ou de trouver comment la nature pourrait s'adapter à l'Homme, à ses destructions, ses pollutions, ses nuisances.

mais les recherches pour faire en sorte que l'Homme s'adapte au mieux à la nature, c'est moins fréquent...

allez, voilà une découverte qu'il reste à confirmer et qui pourrait nous aider à déculpabiliser de nos gestes irrespectueux, comme "jeter dans la mer, nos déchets"..

Description de cette image, également commentée ci-après

La Fausse teigne de la cire (Galleria mellonella) est une espèce de lépidoptères de la famille des Pyralidaevivant en Europe. Elle est aussi appelée « gallérie » en France. C'est la seule espèce du genre Galleria.

Ce papillon volant de mai à octobre a une envergure de 30 à 41 mm.

La larve pose problème aux apiculteurs car elle se nourrit des rayons de cire des ruches. Pour s'en protéger, certains apiculteurs favorisent l'installation d'un nid de frelons européens (Vespa crabro) à proximité des ruches car ceux-ci consomment bien plus de fausses teignes que d'abeilles.

En 2017, une équipe internationale de chercheurs a publié dans la revue scientifique Current Biology que la chenille pouvait également dévorer le polyéthylène. Cette particularité serait due aux enzymes que la fausse teigne a développé au cours de son évolution pour dégrader la cire, dont la structure est assez proche du polyéthylène. Cela ouvre une porte au traitement des plastiques usagés, le polyéthylène constituant 40% des plastiques produits en Europe3 mais ce plastique se dégrade très mal, posant un problème majeur de pollution de l'environnement.

«100 vers placés au contact d'un sac à provisions durant 12 heures aboutissent à une perte de poids de ce sac de 92 grammes»

Cimade

connaissez-vous La Cimade ?

ce comité a pour slogan "l'humanité passe par l'autre" et oeuvre pour défendre ceux qu'on appelle "réfugiés" ou "migrants".

je vous laisse découvrir un peu de son sel, en dessous :

« La Cimade a pour but de manifester une solidarité active avec les personnes opprimées et exploitées. Elle défend la dignité et les droits des personnes réfugiées et migrantes, quelles que soient leurs origines, leurs opinions politiques ou leurs convictions. Elle lutte contre toute forme de discrimination et, en particulier, contre la xénophobie et le racisme. » (Article 1 des statuts de La Cimade)

La Cimade a été fondée en 1939 au sein des mouvements de jeunesse protestants. De sa mission initiale auprès des « évacués » de l’Alsace-Lorraine fuyant l’avancée nazie, elle a conservé son nom (dont la signification d’origine est « Comité Inter-Mouvements Auprès Des Évacués »), mais aussi un lien avec le monde protestant et surtout une fidélité aux valeurs et aux engagements de ses fondateurs.
Depuis plus de soixante ans, La Cimade a adapté son action aux enjeux de l’époque. Elle s’est engagée auprès des juifs menacés, a œuvré ensuite pour la réconciliation franco-allemande, s’est impliquée auprès des peuples du Sud en lutte pour l’indépendance et la décolonisation.

À partir de la fin des années 70, La Cimade s’implique de plus en plus en réaction aux projets de loi réduisant les droits des immigrés. La grève de la faim en 1981 et la marche pour l’égalité et contre le racisme renforcent le positionnement politique de l’association. Fidèle à ses principes, La Cimade entre dans les centres de rétention en 1984, pour y venir en aide aux étrangers reconduits. Tout au long de son histoire, la Cimade est restée un mouvement engagé sans se satisfaire d’une simple posture caritative.

17:35 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (1)

30 avril 2017

Ax ***

18194825_442388592763622_8769355211011980635_n.jpg

deux grammes de savon noir

mon reflet dans le miroir

ma peau, ta peau, collées

dans la moiteur, l'humidité

pour le bonheur de nos efforts

et la vie qui coule dans nos corps.

la fraîche douceur sur nos nudités

l'envie renouvelée.

 

Noël sur la banquise

c'est prévu en décembre dans le magazine Dorémi aux éditions Averbode, et c'est Matt Roussel qui a réalisé les illustrations... une histoire de pingouin, de banquise et de Noël...

sauvez Kindy

le fabricant de chaussettes Kindy, en difficultés, a été placé en redressement judiciaire, mardi 25 avril, par le tribunal de commerce de Beauvais.

sept offres de reprise ont été déposées, trois portant sur le pôle chaussettes et quatre sur le pôle chaussures pour enfants, et seront déposées par l’administrateur judiciaire au tribunal, qui les examinera lors d’une audience le 30 mai et statuera sur le sort des activités du groupe.

alors, moi j'ai décidé de commander des chaussettes Kindy, pour toute la famille et pour mes cadeaux à venir et je vous invite à en faire de même.

www.kindy.fr

21:16 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (0)

25 avril 2017

hisser les voiles

un jour c'est sûr, je hisserai les voiles

un jour bientôt je toucherai les étoiles

larguerai les amarres

partirai quelque part

déambulerai au hasard

prête au nouveau départ

un jour c'est sûr, je hisserai les voiles

18033956_785779941588151_6435281756690681418_n.jpg

 

Vance Joy

pour un moment délicat à partager..

23:20 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (1)

Agonie du Palmier

prséneter des pièces de théâtre dans les rues d'un village, dans des grands espaces de verdure, à l'air libre, c'est une belle idée.

voilà comment j'ai pu assister à un spectacle décalé (pour zonnards déroutés, parait-il) dans un lieu d'un beau village de chez moi.

un vrai chouette moment,  je vous assure.

23:10 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (0)

22 avril 2017

atelier Montessori : le dernier de l'année scolaire

hier, je me suis rendue à l'école Pérel à Bouc Bel Air, qui a une façon d'enseigner proche de la méthode Montessori, respectueuse de l'identité des enfants et avide de leur ouvrir l'esprit à tout ce qui les entoure.

l'après-midi s'est déroulée avec la réalisation d'une fresque sur les animaux avec les "grands" et création d'un Hugo articulé avec les "petits" (qui sont allés dans un hôpital pour doudous et avait vécu les urgences pour Ambre, la veille..)..
et toujours la séance dédicaces qui suit, avec ma fidèle Margaux, qui supervise et "consomme"..

Aucun texte alternatif disponible.L’image contient peut-être : 1 personne, intérieur

L’image contient peut-être : 1 personne, assisL’image contient peut-être : 1 personne, assisAucun texte alternatif disponible.L’image contient peut-être : 1 personne, assis

L’image contient peut-être : une personne ou plus, personnes assises et intérieurL’image contient peut-être : 1 personne, assis, table et intérieur

 

 

 

les racines du ciel

j'aime l'écriture de Romain Gary.

et ses écrits.

mon "internénette numertwo" a comme projet de partir dans un an, avec sa meilleure amie, défendre et prendre soin des éléphants.

ce livre est pour elle, un encouragement à sauver ce qui peut encore l'être dans cette société dévastée par l'envie, le pouvoir et la possession... la destruction.

"Morel, le principal protagoniste du roman, décide de faire cesser l'extermination des éléphants en Afrique au milieu du xxe siècle. Or, en AEF (Afrique-Équatoriale française), l'idée d'indépendance commence à prendre forme ici et là.

L'histoire raconte la lutte de Morel, ses actions en faveur des éléphants, la traque dont il est l'objet de la part des autorités, et, en parallèle, les conflits d'intérêt entre les engagements des uns et des autres : pour les éléphants, pour l'indépendance, pour la Puissance coloniale, pour la sauvegarde des traditions, pour la marche en avant de l'homme vers la modernité, pour l'intérêt à court terme, pour l'honneur de l'homme.

L'idée centrale défendue par l'auteur est la protection de la nature (« et cette tâche est si immense, dans toutes ses implications », écrit l'auteur dans sa courte préface). Mais, par ce biais, il expose la protection d'une « certaine idée de l'homme » que Morel, Minna, Schölscher et d'autres illustrent tout au long du roman.

Les Racines du ciel évoque aussi les parcours qui ont conduit chacun à se retrouver là, dans la condition où chacun se trouve."

Résultat de recherche d'images pour "les racines du ciel"

brikawood et a maison magique

je rêve... je rêve non pas d'une maison en bonbons, comme Hansel et Gretel mais d'une maison en bois, écologique, économique, saine et facile à monter.. 

je pense aux oiseaux dans les arbres, certes, à cette faune et flore invisibles qui gravitent autour des arbres, mais si je plante à mon tour d'autres arbres, si j'achète un lopin de terre pour faire pousser des arbres où des écureuils des oiseaux des fourmis et autres bestioles viendraient s'installer, si...

je sais, on dirait un conte de fées, mais après tout, pourquoi ne pas rêver..

19 avril 2017

demain, tout commence

mon internénette numrbrtwo insistait beaucoup : "il faut que tu vois ce film, tu vas pleurer toutes les larmes de ton corps, moi j'ai pleuré sa race..."

bon, soit..

j'ai fini par céder. et je l'ai vu. d'accord, il y a Omar Sy, il y a l'amour filial, la relation père-fille, l'amour inconditionnel, le bonheur des enfants dans nos vies, la fragilité de la vie... mais j'ai presque pas pleuré.. et toc !

elle, oui. à nouveau. l'occasion de parler de beaucoup de choses, de réaliser beaucoup de choses et de se redire à quel point on s'aime.

merci Omar !



21:03 Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (0)

écocide

le tribunal Monsanto, je vous en ai parlé ?

Marie-Monique Robin avait suivi le déroulement de ce tribunal informel composé de cinq juges qui jugeaient Monsanto, cette firme géante américaine qui produit, développe, vend des produits chimiques à effets indésirables pour la planète : les pesticides, les perturbateurs endocriniens, les OGM...

la justice citoyenne a condamné Monsanto, accusé mardi de violation des droits de l’Homme, d’impact négatif sur l’environnement ainsi que du crime d'« écocide ».

chargés de répondre à six questions sur l’environnement, l’alimentation et la santé notamment, les cinq juges professionnels internationaux avaient alors entendu une trentaine de témoins, dont des scientifiques, agriculteurs et apiculteurs. ce tribunal citoyen a rendu un avis consultatif destiné à alimenter les lois existantes, notamment via la création d’une jurisprudence au sein du droit international, après un événement de trois jours organisé en octobre à La Haye par des centaines de groupes citoyens.

un nouveau mot vient donc de voir le jour "écocide" et je le trouve à propos.

17 avril 2017

ma fille, si loin...

ni le ciel ni les étoiles ne m'éloignent de toi

je t'ai donné un père et une voix

je le jure je serai là du berceau à la tombe

je serai le monde car tu portes mon nom...

(ma fille...)

si je te parle de ma mère c'est que je n'ai qu'elle

ta grand-mère est une reine et sa force je te lègue

souviens-toi qu'elle est ton sang, qu'elle est le pourquoi de ton cran

qu'elle était grande et qu'il faudra qu'on lui ressemble...

(ma fille...)

 

 

20:22 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (0)