Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04 avril 2010

boléro

j'adore j'adore j'adore...

 


"Boléro" de Ravel par André Rieu

01 avril 2010

pardonné

Je suis l'enfant d'un peuple sourd,
Qu'on vienne à mon secours
J'ai construit ma vie et des barrières autour
Sans jamais voir le jour,
J'ai prié mes dieux enfermé seul dans ma tour
Comme toi j'ai voulu un visage et voir du paysage
Prendre le large, écouter mon message
Les barreaux d'une cage
Peuvent céder sous le poids des larmes

J'ai pardonné et j'ai fermé les yeux, j'ai appris à rêver
Et j'ai pardonné et j'ai fermé les yeux sur ma réalité

Je suis la cible qu'il te faut, le satellite en trop
J'ai courbé les épaules et j'ai joué mon rôle
Je suis comme tout le monde
Pourtant malgré moi de la peur je suis l'hôte
Je suis l'enfant d'un peuple sourd
Qu'on vienne à mon secours
J'ai construit des barrières, la vie suit son cours
Je n'attends plus le jour, j'ai renié mes dieux pour toujours

J'ai pardonné et j'ai fermé les yeux, j'ai appris à rêver
Et j'ai pardonné et j'ai fermé les yeux sur ma réalité

Marcher ensemble, sauter ensemble c'est parfait
Tomber ensemble, mourir ensemble c'est parfait

Marcher ensemble, sauter ensemble
Tomber ensemble, mourir ensemble
Partir en cendre, ne rien entendre Finir en sang
Ne plus attendre (x2)

J'ai pardonné et j'ai fermé les yeux, j'ai appris à rêver
Et j'ai pardonné et j'ai fermé les yeux sur ma réalité
J'ai pardonné et j'ai fermé les yeux, j'ai appris à rêver
Et j'ai pardonné et j'ai fermé les yeux sur ma réalité

 

"Pardonné" - Kyo

Ce titre est extrait de l'album : Le chemin
Année de sortie : 2003 | Label : RCA Arista

30 mars 2010

because the night

c'était en 1985.

le Boss passait à Montpellier, j'y allais en vieux pull bleu marine et je n'ai pas coulé au fond de la piscine.

je n'étais pas la seule à y aller.

et ma vie aurait pu basculer là... allez savoir...

because the night... there is a man with a sweet skin i want to believe again..


Bruce springsteen - because the night

26 mars 2010

jaloux de tout

j'adore...

évidemment...


Benjamin BIOLAY " Jaloux de tout " (Album La superbe)

24 mars 2010

are you ill ?

Réforme de la protection sociale aux États-Unis ?


Barack Obama n'a pas gagné contre le lobby des assurances privées
: il a même dû faire des concessions importantes !

À l'aune de nos valeurs et de nos références, la réforme de l'assurance-santé est bien timide... La solidarité n'est pas dans la culture américaine. 


Dimanche 21 mars à 23 heures à Washington, par 219 voix contre 212, le plan adopté par le Sénat en novembre 2009 a été voté par la Chambre, malgré une ultime intense guérilla parlementaire républicaine. La loi sur l'assurance-santé signée, le Sénat devra se prononcer sur une série d'amendements également adoptés par la Chambre. Mais cette réforme correspond-elle au contenu originel de Barack Obama ?

À la mi-août 2009, le président américain avait présenté les "quatre principales voies" de sa réforme :
Un : l'octroi à ceux qui en sont dénués d'une assurance "de bonne qualité" que les bénéficiaires conserveront "qu'ils changent d'emploi ou qu'ils le perdent". 
Deux : "contrôler les coûts exponentiels de la santé" - ils atteignent 16,4 % du PIB aux États-Unis, contre 10 % à 11 % dans les autres pays développés. 
Trois : améliorer l'efficacité de l'assurance publique des retraités (Medicare) pour qu'elle "cesse d'enrichir les assurancesprivées". 
Quatre : imposer aux assureurs de ne plus "discriminer" les contractants, c'est-à-dire les exclure pour dossier médical trop lourd.

Cette réforme devrait permettre à 95% des Américains de bénéficier d'une assurance médicale, contre 83,5% actuellement, soit 31 millions de personnes supplémentaires sur les quelque 50 millions qui sont dénués d'assurance.

Le bureau du budget du Congrès indique qu'il s'agira, pour 60%, de personnes qui seront subventionnées pour accéder à l'assurance privée (par un financement public de la contribution patronale des PME, par exemple) et pour 40%, de bénéficiaires d'une extension des programmes offerts aux retraités et aux plus indigents. Les assureurs privés ne pourront plus refuser une couverture santé aux malades "à risques". Enfin, le bureau du budget a calculé que cette réforme (coût : 940 milliards de dollars) permettra de rogner 138 milliards de dollars sur 10 ans sur les dépenses générales de santé - un vrai premier pas dans un dossier longtemps négligé.

Pour le reste, M. Obama envisageait aussi d'améliorer la couverture de quelque 100 millions d'Américainsqui n'ont pas les moyens de payer pour une "bonne" assurance, et de se doter de moyens pour imposer un encadrement des tarifs aux assureurs privés. L'adoption d'une assurance publique concurrente du secteur privé était la pierre angulaire de cette ambition.

Le président y a renoncé, sentant que l'opinion basculait progressivement contre un tel plan, comme plus généralement contre le trop-plein de dépenses publiques.
Mais en y renonçant, la Maison Blanche a pris le risque de scier la branche sur laquelle est assise sa réforme : tel est le reproche des démocrates progressistes. L'assurance privée, disent-ils, continuera de déterminer la politique tarifaire. Et l'État, élargissant sa prise en charge des 2 populations les plus "à risques" - les retraités et les plus indigents - tout en renonçant à offrir au commun des assurés une couverture de qualité égale à moindre coût, se prive de la recette la plus "profitable" : celle de la couverture des 25-50 ans.

L'État va donc assumer l'essentiel des surcoûts de la couverture d'une population vieillissante (la retraite des baby-boomers devrait faire passer les inscrits à Medicare de 45 millions de personnes aujourd'hui à 77 millions en 12 ans), tout en offrant au secteur privé d'augmenter plus encore son ratio de rentabilité... Money is money.

(c) Zurbains.com

CO2 mon amour

Au surlendemain des élections régionales, le premier ministre François Fillon a annoncé le report "sine die" de l'une des réformes qui est devenue subitement un facteur de division dans le camp de la droite : la taxe carbone.

Cependant, "le gouvernement mettra en oeuvre la taxe carbone, qui constitue un engagement du Grenelle de l'environnement", et demandera à la Commission européenne "d'accélérer la mise au point d'une proposition en vue d'une harmonisation des dispositifs de fiscalité écologique dans l'Union européenne" a affirmé F. Fillon.

De leur côté,le ministre de l'écologie Jean-Louis Borloo et Chantal Jouano, secrétaire d'Etat chargée de l'Ecologie ont pris acte de la décision du Premier ministre et confirment leur volonté que la directive européenne sur l'énergie, permettant la mise en place d'une contribution carbone européenne, soit présentée, "comme prévu", à la fin de cette année.

(c) Enerzine

Report de la taxe carbone "sine die"

 

19 mars 2010

BB

je l'ai vu, je l'ai vu, je l'ai vu...

hier soir devant la salle du cours Julien remplie à craquer j'ai vu un homme tour à tour intimidé galvanisé porté joyeux et humble.

un chanteur qui sautait sur scène et dansait, envoyait des baisers à la foule religieusement massée et enthousiaste...

un chanteur venu saluer avec sourire aux lèvres en compagnie de ses musiciens... saluer comme un comédien après une pièce saluer longtemps parce que nous quitter lui semblait difficile...

cet artiste est un délice. un homme écorché peut-être un caractère inaccessible peut-être mais un délice quand il est aimé.

son concert fut un délice.

merci à lui

 

14 mars 2010

ton nom en grand sur les murs

je t'ai perdu, depuis je ne m'aime plus, depuis j'en suis sûre je ne peux fermer la blessure

je te vends mon âme fais de moi ce que tu veux en retour donne-moi la chance d'être mieux

je te vends mon âme prends ma vie et mon paysage en échange je veux voler ton visage

 

10 mars 2010

ensablé

pour mon tidoudou, envie de vous montrer ça :

 

 

dragon_chateau_sable.jpg

 

 

je suis méga-admirative !!!

une vraie merveille...

22 février 2010

nomad

The other day I looked

At myself in the mirror

Do not hide your face

Do not hide your face

From me when i feel sad


On the day when I call you

Answer me, please answer me

And turn your shy ear towards me


No cows and no grass to graze on

Makes me feel I'm nomad

I'm lost and silent in the wilderness

Like an owl among the ruins


My wings lined with ashes

Alone on the roof

I feel I'm nomad


I feel I'm nomad

I feel I'm nomad


My days go up in smoke

My homes are aching

My days go up in smoke

My heart is breaking


Good waiking leaves no track behind it

Do not hide your face

Do not hide your face

From me when I feel sad

 

Geoffrey Oryema "Nomad"

 

21 février 2010

15

dimanche...

même si j'ai tort laissez-le moi un peu

même si j'ai tort laissez-le moi encore...


Edith Piaf - Mon Dieu (1961)

20 février 2010

panorama sénégalais

DSCN1424.JPGDSCN1399.JPGDSCN1415.JPGDSCN1405.JPGDSCN1409.JPGDSCN1401.JPGDSCN1411.JPGDSCN1425.JPG

17 février 2010

la ligne

pour G-Rare...


La ligne transversale

digem

voilà une des raisons de mon retour à Fadiouth :

DSCN0266.JPG
elle pourrait devenir la jolinénette number three de la famille...
allez savoir...

15 février 2010

Nakalé

voilà un échantillon musical de ce que j'ai ramené de mon voyage...



podcast

groupe : Xalaat

13 février 2010

tréma

Stéphanie c'est mon amie... depuis que j'ai dix ans...
--------

 

Photos1.png
chers amis,
mes tableaux sont désormais en vente sur le site decogalerie.com
stéphanie

http://trema.ultra-book.com/

Photos3.pngPhotos2.png

happy birthday

je sais je vous l'ai déjà postée cette vidéo mais c'est de circonstance ârce qu'on est le 13 février... (et puis j'adore et elle et l'idée...)

alors, mon amour, je te souhaite un joyeux anniversaire même si tu ne souffleras pas les 46 bougies...

 


Marilyn Monroe - Happy Birthday

05 février 2010

Vincent... pour Babelle

ben oui, faut suivre.. parce que les points se cousent d'un tissu à l'autre de la toile...

envie de vous parler de ça :

Surprenante expo Van Gogh à Londres !

 

Dans la foulée de celle d’Amsterdam, mais très différente et remarquable. Van Gogh et ses lettres, oui, mais tel qu’en lui-même, pas à pas. Nombre d’œuvres inédites de collections privées.
à Londres

Une exposition quatre étoiles ou davantage, elle vise au cœur du sujet. Et, si les lettres y sont moins nombreuses qu’à Amsterdam, ici elles accompagnent de très près des tableaux qui, subtilement agencés en fonction du parcours créatif de l’artiste, en fonction des thèmes qui lui furent chers, accompagnent idéalement le Van Gogh épistolaire.

Un Van Gogh (1853-1890) au four et à la plume qui émeut autant, sinon parfois plus, que le peintre. Dans ses lettres - superbement réévaluées par l’édition en six volumes du Fonds Mercator, en voie d’épuisement et de réédition ! -, Vincent rapportait ses réflexions, ses détresses, ses soucis divers, ses passions et ses frustrations, ses amours impossibles et son attirance pour les petites gens. Journal intime plus que lettres au vent, la correspondance de Van Gogh avec Théo, mais aussi avec Gauguin, Van Rappard, Emile Bernard, constitue un témoignage inestimable sur les préoccupations d’un artiste en constant commerce avec lui-même. Elle explicite les tableaux qu’il y décrit avant de les avoir peints. Elle informe sur son quotidien, ardu et généreusement assumé, mais, plus encore, elle nous renseigne sur le peintre, sa conception de l’art, son souci des couleurs, des lignes, des matières, du rendu des émotions et de l’ajustement de celles-ci à ses exigences plastiques.

 

Huit salles pour une grande expo. Une première lettre à Théo, datée du 24 juillet 1875, attire aussitôt l’attention. Quand il l’écrit, Vincent est loin d’être un peintre et l’en-tête du document indique qu’il est employé de la Masion Goupil, marchand de tableaux, à Paris. Elle est écrite en néerlandais, d’une petite écriture soignée, régulière et calme. Moins de dix ans plus tard, son destin a basculé et le dos d’une enveloppe destinée à Théo, de mars 83, est entièrement dessiné: cinq hommes et un enfant dans la neige. Van Gogh en est à ses balbutiements. Et de ceux-ci aux premiers pas, il n’est qu’à s’offrir la salle des "Paysages hollandais ".

 

Votre redécouverte du plus emblématique des plasticiens de la fin du XIXe siècle, démarre dans les couleurs terre et sombres d’un fils du Nord pénétré de générosités mystiques, des voix de la nature et du lourd labeur requis de l’être humain à sa solde. Jusqu’à la fin, Van Gogh sera attentif à deux particularités essentielles: la nature et l’homme. En Hollande, la campagne violentée l’agite à l’aune des tourments que lui valent ses amours déçues et trois salles consignent ses travaux dans la glèbe. A Etten, à Nuenen, en Brabant. La campagne éprouvante, les paysans dans leurs travaux et jours, le cul par-dessus la tête et la tête appesantie face au sol. Semeur déjà, éplucheuse de patates, femme bêchant, mangeurs de pommes de terre La toile d’Amsterdam n’est pas là, mais y sont ses lettres et une litho reprenant ce rustre sujet connu entre tous.

 

Dans les lettres, l’écriture est toujours régulière, serrée, plus tendue peut-être. Puis, Van Gogh gagne Paris, découvre la lumière de l’île de France et s’écrie: "Mais le peintre de l’avenir, c’est un coloriste comme il n’y en a pas encore eu". Il découvre les estampes japonaises, Hiroshige et Utamaro, sa palette s’aère, se transforme, oublie l’Ecole de La Haye, s’enjoue délicatement. Pas pour longtemps!

Le voici en Arles, en cette Provence qui va le mettre à feu et à sang. Mais, surprise, surgi de la collection d’un privé, voici un "Arles dans la neige"de février 88 - il vient d’y arriver - que nous n’avions jamais vu. La première blancheur dans un pays qui lui fera voir la vie en jaune. Salle sur la "couleur" avec les "Barques aux Saintes-Maries", "La diligence de Tarascon", des jardins fleuris, des tournesols coupés, des roses, et des lettres en concordance complice. Salle sur le "portrait" et l’on sait qu’il en a peint beaucoup. Portraits de la famille du facteur Roulin, du "Zouave", de "Madame Ginoux en Arlésienne" ou son "Autoportrait en artiste" de janvier 88. A leurs côtés, portraits par la bande, "Le fauteuil de Gauguin" et "La chaise de Van Gogh" symboliques d’une tension paroxystique sous l’apparence désinvolte.

 

La littérature l’occupe: Dickens, Hugo, Balzac, Zola, Voltaire Une toile inédite, "Romans parisiens", témoigne. Et puis, le "Sud", les lettres enflammées à Théo, "La maison jaune" et les "Cycles de la nature": "Je voulais faire un verger de Provence d’une gaieté monstre"... Semeurs et fenaisons "Les derniers paysages" s’annoncent. Sa santé a périclité, on l’a soigné à Arles, il sera interné à Saint-Rémy de Provence, s’en ira à Auvers-sur-Oise auprès du docteur Gachet. L’écriture, sans s’endiabler, s’affirme plus vive. Mais il peint, sans relâche et "ces toiles vous diront ce que je ne sais dire en paroles".

 

La tristesse est immense, car sa lucidité le tenaille. Il écrit, il peint, l’hôpital, les cyprès comme des torches Van Gogh n’ira pas plus loin! Humanité exacerbée et peinture survoltée, urgences et pensées, délicatesses et audaces existentielles et plastiques. Engorgements de matières et tournoiements, Van Gogh et ses contradictions: une pleine vie au bout du pinceau, des couleurs.

The Royal Academy, Burlington House, Piccadilly, Londres. Jusqu’au 18 avril, du dimanche au jeudi de 10 à 18h; vendredi, 10 à 22h; samedi 10 à 21h. Catalogue. Infos : 0844.209.1919 ou www.royalacademy.org.uk/newsletter et, en Belgique, www.visitbritain.be et www.visitbritaindirect.com

gaga !

pour ma jolinénette number one qui l'adore l'adore l'adore et c'est peu de le dire, voilà une des chanteuses d'aujourd'hui qui a tout d'une très grande !!!

c'est comme ça que je les aime, les "filles"...

03 février 2010

wonderful

là, j'avoue, impossible de lutter contre la blonde rose barbie, délicieuse et talentueuse...

non, même pas jalouse !!