Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17 mai 2015

homo-day

ce dimanche 17 mai, c'est la journée mondiale de lutte contre l’homophobie.

cette journée a pour but de promouvoir des actions de sensibilisation et de prévention pour lutter contre l'homophobie, la lesbophobie la biphobie et la transphobie.

il n'est pas inutile de rappeler la situation des personnes homosexuelles dans certains pays.

en Afrique, il y a encore beaucoup à faire en la matière. il est difficile de déterminer, avec certitude, le nombre d’homosexuels victimes de discriminations. des actes homophobes sont souvent perpétrés sans que leurs auteurs soient poursuivis, et dans certains pays, c’est la loi elle-même qui punit les homosexuels.

quand on est homosexuel, mieux vaut vivre en Afrique du Sud (seul pays du continent à avoir légalisé le mariage homosexuel depuis déjà 2006 et ces couples peuvent aussi adopter des enfants) plutôt qu’au Cameroun, au Soudan, en Ouganda ou encore dans d’autres pays qui appliquent, tous, une législation très répressive contre les homosexuels.

c’est également le cas au Sénégal où les homosexuels encourent de un à cinq ans de prison ferme et une amende de 100 000 à 1 million 500 000 francs CFA (entre 150 et 2 300 euros).

au Maghreb aussi, le Code pénal marocain punit tout acte sexuel entre deux personnes de même sexe, de six mois à trois ans de prison ferme. deux homosexuels devront comparaitre, d’ailleurs, lundi 20 mai, devant la justice marocaine.

et puis, l'homosexualité peut même être punie de peines de mort, pour les hommes, dans le nord du Nigeria, au Soudan, et dans certaines régions de Somalie. En Ouganda, les relations homosexuelles peuvent aboutir à des peines de prison à la perpétuité.

pour justifier ces poursuites en justice, la plupart des pays avancent des valeurs culturelles, traditionnelles ou encore religieuses et assimilent l'homosexualité à une déviance ou une pratique importée de l'Occident. 

22:09 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (0)

nuit des musées

hier soir, se tenait la 11e édition de la nuit des musées, évènement qui a pour objectif de donner envie aux jeunes qui sortent le soir de venir au musée et de fêter l'art et la culture de cette façon.

certains musées, en plus d'ouvrir leurs portes gratuitement, proposaient des animations originales.

au Mucem à Marseille, il y a eu projection de films en extérieur au Port Saint-Jean.

au pavillon Vendöme à AIx-en-Provence, en plus de la visite de la collection d'art du XVIIe et XVIIIe siècles, la collection d'art moderne te contemporain, toute la nuit, enfants et adultes pouvaient assister à des ateliers créatifs dans les jardins.

peut-être en avez-vous profiter près de chez vous ?

 

Nuit des musées 2015 : Pavillon Vendôme d'Aix en Provence

22:06 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (0)

14 mai 2015

Cannes et les films

le festival de Cannes a ouvert ses portes et c'est Lambert Wilson qui s'est chargé hier du discours d'ouverture.

un discours dans lequel il a comparé Cannes à une femme parce que, dit-il, il veut opposer la femme mise en lumière par le cinéma à celle qu'on tient dans l'ombre, à qu'on bâillonne, celle qu'on violente, qu'on vend.

je n'irai pas à Cannes cette année, mais j'espère bien que l'an prochain, j'aurai carrément un pass pour assister à certaines projections.

après, le glamour, voir des acteurs en vrai, je m'en fous, mais voir des films dans de telles conditions, le rêve.

du coup, je voulais parler d'un film qui ne m'a pas laissé indifférente, loin s'en faut, un film d'animation plutôt, voire un dessin animé, que je trouve vraiment génial, même s'il date un petit peu, un film où la condition de la femme est mise en parallèle avec la vie politique, et un film tellement de circonstance...

 

 

 

 

07:17 Publié dans Film, lamiendo | Lien permanent | Commentaires (0)

12 mai 2015

réserve citoyenne

on en parle dans Le Figaro, alors, je vous informe... (clin d'oeil à  ma grande soeur)

La ministre de l'Éducation nationale lance ce mardi 12 mai, la réserve citoyenne.

A ce jour, 4 660 personnes se sont préinscrites en trois mois sur le site dédié du ministre.

Au regard des 12 millions d'élèves qui fréquentent les établissements scolaires français, le chiffre apparaît encore modeste alors que Najat Vallaud-Belkacem et François Hollande ont annoncé à plusieurs reprises la création de cette structure. L'idée lancée en janvier par le gouvernement est d'inviter des intervenants à participer à la transmission des valeurs de la République.

Les préinscrits recevront dès aujourd'hui un mail leur proposant de compléter et confirmer leur inscription. Parmi les 4660 préinscrits, on compte 46 % de femmes, 54 % d'hommes. Les académies franciliennes représentent 28 % des inscrits. Parmi les thèmes, les préinscrits ont sélectionné «Citoyenneté et valeurs de la République» pour 2614 d'entre eux ; «Monde professionnel» pour 1729 intervenants ; «Actualité et médias» pour 1390 ; «Histoire et mémoire» pour 1007 ; «Arts et culture» pour 933 ; «Droit» pour 874 ; « Santé et prévention », 863 ; « International », 748 ; « Environnement », 548.

La « réserve citoyenne », inspirée par celle qui existe dans l'armée, repose sur le bénévolat. Rien de très neuf car l'école s'appuie déjà sur des réseaux sociaux et des milliers d'intervenants extérieurs, à commencer par les parents d'élèves. Aujourd'hui, ce sont les établissements qui sollicitent directement ces bénévoles ou associatifs selon les affinités ou les connaissances de tel ou tel professeur ou chef d'établissement avec telle ou telle association ou parent d'élève. Désormais tout va être décidé par chaque rectorat par le biais d'un «référent» interne. L'idée est de centraliser les milliers d'initiatives existantes. La ministre signe aujourd'hui des conventions avec des «ambassadeurs» de la réserve: l'ENA, la Ligue de l'enseignement, les CEMEA, les Francas, le Cnous, la Conférence des présidents d'université (CPU) et la Conférence des directeurs des écoles françaises d'ingénieurs (Cdefi). Tous s'engageront ainsi à promouvoir la réserve citoyenne non seulement auprès de leurs membres, en faisant par exemple intervenir les élèves de l'ENA dans les écoles et établissements scolaires, mais aussi auprès du grand public.

S'agirait-il aussi de "gérer la pénurie" en aidant les collectivités qui ont parfois du mal à trouver des intervenants dans le cadre des activités périscolaires imposées par la réforme de Vincent Peillon ?  

"Les collectivités territoriales ou EPCI compétents peuvent solliciter les services académiques pour faire intervenir un réserviste citoyen de l'éducation nationale, dans le cadre des activités périscolaires qu'elles assurent directement ou via d'autres acteurs dont les associations" apprend-on dans la circulaire relative à la réserve citoyenne de l'Éducation nationale publiée cette semaine, et précise que la réserve s'inscrira dans le cadre défini par la mission confiée par le président de la République au Vice-président du Conseil d'État, Jean-Marc Sauvé et au sélectionneur de l'équipe de France de handball, Claude Onesta.

19:18 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (0)

is it you ?

cette voix d'un autre temps, si cristalline, délicate et emplie d'une belle lumière...

Nathalie Prass..

19:11 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (0)

10 mai 2015

Hans Berger

j'ai découvert hier au musée Granet un peintre assez hétéroclite..

j'ai craqué sur deux peintures appelées "Le baigneur", je vous en montre une.

et je vous montre d'autres de ces travaux. mais pas mes préférés.

à découvrir...

Aix. Musée Granet XX #momentsdexception (2).jpg

18:52 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (0)

take me...

la force et l'inconnu

l'envie et le mystère

les mots et les vidéos

l'attente et l'immédiat

l'audace et l'abandon

l'illusion et la certitude

take me...

 

18:34 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (0)

commémoration de la traite et de l'abolition de l'esclavage

aujourd'hui, la journée nationale de commémoration de la traite et de l'abolition de l'esclavage revêt cette année un caractère international.

 

le chef de l'Etat français a inaugurer aujourd'hui le plus grand centre au monde d'expression et de mémoire sur la traite et l'esclavage, à Pointe-à-Pitre.

ce Mémorial ACTe "permettra à la Guadeloupe et au-delà à la Caraïbe toute entière, avec un lien profond avec l'Afrique, de dire au monde que ce combat pour la dignité humaine n'est pas achevé", a déclaré samedi Hollande depuis la Martinique.

il a fustigé les "nouveaux négriers" de migrants en Méditerranée tout comme l'exploitation des enfants soldats, entre autres formes modernes d'esclavage.

ce Mémorial n'appartient pas seulement aux Guadeloupéens, aux Français ou aux peuples qui ont cette sombre histoire en partage", a dit à l'AFP Michaëlle Jean, secrétaire générale de la Francophonie, qui sera présente dimanche.

"Il interpelle aujourd'hui le monde entier sur l'abomination de l'esclavage tel qu'il a été pratiqué pendant des siècles, mais aussi sur l'impérieuse nécessité de demeurer vigilants face à toutes les formes d'exploitation, de trafics d'êtres humains et face au racisme dangereusement banalisé", ajoute cette Canadienne née en Haïti.

la ministre française de la Justice Christiane Taubira, qui acccompagne le président, a elle critiqué la confusion entre de "l'esclavage historique" et l'esclavage moderne faisant notamment valoir que le premier était "codifié régulé" alors que le second n'est "pas un système autorisé". Pour la ministre, d'origine guyanaise, "on doit combattre l'esclavage aujourd'hui mais la confusion est mauvaise conseillère et en plus elle est l'apanage des imbéciles".

le chef de l'Etat a visité le MACTe, avant les allocutions officielles.

cette inauguration sera retransmise vers en direct vers 18h00 au jardin du Luxembourg à Paris, où se tiendra la traditionnelle cérémonie du 10 mai, présidée par le premier ministre Manuel Valls.

à Nantes, premier port négrier français, la commémoration sera célébrée en présence d'Angela Davis, figure du mouvement noir américain et de la lutte pour les droits civiques dans les années 70.

la médaille de la ville lui sera remise sur le parvis du Mémorial de l'abolition de l'esclavage érigé en 2011 sur les bords de la Loire, au coeur de la ville, d'où partaient les expéditions négrières.

à Brest, autre port de l'ouest de la France, une sculpture, baptisée "Mémoires", sera inaugurée dimanche.

haute de 10 mètres, installée sur le domaine public, "à la pointe de la France et de l'Europe", "la sculpture représente deux masques, l'un regardant le continent européen, le second les quatre autres continents.

ces deux masques représentent l'universalité des mémoires de l'esclavage", a commenté auprès de l'AFP l'initiateur de ce monument, Max Relouzat, président de l'association "Mémoire des esclavages", et lui-même petit-fils d'esclave.

07 mai 2015

le sexisme et les 40 journalistes

quarante femmes journalistes chargées de couvrir l'information politique se sont rassemblées pour rédiger un manifeste contre les pratiques douteuses dont elles sont trop régulièrement victimes et qui voudraient remettre en cause une habitude comportementale et sociétale de cette femme "objet" à disposition de tout un chacun...

ne parlons pas de ceux qui ont le pouvoir...

je vous glisse en dessous leur plaidoyer paru dans Libération (c'est long mais ça vaut de s'y arrêter..)

"Nous ne sommes pas la Génération Giroud. Au tournant des années 70, la cofondatrice et rédactrice en chef de l’Express,première femme à diriger un grand hebdomadaire généraliste, avait mis le pied à l’étrier d’une flopée de ses jeunes et belles congénères. Entre cliché machiste et efficacité éditoriale, Françoise Giroud était alors persuadée que les hommes politiques se dévoileraient plus facilement face à des femmes. Quarante ans plus tard, nous, la génération de femmes journalistes chargées de couvrir la politique française sous les présidences Sarkozy et Hollande, vivons au quotidien cette ambiguïté, souvent entretenue par les hommes politiques.

Aux «Quatre-Colonnes», la petite salle où circulent députés et bons mots au cœur de l’Assemblée nationale, c’est un député qui nous accueille par un sonore : «Ah mais vous faites le tapin, vous attendez le client.» Ou un autre qui nous passe la main dans les cheveux en se réjouissant du retour du printemps. Au Sénat, c’est un parlementaire qui déplore que nous portions un col roulé et pas un décolleté. C’est un candidat à la primaire face à une grappe de micros masculins qui décide de nous répondre un jour d’été «parce que elle, elle porte une jolie robe». C’est aussi l’étoile montante d’un parti qui insiste pour nous voir le soir, hors des lieux et des horaires du pouvoir. Dans le huis clos d’un bureau de député, c’est un élu dont les avances ne s’arrêteront qu’avec la menace d’une main courante pour harcèlement.

A bord d’un avion, pendant la dernière campagne présidentielle, c’est un porte-parole qui nous prend en photo pendant notre sommeil avant de partager le cliché avec le reste de l’équipe. Ou, dans une voiture où cohabitent militants et journalistes, un poids lourd politique qui nous propose d’interrompre le reportage et de filer à l’hôtel. Pour rire, bien sûr. Dans une usine visitée au pas de course, c’est un ministre qui s’amuse de nous voir porter des chasubles bleues réglementaires et glisse que «ce serait mieux si vous n’aviez rien en dessous». Ou un conseiller ministériel qui demande, au retour des vacances, si nous sommes «bronzée vraiment partout».

LES TEXTOS, CLASSIQUES, RÉCURRENTS, INSISTANTS 

Sous les dorures du jardin d’hiver de l’Elysée, c’est un membre du gouvernement qui fixe intensément le carnet posé sur nos genoux en pleine conférence de presse présidentielle. Jusqu’à ce que l’on réalise que, ce jour-là, nous portions une robe. C’est un ancien conseiller de l’Elysée qui offre de nous entretenir, faisant miroiter grands hôtels, practices de golf et conférences internationales, au nom de notre «collaboration» passée. A table, c’est un ministre qui plaisante avec nos collègues hommes sur les ambitions des uns et des autres «le matin en se rasant» avant de se tourner vers nous : «Et vous, vous rêvez de moi la nuit ?» C’est un ami du Président qui juge les journalistes «d’autant plus intéressantes qu’elles ont un bon tour de poitrine» ou un ministre qui, nous voyant penchée pour ramasser un stylo, ne peut retenir sa main en murmurant : «Ah mais qu’est-ce que vous me montrez là ?» Et puisque la «personnalité» qu’il était chargé de protéger ose tout, c’est le garde du corps d’un ancien ministre qui récupère notre numéro de portable pour tenter sa chance à son tour.

Il y a aussi les soupirs condescendants qui accompagnent nos interrogations en conférence de presse : «Ça, c’est bien une question de fille.» Les textos – classiques, récurrents, insistants – nous mettant le marché en main : « Une info, un apéro. » Quand ce ne sont pas des invitations à dîner à répétition, si possible le samedi soir. Autant de démarches qui relèvent de «l’humeur badine»,«l’humour potache» ou de «l’art de la séduction à la française».Selon leurs auteurs. A la question «s’il ne fallait retenir qu’un moment de votre première année parlementaire, ce serait lequel ?» c’est un député qui répond dans la minute «quand vous m’avez proposé un déjeuner».Avant de battre aussi rapidement en retraite : «OK, je sors.» Car certains, souvent les plus jeunes, s’excusent de tomber dans les travers de leurs aînés. Une histoire de génération et, peut-être, de mères féministes.

Ni naïves ni caricaturales, nous savons que notre métier implique de construire une proximité et un lien de confiance avec nos sources. Mais force est de constater que nous ne le faisons pas tout à fait comme nos camarades masculins, intégrant les contraintes du sexisme ambiant : pas de tête-à-tête ou le moins possible, des tenues passe-partout et une vigilance permanente pour conserver le vouvoiement afin de maintenir ainsi la bonne distance entre un journaliste et son sujet.

AUCUN DROIT À L’IMPUNITÉ

Nous pensions que l’affaire DSK avait fait bouger les lignes et que les habitudes machistes, symboles de la ringardise citoyenne et politique, étaient en voie d’extinction. Las. Bien sûr, ces manifestations de «paternalisme lubrique»(1) ne tombent pas sur nous toutes tous les jours. Une grande partie de l’establishment politique fait montre d’une éthique personnelle et professionnelle qui lui évite les faux pas. Nous avons aussi conscience que nous faisons notre travail dans des conditions extrêmement privilégiées par rapport à la majorité des Françaises, qui peuvent perdre leur emploi ou leur santé parce qu’elles sont harcelées. Et par rapport à nos collègues, beaucoup plus isolées, dans les médias régionaux. Mais le fait que ces pratiques, qui sont le décalque de ce qui se passe tous les jours dans la rue, les usines ou les bureaux, impliquent des élus de la République chargés de fabriquer la politique nous pousse aujourd’hui à les dénoncer. Ils sont issus de toutes les familles politiques sans exception, naviguent à tous les niveaux du pouvoir et n’ont droit à aucune impunité. Comme les autres.

Tant que la politique sera très majoritairement aux mains d’hommes hétérosexuels plutôt sexagénaires, rien ne changera. Nous aurions adoré pouvoir toutes signer ce texte sans avoir à se retrancher derrière l’anonymat. Mais certaines d’entre nous sont dans des situations professionnelles compliquées et n’ont pas besoin qu’on rajoute de la discrimination à des conditions de travail délicates. Ne pas subir le machisme pour l’avoir dénoncé, en quelque sorte. En 2015, ce que nous aurions vraiment aimé, c’est de ne pas avoir à écrire cette tribune.

Cécile Amar (le JDD), Carine Bécard (France Inter), Hélène Bekmezian (le Monde), Anne Bourse (France 3), Lenaïg Bredoux(Mediapart), Laure Bretton (Libération), Déborah Claude(AFP), Laure Equy (Libération), Charlotte Gauthier (Radio Classique),Mariana Grépinet (Paris-Match), Christine Moncla (France Culture),Gaétane Morin (le Parisien Magazine), Véronique Rigolet (RFI),Annabel Roger (RMC), Audrey Salor (l’Obs), Nathalie Schuck (le Parisien) avec le soutien de Ruth Elkrief et au nom d’un collectif de 24 autres journalistes représentant 13 autres médias.

(1) Les Mecs lourds ou le paternalisme lubrique, de Natacha Henry, éditions Robert Laffont (2003)."

blabla beurk

en ce moment j'entends sur ma radio préférée des informations "politiques" qui me plongent dans une vraie incompréhension.

ce n'est pas nouveau, on a toujours fait feu de tout bois mais là, sachant que les entreprises ferment, que le chômage est ne hausse, que l'enseignement au collège prend l'eau, que les capitaux fuitent à l'étranger, qu'on va être écouté, suivi, espionné en toute légalité, et je ne parle que de la France, est-ce vraiment nécessaire de nous rabattre les oreilles du nouveau nom de l'UMP ou de la dispute père-fille des Le Pen ?

le prénom du royal baby passe encore, pas de quoi se torde en pamoison mais bon, soit.

mais sait-on qu'au Chili le gouvernement a été "viré" par la Présidente ? qu'à Istanbul, les dissentions internes connues par l'AKP ont créé un climat déplorable ? qu'un programme nucléaire iranien a été conclu ? que la dette africaine atteint tous ses records ?

bref, je m'agace seule dans ma cuisine.. je sature de ces informations blabla beurk !

et beurk !

10:25 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (0)

05 mai 2015

still Alice

un jour je me souviendrai de la classe de monsieur Barbazange, de Manuela, Mathieu, Bruno, Eric, Odile...

Odile... la fille de la prof de maths, Odile qui portait des robes à fleurs à col Claudine festonnée et des babies bleu marine, si belle avec ses cheveux bouclés attachés et son air doux, Odile qui me faisait concurrence sur les notes.. la fille de la profs de maths, une femme en tailleur et chemise d'homme, cheveux courts, parlé franc, lunettes sévères, tellement classe sur ses hauts talons quand elle écrivait au tableau. je voulais être cette femme-là, cette prof-là.

Odile dont j'ai appris la mort un jour, je ne sais plus comment. Odile.

un jour, je me souviendrai de ces moments de mon enfance, Catherine et nos fous-rires, le gâteau au chocolat du lundi dans la cuisine de Sandrine, les joggings au bois de Vincennes, les Noël en famille où tout le monde était encore en vie, les Paper Mate de toutes les couleurs, les autocollants Panini de foot. 

un jour je me souviendrai de ses années fac, Eric et mon parfum Chanel. cette sensation d'être enfin une femme à l'âge où ma fille est encore juste ma fille.

je repasserai chaque étape de ma vie, chaque ville, les moments clés.

et j'oublierai l'instant présent, là où je vis et qui je suis, ceux qui m'entourent et mes rdv...

un jour, je crois que moi aussi, je vais vraiment avoir la mémoire qui flanche.

on court après le temps, la réussite, les lignes d'arrivée, les livres édités, les succès.. et puis pouf, un jour tout cela disparaît..

pouf !



23:28 Publié dans Film, lamiendo | Lien permanent | Commentaires (0)

04 mai 2015

Hip Hop, du Bronx aux rues arabes

directeur artistique de l’exposition « Hip Hop, du Bronx aux rues arabes » installée pour l’occasion à l’Institut du monde arabe jusqu’au 26 juillet, Akhenaton collabore avec Coca-Cola.

l'exposition "Hip-hop, du Bronx aux rues arabes",avec Akhenaton comme commissaire, a ouvert ses portes ce mardi à l'Institut du monde arabe (IMA).

plutôt courte et didactique sans en faire trop, elle donne un aperçu solide de ce qu'est la culture hip-hop, née il y a plus de quarante ans aux Etats-Unis, grâce aux photos d'époque, flyers de soirées, vêtements et extraits audio-visuels.

jusqu'au 26 juillet, des conférences mais aussi des concerts - dont un le 20 juin sur le parvis de l'IMA avec Akhenaton et des rappeurs du monde arabe - sont prévus en marge de l'exposition.

voilà un des artistes présentés :

Aisha de Noé Two

23:11 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (0)

Maïa Plissetskaïa

Maïa Plissetskaïa était une grande ballerine russe, née en novembre 1925 à Moscou et morte à 89 ans d'une crise cardiaque à Munich.

c'était une figure mythique du Bolchoï de Moscou, on la nommait "prima bellerina assoulta". elle avait tout dansé du "Lac des cycgnes" à "Carmen", elle avait été très remarquée dans "La mort du cygne" de Mikhaïl Fokine.

on raconte qu'alors que Staline avait ordonné que ses parents soient tués, tous deux déportés, lui a donné l'ordre de danser devant lui et que malgré son chagrin, elle n'aurait pas flanché, la peur au ventre.

c'était une rebelle, une danseuse divine, une forte personnalité.

La danseuse étoile russe Maïa Plissetskaïa danse, le 19 avril 1972, sur une scène parisienne.

23:03 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (0)

02 mai 2015

lettre P

aujourd'hui lettre P.

p comme présent, toujours vivre au...

pistaches, hum j'aime beaucoup

partir, à cause des voyages

papa.. bon voilà... disons parents... euh ben voilà aussi...

paroles, vital je crois

pensées, vital aussi, à cause d'une certaine indépendance d'idées

prison, pour ne pas s'y sentir, jamais

perdition

paradis, là où je vis

partage, avec vous c'est déjà le cas

pouvoir, le nom et le verbe, entre la domination et le possible

et puis plein d'autres encore... je vous laisse dire... mais je garde Pierre pour moi... évidemment

P

23:02 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (2)

mon muguet pour vous

quelle hôte indélicate je fais, j'ai oublié hier de laisser sur le rebord de votre fenêtre un brin de ce muguet qui embaume et laisse présager du bonheur en clochettes tintinnabulantes.

il n'est peut-être pas trop tard, un 2 mai, ça le fait encore... non ?

pour la peine, je vous glisse un peu de la génèse de cette délicieuse et parfumée tradition :

Le muguet n'a été associé à la Fête du Travail qu'en 1941, sous le régime de Vichy.

dans la Rome antique, les célébrations en l'honneur de Flora, déesse des fleurs atteignaient leur apogée le 1er mai.

les Celtes célébraient le début de l'été le même jour. Ils érigeaient un arbre autour duquel ils dansaient pour chasser les mauvais esprits. ils accordaient par ailleurs au muguet des vertus de porte-bonheur.

en 1560, le roi Charles IX, en visite avec sa mère Catherine de Médicis dans la Drôme, se vit offrir par le chevalier Louis de Girard de Maisonforte un brin de muguet, cueilli dans son jardin à Saint-Paul-Trois-Châteaux.

le roi donne des brins de muguet dès le 1er mai 1561 aux dames de la cour en leur disant: « Qu'il en soit fait ainsi chaque année ». la coutume était née.

le 1er mai 1895, le chanteur toulonnais Félix Mayol (créateur de "Viens, Poupoule!" en 1902) arrive à Paris. son amie Jenny Cook lui offre un bouquet de muguet. il en porte à sa boutonnière le soir même pour la première de son tour de chant au Concert Parisien. sa série de concerts est un triomphe. Mayol décide de ne plus s'en séparer. le muguet devient son emblème. Ttès populaire à l'époque, le chanteur aurait relancé la tradition.

le 1er mai 1900, lors d'une fête organisée par les grands couturiers parisiens, toutes les femmes reçurent un brin de muguet, clientes et petites mains. séduites par l'idée les couturières en offrirent chaque année à leurs clientes.

Christian Dior en fit même l'emblème de sa maison de couture.

le muguet n'a été associé à la Fête du Travail que sous le gouvernement de Vichy. le 24 avril 1941, le maréchal Pétain instaure officiellement le 1er mai comme « la Fête du Travail et de la Concorde sociale ».

l'églantine rouge, symbole de la journée internationale des travailleurs après 1891, trop connotée à gauche, est remplacée par le muguet.

22:39 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (0)

01 mai 2015

Dupontel

il ne faisait pas partie de ma liste des "amoureux" atypiques et pourtant... j'ai de suite aimé la force de la folie qui était en lui, quand il faisait de sketches très particuliers.

et puis, chaque fois que je le vois jouer dans un film, je me concentre sur son visage, ses yeux noirs, les rides qui commencent à se creuser autour de sa bouche, ses cheveux qui, lorsqu'ils sont en bataille, le font ressembler à une "vieille".

sa bouche se tort, son débit s'accélère parfois, ses sourcils deviennent trop sérieux, et puis... un sourire et on est totalement soulagés.

le dernier film dans lequel il joue ("En équilibre") n'a rien d'extraordinaire mais la justesse de son jeu nous prend aux tripes.

et c'est là que j'ai compris deux choses :

1) d'abord que j'ai oublié de le glisser dans la liste des amoureux atypiques

2) qu'il ne faut jamais lâcher, même quand les choses semblent perdues d'avance.

donc : je reprends l'entraînement tous les matins que je le pourrais et je mets un coup de collier pour rendre toutes ces commandes que je dois rédiger.

merci Albert !

 

23:24 Publié dans Film, lamiendo | Lien permanent | Commentaires (3)

30 avril 2015

Duchamp

ceux qui me suivent savent que j'aime le prénom Marcel.

sans raison.

ou pour des raisons inexplicables.

en voilà un autre, bien particulier aussi, qui a révolutionné l'art de XXe siècle.

Marcel Duchamp est un artiste considéré comme le "plus intelligent du siècle" par André Breton, il est l'inventeur du "ready-made", initiative du pop-art, du néodadaïsme et du cinétisme.

il a déclaré cette phrase tellement love mais tellement forte : " J'ai eu une vie absolument merveilleuse."

merci Marcel !!

 

l-h-o-o-q-mona-lisa-with-moustache-1919

19:38 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (0)

rhaaaaaa !

presque cinq jours passés et je ne me sens toujours pas en vacances, boulot par dessus la tête et toujours autant de pression...

ça doit bien exister les jours sans boulot, sans réveil, sans stress...

si si, ça doit bien exister...

(c) Nathalie Jomard

19:18 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (1)

29 avril 2015

Sébastien Roche

Sébastien Roche peint des "Sans visage", étranges corps longilignes et bien alignés, dont les visages ne possèdent ni expressions ni organes de sens.

un peu impressionnant, assez déconcertant et vraiment... fascinant.

20:03 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (1)

concours Lépine

aujourd'hui débute la Foire de Paris qui accueille le concours Lépine, tremplin pour de fameuses inventions telles que le moulin à café des frères Peugeot ou les patins à roulettes.

voilà une des inventions de cette année, qui fait déjà pas mal parler d'elle.

les Géotrouvetou modernes, moi, j'aime vraiment bien..

réveil olfactif SensorWake : se réveiller sans bruit ni lumière mais avec une douce odeur de croissant chaud, c'est ce que SensorWake va faire pour vos matins. le parfum choisi parmi les dosettes amovibles se diffuse et favorise un réveil en douceur pour les personnes malentendantes ou les paresseux.

20:00 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (0)