Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26 novembre 2015

la vie d'auteur

 

13 novembre 2015

L'histoire de Clara

"L'histoire de Clara" c'est un livre, un très beau livre de Vincent Cuvellier, illustré par Charles Dutertre.

Mais c'est aussi une mise en scène réussie de la compagnie La Naïve, une réussite tant les comédiens sont exceptionnels.

un pur moment de bonheur et d'émotion...

 

11 novembre 2015

prix Médicis

Nathalie Azoulai a remporté le prix Médeicis avec son roman "Titus n'aimait pas Bérénice".

Titus n’aimait pas Bérénice   alors que Bérénice pensait qu’il l’aimait.

Titus n’aimait pas Bérénice  alors que tout le monde a toujours pensé qu’il n’avait pas le choix et qu’il la quittait contre sa propre volonté.

Titus est empereur de Rome, Bérénice, reine de Palestine. Ils vivent et s’aiment au ier siècle après Jésus-Christ. Racine, entre autres, raconte leur histoire au XVIIe siècle. Mais cette histoire est actuelle : Titus quitte Bérénice dans un café.

Dans les jours qui suivent, Bérénice décide de revenir à la source, de lire tout Racine, de chercher à comprendre ce qu’il a été, un janséniste, un bourgeois, un courtisan. Comment un homme comme lui a-t-il pu écrire   histoire comme ça Entre Port-Royal et Versailles, Racine devient le partenaire d’une convalescence où affleure la seule vérité qui vaille : si Titus la quitte, c’est qu’il ne l’aime pas comme elle l’aime. Mais c’est très long et très compliqué d’en arriver à une conclusion aussi simple.

Nathalie Azoulai a imaginé un chagrin d’amour contemporain, Titus et Bérénice aujourd’hui, avec une Bérénice quittée, abandonnée, qui cherche à adoucir sa peine en remontant à la source, la Bérénice de Racine, et au-delà, Racine lui-même, sa vie, ses contradictions, sa langue.

Titus n’aimait pas Bérénice, c’est une façon de rationaliser le chagrin d’amour, de dire que Bérénice a raison d’être aussi atteinte en comprenant que Titus ne l’aime pas autant qu’elle l’aime, et d’arrêter de penser que Titus l’a quittée contre sa volonté. Il l’a quittée parce qu’il ne l’aimait pas, pas assez.

C’est une façon de statuer et de conclure bien que la pièce de Racine reste ouverte à toutes les lectures possibles.

C’est une manière d’imaginer une élégie moderne, ce verbe qui pleure, qui s’écoule vers le bas pour dire le manque, l’erreur et la déception, le temps que dure le chagrin.

Des hommes qui n'aiment plus leur femme, qui aiment ailleurs et qui ne quittent pas leur femme pour autant, il y en a tellement..

 

07 novembre 2015

prix Médicis

Nathalie Azoulai remporte prix Médicis 2015 avec son roman "Titus n'aimait pas Bérénice"

"Comme son titre l'indique un peu, «Titus n'aimait pas Bérénice» tourne très clairement autour de Racine et de sa terrible vision des passions. Il commence comme l'éternelle histoire d'une femme (nommée Bérénice) qui vient d'être quittée par l'homme qu'elle aime (nommé Titus). Elle trouve alors de quoi se consoler dans les vers et la vie de l'auteur de «Bérénice» (1670), cette tragédie en cinq actes particulièrement épurée, qui présente la singularité de mobiliser essentiellement des passions nobles. 

L'héroïne du roman se récite ainsi de fameux tubes comme «Captive, toujours captive, importune à moi-même» ou «Tout m'afflige et me nuit et conspire à me nuire.» Elle doit même avoir tendance à en gaver son entourage, puisqu'elle se sent obligée, «pour contrebalancer le sérieux que ses citations provoquent quand elle les jette dans la conversation», de lâcher que «Racine, c'est le supermarché de l'amour»

Mais cette homéopathie-là n'a qu'un temps. Au bout d'une dizaine de pages, la Bérénice de Nathalie Azoulai se prescrit donc un traitement de choc, en se lançant dans le récit biographique de son tragédien de chevet: 

C'est un défi plein de dépit. C'est un pari. Si elle comprend comment ce bourgeois de province a pu écrire des vers aussi poignant sur l'amour des femmes, alors elle comprendra pourquoi Titus l'a quittée.»

Ce récit biographique, qui nous fait croiser Molière, de séduisantes comédiennes et quelques courtisans du roi Louis XIV, compose alors 90% du roman, rédigé au présent et à coups de phrases courtes qui s'interrogent sur la manière dont on devient aussi génial que Racine. Il n'est pas dit que Nathalie Azoulai mette au passage le doigt sur la formule magique, mais comment lui en vouloir ? "

 

Nathalie Azoulay Titus Bérénice

 

04 novembre 2015

Boussole

passage obligé; pas seulement parce qu'on nous en rabâche les oreilles mais aussi parce que je m'occupe aussi de livres maintenant (oh quelle barbe !! ... on, je blague !) : le prix Goncourt.

Mathias Enard a recueilli l'unanimité pour son libre "Boussole" édité chez Actes Sud et ce n'est que la consécration de son travail d'écrivain car chacun de ses ouvrages a toujours reçu un prix.

autant vous dire que j'ai envie de lire, peut-être pas Boussole, mais Zone ou un autre de ses livres.

 

mathias-enard-boussole.jpg

"La nuit descend sur Vienne et sur l’appartement où Franz Ritter, musicologue épris d’Orient, cherche en vain le sommeil, dérivant entre songes et souvenirs, mélancolie et fièvre, revisitant sa vie, ses emballements, ses rencontres et ses nombreux séjours loin de l’Autriche – Istanbul, Alep, Damas, Palmyre, Téhéran… –, mais aussi questionnant son amour impossible avec l’idéale et insaisissable Sarah, spécialiste de l’attraction fatale de ce Grand Est sur les aventuriers, les savants, les artistes, les voyageurs occidentaux.
Ainsi se déploie un monde d’explorateurs des arts et de leur histoire, orientalistes modernes animés d’un désir pur de mélanges et de découvertes que l’actualité contemporaine vient gifler. Et le tragique écho de ce fiévreux élan brisé résonne dans l’âme blessée des personnages comme il traverse le livre.
Roman nocturne, enveloppant et musical, tout en érudition généreuse et humour doux-amer, Boussoleest un voyage et une déclaration d’admiration, une quête de l’autre en soi et une main tendue – comme un pont jeté entre l’Occident et l’Orient, entre hier et demain, bâti sur l’inventaire amoureux de siècles de fascination, d’influences et de traces sensibles et tenaces, pour tenter d’apaiser les feux du présent."

22 octobre 2015

Anatole 2

"La petite casserole d'Anatole" est un album d'Isabelle Carrier qui a été mis en chanson...

et j'aime toujours beaucoup...

 

Anatole 1

"La petite casserole d'Anatole" c'est un album d'Isabelle Carrier.

qui a été adapté en court-métrage.

je vous laisse admirer, savourer, vous délecter...

ici

Afficher l'image d'origine

14 septembre 2015

droit d'auteur

"La gratuité c'est le vol".

c'est en ces termes que Richard Malka, avocat de Charlie Hebdo et auteur de bandes dessinées a décliné une plaquette pour le Syndicat national de l'édition, dans ces termes également que Denis Olivennes, grand patron de la Fnac défendait son opposition à une culture gratuite, favorisée par Internet.

Richard Malka s'interroge donc sur le fin du droit d'auteur en 2015, à cause du projet de loi d'Axelle Lemaire et à cause de la réforme de la directive de 2001 régissant le droit d'auteur au sein de l'union européenne.

dans la plaquette on peut lire que : « la remise en cause du droit d’auteur serait un mirage de la modernité »  et « C’est la menace du retour à l’Ancien régime où le bon vouloir du roi est remplacé par celui des grandes entreprises du Net : GoogleAmazonApple. »

 

Richard Malka rappelle que c'est l'émergence à la fin du XVIIe siècle du droit d'auteur qui a permis aux auteurs ou écrivains de vivre de leur plume.

cette plaquette imprimée à un grand nombre d'exemplaire est disponible gratuitement dans les librairies. ça vaudrait le coup de se la procurer...

 

 

12 septembre 2015

Petite dictionnaire... pour amants

aujourd'hui à la journée "tous lecteurs" de La Tour d'Aigues, j'ai acheté un ouvrage un peu particulier..

la couverture avec ces ramages style japonais rose, le nom de l'auteur : Xiaolu Gui et le titre "Petit dictionnaire chinois-anglais pour amants" m'ont attirée.

j'ai déjà commencé à le lire, c'est surprenant et émouvant, intime et réservé...

j'avais envie de vous glisser un extrait (mais il y en a tant qui me plaisent) : 

"En Chine, on dit que des centaines de réincarnations sont nécessaires pour réunir deux personnes dans la même barque. Peut-être es-tu l'homme avec qui je suis réunie dans la même barque. Je n'ai jamais rencontré un homme comme toi avant. Je pense que nous sommes parfaits : tu es assez yin, je suis très yan. Tu es terrien, je suis métal. Tu es un peu mouillé et je suis un peu sèche. Tu es froid et je suis chaude. Tu es vent et je suis feu. Nous sommes accordés. C'est le mutualisme. Chacun profite. Tout cela nous rend des amants efficaces."

 

le langage est approximatif, ce qui amène encore plus de charme à l'écriture.

je suis totalement séduite.

 

31 août 2015

lire en bus

dans la ville Cluj-Napoca, en Roumanie, si vous aimez lire en bus, vous allez aimer plus encore rouler en bus.

en effet, pendant trios jours, le maire a déclaré le transport gratuit en bus pour ceux qui lisaient en voyageant.

Victor Miron a sollicité le maire pendant un an avant que celui-ci ne cède. mais Victor est un défenseur acharné des livres et il mène régulièrement des "campagnes" pour mettre la lecture au coeur de la vie.

on s'y met quand ?

romanian-city-gives-free-bus-rides-to-people-who-read-books-inside1-880.jpeg

25 août 2015

La Promesse de l'Aube

ce livre me touche tellement.

est-ce à cause de mon fils ? est-ce à cause des mots que Romain Gary y écrits ? ou parce que l'auteur était fascinant ?

ma radio préférée a consacré une émission juste pour cet ouvrage.

"Né Roman Kacew dans l'empire Russe, Romain Gary a utilisé bien des noms durant sa carrière. Parfois Romain Gary, parfois Emile Ajar, et même Shatan Bogat, il a reçu deux prix Goncourt sous deux identités différentes. "

28 juillet 2015

crac !

"Il y a des moments où l'on croit que l'avenir touche au ciel et qu'on va le prendre avec la main, – crac, une plaine, – un vallon qui descend, et l'on court toujours, emporté par soi-même, pour se briser le nez sur un caillou, s'enfoncer les pieds dans la merde ou tomber dans une fosse."

Gustave Flaubert. Lettre à Ernest Chevalier. 1840

Combattre toutes les violences faites aux femmes

 

 

24 juillet 2015

Pré du Plain

les éditions Le Pré du Plain sont ce qu'on appelle "une petite maison d'édition", indépendante et dynamique, qui publie des petits romans souples, adaptés aux différentes niveaux scolaires.

Laura Millaud, fidèle lectrice de mon blog vient de publier chez eux, un petit roman sur le "déréglement climatique" (et vous savez que ce sujet me tient à coeur).

n'hésitez pas à aller faire un tour sur le site des éditions et à vous laisser séduire par plusieurs de ces petits ouvrages.

couv-seigneurtemps1.jpg

 

 

23 juillet 2015

Revue XXI

j'ai découvert une revue, magnifique, où les reportages sont des longs et beaux récits et les sujets très intéressants.

un revue lourde à porter, belle à regarder, plaisante à lire.

revue XXI.


N°31

Été 2015

Dans un monde devenu village, il n’y a plus la ville et les champs, mais un va-et-vient permanent. Lucile Leclair et Gaspard d'Allens ont rencontré les nouveaux paysans venus de la ville. Clément Massé raconte la métamorphose d’un couple de la Vienne rurale. Michel Bessaguet et Éliane Faure ont éprouvé dans le Limousin le poids du millefeuille territorial.

 

04 juillet 2015

le bon choix

j'ai attendu l'autre jour dans ma radio préférée (même si en ce moment... bof !), d'une émission sur les couples.

et de ce livre donc..

maintenant que mon temps s"allège enfin, je pourrais me faire plaisir à le lire.

en attendant, je vous le conseille :

Bon Choix amoureux (Le) - La force de l’inconscient

"Pourquoi lui et pas un autre ? Qu’est-ce qui vous a poussé à la choisir, elle, au-delà de toutes les autres ?

Choisir pour la vie, choisir par envie… Sur quels critères se fondent donc vos choix amoureux ? Et avez-vous vraiment conscience des véritables raisons qui vous poussent ou vous ont poussé dans les bras de quelqu’un ?

Une histoire d’amour, c’est un peu comme une maison, avec une cave, un rez-de-chaussée, un étage et un toit. Pourquoi avez-vous choisi de pénétrer dans cette maison-ci, et pas une autre ? Comment y êtes-vous entré ? Quelles sont vos pièces préférées ? Quelles sont celles que vous délaissez ? 

Aidé de tests et de questionnaires, partez donc à la découverte des fondements inconscients qui sont à l’œuvre derrière toute histoire d’amour !

Bruno Humbeeck est psychopédagogue, spécialiste des couples et des familles. Il a notamment publié Un chagrin d’amour peut aider à grandir, qui a été un grand succès. Il anime une émission de télévision « Une éducation presque parfaite » (Télésambre) qui, depuis cinq années, permet de diffuser auprès d’un large public les perspectives originales qu’il développe dans le domaine de la psychopédagogie."

08 juin 2015

Jacob Jacob

Le 41e prix du Livre Inter a été attribué aujourd'hui à Valérie Zenatti pour "Jacob, Jacob" (L'Olivier), un roman qui explore la mémoire algérienne à travers le portrait de Jacob, jeune Juif de Constantine enrôlé en juin 44 pour libérer la France des nazis.
Présidé cette année par le médecin, écrivain et académicien Jean-Christophe Ruffin, le jury de ce prix était composé de 24 auditrices et auditeurs de France Inter représentant toutes les régions. Dix livres étaient en compétition. Le livre de Valérie Zenatti a été choisi au 3e tour de scrutin par 14 voix.



Jacob, jeune Juif doux et lettré de Constantine, envoyé sur les côtes de Provence en 1944 pour libérer la France, meurt dans un combat en Alsace quelques semaines plus tard à l'âge de 19 ans. Le roman de Valérie Zenatti raconte la guerre de ce jeune homme (le frère de son grand-père), les inquiétudes de sa mère, Rachel, le quotidien de sa famille et de ses amis loin de ce pays, la France, qu'ils ne connaissent que par les livres.

07 juin 2015

Notre Chanel

j'ai découvert qu'il existait un prix Goncourt pour la biographie.

en 2014, c'est Jean Lebrun, voix connue de ma radio préférée qui l'a emporté, avec "Notre Chanel", un ouvrage sur Gabrielle Chanel, ou Coco Chanel, sur la couture mais également des pans inconnus de son histoire, des révélations plus intimes, des lieux moins connus que la rue Cambon ou le Ritz...

bref, un bien bel ouvrage.

aux éditions Bleu autour.

05 juin 2015

concours "premier roman"

Gallimard lance pour la 2e année, le concours du premier roman jeunesse afin de trouver le nouvel auteur star qui fera décoller les ventes en roman jeunesse.

ce sera peut-être vous qui sait, si vous avez envie de tenter l'aventure ?

vous avez jusqu'au 30 septembre pour envoyer votre texte à www.gallimard-jeunesse.fr/premierroman

et je vous glisse en-dessous le cahier des charges...

bonne chance ! (comme dirait l'albanais dans Taken)

 

"Le manuscrit doit, forcément, être en français et destiné à un public à partir de 9 ans. Le roman doit faire 120 000 signes minimum. Il ne faut jamais avoir publié de roman pour la jeunesse, et ce dans n'importe quel pays. À la rigueur, les autoéditeurs sont acceptés.  Le comité de lecture des éditions Gallimard jeunesse sélectionnera trois textes parmi les manuscrits reçus et sera ensuite confié à un jury composé d'éditeurs, de journalistes, d'auteurs, de libraires et de blogueurs."

Dany à l'Académie

il a écrit (entre autres) "Comment faire l'amour avec un nègre sans se fatiguer" (non, je ne l'ai pas lu, mais j'en meure d'envie) et est à la fois Québécois et Haïtien.

Il a été élu en septembre dernier à l'Académie française où il vient de faire son entrée.

il est particulier, il a le goût des petites phrases inhabituelles du genre : "pour devenir écrivain, le caractère est plus important que le talent".

et aussi : "Depuis cinquante ans, on nous emmerde avec l'identité, c'est l'expression à la mode. On dirait qu'on a été pris en otages par une bande de psychologues, de psychiatres et de psychopathes. Quel que soit ce que vous faites, c'est une question d'identité..."

il est drôle, pertinent, intelligent. A l'Académie il risque de mettre un peu le bazar !

Dany Laferrière.

27 mai 2015

lire en short

j'ai lu cela sur le blog "Histoires sans fin" de Fred Ricou :

"En fin de matinée (du mardi 26 mai 2015) avait lieu au Ministère de la Culture et de la Communication, le lancement de la première Grande Fête de la littérature jeunesse qui aura lieu du 13 au 31 juillet 2015. 

 

« Lire en short » puisque c'est désormais le nom qu'il faut lui donner se veut un évènement national pour « transmettre le plaisir de lire » .

 

 

Le titre « Lire en short » est fait pour, selon Fleur Pellerin, la ministre de la Culture « être un peu décalé,  ne pas donner une image institutionnelle de cette fête et ne pas se prendre au sérieux même si le but est extrêmement sérieux » et d'ajouter « nous voulons prendre en compte ce que sont les goûts des jeunes, ce que sont leurs codes et leur façon d'accéder à l'information et à la culture aujourd'hui […] nous voulons faire un clin d'œil, être un peu drôle. » D'ailleurs la ministre l'a « testé sur [ses] ados et [a] eu une très bonne réception…».     

 

C'est le Centre National du Livre qui va coordonner les initiatives des principaux acteurs du livre de la fête. Celle-ci « s'appuie sur des projets itinérants, fédère les initiatives et met en valeur tous les acteurs de la vie littéraire » auteur, éditeurs, libraires et bibliothécaires y sont donc conviés.

 

Il y aura donc quatre scènes nationales à Fécamp, Cergy-Pontoise (un peu comme un fait exprès pour éviter de faire un évènement « parisien »…), Bordeaux et Marseille.

 

45 évènements ont été labellisés (alors qu'il ne devait y en avoir au début qu'une vingtaine) dont 27 projets en direction des publics qui ne partent pas en vacances dans des villes moyennes ou petites comme Bobigny, Arras, Épinal, Tours, Pau ou encore Clermont-Ferrand…

 

C'est suite à un appel du CNL que ces évènements ont choisi. Ils sont organisés par les acteurs locaux qui connaissent bien le terrain et les lecteurs. Ateliers, créations littéraires, concerts dessinés, rencontres d'auteurs et d'illustrateurs, goûters littéraires et autres « triporteurs-bibliothèques » sont prévus.

 

Vincent Monadé, le Président du CNL, met l'accent sur la lecture : « Si la lecture disparaît, nous disparaissons (les professionnels du livre), hors cette lecture baisse chez les jeunes : 45% disent qu'ils lisent de moins en moins et 54% disent qu'ils aimeraient lire plus s'ils avaient le temps. On a choisi de faire cette fête au moment où ils avaient du temps, au moment où le loisir est intégrale » et d'ajouter par la suite qu'aucune distinction dans les lectures ne sera faite « la pire chose que l'on puisse faire à un enfant qui veut lire c'est de lui dire « non, ce n'est pas bien ça, lis autre chose… » »

 

Pour le moment sur le site de l'évènement lire-en-short.fr, plus de 600 évènements sont référencés et d'autres vont s'ajouter au fur et à mesure.

Est prévu également pour cette première édition une « web tv » avec différentes pastilles vidéos où des personnalités seront « invitées à dévoiler des façons décalées, humoristiques et intimes, quels personnages de littérature ils auraient secrètement rêvé d'être » ainsi qu'un concours de selfie « Dis, comment tu lis ? » et un autre d'écriture collaborative.

 

La ministre à la fin de son discours termine de cette manière : « Créer un évènement national est un défi audacieux. L'engouement rencontré auprès des professionnels du secteur montre que « Lire en short » répond à attente », effectivement… on l'attend de pied ferme…

 

Différents médias sont partenaire de l'opération dont Orange (lecteurs.com), TF1 (Tfou), France Bleu, France Culture et Canal+ (Télétoon+ et Piwi+) et c'est ça aussi qui a des chances de faire bouger les choses…

 

Le site de la manifestation : http://www.lire-en-short.fr/"