Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05 juin 2014

concours "petit texte"

on est jeudi et j'ai complètement zappé le concours..

je ne vois plus le temps qui file, je suis un peu ailleurs...

bref, le résultat de l'histoire...

 

j'ai une légère préférence pour le texte de Betty :

Tremblant sous la fine pluie d'octobre, planté au milieu de son champs désormais vide des tulipes qui hier 
encore en faisaient la beauté, le pauvre fermier mesurait son impuissance face à la galopante progression de l'urbanisation. Bientôt une gare pour les trains à grande vitesse remplacerait sa printanière mosaïque colorée. 
´´Mais le progrés ne peut-être proscrit´´ marmonnait-il comme pour s'en convaincre ...

Écrit par : Betty

mais les deux autres se  valent et sont beaux et originaux, alors je les mets deuxièmes, ex-aequo...

Il était planté là ,tremblant , sous une pluie battante , au beau milieu du champs ,
Une tulipe à la main,seul contre tous les hommes de son village,ce fermier chantait
" le chant du proscrit ", ce sentiment d'impuissance encore une fois comme a chaque 
Mois d'octobre ou il avait rencontré cette hollandaise dans une gare...
La jalousie de ce bonheur lui avait brisé le coeur: Depuis , il chante haut et fort
Sa douleur...

Écrit par : lo 

15 octobre 2020. Gare du Nord. 
Le professeur Bill Proscrit Junior de l'Université d'Oxford a été accueilli ce matin par les ministres Jacques Tremblant de la Santé, et Paul Fermier de l'agriculture, grand spécialiste de la culture de la tulipe en plein champs. Un détail qui a son importance si l'on considère la fabuleuse découverte de cet éminent chercheur anglais.
Après avoir isolé le gène de l'impuissance, il aurait mis au point un remède pour venir enfin à bout de ce fléau qui ruine peu à peu nos capacités de réflexion. La formule est simple, tellement simple que nous préférons encore, à l'heure où nous publions ces lignes, utiliser le conditionnel. Jugez plutôt ! Notre impuissance intellectuelle, grandissante et contagieuse, pourrait être soignée par une simple décoction de pétales de tulipe et de rose. Aussi simple et efficace qu'un remède de grand-mère en quelque sorte !
Cette incroyable révélation du professeur Bill Proscrit Jr. a reçu un accueil chaleureux de la part des spécialites européens de la santé mentale. Son intervention qui s'est déroulée au Jardin des Plantes s'est achevée sous une pluie d'applaudissements de ses pairs, après qu'il eut rappelé le formidable pouvoir universel des plantes. 
À la question "comment savoir qu'une personne est atteinte d'impuissance intellectuelle ?", le professeur Bill Proscrit Jr. a répondu, laconique : "il y a des signes qui ne trompent pas ! Chacun en la matière est son propre juge." 
Sachez cependant que ce traitement a aussi l'avantage d'être préventif. Ainsi, nul ne pourra être montré du doigt, ce qui en soi est confortable et rassurant. 
Avis donc aux volontaires !

Écrit par : calouan14 

merci à vous, c'était très fleuri !

04 juin 2014

appel à solidarité

suite à l'incendie de sa maison par la foudre, un ami Fabrice Mondejar Illustrateur-conteur, qui crée des livres pour les enfants (éditions du Chat griffu) n'a plus rien :
meubles, vêtements d'adulte (lui taille M, sa compagne taille 38, chaussures 38) vêtements pour ses 3 enfants entre 5 et 11 ans (garçons et fille), jouets, vaisselles...livres, appareil photo, réfrigérateur, télévision, radio...téléphone, ordinateur...papiers personnels, matériel pour travailler....
il lance un appel au secours sur son site et je fais le relai en indiquant son adresse :

Le Village
Hôtel de Ville
att. Fabrice Mondejar
30700 Aigaliers

 

 

 

 

02 juin 2014

livre Inter 2014

aujourd'hui le 40e prix du Livre Inter a été attribué à Céline Minard pour son livre "Faillir être flingué" publié aux Éditions Rivages, un western choral qui joue avec le mythe de l'Ouest américain à travers les aventures de personnages hauts en couleur : héros solitaire, pionniers, attaques de diligence, chevauchées, confrontation entre hommes blancs et Indiens, ou entre l'homme et la nature, toutes les figures imposées par le genre y passent.

toute la journée France Inter a donné la parole à Alain Mabanckou et à l'auteur, nous dévoilant les coulisses des délibérations (cinq heures tout de même) passionnées qui ont permis de choisir ce livre-là.

dix livres étaient en compétition. AvecFaillir être flingué, son huitième livre, publié à la rentrée 2013, Céline Minard, voix originale de la littérature française née à Rouen en 1969, s'attaque à l'Ouest sauvage dans une fresque ambitieuse, tour à tour lyrique, dramatique et burlesque.

la romancière, qui, après des études de philosophie, a déjà exploré la science-fiction dans Le Dernier monde (2007), le roman médiéval mâtiné de manga dans Bastard Battle (2008), le portrait baroque dans Olimpia (2010) ou la romance punk dans So Long, Luise (2011), revisite à nouveau la littérature de genre, ses codes et ses clichés, en s'attaquant au western.

la lauréate a été pensionnaire de la Villa Médicis en 2007 et 2008 et en 2011 de la Villa Kujoyama. elle a reçu le prestigieux Prix franco-allemand Franz Hessel 2011 pour So Long LuiseBastard Battle a reçu en 2008 la mention spéciale du jury du Prix Wepler - Fondation La Poste et Faillir être flingué le prix du Style 2013. Le 39e prix du Livre Inter avait été attribué en 2013 à Alice Zeniter pour Sombre dimanche(Albin Michel).

29 mai 2014

concours "écriture"

pétard, j'ai laissé passer mercredi sans concours... faut dire qu'avec ces jours soleil et la vie qui bouge trop vite...

bon, pas d'excuses (tiens, j'ai lu je ne sais où que les excuses avaient été inventées par des gens qui refusaient de prendre leur responsabilité... soit !), je me rattrape...

je vous propose d'écrire un texte court avec 10 mots que j'ai piochés au hasard dans un recueil de poésie qui m'avait été offert, il y a bien dix ans...

- gare (une)

- champs

- fermier

- impuissance

- proscrit

- octobre

- tulipe

- pluie

- encore

- tremblant

 

allez, à vos claviers !

27 mai 2014

concours "les mots d'amour"

alors pour ce classement des mots d'amour (merci encore pour votre fertile semaille de graines de mots...) j'ai décidé de faire des catégories :

A) Les classiques : 

1er - Mon aurore boréale !

Écrit par : calouan14

 

2e - Mon petit paradis chéri

Écrit par : jean

 

3e - Mon crapouillot mignon

Écrit par : Betty

 

B) Les fabriqués :

1er - Il est son lovetransitionneur addict.

Écrit par : Babelle

 

2e - Mon trognonet, ma trognonette

Écrit par : Betty

 

3e - Cockair

Écrit par : lo

 

et comme à Cannes, les prix du jury, parce que bon, forcément...

Angelove

Calouanouchette

Écrit par : calouan14

 

aiezémer........(mon mal de coeur)

Écrit par : lo

 

et bravo à tous !!!!

23 mai 2014

mots de l'année

et voilà le verdict est tombé, "selfie" et "transition" sont les mots de l'année.

moi, perso, j'avais voté pour "voter", non pas que je sois pour, mais ça me paraissait la révolution de l'année, fumer un stylo comme si c'était une pipe et se sentir plus sain pour autant... une révolution je vous dis..

et vous ? vous aviez voté pour ?

FDM14_newsletter_motdelannee_1.jpg

21 mai 2014

concours 'love is in the air'

bon, alors, je vous sens très fort pour vous laisser aller.

alors, laissez-vous aller aujourd'hui aujourd'hui encore et inventez-moi le surnom d'amour le plus glamour...

après la noirceur des jurons, je vous propose le brillant de la tendresse, de la passion, de la fougue.

inventez-moi le plus beau des petits noms amoureux...

et je donne rdv mardi prochain pour leur podium...

à vos claviers !

20 mai 2014

les jurons !

vous avez été très imaginatifs, là, pour le coup, et la sélection est super dure... (jamais contente la fille !) surtout que vous avez confondu "jurons" et "insultes"...

mais je vous pardonne, je vous aime et surtout quand vous êtes malpolis comme ça !

alors :

1) "nom d'un gobelin puant", "mille milliards de morpions mutants" (Calouan14) et "remorbleu" (Jean), ce sont des jurons, donc première place !

 

2) "Lombric vermifugé" (Betty), "Nostoc gluant" (Jean) et "Ventouse à bouse" (Calouan14), ça m'éclate, alors deuxième place.

 

3) "Fatigué de la casacmèche" (Betty), "Vieux fossile de glyptodon édenté" (Calouan14) et "Bobo capitaliste impérialiste de gauche" (Jean), à cause des gros délires que vous vous êtes pris... troisième place !

 

franchement, j'ai bien rigolé, va me falloir être à la hauteur pour le nouveau concours demain, moi je dis !

bravo pour votre cruelle imagination fertile !!

18 mai 2014

la femme éclaboussée

il est des noms qui invitent au fantasme.

pas forcément au fantasme sexuel, mais au fantasme de vie, personnel.

les éditions P.O.L. font parties de ces invitations pour moi.

les éditions Héloïse d'Ormesson aussi.

ne cherchez pas, chacun réagit avec ses tripes.

alors quel ne fut pas mon bonheur de parler avec la-dite Héloïse d'Ormesson qui, en plus de me glisser sa carte entre mes doigts, m'a proposé de lui adresser un texte.

glups.

car il existe aux éditions Héloïse d'Ormesson, une nouvelle collection de romans de "femmes"...

vous en rêviez ? Héloïse d'Ormesson l'a fait.

j'ai donc plongé avec curiosité dans celui de Dominique Dyens "la femme éclaboussée" et je n'en suis pas ressortie.

subtil et raffiné, épicé un brin et sauvage tout autant, le roman de "femme" de Dominique Dyens est un ouragan timide qui nous emporte et nous laisse échouer sur la plage, étourdi.

alors je ne peux que vous le conseiller...

 

14 mai 2014

concours "jurons"

j'ai bien vu qu'inventer des mots, ça vous a bien plu, alors j'essaie, après tout hein, et je vous propose d'inventer un juron...

mais pas n'importe quoi, n'importe comment, inventer un juron qui est un sens, qui ressemble à un juron, digne de ceux que proférait le capitaine Haddock..

un juron bien gratiné, bien salé, poivré, épicé... un que vous allez me cuisiner aux petits oignons..

allez, à vos claviers !

lire en prison

"le salut par la lecture" c'est le pari qu'ont décidé de tenter les pouvoirs publics brésiliens pour soulager un peu les prisons fédérales. les prisonniers concernés sont des durs de durs qui purgent de longues peines et qui ont, comme ils le disent eux-mêmes, tout leur temps.

ceux d'entre eux qui ont été sélectionnés (attention, n'a pas le droit au programme qui veut !) peuvent choisir de lire un des livres proposés, de passer ensuite un entretien oral pour vérifier qu'ils ont bien lu le fameux livre et pour constater que celui-ci leur a fait du bien, a rebondi sur leur propre histoire, les a interpelés. une fois l'"oral" passé, ils bénéficient alors d'une réduction de peine.

4 jours gagnés pour un livre lu, et 12 livres possibles par an. soit 48 jours par an "offerts" si le prisonnier est un assidu.

il est proposé depuis peu, un examen écrit, après un mois pour la lecture d'un ouvrage, avec des consignes aussi strictes qu'à l'école : « utilisation correcte de paragraphes, sans corrections, utilisation de marges et écriture lisible »

les pouvoirs italiens semblent suivre le même chemin et je me réjouis de voir que le livre est salvateur, qu'il apaise et permet une liberté aussi bien émotionnelle que réelle, si les prisonniers-lecteurs voient leur temps d'emprisonnement réduit...

bon, allez, je me remets au boulot, on ne sait jamais...

 

13 mai 2014

résultats "mots combinés"

cette semaine, vous avez été inspirés et moi enchantée.

pas facile, du coup, de choisir et de faire un podium...

mais voilà quand même ma sélection :

 

1re place double :

Evidanse : s'évide dans l'énergie du mouv'.
Papasoul : paternel extra fun qui swingue, mais parfois saoūle.

Écrit par : calouan14 |

 

2e place (ex-aequo) :

Crottoir : trottoir excrément glissant

Écrit par : jean

 

Enrhumage : état du cerveau après arrivée massive d'un flux de mojito dans l'organisme un soir de blues

Écrit par : Betty 

 

3e place (ex-aequo) :

GraniTHé: pierre qui embaume le thé, un matériel délicieux à utiliser en plan de travail de salle de bain, imaginez l'odeur exquise qui se diffuse lorsque vous rentrez, de bon matin, prendre votre douche...
(ou alors, pour les gourmands, glace au thé, thé vert.... thé au citron... thé au jasmin...)

Écrit par : Babelle 

 

rabat-jour : nuit marocaine

Écrit par : jean

 

coup de coeur spécial (car dédicacé) :

 

Bettyse : douceur matutinale

Écrit par : Djian Philippe

07 mai 2014

concours "mots combinés"

bon, après cette petite pause, on repart pour un concours ?

allez, je vous propose de "jouer avec les mots" et comme disaient Boris Vian: "et si les mots étaient faits pour ça ?", en inventant des mots qui sont l'association de deux vrais mots, et dont vous donnerez la définition...

ouh là ! peut-être un peu compliqué ? (non, Jean, je ne te vise pas en écrivant ça !! ;) )

donc, voilà des exemples :

Appartamant : Homme de chambre

Dragondin : Rat à tête de dragon

Mal femmé : Quartier réservé aux hommes en quête de femmes

allez, je vous laisse à vos propositions, et mardi prochain je choisirai les mots "combinés" les plus rigolos, innovants, pertinents..

alors, maintenant que vous êtes reposés, à vos claviers !!!

01 mai 2014

le mot de l'année 2014

je n'ai pas fait de concours cette semaine, histoire de faire une pause, mais je vous propose de participer à celui-ci à la place :

"voter pour le mot de l'année"

Votez pour le mot de l'année 2014

voilà la liste :

- Abstention 
- Connecté 
- Crispation 
- Détresse 
- Emploi 
- Famille 
- Impatience 
- Matraquage 
- Pacte/Pactomanie 
- Sanction 
- Selfie 
- Transition (énergétique) 
- Vapoter 

 

► ► ► POUR VOTER | cliquez

 

 

29 avril 2014

cent ans...

"L'année 2014 marque le centenaire de la Grande Guerre : c'est le moment de se remémorer les faits. Pour en parler avec les enfants, il est nécessaire de se pencher sur les enjeux et les conséquences la guerre 14-18 : l'Allemagne était-elle la seule responsable du déclenchement des hostilités ? Quels rôles ont joué les intérêts économiques ? En France, la IIIe République n'a t-elle pas tout fait pour obtenir sa revanche après son humiliante défaite de 1870 ? La seconde guerre mondiale ne découle-t-elle pas de la première ?

Sophie Lamoureux, à travers ce livre, invite les adultes à "réviser" ces événements historiques pour ainsi entamer un dialogue avec les plus jeunes pour qui cette "Grande Guerre" appartient au siècle dernier ! Mieux comprendre cette période nous permet de mieux comprendre le présent.

Quinze fiches illustrées par des documents d'époques (photographies, carte, affiches) permettent d'engager un dialogue sur des sujets comme la guerre industrielle, les poilus, les coloniaux engagés dans le conflit, ou ce qu'était vraiment la guerre des tranchées..."

 

rimons en bouts...

difficile de faire un classement entre les deux beaux poèmes postés, d'abord parce qu'ils ne sont que deux, et ensuite parce qu'ils sont beaux.

j'avoue avoir un petit faible pour l'histoire contée par MaBelle.

mais je hausse donc nos deux participants en haut du podium avec mes applaudissements et des pétales de fleurs en guise de lauriers.

merci encore pour vos mots et vos partages.

 

Elle voulait une maison bien à elle, sans esquille, 
avec, par ci par là, de petits serpules,
faufilant sous les tournesols leurs jolies squamules.
Elle y aurait partagé un bon verre d'hypocras,
travaillé son petit potager de pouliot;)
Alors la voilà partie jouer au casino, 
où un bel hidalgo a jeté ses ambesas, 
mais elle a remporté la mise, déposant son spadille!
Elle est repartie, une fortune dans les poches, 
avec, en prime, pendu à son bras,
un superbe estradiot!

Écrit par : Babelle

-------------

Hypocrite hypocras !
Double vision ou réel ambesas ?
Coup au coeur percé d'esquilles,
Que faire seul pauvre Spadille ?
Se glisser dans la peau d'une serpule,
Avec armure en écailles version squamule,
Ou siroter un jus de pouliot
Pour redevenir aussi lucide qu'un estradiot ?

****

That is the question !
C'est un coup de poker.
Et à ce jeu pas de joker.
Bise vertigineuse de passion !!!

Écrit par : calouan14

 

 

556328_10201613458755786_128918114_n.jpg

23 avril 2014

concours "bouts-rimés"

voilà donc le concours du jour.

je vous glisse une liste de mots qui doivent figurer impérativement en bout de rimes d'un poème qui voudra bien sûr dire quelque chose (du mieux qu'on peut en tout cas)

on est bien d'accord, ces mots-là finissent les rimes (et du coup s'accordent deux par deux) ?

bon, alors, à vos claviers !

annonce du podium : mardi prochain (comme d'hab !)

---------------------

esquille : petit bout de bois acéré

spadille : nom de l'as de pique (dans certains jeux de cartes)

serpule : petit serpent

squamule : petite membrane squameuse sur une plante ou un animal

ambesas : deux as apportés par un même joueur

hypocras : vin contenant du piment d'Espelette

pouliot : plante qui ressemble à la menthe

estradiot : cavalier mercenaire

Finkielkraut à l'académie

c'était jeudi dernier, j'ai failli zappé et puis non, je me suis souvenue que je ne vous en avais pas parlé.

et pourtant ça a fait polémique, les uns désavouant son élection, les autres s'en réjouissant comme un signe d'ouverture et de tolérance des intellectuels français. parmi ces derniers : Jean d'Ormesson qui avait même menacé de ne plus remettre les pieds dans l'institution si celui-ci n'était pas élu.

bref, jeudi dernier, Alain Finkielkraut a été élu dès le premier tour à l'Académique française.

cet écrivain essayiste et philosophe de 64 ans, ardent polémiste est un émigré polonais, juif, naturalisé alors qu'il a un an.

professeur de lettres modernes puis e philosophie, il a fondé l'institut d'études lévinassiennes à Jérusalem.

il est connu pour sa position "anti-modernité" et sa critique du progressisme qui le suivent dans tous ses ouvrages.

L'identité malheureuse, éditée chez Stock l'année dernière avait eu comme détracteur Manuel Valls...

collection essais documents

22 avril 2014

résultats "rhopaliques"...

merci donc aux participants du concours de la semaine, ce n'était guère facile et il pourrait naître une sorte de lassitude quant à ces petits jeux que je vous propose (trop ?) régulièrement.

voilà donc le podium choisi :

 

PodiumJO

 

1re place (avec les chocolats de Pâques, ça se mariait à merveille) :

Ô ce bon pain chaud alerte souvent quelques gourmands...

Écrit par : lo 

ex aequo avec (arrivé sur le fil... mais arrivé quand même !) :

Ah oui nous fûmes jeunes, dommage. Oublions.

Écrit par : jean 

 

2e place (les iris sont réellement des fleurs subtiles et délicates qui ravissent les bordures de nos chemins actuellement et j'adore !) :

les iris fanés, bleuis, luisent joliment.

Écrit par : Babelle

 

3e place ex-aequo (mais bon, attention messieurs, ce n'est pas scrupuleusement respecté) :

Ô om des âmes vives
Source aimante,
Virtuose vibration originelle,
Embrasse-moi !

Écrit par : calouan14

 

et

 

Tu dis trop de gros mots Calou

Écrit par : Olivier 

 

 

19 avril 2014

une minute de solitude

- Gabriel Garcia Marquez est mort.

elle me regarde comme si je venais de lui annoncer le nom du prochain président d'Algérie, un air qui signifie "je le connais, lui ?" mêlé d'un "qu'est-ce que je suis sensée en avoir à faire ?"...

- ah...

- tu ne connais pas ?

- ben non..

- c'est un auteur espagnol ou mexicain, je ne sais plus trop. il a écrit "cent ans de solitude"...

son visage se tourne vers la vitre de l'auto, elle préfère observer l'extérieur, les paysages qui défilent, les routes sinueuses.

la littérature elle dit qu'elle ne sait pas à quoi ça sert si ce n'est à la faire suer cette année surtout, et à la stresser pour son bac qui arrive dans quelques semaines. lire ne lui plait pas, aller au théâtre, au musée, voir des ballets, bref l'art en général la culture, elle ne sait pas à quoi ça sert.

je ne lache rien je me dis que ça viendra avec le temps.

- Cent ans de solitude c'est un bouquin qui a eu le prix Nobel tout de même, un super livre, écrit sur plusieurs générations, j'aime beaucoup ce genre de scénario, des histoires imbriquées...

- ah... tu l'as lu ?

- euh... non !

là, elle se tourne vivement vers moi, elle ne doit plus rien y comprendre, elle doit penser que je fais ma maligne à lui donner des leçons de littérature dans la voiture juste avant de la déposer au lycée.

et là, je me dis : tiens c'ets vrai, depuis le temps que j'en entends parler de ce bouquin je ne l'ai même pas lu. ben voilà, faut que je l'achète. y'a pas..

adios Gabriel Garcia Marquez.