Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10 décembre 2009

le bric-à-brac de Stéphanie

rencontrée lors du salon du livre de Gradignan, Stéphanie-la-maîtresse et moi-l'auteur avons décidé de tricoter une histoire avec ses élèves (si cela vous inspire, vous pouvez donner vos idées, je suis preneuse... ou proposer des illustrations, Stéphanie et les élèves en seraient enchantés...).

en voilà le début (en noir : les élèves ; en rose : moi) :

 

" le Bric - à - brac de Stéphanie"

Vous connaissez Stéphanie? Non ! Eh bien je vais vous la présenter ... Stéphanie est un peu ... à part !

Tout d'abord, elle s'habille bizarrement avec des vêtements de toutes les couleurs, même quand il pleut ! Elle est vraiment rigolote et elle est gentille. Elle est aussi ... je ne peux pas vous le dire , ça pourrait la vexer ... Bon d'accord, elle est folle !

Elle habite une grande maison avec sa grand-mère , dans un bois si immense qu'on pourrait s'y perdre. Souvent, d'ailleurs, elle ne s'y retrouve plus et elle arrive en retard à l'école. Je ne vous avez pas dit mais c'est notre institutrice !

Vous savez, elle aime aller pourtant à l'école et elle aime bien ses élèves ... mais ils sont si terribles parfois que ça la met en colère et elle devient toute rouge !

Heureusement, un peu de chocolat et tout redevient normal.

Ce matin, Stéphanie ne comprend pas pourquoi mais elle n'arrive pas à se lever.

Du fond de son lit, elle a répété vingt fois la petite phrase de sa grand-mère adorée : "qui sait se lever verra le soleil en violet" mais ça n'a pas marché.

Elle a imaginé le grand bol de chocolat fumant sur la table en bois de la cuisine bien rangée, les tartines de confiture de mûrier, l'odeur du savon sous la douche glacée, les perles de nacre argentée qu'elle portera en collier, le parapluie rouge à tête de de sanglier qu'elle prendra pour faire la folle dans les flaques de pluie irisées, les sourires des terribles élèves excités, le clin d'oeil du marchand de pâté qui est amoureux d'elle en secret... rien n'y fait.

Ce matin, Stéphanie n'arrive pas à se lever.

Que s'est-il donc passé ?

 


07 décembre 2009

journado

samedi matin avait lieu la présentation officielle à Aix, mairie annexe quartier Nord, du journal créé et réalisé avec les jeunes journalistes que j'ai accompagnés.

vous vous en souvenez, je vous en ai parlé régulièrement ?

le journal a remporté un tel succès que le n°2 nous est commandé pour 2010.

alors le voici :

 

 

sc00be10ea.jpg
sc00c372a1.jpg

 

 

21 septembre 2009

enfin !

sc011be6a3.jpg
la première représentation c'est dimanche prochain... A Saint-Paul-les-Durance...
avis aux amateurs...

07 septembre 2009

Picacubes en tournée

pour ceux qui suivent ce blog, "Picacubes" est une pièce de théâtre destinée au jeune public, axée sur l'oeuvre de Picasso, que j'ai co-écrite avec Agnès Pétreau.

voilà donc un peu des nouvelles, puisque les répétitions vont bon train..

 

IMG_9734_1.jpg

 

 

PICACUBES

Spectacle jeune public

 

« Picacubes » est en répétition depuis  mi-août à la salle de spectacle de la bibliothèque des 2ormes à Aix en Provence. Répétitions, arrivée progressive du décor : des cubes ! Découverte à chaque fois d’un nouveau tableau à reconstituer. Depuis quelques jours nous avons migré à la régie culturelle – très bel accueil. Jocelyne, notre technicienne nous a rejoint pour des essais lumière. L’équipe, constituée de comédiens professionnels et d’enfants,  jongle avec la rentrée des classes. Dernière ligne droite maintenant -  notre résidence s’achève le 10 septembre.

Nous serons très heureux de vous faire découvrir cette création dès le début de notre tournée Par les Villages. .. St Paul lez Durance. Oups ! Attention peux de places.  Mais après il y a Meyreuil, Trets, Lambesc…

Une date supplémentaire s’est rajoutée à la demande de la Mairie D’Aix en Provence : le 24 octobre à 17h au Théâtre du jeu de paumes.

 

Calendrier des représentations

27 septembre – St Paul lez Durance

PICACUBES à l’école de St Paul Lez Durance

Représentation le dimanche 27 à 16h

 

17 octobre – Le Tholonet

PICACUBES au Tholonet (Palette) salle Georges Duby

Représentation le samedi 17 à 15h

 

24 octobre – Aix en Provence<

PICACUBES  Théâtre du jeu de paumes

Représentation le samedi 24 à 17h

 

22 novembre – Trets

PICACUBES à Trets salle des colombes

Représentation le dimanche 22 à 16h

 

29 novembre – Lambesc

PICACUBES à Lambesc Salle Sévigné

Représentation le dimanche 29 à 16h

 

16 juillet 2009

Picacubes

je travaille sur une pièce de théâtre : l'écriture est quasiment terminée et les comédiens se mettent à répéter...

envie de vous présenter la joyeuse troupe...

 

 

DSCN0755.JPG
DSCN0764.JPG
Charlotte, Brigitte, Laurence, Laurent et Sophie (Fisso)

 

 

02 juillet 2009

le secret des animaux d'Afrique (suite)

je l'avais promis, je dois m'y tenir... (dommage, je n'arrive pas à vous montrer leurs dessins, magnifiques pourtant...)

Soudain, l'éléphant voit son copain l'hippopotame. Il se dit : Qu'est-ce qu'il est gros !

Et curieux comme il est, il regarde dans l'eau. Il se coince la trompe sius une pierre. Il veut se dégager, il tire... Sa trompe s'allonge et il sort de l'eau.

"ah ah ah !, crie l'éléphant, ça fait mal !"

 

Puis le serpent entendu du bruit et va voir ce qu'il se passe. La souris entend aussi du bruit, elle arrive.

L'éléphant crie  : "ah ah ! une souris !!!"

le serpent dit : "je vais l'avaler cette petite soruis !"

La souris croque la langue du serpent et s'enfuie. "aïe ! aïe ! aïe ! ma langue est toute fourchue !" hurle le serpent.

 

il va falloir encore attendre demain pour la fin...

29 juin 2009

le secret des animaux d'Afrique

voilà le début du résultat d'une intervention dans une classe de CP, autour du "Secret des curieux".

Tom et Lilou habitent à Istres. Ils sont partis en voyage. Ils ont atterri en Afrique pour faire un safari.

Tom et Lilou se promènent au bord du lac de la savane. Tout à coup, Tom dit à Lilou :

"Lilou, mon chewing gum est tombé à l'eau !"

L'hippopotame qui nage dans le lac, avale le chewing gum. Il respire, son ventre gonfle gonfle...

Et l'hippopotame devient énorme...

 

la suite demain...

13 juin 2009

concours Madagascar

autour de Madagascar...

...les écrits ont continué.

la magie des mots aussi...

voilà un autre poème inventé par les enfants:

 

Mama,


je t'aime de tout mon fo

tu es si tsara

je te trouve kanta comme une kintana.

 

évidemment, c'est une petite poésie d'amour.

mais saurez-vous deviner ce que c'est que "fo", "tsara", "kanta" et "kintana" ?

allez... on peut dire que c'est un nouveau concours...

mais ne trichez pas, n'allez pas chercher sur le net...

 

12 juin 2009

Madagascar

je travaille avec des classes à la bibliothèque de La Tour d'Aigues sur le thème de Madagascar.

il en résulte l'écriture de poèmes avec des mots malgaches.

très émouvant...

 

Ô tigra

 

félin, tu as des rayures sur ton pelage roux-orange

et tes nify sont pointues.

prédateur, tu cours après les gazelles et les zèbres.

je t'imagine dans ces tany chauds où tu habites.

02 juin 2009

une plume dans la toile

voilà donc le deuxième projet autour de Picasso, écrit avec une classe de CM1/CM2 : "Plume d'amour dans la toile".

un voyage romantique à travers les toiles musicales de Picasso...

et nous avons rédigé des chansons que Michel Melchionne a mis en musique (d'où le disque joint au livret offert aux élèves).

ce soir, les élèves ont chanté pour nous... j'en frissonne encore...

 

sc01b1ef4b.jpg
sc01b20506.jpg
sc01b217a3.jpg
pour ceux qui ont l'oeil avisé, les 3 photos du haut ont été prises lors de mes interventions...
sc01b22607.jpg
merci Marie Bonafos pour cette superbe mise en page.

 


podcast

Picasso encore...

ce soir j'ai assisté à un merveilleux spectacle où les élèves avec lesquels j'ai travaillé autour de Picasso ont mis en voix notre écriture.

quelle émotion vraiment !

les enfants sur la scène avec nos écrits partagés construits tricotés...

moi en coulisses, le coeur en joie !

pagnol.jpg
pagnol2.jpg
wallon.jpg
wallon2.jpg

29 mai 2009

curieux

inspirés par "Le secret des curieux" des élèves d'une classe de Marignane ont écrit avec mon concours, une nouvelle histoire.

qu'ils ont illustrée.

la voici :

 

La ferme de Mélina 

Conte inventé et illustré par les élèves de la classe de CP/CE1 : 

 

Un grand merci à Calouan. 

 

 

Ce matin-là, dans une ferme, une petite fille, Mélina, se lève. Comme à son habitude elle s’habille, prend son petit-déjeuner, puis se brosse les dents. 

-Je vais aller voir si les animaux vont bien et je vais leur donner à manger. 


Aujourd’hui, elle décide de commencer par les lapins. 

Avant ce matin-là, les lapins avaient une queue, ni trop courte, ni trop longue, un peu comme celle des chats. 

-Bonjour mes lapins, je vous apporte des carottes. 

Les lapins sont gourmands des carottes, ils se disputent un peu. On entend : 

-Elle à moi ! 

-Non ! Elle est pour moi ! 

Deux lapins, Malou et Jalé de disputent la dernière carotte. Mais Jalé réussit à l’attraper et tente de s’éloigner, Malou met la patte sur sa queue pour le retenir, la queue s’allonge et … se casse brutalement, le petit bout de queue restant se recroqueville… 

C’est depuis ce matin-là que les lapins ont une petite queue. 


Mélina préfère s’occuper de l’âne car les lapins sont vraiment trop pénibles. 

Avant ce matin-là, les ânes avaient des oreilles, ni trop courtes, ni trop longues, un peu comme celles des chevaux. 

- Moi aussi j’aime les carottes, pourquoi je n’en aurais pas ? 

- Parce que tu n’es pas un lapin, tu n’as pas de longues oreilles ! 

L’âne Troye pensa : «Je vais trouver une solution !» 

Après quelques minutes de réflexion, il enroule ses oreilles autour d’une branche, il s’assoit et sous l’effet de son propre poids ses oreilles s’allongent… 

 

C’est depuis ce matin-là que les ânes ont de longues oreilles et qu’ils mangent des carottes. 

Mélina quitte l’âne Troye, elle voit alors passer son chat Méan qui court derrière une souris. 

Avant ce matin-là les chats n’avaient pas de moustaches. 

La souris Lémax se précipite dans la grange et se cache sous la paille. 

Méan a très envie de manger Lémax, il se lèche les babines et saute dans la paille. Quand il en sort, des brins de paille se sont collés tout autour de ses babines mouillées… 

C’est depuis ce matin-là que les chats ont des moustaches. 


Lémax en profite pour continuer sa fuite et, voyant la porte ouverte, se dirige vers la maison pour y entrer. 

Avant ce matin-là, les souris avaient une queue, ni trop courte, ni trop longue. 

Mélina désespérée devant l’attitude des animaux retourne chez elle et referme la porte pile au moment où Lémax entre. Sa queue se retrouve coincée dans la porte. Elle force pour essayer de se dégager, mais sa queue reste coincée et s’allonge, s’allonge… 

C’est depuis ce matin-là que les souris ont une longue queue. 


La petite fille l’aperçoit. Elle ouvre la porte, attrape la petite souris par la queue, la jette dehors et crie : 

-File petite souris ! 

(il me manque la fin...)

 

 

sc00c8ebbe.jpg

 

25 mai 2009

Cézanne Picasso la gazette

mon travail avec les reporters de choc des quartiers nord d'Aix se poursuit...

encore un échantillon...

un peu prétentieux, mais sérieusement, réellement, absolument (ouille les adverbes !) j'aime ce que nous sommes capables de produire avec peu de moyens...

 

sc00185827.jpg

 

 

24 mai 2009

correspondance fictive

voilà le livre de la correspondance fictive entre Picasso et Cézanne dont je vous ai glissé quelques extraits de temps à autre...

illustré par les élèves.

et mis en page par Sandrine Macke.

merci l'ASPPA...

sc013664c7.jpgsc0136a863.jpg

 

sc013686ed.jpg

13 mai 2009

la gazette des voisins

je vous ai parlé de ce travail avec les jeunes des quartiers nord d'Aix, autour de l'année Picasso, dont l'envergure est que nous devenions de parfaits journalistes-reporters...

voilà donc la maquette initiale de la couv. de notre journal...

ça n'a l'air de rien, mais pour des amateurs comme nous, ce fut du boulot...

sc002d79d0.jpg

 

 

09 avril 2009

la dernière

... lettre entre Picasso et Cézanne. c'est Picasso qui en est l'auteur.

mon travail avec ces deux classes vient d'aboutir.

en suivra un petit livre pour les élèves avec les travaux graphiques réalisés sous la direction de Pascale Breysse...

je vous montrerai.

 

                                                                                 Goscol, le 12 septembre 1905

 

 

                                           Paul, mon cher père,

 

         Je vous écris d’un séjour en Espagne, où je rends visite à mes parents qui sont très intéressés par notre future exposition. Je suis venu ici étudier l’art ibérique et j’ai réalisé de nombreux essais pour arriver à une simplification des visages et des corps. Je vous adresse avec ce courrier un dessin préparatoire que j’ai entrepris dans le but de réaliser une œuvre future dont le sujet se situe rue d’Avignon à Barcelone. Mon travail d’exploration s’oriente vers une nouvelle construction des formes et des volumes. J’imagine qu’on puisse voir les visages sous différents points de vue. Cela m’enthousiasme  et me donne une formidable énergie. Je suis certain que vous apprécierez. Je commence à être vraiment célèbre

 et j’espère que notre exposition m’aidera à aller plus loin .

         A ce propos, j’ai discuté avec Ambroise Vollard et nous avons choisi une date. Cet évènement aura lieu le 1er mars 1906 pour éviter le Salon d’Automne car je déteste cette manifestation. Néanmoins, je serai très heureux d’exposer à vos côtés en mars prochain car vous êtes mon ami.

         En ce qui concerne l’encadrement de nos toiles, on utilisera de grands cadres en bois peints et sculptés, en harmonie avec nos tableaux pour les mettre en valeur. Ce sera sûrement très joli.

         Ambroise Vollard nous invite dans sa galerie où de nouvelles cimaises ont été installées sur le mur pour l’accrochage. En accord avec notre collectionneur d’art, les inscriptions sur les cartels seront cachées pour laisser les visiteurs deviner lequel de nous deux a réalisé la production et leur permettre d’apprécier notre démarche picturale à sa juste valeur.

         J’aurais pu peindre à votre place votre compagne, votre portrait, votre montagne et signer de votre nom. Il aurait été amusant de pousser le jeu jusqu’au bout et d’inverser les rôles…

         Lorsque l’exposition sera finie, nous échangerons nos portraits en gage d’amitié.

         Je vous laisse désormais travailler tranquillement sur le défi. Nous nous retrouverons pour l’exposition en mars. Je suis très impatient et vous n’imaginez pas dans quel état je me trouve. Mon humeur est joviale et cela me donne des ailes

pour trouver mes idées et travailler avec acharnement.

 

         Je vous souhaite de passer un bon hiver. Couvrez-vous bien.

 

                                                              Un Picasso tellement enchanté

 

Les demoiselles d'Avignon :

 

06 avril 2009

baigneuses

je continue à vous faire partager le travail dans ces classes de CE2, d'écriture épistolaire entre Cézanne et Picasso.

 

Aix-en-Provence, le 2 juillet 1905

Mon cher Ami,


J’ai été heureux de vous rencontrer, d’abord dans la galerie où avait lieu l’exposition de mes œuvres, et, ensuite, lors de ma visite dans votre atelier au Bateau-Lavoir. Je regrette que vous n’ayez pu rencontrer mon fils, Paul, qui ne s’est déplacé qu’une seule journée, car des obligations l’appelaient ailleurs. Vous n’avez donc pas été en mesure d’effectuer de peinture de nous deux, mais j’ai bien aperçu la nature morte qui, je n’en doute pas, vous permet de vous préparer pour notre défi !
Lors de l’exposition du dix-sept juin, j’ai parlé à notre cher amateur d’art ( vous aurez facilement reconnu en ces termes notre ami Ambroise Vollard !) de notre défi. Il a été très enthousiaste et a trouvé l’idée excellente ! Il a d’ailleurs proposé d’exposer nos cinq tableaux respectifs dans sa galerie, dès que nous les aurons achevés. A ce propos, vous m’avez suggéré de garder l’anonymat sur nos tableaux. Il nous suffira donc de poser un cache sur nos signatures. J’approuve ce choix, mais je ferai remarquer que cela ne sera judicieux qu’en ce qui concerne la « nature morte » et le portrait de Mr Vollard. En effet, les auteurs de chaque autoportrait, des tableaux représentant nos compagnes et des paysages seront facilement identifiables par notre collectionneur préféré !
Alors, pour conclure, ce projet vous tente-t-il ? Etes-vous, dès lors, prêt à vous lancer dans l’aventure ? Cela nous permettrait de mieux comparer notre travail et bien entendu de nous revoir à nouveau avec plaisir ! Il est vrai, que, désormais, je vous considère comme un ami, mon cher jeune Picasso, et espère que nous poursuivrons nos échanges.
Lors de ma dernière exposition, un grand nombre de critiques se sont déplacés. Gageons que notre défi d’avant-garde les fera revenir et attirera leur attention. Sans doute, de nombreux visiteurs, amateurs éclairés, se précipiteront, curieux et intéressés par cette présentation d’un nouveau genre. Peut-être pourrions-nous aussi nous mettre d’accord sur le choix des cadres mettant en valeur nos œuvres ? Ainsi, nous pourrions créer une certaine harmonie dans l’exposition et le regard de nos « juges » ne seraient-ils attirés que par les peintures et par elles seules ?
J’ai été très honoré de faire la connaissance de Gertrude Stein et de son frère Léo. Comme vous me l’aviez expliqué dans votre lettre, Gertrude apprécie tout particulièrement mes tableaux des baigneuses. Elle m’en a d’ailleurs achetés plusieurs. J’espère que, grâce à ces collectionneurs, vous deviendrez aussi célèbre que moi. Mais vos débuts sont déjà très prometteurs, je vous en félicite.
J’aurais été ravi de passer une soirée avec vous au cirque Médrano qui a l’air de vous fasciner ! Peut-être lors de ma prochaine venue à Paris, qui sait ?

Je vous souhaite un merveilleux été sous le ciel de Montmartre !
Votre affectueux correspondant
Paul Cézanne

 

Paul Cézanne

24 mars 2009

Cezanne 2

voilà la 2e lettre de Paul Cézanne, extraite de mon projet d'écriture dans les classes.

Jill, je t'assure, ce sont des CE2.

-------------

 

Aix-en-Provence, le 16 mars 1905


Cher jeune Picasso,



Votre lettre, en réponse à la mienne, m’a satisfait. Elle m’a permis de vous connaître un peu mieux. Je comprends votre chagrin et le bleu que vous peignez dans vos tableaux. Nous avons cette chose en commun : j’ai également ressenti une immense peine lors de la perte de mon père et plus récemment de ma mère.

Dernièrement, Ambroise Vollard m’a parlé de deux de vos tableaux : Arlequin, assis et La femme à l’éventail où l’on sent moins de tristesse. Abandonnez-vous ce bleu ? Le chemisier bleu de la dame sur votre tableau La femme à l’éventail exprime-t-il toujours la tristesse ?

Sur vos tableaux, on y voit des personnages ; sont-ils importants pour vous ? Aimez-vous peindre des paysages ? Savez-vous peindre sur le motif ? En ce qui me concerne, j’adore me promener dans la nature aux alentours d’Aix-en-Provence. Je peins des paysages montagneux comme ma Sainte-Victoire si chère à mon cœur. Ce que je préfère, c’est la représenter telle qu’elle est, à différents moments de la journée ou de l’année. Je suis presque plus amoureux de la Sainte-Victoire que de ma chère femme Hortense.

D’ailleurs, cher jeune Picasso, vous m’avez proposé un défi. Je l’accepte volontiers. Que diriez-vous de comparer notre travail avec des peintures de paysage ? C’est Ambroise Vollard qui décidera de la plus conforme, la plus joyeuse. A moins que nous ne peignons notre marchand d’art ?

J’attends votre avis.

Dans l’espoir de votre réponse, veillez accepter, cher jeune Picasso, mon amical respect.

Paul Cézanne

 

Arlequin assis Reproduction artistique par Pablo Picasso

10 février 2009

Picasso et Cézanne

pour Jill, voilà donc la réponse écrite avec une classe de CE2, que fait Picasso à Cézanne.

quel bonheur ce travail...

                                                     

                                                                        A Paris le 22 février 1905

 

 

                                    Très cher Monsieur Cézanne,

 

 

J’ai été surpris de votre courrier mais en même temps assez flatté par l’intérêt que vous me portez. Je suis d’origine espagnole. Mon père, peintre lui-même, a été ému devant la précocité de mon talent. J’ai fait mon premier tableau à l’âge de huit ans. A dix-huit ans, j’ai découvert Barcelone et j’allais souvent au café Les Quatre Gats où mes travaux ont été exposés pour la première fois. J’y ai rencontré des gens que j’aimais bien et mon meilleur ami s’appelait Carlos Casagemas. Il était peintre. C’était une époque extraordinaire, pleine de nouveautés. Mais très vite, j’ai appris une terrible nouvelle alors que j’effectuais un court séjour à Paris : Carlos s’est suicidé à cause d’un chagrin d’amour et depuis ce drame, je suis obsédé par son geste qui me bouleverse. C’est en pensant à lui que je me suis mis à peindre en bleu. Ce bleu qui vous rappelle la mer correspond chez moi à la couleur de la tristesse, de la misère, du froid et du vide que la disparition de mon ami a laissé en moi. Pour moi ce bleu, c’est le malheur Il n’est pas qu’à vous. D’ailleurs, avec le respect que je vous dois, dans vos tableaux, il n’y en a pas tant que ça, du bleu. On le voit plutôt dans le ciel que dans la mer.

Cette période douloureuse a permis de m’interroger sur le sens de la vie. Elle semble s’éloigner maintenant. Quatre ans ont passé. Désormais, je vis à Paris. Je me suis installé à Montmartre. Mon atelier se trouve dans une grande bâtisse, appelée le Bateau-Lavoir que je partage avec d’autres artistes.  Je connais et apprécie votre travail grâce à Ambroise Vollard, le marchand d’art.

Aujourd’hui, des admirateurs de mon œuvre achètent mes tableaux. Ainsi je sors petit à petit de ma misère. Ma palette s’éclaircit, elle se teinte de rose, de jaune et de mauve.

Je sais que vous êtes très attaché à votre campagne aixoise, mais lorsque vous viendrez à  Paris pour le prochain Salon d’Automne, venez me voir. Vous constaterez que je n’ai pas copié votre travail mais que je me suis juste inspiré de vos recherches. D’ailleurs, seriez-vous prêt à accepter de relever le défi que je vous propose. Il s’agirait de peindre chacun une toile ou bien une série de toiles que nous soumettrions au flair infaillible d’Ambroise Vollard.

 

Veuillez accepter, mon cher père en peinture, l’assurance de mon immense attachement.

 

                                    Le jeune et passionné Picasso

 


 

06 février 2009

Cézanne et Picasso

pour copier sur ma copine Virginie Hanna (j'adore copier...) et pour faire encore un peu languir les lecteurs avides sur l'histoire de Paul et Juliette (ça aussi j'adore... faire languir les gras... bisous G-rare), je vous glisse le début d'un travail dans une classe de CE2 qui a pour objectif une correspondance entre Cézanne et Picasso.

 

une lettre envoyée par Cézanne à Picasso.

qui recevra une réponse (travaillée aujourd'hui).

il y aura 8 lettres en tout. 

voilà la première :

 

A Aix, le 1 janvier 1905

 

Mon très cher Monsieur Picasso

        

Je me présente : je suis Paul Cézanne, peintre aixois. Je suis très célèbre, depuis quelques temps, grâce à Ambroise Vollard qui a reconnu en moi un grand artiste.

En effet, pendant de longues années, mon travail n’a été connu que de mes amis impressionnistes et de quelques artistes. Je me méfiais depuis longtemps des critiques et des expositions et je ne souhaitais pas y être présenté !

Fort heureusement, Mr Vollard, en 1895,  m’a convaincu de participer à une exposition qu’il organisait dans sa galerie parisienne. Cela a été une révélation pour de nombreux artistes et critiques, pour lesquels je suis devenu alors une référence importante. Depuis cette exposition, beaucoup de jeunes artistes me rendent désormais visite à Aix-en-Provence afin d’observer mon travail. J’ai aussi participé à l’exposition individuelle du salon des Indépendants et je vais bientôt participer au Salon d’Automne à Paris, bien sûr. J’espère d’ailleurs y être présenté encore de nombreuses années !

Je vous ai découvert lors d’une exposition organisée en 1901, par le même marchand d’art qui m’a fait connaître : Mr Vollard ! Votre peinture m’intrigue ! J’aimerai la comprendre ! Je souhaiterai mieux vous connaître.

Dans vos tableaux, je retrouve le bleu que j’utilise dans les miens , l’auriez-vous « copié » ? Vous plaisait-il tant que cela ? Pour moi, c’est la couleur de la mer. Et pour vous, que représente cette couleur ?

Vos tableaux me semblent cacher une grande tristesse ! Avez-vous connu de grands chagrins ? Quels sont les évènements qui  expliquent les couleurs que vous employez, les visages tristes des acrobates, des mendiants, des aveugles que vous peignez ? Quel chagrin cette «  Femme au châle » ressent-elle ? Et ce mort que l’on voit dans votre tableau : « L’Enterrement de Casagemas » qui était-il ?

Mais ne croyez pas que toutes ces questions posées sont là pour vous ennuyer ou par simple curiosité. Je m’intéresse beaucoup à vous et à votre art !

J’espère sincèrement que vous voudrez bien répondre à mes interrogations.

 

Je vous assure, mon très Monsieur Picasso, de ma considération distinguée.

 

                                                                        Picturalement votre

Paul Cézanne

 

http://dbeveridge.web.wesleyan.edu/wescourses/2001f/chem160/01/Mont-Sainte_Victoire/images/Cezanne's_MSV,_1900.jpg