Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07 juin 2013

les inconnus du café Central

 

Il parle, elle se contente d’hocher la tête, très légèrement de haut en bas.

Il a le crâne rasé et porte un costume gris fluide qui lui donne une aisance élégante. Ses cheveux blonds tombent de chaque côté de son visage et ses yeux bleus ne sourient pas.  Une toute petite fille est assise sur ses genoux, calée contre son torse, calée sous son menton. Serrée contre sa mère, l’enfant ne bouge pas, ne rouspète pas, on pourrait même penser qu’elle n’est pas là.

Parfois il pose sa main contre son oreille, coude sur la table. Ca lui donne un air encore plus sérieux.

Parfois elle glisse son poignet, main retournée, près de sa bouche, coude sur la table. Elle paraît plus dramatique encore.

Il parle, elle écoute, elle acquiesce. Aucun des deux ne sourit.

Ils parlent peut-être de divorce, de problème financier, d’une arnaque professionnelle, d’une grave maladie…

Aucun des deux ne sourit.

Il commande deux cafés avec de la crème. Parce qu’ici le café se boit avec de la crème, on dirait même de la mousse.

Il commande deux boules de glace. On dirait du citron.

Il commande, le serveur vient déposer le tout sur la table, au fur et à mesure.

D’une main, elle garde l’enfant lovée contre elle et de l’autre elle mange, elle boit.

Il parle encore. Elle acquiesce toujours, ses yeux sont plantés dans celui de l’homme. Pas un sourire pas un éclair de vie dans son visage, elle écoute.

Enfin, elle articule quelques phrases. C’est lui maintenant qui hoche lentement la tête.

Drôle de ballet, semblable à un jeu de marionnettes.

Est-ce qu’il l’aime ?

Est-ce son frère ? Son meilleur ami ? Son collègue de travail ? Son avocat ?

Ils doivent avoir le même âge ou alors elle est plus âgée. Légèrement. Quelques années. Elle semble triste fatiguée ses traits sont tirés. Il est lisse concentré sérieux. Aucune séduction ne se dégage de lui.

Il parle. Parfois, rarement il écoute. Il ne sourit pas, n’avance pas sa main vers la femme, ne fait aucun mouvement in

 

10 mai 2013

1, 2, 3... partez...

 
Femmes et sport : les femmes dans le sport

je voudrais m'élever, toucher les sommets, me délester de ce qui m'alourdit et m'enivrer de cette
ivresse, voler haut, plus haut... 

05 mai 2013

dimanche soir

il y a les dimanches soirs silence, répit, récupération, juste avant la tempête qui va souffler à nouveau, les dimanches soirs en famille festifs et joyeux, les dimanches de solitude qu'Edith haissait tant, les dimanches de Bouvines, sanglants, ceux de fête des mères...

il y a les dimanches soirs qui font exploser les bulles de douceur, les dimanches soirs grosses chaussettes, soupette et série télé, les dimanches départ valise sur le quai de gare et pincement au coeur, les dimanches soirs de recommencement, de renoncement, de ravissement.

et si vous me racontiez un peu ce que signifie pour vous le dimanche soir ? les aimez-vous ? oui ? non ? pourquoi ?

allez-y, allongez-vous un peu sur mon blog et épanchez-vous...

pour le plaisir du partage...

03 mai 2013

je serai là...

je me suis fait cueillir au petit matin au détour de musiques méli-mélo dans l'Ipod racheté à mon fils, qui encourageaient les kilomètres que j'enfilais, par cette chanson que je n'ai pas entendue depuis bien longtemps... frissons...

"...ni le ciel ni les étoiles ne m'éloignent de toi

je te donnerai un père et une voix

je le jure je serai là du berceau à la tombe

je serai le monde car tu porteras mon nom..."

02 mai 2013

l'homme, la femme et les coquelicots

"Une petite image coquelicante... en ce moment à l'exposition de Gaillac sur le thème de "l'homme et la femme", ouverte jusqu'à dimanche...

 

(c) Loren Bes

28 avril 2013

atelier d'écriture... ?

elle a les yeux qui brillent et les mains enroulées autour de son avant-bras. elle le dévore d'un feu intense, elle ne lâche pas sa bouche elle sourit elle frémit elle raconte. la rencontre, les coïncidences, l'évidence de leur histoire.

- il a un jardin qui est juste merveilleux, il adore les fleurs.. et justement ma soeur est fleuriste.

elle ajoute :

- il s'appelle Lionel, comme mon frère.

il y a aussi les photos de montagne chez lui, qui ne vient pas de la montagne et qui représentent juste le village où elle est née, elle qui vient de la montagne, il y a la chaudière qui a claqué et lui qui est électricien, il y a le restau partagé, ses attitudes romantiques à lui, ses attitudes passionnées à elle, il y a... tant de choses qui les réunissent et les entourent de cette incontournable évidence.

tout a l'air si parfait, si adorablement parfait, le film américain avec happy end et flowers&kisses, le livre rêvé, le conte de fée merveilleux... lui n'est pas si beau, elle pas si maligne mais ils font plaisir à voir...

sauf que...

parce qu'il y a un "sauf que..."

et quand la porte se referme derrière eux, il y a...


allez, je vous laisse imaginer la suite... qu'est-ce qu'il pourrait exister d'assez terrible dans leur vraie vie pour soudain faire basculer le conte de fée en petit cauchemar ??

proposez-moi...

et dans trois jours, je vous donnerai la version de ce "sauf que"...

25 avril 2013

.. Lou..

en espérant qu'un jour, il écrive "Ca" et "An"...

un petit bonheur ce chanteur... (et il est au Printemps de Bourges)

19 avril 2013

bannière

ne soyez pas étonnés de la nouvelle bannière, c'est Jean qui me l'a offerte.

elle n'est pas mal mais il manque l'essentiel "les mots que je tricote"...

si cela vous amuse, n'hésitez pas à m'en proposer vous aussi...

18 avril 2013

telenovela

il a écrit "j'arrete d'écrire, je vais faire mon sac".

il est parti.

voyage lointain pour la retrouver.

j'y pense toute la journée, je croise les doigts, je me dis pourvu que, mais pourvu quoi ? je sais si peu et pourtant tant déjà. mais là, je ne veux pas, il ne faut pas...

j'essaie de comprendre à quoi riment les tourments de la vie, pourquoi l'amour vrai, l'amour fou se prend des coups ? pourquoi lui, elle, nous ?

je ne sais pas quand il reviendra mais il devra me dire, il faudra. il faudra.

prends soin de toi, Poliana...

17 avril 2013

bio-thriller

elle a dit : vous pouvez transformer une biographie en roman policier ?

j'ai répondu : essayons !

voilà le nouveau challenge auquel je suis confrontée, parce mes premiers chapitres et mon synopsis ont emballé l'éditrice.

ça, je n'avais jamais fait mais j'avoue que je trouve ça très intéressant comme nouvelle corde à ajouter à mon arc. il faut juste penser à tout gérer correctement, mais le défi est de taille !

si ça vous tente, je vous glisserai quelques extraits... histoire de recueillir vos avis...

16 avril 2013

sensations

elle allonge les jambes et la foulée se fait plus vivante.

la musique la pousse, la fraîcheur de l'air encore obscure la caresse.

elle n'entend ni son souffle qui s'essoufle ni ses pas qui frappent le bitume.

elle pense juste à la blonde gazelle qui lui a redonné envie et elle ne veut pas la décevoir.

l'après-midi quand elle pose son corps sur le sable pas encore chaud, elle repense à ses sensations matinales, elle sent une certaine fermeté en elle qui la ravit.

elle ferme les yeux et s'endort.

dès demain à l'aube, ses jambes dans le silence villageois tricoteront alors un nouveau record.


rouge pour moi...

535891_10201091692193620_779745439_n.jpg

non, ce tableau, Alain Rillot ne l'a pas fait pour moi, mais il aurait pu...

oui, vraiment il aurait pu...

15 avril 2013

entre mère et fille

chaque année, ça revient.

chaque année à la même date.

cette date.

d'autres dates.

c'est comme ça.

la vie. qui passe et qui finit.

la vie.

02 avril 2013

all I want

all I want is... my childrens, calm, silence, warmth, fluidity, sun, books, hope, work, tea, sport, Him...

24 mars 2013

woodkid

le partage du weekend... l'homme des bois, j'aime bien..

pour mon internénette numberone...

17 mars 2013

mémoire

ben, voilà, tout est dit..

14 mars 2013

tête à l'envers...

il est temps pour moi de changer d'angle de vision et d'appréhender le monde autrement...

et si tout devenait possible enfin ??

(c) Margaut Segui (Mademoiselle Margaut)

grande ou petite

10 mars 2013

tatoo

ces petites marques sur le corps, arcanes du temps qui passe, qui jamais ne nous lasse, ces traces d'un passé qui jamais ne s'efface, ces empreintes si précieuses qui tatouent l'âme, se gravent, indélébiles, ces circonvolutions qui nous ont fait palpiter, vobrer, frémir, aimer et jouir, l'histoire qui se dessine sur la peau, s'incruste et nous rappelle combien, chaque jour, il nous faut vivre... heureux...

SENSUELLE

08 mars 2013

8 mars

aujourd'hui en plus d'être un jour sacré "journée de la femme" c'est l'anniversaire d'une amie chère...

alors, je n'ai qu'une chose à lui dire : montre-leur poulette !!

parce que cette femme, elle n'a pas fini de nous étonner !!

tr-lara-croft.jpg