Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11 janvier 2013

"particulière"

ce soir, avant d'aller au théâtre, j'ai eu envie de me faire belle. au-dessus comme au-dessous...

je n'ai pas pu résister à mon nouveau vernis Chanel au doux nom de "Particulière" sur les ongles des pieds... avouez que bon, dans de telles conditions,, c'était tentant !! non ? ;)

 

407806_462100760518320_1100376324_n.jpg

02 janvier 2013

hiphop

pour mon petit mec préféré...

parce que chez nous aussi, c'est hiphop !!!!

mais d'où vient le hiphop ?

j'ai trouvé sur Internet, quelques infos sur l'origine du hiphop.

je vous les livre en dessous...

"Le hip-hop fait ses débuts aux Etats-Unis vers la fin des années 70. Cette musique est née dans les ghettos noirs américains à l'époque des Black Panthers.

En 1979, "Rapper's Delight" de Sugarhill Gang devient le premier tube rap dans le monde et notamment en France où le mouvement hip-hop touche la jeunesse des cités.
Au début des années 80, le mouvement prend son envol avec de grands rassemblements "bloc party" où s'affrontent danseurs, grapheurs, DJ et MC. Des stars commencent à naître comme les Run DMC, Grandmaster Flash ou Afrika bambaataa. La "zulu nation" se forme et le mouvement arrive jusqu'en France. A cette époque, le style musical est très funky et électronique avec des basses très lourdes, on sample déjà les tubes de James Brown et les scratches deviennent très fréquents.

En France, c'est avec l'apparition des radios libres que le rap commence à être radiodiffusé et en 84 des émissions télé voient le jour comme Hip-Hop sur TF1 présenté par Sidney.
C'est grâce à cette médiatisation que le mouvement hip-hop devient populaire en France, qui devient déjà la deuxième nation rap. A cette époque, le rap français n'existe pas encore et tous les jeunes se portent plutôt vers la danse et les compétitions se font très fréquentes.

Aux Etats-Unis, le groupe Public Enemy redonne un second souffle au rap en 85-86 en délaissant le coté festif pour dénoncer les inégalités sociales et raciales.

A la fin des années 80, le rap français arrive avec les premiers freestyles de NTM, Assassin, Solaar en direct dans l'émission Deenastyle sur Radio Nova présentée par Dee Nasty.
Le rap français commence à prendre de l'ampleur et des compil' comme Rappattitude permettent de révéler au grand public la 1ere génération de rappeurs français NTM, Assassin, Solaar, IAM, Ministère A.M.E.R.
La médiatisation se poursuit avec Rapline sur M6 et la naissance de magazines comme l'Affiche et Get Busy.
Le style est toujours américain qui domine largement dans tous les domaines du hip-hop.

Au début des années 90 c'est la véritable naissance du rap dans l'esprit plus revendicatif où les textes prennent une importance capitale. Le style musical évolue aussi et on assiste à la naissance des monstres sacrés comme le Wu-Tang Clan, Dr Dre, Snoop Dogg, NWA.
Les rappeus français commencent, eux, à sortir leurs premiers albums et Mc Solaar réussit à intégrer le rap dans le paysage musical français par son style calme et poétique avec le tube "bouge de là".
Les compilations se multiplient, notamment les cool sessions de Jimmy Jay et on voit arriver de nouveaux groupes de plus en plus nombreux.

En 1995-96, le rap américain change définitivement avec des artistes comme 2Pac, Notorious BIG, Coolio, KRS One, LL Cool J puis les Fugees, Nas, Jay-Z et la création de labels très puissants comme Death Row ou Def Jam.
Le gangsta rap fait son apparition et l'ambiance devient plutôt malsaine, on parle de flingues et d'embrouilles, on donne dans l'égotrip et la guerre entre West cost et East cost éclate.

En France, par contre, le rap positif, léger et funky envahit la musique française avec MC Solaar,IAM, Alliance Ethnik, Ménélik, Réciprok, Doc Gyneco. Quelques-uns remportent même des Victoires de la musique.
Mais le rap hardcore n'est pas mort, loin de là, dans l'underground, NTM, Assassin ou le Ministère AMER témoignent de la dure réalité avec des textes très crus. D'ailleurs l'affaire NTM (prison+amende+6 mois d'interdiction d'exercer en France pour propos haineux envers la police) fait trembler l'opinion publique. C'est ce coté du rap français qui est apprécié des puristes.
Entre le rap cool et le rap hardcore, une multitude de groupes font leur premiers pas grâce à des compils de plus en plus nombreuses : les Sages Poètes de la rue, Fabe, la Cliqua, timide et sans complexe, TSN ainsi que Cut killer qui sort une multitude de mix-tapes.

En 1997-98 le mouvement hip-hop a bien évolué, le graph et la danse ont presque disparu, les compétitions aussi et les textes sont plus revendicatifs, construits et parlent de la vie quotidienne. On assiste à une véritable explosion de rap dans le monde.
En France, des labels se fondent, des crews se forment, on assiste à la naissance rap bizness qui fait des ravages aux Etats-Unis.
Les artistes de l'ancienne école reviennent avec un nouveau style comme IAM et NTM donnant au rap français sa propre identité. Fini le temps où on copiait les américains.
De nombreux nouveaux groupes apparaissent souvent par le biais de crews très puissants comme le Secteur Ä, le Côté Obscur ou Time Bomb : Arsenik, Hamed Daye, Fonky Family, 3ème œil, KDD, Oxmo Puccino, Lunatic, Expression Direkt, La Brigade.
La radio Skyrock devient LA radio rap en France et va énormément participer à la promotion des nouveaux groupes.

Le rap français se divise alors en deux: le rap commercial qui passe partout et génère beaucoup d'argent et le rap underground qui sera même boycotté et qui ne rapporte presque rien mais où les MC aiguisent leur style qui plaît à la masse.
Cette séparation souvent involontaire est symbolisée par Stomy Bugsy qui est passé du rap le plus harcore au rap le plus commercial. Mais ce ne sont pas les artistes qui dérivent, non, ce sont les maisons de disques qui (attirées par le bon filon du rap) sortent les titres les plus commerciaux des albums et véhiculent une image fausse de l'artiste.
On assiste alors malgré les ventes et la popularité à une sorte de crise du rap. Les américains se tirent dessus et se déchirent au détriment de la qualité et de l'innovation tandis qu'en France le rap est kidnappé par les maisons de disque qui exploitent certains rappeurs pris dans l'engrenage du succès et de l'argent. C'est alors que les labels indépendants se forment et des groupes s'unissent contre cette médiatisation et ces maisons de disque qui tuent le rap.
En même temps de très bons albums sortent comme le 4ème de NTM qui fait l'effet d'une bombe, comme les albums d'Arsenik, Ideal J, Busta Flex, Zoxea … . Des compils comme "Sad hill" et "ma cité va crack-er" relancent le vrai rap et réunissent des rappeurs célèbres et des inconnus de toute la France. Les concerts dans de grandes salles se multiplient démontrant le talent des rappeurs pour la scène.
Le rap est maintenant ancré dans le paysage musical français et a forcé la porte de tous les foyers envers en contre tous, et des débuts de réticences se font sentir dans les hautes sphères. On assiste donc au boycott drastique du rap et à la censure, les concerts sont de plus en plus interdits et les rappeurs ont une mauvaise image. La mode est en train de passer et le rap peut se libérer.

En 1999, la nouvelle école lâche ses premières bombes épaulée par les anciens et par Skyrock (qui devient presque indispensable pour lancer un album).
On assiste au succès de Pit Baccardi, Freeman, La Brigade, 3ème œil, Bisso na Bisso, Saïan Supa Crew et bien sùr du 113 et de leur crew la Mafia k-1 fry. Le 113 réussit un exploit en étant littéralement adulé par les adeptes du rap et en même temps en remportant 2 Victoires de la musique.
Le rap renaît ici et outre atlantique où la guerre coast to coast (ayant entraîné la mort de 2Pac et de BIG) est terminée, l'avancée se poursuit vers le nouveau millénaire qui promet d'être riche en albums de qualité. Terminé le temps où on enregistrait dans des caves sur des vinyles de James Brown ; aujourd'hui, on enregistre en studio avec des productions musicales d'aussi bonne qualité que les textes. Certains anciens du rap ont même leurs propres studios et produisent des instrus déchirantes pour les autres comme Dr Dre, RZA, Akhenaton… . La communauté rap contrôle entièrement la sortie des disques du concept à la distribution. Le rap est le style musical le plus libre et indépendant.

En 2000, il devient facile de faire du bon rap, les portes sont ouvertes, les anciens ont créé des labels pour produire les nouveaux et le rap est la musique la plus appréciée chez tous les jeunes. Le rap commercial disparaît et les rappeurs sont de plus en plus indépendants. Le rap est populaire dans le monde entier et d'autres pays s'y mettent comme l'Angleterre, le Canada, l'Allemagne, la Belgique, le Suisse et les pays d'Afrique (notamment l'Algérie et le Sénégal).
Le nombre de rappeurs augmente d'autant plus que chaque membre de groupe sort en solo et se met de plus en plus à la production.
Etant donnée l'ampleur du phénomène, il devient impossible de citer les bons albums et tous les groupes mais une chose est sure : les productions sont d'une qualité exceptionnelle et la progression continue, chaque album est mieux que le précédent.

En 2002, la carte du rap français et américain est établie, il n'y a plus de nouveaux crews, les artistes du moment sont dans l'underground depuis longtemps et les quelques nouveaux sons intègrent les grands crews. Par contre, c'est au niveau du son que le rap évolue, les instrus deviennent plus électroniques et s'accélèrent. Les textes deviennent plus incisifs et portent moins de messages. La violence est plus présente et il semblerait que le rap français se dirige vers le gansta rap comme les américains il y a 10 ans tandis que ces derniers entrent dans une phase plutôt "star system" où les rappeurs génèrent des millions et prennent en peu la grosse tête et sombrent dans le décadence à l'image de nombreux clips.

Alors que le rap français paraît bien lancé, on commence à entendre parler de guerre et d'histoires de fric.
Skyrock qui était la seule radio à oser passer du rap à l'époque et qui a énormément aidé certains artistes commence à dériver en favorisant les artistes qui vendent. Heureusement elle se rattrape la nuit en laissant libre antenne aux artistes."

01 janvier 2013

appel à soutien

pour les nouveaux, ceux qui ne la connaissent pas, ceux que je ne connaissais pas alors, je vous présente Marie-Jeanne, ma soeur de couleur, une "soeur".

soeurMJeanne.JPG

Soeur Marie-Jeanne est directrice d'une école où elle enseigne et, malgré son jeune âge, elle se démène comme une lionne pour apporter de l'enseignement à de jeunes enfants sénégalais.

hier, elle m'a appelée pour me demander de l'aide, ce qui est très sage de sa part : elle veut passer le permis parce qu'elle fatigue à faire des kilomètres chaque jour pour se rendre à l'école.

elle a besoin de 200000 francs CFA, ce qui représente 305 euros environ.

alors si d'aventure, certains d'entre vous acceptaient de m'aider à réunir cette somme, ce serait formidable. 

je croise le doigts pour que cette nouvelle année qui débute me permette d'aider soeur Marie-Jeanne, comme son amitié m'a aidée, depuis quelques années.

26 décembre 2012

stay

23 décembre 2012

destinée

il y a celles qui embarquent puis qui n'embarquent plus

celles qui se réveillent un matin dans un grand lit, seule et nue

celles qui n'ont d'autres choix que d'accepter

celles qui croient en leur destinée

celles qui avancent malgré tout coûte que coûte

celles qui gardent précieusement le bonheur qu'elles goûtent

celles qui pourraient déplacer des montagnes

pour laiiser éclore ce sentiment qui les gagne

 

20 décembre 2012

les autres et nous

pour sécher les larmes de ma merveille, ce soir, et parce que... les autres, on s'en fout, les autres c'est pas nous...

 

16 décembre 2012

Jimi et Lescop

hier soir au concert de Lescop, j'ai vu la réincarnation de Jimi Hendrix sur scène, déchaîné avec sa guitare électrique, la maniant à la perfection, vivant, vibrant aux mêmes sons qu'elle...

et puis, le look, waouh ! on s'y serait cru ! sautant bondissant, au sol, tourbillonnant... un vrai Hendrix actuel... un régal !!!

 

et là, une évidence... cette chanson...

 

Je me sens glacé
Je me sens froid
Frigorifié
A l'étroit

Je me sens vide
Caverneux
Translucide
Et vitreux

Je sens mon coeur qui bat
Qui palpite
Encore pour toi
Mais moins vite

Je sens mes yeux
Qui s'enlisent
Peu à peu
Je lâche prise

Je rentre en hypnose
Je pense à toi mais j'ai besoin d'autre chose
Je rentre en hypnose
Je te défie maintenant reviens si tu l'oses
Car
Quand je rentre en hypnose
Ton visage se décompose
Je te regarde fondre quand je m'hypnotise

Le sang circule
Dans mes veines
Il tape et me bouscule
C'est ta faute pas la mienne

Je me sens vide
Je me sens froid
Translucide
A l'étroit

Je rentre en hypnose
Je pense à toi mais j'ai besoin d'autre chose
Je rentre en hypnose
Je te défie maintenant reviens si tu l'oses
Car
Quand je rentre en hypnose
Ton visage se décompose
Je te regarde fondre quand je m'hypnotise


15 décembre 2012

j'veux...

j'adore !

13 décembre 2012

oh la la !

10 décembre 2012

devil or angel

24 novembre 2012

holes

23 novembre 2012

enfance

63293_383956298353350_1529269046_n.jpg

- toi quand tu étais petit, tu voyais ça comment la vie ? plus tard ? le monde des grands ? t'avais des projets ?

- ben, je crois que j'avais envie d'être super fort, le genre de type qui marque le but qui fait gagner son équipe, ou qui découvre le super vaccin qui guérit tout le monde, un astronaute ou celui qui créerait la machine qui révolutionnerait le monde.. tu vois, un truc comme ça ? et toi ?

- je ne sais pas, peut-être être celle qui courrait le plus vite, ou plutôt non, ce sont des conneries ça, je crois que je voulais être libre, voyager tout le temps, traverser le monde, rencontrer des tas de gens, ne plus jamais être malheureuse. ouais, voilà, c'est ça je crois que ce que je me disais c'est que je ne laisserais plus jamais personne me faire pleurer.

- ah bon ? et ?

- et quoi ?

- t'as pleuré quand tu es devenue grande ?

- être celle qui court le plus vite ce n'était pas si con, finalement...

19 novembre 2012

vengeance

l'homme debout la regarde, hébété.

il ne peut croire qu'elle a vraiment fait ça, sa fille, son bébé, sa toute-petite...

pourtant elle tient le couteau serré dans la main et ne bouge pas, fixant celui qui gise dans son sang, sur le sol carrelé de la cuisine, la gorge tranchée.

Alexandra ne pleure pas, ne frémit pas, ne tremble pas. elle reste juste immobile, l'arme à la main devant le corps allongé.

- il faut faire vite, ils ne doivent rien savoir. sinon, tu risques gros, ma fille.

ça fait onze ans que l'homme reste sourd et aveugle aux souffrances de sa fille, qu'il ne veut se laisser entraîner par ce qu'il croit, onze ans qu'il espère que ce n'est pas si grave, que ça va s'arranger, s'arrêter même.

mais qu'il ne fait rien.

onze ans qu'il laisse sa fille se faire rouer de coups par son connard de mari sans réagir car on lui a appris ça, qu'on ne doit pas se méler de la vie privée des autres, pas entrer dans l'intimité d'un couple, pas se méler de la vie des autres.

sauf que les autres c'était sa fille et que la vérité c'est qu'il avait la trouille de ce grand costaud qui dérouillait sa fille lorsque la porte de leur maison se refermait. qu'il avait la trouille de se tromper, la trouille tout court.

sa fille camouflait les traces de coups sous un maquillage pas toujours bien efficace mais tout le monde faisait semblant d'y croire.

et les années ont passé.

quand elle l'a appelé en début d'après-midi "papa, viens s'il te plait, je n'en peux plus, aide-moi, il va finir par me tuer, tu sais..." il a compris qu'il était temps.

temps de bouger, de la défendre, de sortir de sa trouille...

mais trop tard !

il est arrivé aussi vite qu'il a pu à la rescousse de sa fille mais il a découvert cette scène de crime.

il se souvient avec tendresse d'Alexandra quand elle était petite, il la prenait sur ses genoux et elle lui lisait ses livres de contes préférés, des histoires de princesses aimées par le prince charmant, heureuses et comblées...

il n'a pas su la protéger contre le mmonstre qu'elle a épousé. il l'a abandonnée, seule avec son désarroi...

il retire le couteau de sa main glacée en prenant soin de se munir d'un torchon pour ne pas laisser d'empreintes...

il le place dans la main de l'homme ignoble qui git par terre et, dans un geste un peu brusque, déloge sa fille de là.

désormais il ne la laissera plus jamais en danger.

c'est sa fille, son bébé, sa toute-petite...



Alexandra Lange était jugée depuis mercredi pour avoir, dans la nuit du 18 au 19 juin 2009 à Douai, tué son époux, qui la battait depuis onze ans, d'un coup de couteau à la gorge. A ses côtés dans le box des accusés, Marc, son père, jugé pour avoir avoir placé un couteau dans la main de son gendre mort, dans l'espoir d'atténuer les charges contre sa fille.

 

18 novembre 2012

affiche au mur

je n'aime pas vraiment ce que fait ce groupe mais là, cette chanson me hante :

15 novembre 2012

une petite douceur...

13 novembre 2012

ça scintille

12 novembre 2012

Miss Cocotte

il lui a écrit pour une recette de truffade :

"Chère miss Cocotte, qu'en pensez-vous ? doit-on utiliser de la tome de Cantal ou de Laguiole pour la préparation de la truffade ? et est-ce mieux de la manger avec de la saucisse ou du jambon de pays ?".

Miss Cocotte anime une méission télévisée où elle explique des recettes régionales pour les femmes à cours d'idées, ou les cuistauds en manque d'originalité.

tous les samedi matin pendant une heure, Miss Cocoote fait découvrir la France à travers ces délices culinaires.

mais derrière ce pseudo de bonne ménagère bien sage, tablier immaculé, amidonné, bien serré autour de sa taille, se cache une femme.

une femme à la vie nocturne débridée, une femme qui assume amants et aventures passagères sans aucun état d'âme, une femme qui se veut libre, surtout pas coincée dans un quotidien sage et respectueux comme elle le laisse à croire tous les samedis matin.

et en plus de son émission, Miss Cocotte tient une rubrique dans le journal national le plus diffusé. une rubrique culinaire.

"Les recettes de Miss Cocotte" font un tabac aussi en presse. elle est la femme au foyer dont tous les hommes rêvent, la brue idéale, l'épouse modèle.

ce soir, elle va lui expliquer en direct, autour d'un bon verre de blanc bien frais, à cet auditeur-gourmet comment on doit préparer la truffade.elle va lui montrer qui de Laguiole ou Cantal sera bonne à déguster sur un lit de pommes de terre.

elle n'aime pas la saucisse, mais le jambon de pays oui. elle aime les madeleines lorsqu'elles sont mousseuses et souples, elle aime le rhum et les hommes forts.

et ce soir, elle a rendez-vous avec lui...

08 novembre 2012

happy birthday

pour elle, number one aussi...

ça

numéro un

elle a dit : "tu es peut-être celle qu'il aime, la numéro un dans son coeur, mais tu n'es pas la seule à l'aimer. et tu vas devoir apprendre à partager."

exact !

j'ai appris.

ou pas d'ailleurs.

mais j'ai vu.

ces photos, ces messages, ces déclarations... cette façon de vénérer, adorer, s'approprier...

une proie jetée en pature aux charognards...

chacun voulant récupérer un morceau.

elle a ajouté avant de raccrocher : "il ne te reste qu'une chose à faire, écris !" quand je lui ai avoué que c'était si dur si dur...

ça, je n'ai pas encore réussi.

j'ai commencé plusieurs fois et puis... je n'ai pas tenu.

toujours ce décalage.

07 novembre 2012

sainte Karine

effacer les souvenirs ne pas revenir en arrière trois ans plus tôt un samedi 7 novembre c'était un samedi ne pas entendre sa voix qui avait dit on ne se voit pas du weekend je règle tout et ensuite l'avenir sera à nous ne pas se rappeler qu'il avait appelé j'ai besoin de te voir je ne tiens pas je ne peux pas respirer sans toi et ne pas revoir le restaurant où l'après-midi avait filé entre confidences et espors de construction future ensemble ensemble ensemble. ne pas revivre ce samedi de grosses courses pour l'anniversaire du lendemain la réunion de famille à faire semblant que tout était normal à ne pas pleurer de la maladie aggravée à ne pas attendre l'appel tant espéré les retrouvailles programmées à faire semblant de vivre légère ventre serré pourtant âme en dérive l'amour tout partout tatoué.

ne pas souffrir de ce 7 novembre veille du grand chaos du tsunami qui a tout chamboulé tout emporté tout dévasté laissant ce goût amer pour toujours sur cette année supplémentaire qu'une blonde fête pourtant sourire aux lèvres.

stopper ces vibrations qui font que ce jour et celui d'après restent si particuliers, ne pas y penser pour ne pas laisser se déverser le torrent de boue noire qui empêche de respirer normalement et d'avancer, pieds coincés englués mains collées contre la poitrie qui suffoque...

effacer oublier stopper... sainte Karine, il va falloir m'aider !