Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26 juin 2008

Rosalita

voilà pourquoi je l'ai aimé je l'aime et je l'aimerai...

entre autres...



et je ne suis pas la seule.
loin de là...
demain, on sera nombreux à le lui claironner !!!
transis...

(et selon une expression de mon "Olive" : en voilà un qui tient la distance !!!)

25 juin 2008

ONU

Virginie m'a adressé ce document.
j'en fais le relais...

pour nos générations à venir.
pour nous.

24 juin 2008

J-3

devinez qui... je vais voir dans trois jours...

allez, devinez !!

IMG_1546.jpg


18 juin 2008

les deux amis

Deux vrais amis vivaient au Monomotapa :
L'un ne possédait rien qui n'appartînt à l'autre :
Les amis de ce pays-là
Valent bien, dit-on, ceux du nôtre.
Une nuit que chacun s'occupait au sommeil,
Et mettait à profit l'absence du soleil,
Un de nos deux Amis sort du lit en alarme ;
Il court chez son intime, éveille les Valets :
Morphée avait touché le seuil de ce palais.
L'ami couché s'étonne, il prend sa bourse, il s'arme ;
Vient trouver l'autre, et dit : Il vous arrive peu
De courir quand on dort ; vous me paraissez homme
A mieux user du temps destiné pour le somme :
N'auriez-vous point perdu tout votre argent au jeu ?
En voici. S'il vous est venu quelque querelle,
J'ai mon épée, allons. Vous ennuyez-vous point
De coucher toujours seul ? Une esclave assez belle
Était à mes côtés ; voulez-vous qu'on l'appelle ?
Non, dit l'ami, ce n'est ni l'un ni l'autre point :
Je vous rends grâce de ce zèle.
Vous m'êtes en dormant un peu triste apparu ;
J'ai craint qu'il ne fût vrai, je suis vite accouru.
Ce maudit songe en est la cause.
Qui d'eux aimait le mieux ? Que t'en semble, lecteur ?
Cette difficulté vaut bien qu'on la propose.
Qu'un ami véritable est une douce chose!
Il cherche vos besoins au fond de votre coeur ;
Il vous épargne la pudeur
De les lui découvrir vous-même.
Un songe, un rien, tout lui fait peur
Quand il s'agit de ce qu'il aime.



Jean de La Fontaine (1621-1695), Fables
Second recueil (1678), fable 11 : « Les deux amis »
.solitude_m.jpg

13 juin 2008

he day

à toi
à nous
à lui
et moi



Là, je ne me sens pas très bien
Je crois que j'ai encore besoin de tes mains
Même si tu mens même si tu fais semblant
Ne m'en veux pas, reste encore près de moi
Toi, tu pourrais me réveiller, tout oublier et encore me pardonner
J'ai peur de tout de te perdre, mon illusion
Parce que c'est toi, toi seule qui a raison
Toi, console-moi, garde-moi encore une nuit
Si tu as l'envie, prends-moi encore
Enlève-moi une autre nuit
Ne m'en veux pas et console-moi encore une fois
Est ce que tu pourras ?

Là, tu vois, j'ai le sentiment qu'autour de nous,
Plus rien ne sera comme avant
Ne me laisse pas m'en aller seul dans les bois
Ne me laisse plus m'éloigner là éperdu
Toi, console-moi, garde-moi encore une nuit
Si tu as l'envie, prends-moi encore, écoute-moi une autre nuit
Console-moi et berce-moi encore une fois
Est ce que tu voudras ? est ce que tu vou...

12 juin 2008

bréchallune

en attenant ce soir que je poste la première page de mon projet "angélique", je vous laisse écouter ça :



il s'appelle :
Nicolas Jules

09 juin 2008

claire fontaine

Philippe Claudel et le cruel secret de Juliette

pour ceux qui se gaussent de mes critiques ciné postées sans avoir vu le film, voilà une réponse pleine d'émotion...

l'auteur des " Âmes grises " passe de la plume à la caméra, dans un vrai mélodrame habité par Kristin Scott-Thomas et Elsa Zylberstein.
" Il y a longtemps que je t'aime " est un film de Philippe Claudel, avec Kristin Scott-Thomas, Elsa Zylberstein et Laurent Grevill.

47d1e94c-f505-11dc-9d57-77a6d8588465.jpg

il y a Juliette (Kristin Scott-Thomas), l'étrangère au visage d'ombre, surgie d'on ne sait quelle absence, d'on ne sait quel exil. et Léa (Elsa Zylberstein), tendre et inquiète, qui a soigné les blessures du passé en construisant une vie sage et équilibrée : foyer, métier, amis.
deux sœurs longtemps séparées par un événement terrible et qui ont du chemin à faire pour se retrouver, pour guérir, pour revivre.
pour conter leur histoire, l'auteur des " Âmes grises ", de " La Petite Fille de Monsieur Linh ", du " Rapport de Brodeck " a laissé la plume pour prendre la caméra.
" Il y a longtemps que je t'aime ", ce premier long-métrage de Philippe Claudel, a obtenu le prix du jury œcuménique et le prix du public au Festival de Berlin.

et franchement, ça le vaut bien !


08 juin 2008

Solofo

et puisque j'ai un peu de temps aujourd'hui dimanche, je vous laisse écouter cet artiste découvert par hasard sur la toile et qui m'a séduite.

il s'appelle Solofo.

épice et tendre, savoureux et fort.

m_a66f5d6728db9cbb27036a8af1830956.jpg


02 juin 2008

adieu foulard !

"Les modes passent, le style est éternel", a dit un jour Yves Saint-Laurent. à 71 ans, le plus grand couturier de la seconde moitié du xxe siècle s'est éteint à Paris dans la soirée du 1er juin, laissant derrière lui une oeuvre qui dépasse largement les frontières de la mode.

prendre acte d'un monde en pleine métamorphose et vouloir en accélérer le cours, tel aura été la quête incessante de celui qui connut la gloire à 21 ans, en succédant à Christian Dior, décédé d'une crise cardiaque à Montecatini (Italie) en 1957. le jeune homme timide, parti de sa ville natale d'Oran en 1954, devient alors le plus jeune couturier au monde. Il dessinera six collections pour Dior (dont la fameuse ligne "Trapèze", qui lui assure un triomphe international) avant de faire de son nom une marque, et bien plus... "Le génie d'Yves était tellement évident qu'on ne pouvait pas ne pas réussir. Notre vie, notre relation, notre maison de couture, tout cela est indissociable", a souvent rappelé Pierre Bergé, compagnon indéfectible des moments de gloire et des heures sombres, avec qui il fonde la maison de couture Yves Saint-Laurent le 4 décembre 1961.

ça me touche particulièrement car je me voyais styliste lorsque j'étais collégienne.
je dessinais des modèles extravagants, suivais sans en manquer un tous les défilés de mode, je découpais et collectionnais tout ce qui touchait à ce métier.

2525531_1350.jpg

H

pas de proposition illégale dans ce titre.
juste un plaisir auditif.

cette voix fait partie de celle qui écorche tout en faisant frissonner. de celle que j'aime, qui accroche et irrite, qui envoûte et me plaise !!
contrairement à ce qu'on pourrait penser, il n'est pas le fils de Serge.
mais bien de Jacques.
Jacques que j'aime aussi.

je vous laisse écouter...


28 mai 2008

à table !

mon ami Pascal ouvre dimanche 1er juin son restaurant à Lourmarin, merveilleux village dans le Luberon.

173066561.2.gif


le restaurant s'appelle "le jardin de Loumarin", il est situé au Chemin des Ferrailles, entre la station service et le garage, route de Cadenet.

il fait restaurant, buvette, glacier, minigolf et peut vous accueillir à partir de 9h00.
un endroit paradisiaque...



27 mai 2008

Coco

il ne pouvait y avoir pour moi de plus merveilleuse union que celle de Gabrielle Chanel nommée Coco Chanel et d'Audrey Tautou, actrice talentueuse, Ô combien.

l'une a créé un parfum mythique que j'ai porté longtemps (le N°5), l'autre a donné vie à des histoires où je me voyais...
les deux me touchent. terriblement... et puis "Coco"...

646758881.jpg


Audrey Tautou interprétant Coco Chanel, c'est Coco, le film de l'année 2009, réalisé par Anne Fontaine !
de plus Audrey Tautou sera la représentante officielle du N°5.


26 mai 2008

palme d'or

la Palme d'Or du 61e festival de Cannes a été décernée à Entre les murs, film français.
adaptée d'un roman du Vendéen François Bégaudeau puisé à sa propre expérience dans l'enseignement, cette chronique relate la vie quotidienne d'une classe de 4e dans un collègue du 20e arrondissement de Paris. une classe difficile, comme on dit, mais pas forcément plus que la normale. "Elle ressemble à la France, souligne le metteur en scène, elle est « multiple, foisonnante, complexe, avec quelques frictions »."

resize.php?ref=9782070776917&type=1&w=250&h=250&r=0.4&s=0.6



« L’heure a passé, j’ai demandé pourquoi écrire sa vie ? Ils ont dit c’est pour frimer, j’avais mal dormi, j’ai dit les vies des types qui les racontent sont pas forcément reluisantes, ils ont dit ils peuvent mentir et arranger, j’ai dit c’est sûr, ils ont dit t’façon on s’en fout qu’ils nous racontent leur vie, j’ai dit c’est intéressant parce que peut-être elle ressemble un peu à la nôtre, et même si elle ressemble pas à la nôtre justement c’est encore plus intéressant » (p. 191).
Voici un roman pour nous. Ce n’est pas un livre de pédagogie, mais un roman sans doute en grande partie autobiographique. Le narrateur est professeur de lettres dans un collège ZEP du 19e arrondissement de Paris. Il raconte sa vie et « elle ressemble un peu à la nôtre ». On y retrouve un peu de notre quotidien : le café pris dans la brasserie proche du collège pour ne pas arriver en avance le jour de la prérentrée ; les moments de rêverie, regard par la fenêtre de la classe tout en surveillant des élèves ; le malaise de voir une mère d’élève désemparée au cours d’un conseil de discipline qui vote l’exclusion définitive de son fils, etc.
François Bégaudeau - connu des lecteurs de la revue Cosmopolitiques pour ses articles sur le collège - s’inspire de son expérience de professeur de français et reconstruit la totalité d’une année scolaire : cent trente-six séquences - soit le nombre de journées de présence au collège -, organisées en cinq chapitres, ponctuées par les vacances.

vous pouvez lire la suite sur le site des Cahiers pédagogiques


22 mai 2008

pensées

On a demandé au Dalaï Lama : « Qu'est ce qui vous surprend le plus dans l'humanité ? »

Il a répondu : « Les hommes... parce qu'ils perdent la santé pour accumuler de l'argent, ensuite ils perdent de l'argent pour retrouver la santé. Et à penser anxieusement au futur, ils oublient le présent, de telle sorte qu'ils finissent par ne vivre ni le présent ni le futur. Ils vivent comme s'ils n'allaient jamais mourir... et meurent comme s'ils n'avaient jamais vécu. »

couvsabineweiss_2.1197413397.jpg

18 mai 2008

bonne fête !



On ne change pas
On met juste les costumes d'autres sur soi
On ne change pas
Une veste ne cache qu'un peu de ce qu'on voit
On ne grandit pas
On pousse un peu, tout juste
Le temps d'un rêve, d'un songe
Et les toucher du doigt
Mais on n'oublie pas
L'enfant qui reste, presque nu
Les instants d'innocence
Quand on ne savait pas
On ne change pas
On attrape des airs et des poses de combat
On ne change pas
On se donne le change, on croit
Que l'on fait des choix
Mais si tu grattes là
Tout près de l'apparence tremble
Un petit qui nous ressemble
On sait bien qu'il est là
On l'entend parfois
Sa rengaine insolente
Qui s'entête et qui répète
Oh ne me quitte pas
On n'oublie jamais
On a toujours un geste
Qui trahit qui l'on est
Un prince, un valet
Sous la couronne un regard
Une arrogance, un trait
D'un prince ou d'un valet
Je sais tellement ça
J'ai copié des images
Et des rêves que j'avais
Tous ces milliers de rêves
Mais si près de moi
Une petite fille maigre
Marche à Charlemagne, inquiète
Et me parle tout bas
On ne change pas, on met juste
Les costumes d'autres et voilà
On ne change pas, on ne cache
Qu'un instant de soi
Une petite fille
Ingrate et solitaire marche
Et rêve dans les neiges
En oubliant le froid
Si je la maquille
Elle disparaît un peu,
Le temps de me regarder faire
Et se moquer de moi
Une petite fille
Une toute petite fille

10 mai 2008

sarah

j'ai lu ici ou là qu'un nouveau magazine paraissait : le journal de Sarah Kay

T2908.jpg


et je me souviens combien j'ai été fan de ces petits personnages au style anglais, à bottines montantes et charlotte sur un petit nez retroussé. j'en avais sur mes cahiers d'école, mes classeurs, mes coussins...

mais qui est Sarah Kay ?

Sarah Kay habite dans la lointaine Australie, loin de la ville de Sidney et de ses trois millions d'habitants. sa maison se dresse au centre d'un romantique jardin subtropical rempli d'hibiscus et d'acacias, de bougainvilliers, d'eucalyptus et de fougères de deux mètres.
c'est dans ce paradis que vit Sarah Kay avec son fils Adam, sa fille Allison, le chien Plip et trois chats. Oo retrouve ce monde harmonieux, les enfants, les animaux et les plantes, dans les adorables dessins de Sarah kay qui l'ont rendue célèbre dans le monde entier.

la carrière de cette artiste a commencé de façon fort modeste et malgré le succès unique, incroyable de ses dessins, Sarah Kay est restée très modeste. elle remercie pour chaque publicité, il est très difficile de l'approcher pour une interview et quasi impossible d'obtenir qu'elle apparaisse devant les caméras.

Sarah Kay a débuté comme dessinatrice dans un petit bureau de publicité. après son mariage et la naissance de son premier enfant, elle a commencé à dessiner le monde paisible qu'elle avait appris à aimer dans la ferme de ses grands-parents et qu'elle souhaitait également pour ses enfants. c'est ainsi que naquirent les 20 premiers dessins d'enfants qui racontaient des histoires sur les enfants et leurs animaux. Sarah Kay présenta ses projets à l'un des plus grands éditeurs de cartes postales ; le directeur artistique reconnut immédiatement l'immense talent de la dessinatrice.
les 20 dessins furent imprimés sur des cartes d'anniversaire pour enfants et marquèrent le début de l'ascension triomphale des dessins de Sarah Kay, ascension qui se poursuit encore de nos jours.

en quelques années, elle fut connue et aimée dans le monde entier.
depuis longtemps, nous trouvons les dessins de Sarah Kay non plus uniquement sur des cartes, mais aussi sur d'innombrables articles : papier d'emballage, posters, calendriers, cartes à jouer, articles ménagers, draps, T-shirts, porcelaine, etc. sans oublier les poupées inspirées de ses dessins, fabriquées dans les matériaux les plus divers.
dans de nombreux pays, il existe des clubs Sarah Kay.
il n'y a pas que les enfants qui aiment ses dessins, les adolescents, les parents, les grands-parents les apprécient également, que ce soit en Australie ou en Europe, au Japon ou en Afrique, au Canada ou en Amérique du Sud. et je confirme : je craque toujours autant !
1-picture4.gif?0.77990842117353281-picture3.gif?0.8384244649411888


vous trouvez ça comment ?
dépassé ?

04 mai 2008

famille



Uh, uh, some deep shit, uh, uh

Momma please stop cryin, I can't stand the sound
Your pain is painful and its tearin' me down
I hear glasses breakin as I sit up in my bed
I told dad you didn't mean those nasty things you
said

You fight about money, bout me and my brother
And this I come home to, this is my shelter
It ain't easy growin up in World War III
Never knowin what love could be, you'll see
I don't want love to destroy me like it has done
my family

Can we work it out? Can we be a family?
I promise I'll be better, Mommy I'll do anything
Can we work it out? Can we be a family?
I promise I'll be better, Daddy please don't
leave

Daddy please stop yellin, I can't stand the sound

Make mama stop cryin, cuz I need you around
My mama she loves you, no matter what she says
its true
I know that she hurts you, but remember I love
you, too

I ran away today, ran from the noise, ran away
Don't wanna go back to that place, but don't have
no choice, no way
It ain't easy growin up in World War III
Never knowin what love could be, well I've seen
I don't want love to destroy me like it did my
family

Can we work it out? Can we be a family?
I promise I'll be better, Mommy I'll do anything
Can we work it out? Can we be a family?
I promise I'll be better, Daddy please don't
leave

In our family portrait, we look pretty happy
Let's play pretend, let's act like it comes
naturally
I don't wanna have to split the holidays
I don't want two addresses
I don't want a step-brother anyways
And I don't want my mom to have to change her
last name

In our family portrait we look pretty happy
We look pretty normal, let's go back to that
In our family portrait we look pretty happy
Let's play pretend, act like it goes naturally

In our family portrait we look pretty happy
(Can we work it out? Can we be a family?)
We look pretty normal, let's go back to that
(I promise I'll be better, Mommy I'll do
anything)
In our family portrait we look pretty happy
(Can we work it out? Can we be a family?)
Let's play pretend act and like it comes so
naturally
(I promise I'll be better, Daddy please don't
leave)
In our family portrait we look pretty happy
(Can we work it out? Can we be a family?)
We look pretty normal, let's go back to that
(I promise I'll be better, Daddy please don't
leave)

Daddy don't leave
Daddy don't leave
Daddy don't leave
Turn around please
Remember that the night you left you took my
shining star?
Daddy don't leave
Daddy don't leave
Daddy don't leave
Don't leave us here alone

Mom will be nicer
I'll be so much better, I'll tell my brother
Oh, I won't spill the milk at dinner
I'll be so much better, I'll do everything right
I'll be your little girl forever
I'll go to sleep at night

02 mai 2008

muguet

j'ai failli oublier de vous offrir un brin de muguet hier...

muguet2danaemon-blogcom.jpg


mais savez-vous pourquoi ce 1er mai, jour de la fête du travail aussi, est célébré par un brin de muguet ?

il semble que le muguet aussi appelé lys des vallées, une plante originaire du Japon, soit présente en Europe depuis le Moyen Age. la plante à clochettes a toujours symbolisé le printemps et les Celtes qui lui accordaient des vertus porte-bonheur.

le 1er mai 1561, le roi Charles IX officialisa les choses : ayant reçu à cette date un brin de muguet en guise de porte-bonheur, il décida d'en offrir chaque année aux dames de la cour. la tradition était née.

la fleur est aussi celle des rencontres amoureuses. longtemps, furent organisés en Europe des "bals du muguet". c'était d'ailleurs l'un des seuls bals de l'année où les parents n'avaient pas le droit de cité. ce jour-là, les jeunes filles s'habillaient de blanc et les garçons ornaient leur boutonnière d'un brin de muguet.

30 avril 2008

chou

celui qui s'appelait "l'homme à la tête de chou" sera à l'honneur dans un film qui va être tourné sur sa vie, son oeuvre, son génie.

alors, je ne peux résister à vous glisser une vidéo d'un autre temps, celui où les "claudettes" ne sévissaient pas encore vraiment...

vous aimez ?



22 avril 2008

soupir

L’Adieu

J’ai cueilli ce brin de bruyère
L’automne est morte souviens-t'en
Nous ne nous reverrons plus sur terre
Odeur du temps brin de bruyère
Et souviens-toi que je t’attends


Guillaume Apollinaire

495095829_small.jpg