Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18 octobre 2013

grrrr !

en ce moment, je suis en colère... je crois que je me prépare à la date qui arrive, cette date qui me brûle les tripes et me remplit de peine, de douleur et de rage...

j'enrage à l'avance de ce qui est arrivé quatre ans plus tôt, je sens venu le moment de l'explosion finale comme un feu d'artifice qu'on laisse aller jusqu'à l'apohéose... 

je me révolte contre les privilèges, l'injustice, les choses installées, les gens cons... je suis en colère, je me révolte.. et comme à chaque anniversaire, je relis ce message où elle me dit qu'elle a rêvé de lui, qu'il était heureux de nous, que... 

en ce moment, je suis en colère. 

alors, gare à ceux qui s'approchent de trop près...

je me demande encore aujourd'hui s'il va revenir un jour...

11292706-femme-guerrier-idee-de-la-mode-fantaisie.jpg

17:38 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (5)

15 octobre 2013

un Belmondo à Lyon

quand j'étais jeune, j'étais fan, et c'est peu de le dire, de ce comédien. et que dire de son fils quand il s'est mis à faire de la course automobile... glups !! bon, passons...

hier, pour le festival des Lumières, il a été mis à l'honneur (le père, pas le fils..) et c'était certainement bien mérité (j'ai eu peur sur le coup d'avoir à entendre l'annonce de son décès mais non... on peut aussi rendre des hommages aux personnalités encore vivantes, faut croire !!) et en ouverture, les spectateurs ont pu voir "un singe en hiver", un film que j'ai revu, à l'époque, plein de fois, tant j'adore ces moments entre Gabin et Belmondo, ces délires dans la rue noire...

évidemment, le comédien a vieilli, beaucoup même mais je trouve extra cet hommage qui lui est rendu...

pourvu qu'il vive encore longtemps pour voir d'autres hommages, dis donc, hein !!

 

Un singe en hiver affiche ()

09:37 Publié dans Film, lamiendo | Lien permanent | Commentaires (2)

14 octobre 2013

Margaux Motin

elle s'appelle Margaux Motin et j'aime bien son style... là c'est un travail pour les femmes atteintes du cancer mais elle sait être très corrosive, cette Margaux-là !

Chaine rose couleur

20:53 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (2)

13 octobre 2013

in my Luberon

je suis en mode préparation de la course Marseille-Cassis, qui a lieu dans deux semaines, alors ce matin, je me suis offerte 20 kms dans un lieu magique, perdu dans la féérie du Luberon, je me demandais ce que je faisais là au lieu de dormir au chaud sous ma couette mais finalement, je ne sais comment le dire, mais mon corps est en pilote automatique et je ne me rends compte qu'à la fin que j'ai fait tout ce trajet, que j'ai mal et que je vais adorer rester longtemps sous la douche...

le sport est une drogue, dit-on.. je ne sais pas... mais c'est une liberté ça, j'en suis convaincue !

19:42 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (8)

mots et images

te parler avec les mots que j'écris, mon cowboy suisse... c'est promis...

et pourquoi pas avec des images aussi ?

19:17 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (0)

12 octobre 2013

corps encore...

j'ai le corps comme un pantin désarticulé en ce moment, comme un fantôme pas à sa place. je cours, je nage, je danse, mais je me sens en dehors de mon corps, il ne répond pas à mes injonctions.

désarticulé.

alors je vous glisse cette photo et ce texte de Louise Markise, que j'ai piqués sur son FB parce que j'aime vraiment bien...

Photo : « Mon corps a de drôles d'histoires; je lui scotche des lumières et l'encadre d'images, j'en fais un objet à regarder et le laisse dériver entre vos cils; mon corps de petite fille qui se déguise; mon corps d'amoureuse qui s'ennuie, qui attend la prochaine étreinte; mon corps de rêveuse qui funambule aux frontières de tous les autres, qui ne prend pas garde à la fatigue des uns et à la déception des autres, qui n'entend pas les mélodies tristes, les nuits silencieuses... Quand je ne sais vraiment plus de quelles drôles d'histoires je dois rire, quand je n'ose plus me demander dans quel corps j'ai encore pied, je me dis qu'il restera toujours celui que je laisse dériver entre vos cils... et ça  me rassure un peu, parce que si tous les autres s'éclipsent, il y aura éternellement celui-là, le plus imaginé, mais au fond, sans doute, le plus connu, le plus touché. »
Archives lointaines, clignotantes et argentiques.

« Mon corps a de drôles d'histoires; je lui scotche des lumières et l'encadre d'images, j'en fais un objet à regarder et le laisse dériver entre vos cils; mon corps de petite fille qui se déguise; mon corps d'amoureuse qui s'ennuie, qui attend la prochaine étreinte; mon corps de rêveuse qui funambule aux frontières de tous les autres, qui ne prend pas garde à la fatigue des uns et à la déception des autres, qui n'entend pas les mélodies tristes, les nuits silencieuses... Quand je ne sais vraiment plus de quelles drôles d'histoires je dois rire, quand je n'ose plus me demander dans quel corps j'ai encore pied, je me dis qu'il restera toujours celui que je laisse dériver entre vos cils... et ça me rassure un peu, parce que si tous les autres s'éclipsent, il y aura éternellement celui-là, le plus imaginé, mais au fond, sans doute, le plus connu, le plus touché. »

13:45 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (0)

11 octobre 2013

Pierre, Paul, Jacques et les autres...

je ne sais pas si vous avez remarqué, mais il est des prénoms comme des signes du zodiaque.

je m'explique.

j'ai eu dernièrement une conversation avec divers illustrateurs bien talentueux sur l'importance des signes du zodiaque, de celui qui était dans notre "maison" lors de notre naissance, des ascendants, l'importance donc de ces signes sur notre caractère mais également des "emboitements" de signes du zodiaque bénéfiques ou non.

une femme de tel signe ne devrait, et je reste prudente avec mon conditionnel, pas s'entendre avec un homme de tel signe.

ou alors, vous-mêmes vous vous etes rendus compte que systématiquement une personne de tel signe ne vous plaisait pas, nous nuisait ou au contraire, vous alliez régulièrement vers des gens de ce signe-là.

eh bien, pour les prénoms, ça me fait le même effet.

il est des gens portant tel prénom, femme ou homme, qui régulièrement, pour ne pas dire systématiquement, me jouent des tours pendables, ont un comportement incorrect envers moi ou m'apportent au contraire de la douceur et du bonheur vrai.

étrange, me direz-vous. et je pourrais vous suivre, mais là, avec les années qui passent et les rencontres qui s'enchainent, il y a des prénoms qui se détachent nettement des autres, systématiquement avec un grand soleil ou une pluie orageuse et je crois que je vais devenir "superstitieuse" sur les prénoms.

07:58 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (2)

01 octobre 2013

Les Nuits de Preljocaj

mais la semaine prochaine, je vais avoir le grand bonheur, l'émotion pure et intense de voir les Mille et Unes nuits d'Andréi Preljocaj à Aix...

et là, franchement...

 

12:20 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (3)

La Naïve et maître Pathelin

ce weekend, je ne serai pas là, puisque je me rends au salon Lire en Poche à Gradignan, et je vais manquer ce bel évènement qui ne se reproduira certainement pas avant 2014 : une pièce jouée par la compagnie La Naïve.

je le regrette vraiment...

 

12:17 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (0)

30 septembre 2013

Obel and the curse

c'est son dernier album, il sort aujourd'hui...

09:30 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (0)

Line

non, Line, ce n'est pas uniquement le prénom d'une chanteuse française adorable, un brin désuète et talentueuse.

ce n'est pas non plus le nom d'une future voiture, celui de ma voisine, ou le diminutif de la belle blonde américaine fougueuse qui a hanté des générations d'hommes morte on ne sait pas vraiment comment...

Line c'ets le nom d'un nouveau réseau social entre twitter et facebook, entre skype et msn, entre ou tout cumulé d'ailleurs.

une application qui vient de l'Asie, et qui seulement deux ans après sa première mise en fonction, est déjà partie à la conquête du monde.

il paraît que Line est née après le tremblement de terre qui a coupé de nombreux japonais de liens...

comme quoi, il ressort toujours quelque chose des grandes catastrophes...

une application kawaï, bien japonaise, avec des petits personnages qui séduisent et amusent...

j'ai entendu hier David Graber, économiste et docteur en anthropologie déclarer que "un être sans ami, sans lien social, n'est pas un être libre" et j'ai pensé immédiatement qu'avec tous ces liens virtuels que nous créons, nous sommes juste en train de nous fabriquer une pseudo-liberté... comme une survivance.

mais peut-être que je me trompe ?

alors, bienvenue à Line...

09:28 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (0)

28 septembre 2013

london grammar

10:02 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (0)

25 septembre 2013

Jean Guigoni

j'avais huit ans, dix, douze, je ne me souviens plus vraiment, ma mère bossait avec son oncle et nous ramenait des disques de ce chanteur. j'ai de suite aimé sa voix rocailleuse..

voilà une chanson où il ne pousse pas son grain de voix trop fort et un titre bien trempé...

je vous laisse découvrir Jean Guidoni....

20:36 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (1)

blablas d'automne

ça fait longtemps que je n'avais pas partager quelques vrais blablas avec vous...

donc le mois de septembre se termine, l'automne est arrivé, Angela réélue, le chômage baisse, nos soldats ne sont pas partis à Damas, mon internénette numberone découvre les joies du temps pourri avec des flacons d'huile essentielle à l'eucalyptus, mon roman adulte livré aux éditions Hachette a reçu un accueil enthousiaste, je me prépare pour Marseille-Cassis, je vais apprendre l'allemand au cas où pour mon futur gendre, le soleil chauffe encore super fort par chez nous, j'ai envie de rouler en moto, j'adore les beaux nageurs au bord des bassins chlorés, mes ongles ont vraiment bien poussé, je ne prends pas de douche dans les hôtels et je n'ai pas encore trouvé ma nouvelle maison...

bon, tout cela ne sert à rien mais j'avais envie... un petit coup de folie.

 

20:25 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (3)

22 septembre 2013

the riverside

voix sucrée et profonde, délice de chanteuse, merveilles de chansons...

Agnès Obel..

et puis "the river", l'autre côté et les berges... on connait son pouvoir...

22:24 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (0)

21 septembre 2013

Lune pleine

ce soir, alors que je roulais dans la nuit, il y avait dans le ciel totalement noir, sans aucune étoile, le Lune, pleine, ronde immense qui me suivait me faisait face parfois, obsédante, impérieuse.

j'ai eu envie de m'y jeter dedans, qu'elle m'engloutisse en entier, envie de disparaître dans ses rondeurs.

et d'un coup, l'urgence de la vie est revenue, évidente.

ne pas attendre demain pour vivre de belles choses, en profiter maintenant si ça arrive à notre porte.

parce qu'un jour ce sera trop tard, on ne sera plus là pour voir le Lune pleine ronde immense et ça ne servira à rien de regretter...

j'aurais aimé qu'"il" la voie, mais peut-être d'où il est l'a-t-il vue ? en tout cas, j'ai eu presque l'impression qu'il l'avait posée là dans le ciel pour moi. et j'ai aimé cette idée.

 

Une «super pleine Lune», qui apparaissait particulièrement grosse et brillante... (Photo Bernard Brault, La Presse)

22:02 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (2)

Mickey et les mots...

il y avait longtemps que je n'avais écouté Mickey 3D...

eh bien la vérité c'est que j'aime toujours autant... na !

21:56 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (0)

18 septembre 2013

Terez Montcalm

une voix éraillée, un souffle qui s'essouffle, une guitare qui vibre... il me faut garder Montcalm quand je l'entends..

21:13 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (0)

14 septembre 2013

L'Aix s'élance

courir dix kilomètres en suivant deux sapeurs pompiers de Paris juste trop bien... musclés, en serpentant dans les belles rues d'Aix, c'est rien que du bonheur !!!!

non mais moi je dis, courir dans des conditions pareilles, c'est tous les weekends si c'est possible...

alors merci les mecs, vous étiez vraiment de bons lièvres... grrrrr !

23:04 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (10)

13 septembre 2013

violences

je ne vais pas vous faire un papier spécial sur la violence qui envahit nos villes, nos vies mais je pourrais. quelle drôle de dégénérescence, on revient à l'âge préhistorique où on se faisait loi sans règle, l'âge moyenâgeux où la misère crée ce climat de grande violence, juste pour s'en sortir. 

je ne suis pas "étonnée" parce que ce n'est pas nouveau, la violence a toujours existé, elle fait partie intègre de notre fonctionnement, je suis certaine que même le plus calme d'entre vous ressent parfois en lui des accès de violence, et dans chaque siècle, chaque ère de notre société, on a parlé différemment, mais on en a parlé, de la violence de l'humain. il y a eu ces criminels scientifiques, qui tuaient en série, les  criminels sexuels, les braqueurs de banque qui tuaient cruellement, les assassins d'enfants, les rebelles géographiques qui revendiquent une identité locale au prix du sang. 

on est aujourd'hui dans une période de violence urbaine.

ce qui signifie tout de même une peur au quotidien.

ça semble si facile de retirer la vie. ce n'est pas nouveau, mais je pense que ça reste essentiellement masculin.

je fais partie de cette génération qui n'aura connu aucune des grandes guerres qui ont meurtri l'histoire française, mais je ne suis pas protégée pour autant. je n'ai pas peur, je le redis, la violence fait partie de nous, de notre vie, ce n'est pas une découverte, mais je réalise le glissement du type de violence.

nos dirigeants veulent s'attaquer au problème sérieusement, je me demande juste si il n'y a pas déjà un certain ancrage des choses qui rendra toute intervention stérile. on est à l'aube d'une nouvelle "guerre civile", d'un nouveau tournant de l'histoire, alors que nous n'avons jamais autant communiqué aux quatre coins du monde grâce aux médias surdéveloppés, et nous ne nous sommes jamais autant détestés. 

un grand déballage de vie, emballage d'âme, remballage par mots et flingues associés..

on consomme, on consume mais on ne peut que constater comme des cons qu'on ne s'aime plus.

 

08:55 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (0)