Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16 juillet 2013

Avignon 2013

comme chaque année, je trépigne à l'idée d'y aller.

cette année, dans mon-programme-à-moi, il y aura :

affiche LA VOIX HUMAINE - AVEC ALMA BRAMI

je vous raconterai tout ça, ça va être trop trop bien !!!

15:44 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (0)

à vélo, on dépasse les autos...

je suis une adepte de ce qui fait bouger le corps mais là, j'avoue que je m'incline... je n'ai jamais vu une ville aussi vélocipède que Strasbourg. partout partout partout des brochettes de vélos accrochés au moindre poteau, vélos sportifs, vélos familiers, vélos de route...

les gens circulent en vélo, pas à pieds.

tout est aménagé pour rendre cette circulation possible, pratique, confortable...

ça valait le coup que je prenne l'avion pour voir ça... ça me donne envie de regongler le mien et que le remettre en action intesive...

hop hop hop !

 

JPG - 82.4 koLes vélos aussi se font la malle600 nouveaux arceaux à vélosRéaménagement du boulevard Ohmacht

12:22 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (3)

14 juillet

il y avait le feu d'artifice qui claquait en fond sonore, le Boléro de Ravel qui envahissait toute l'atmosphère (et Dieu que j'aime ce morceau-là le Boléro) et la cathédrale qui s'illuminait par parties, parfois toute entière, en bleu, rouge, multicolore...

elle était haute saisissante imposante, on ne pouvait plus dire un mot que regarder écouter se laisser plonger dans cette ambiance psychadélique..

un sacré 14 juillet, à bien des égards !

12:13 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (2)

12 juillet 2013

Strasbourg

il paraît que ça vaut le déplacement, ça tombe bien j'y vais demain...

pour être honnête ce n'était pas le coin de France que je rêvais de découvrir mais que ne ferais-je pas pour mon internénette number one, la numberone aussi au top office des résultats en or ?

on a hésité mais pas longtemps et on a pris un petit gilet parce que pendant quatre jours on va bien subir un peu de vent de pluie et je-ne-sais-quoi, va pas falloir nous la jouer "temps estival de Provence" à Strasbourg, parce que nous, on ne se laissera pas avoir...

le temps estival de Provence ça n'existe qu'en Provence, non mais !

j'espère au moins qu'on y mange mal et que les hommes sont archi-moches là-bas sinon je ne m'en remettrai de laisser ma numberone dans un endroit divin d'où elle ne risque d ene pas vouloir revenir...

le premier qui rigole, je me fâche !

strasbourgvue de strasbourg-043.jpg (112538 Byte)

23:53 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (4)

10 juillet 2013

in the water

j'ai découvert cette illustratrice japonaise vivant à New York, Yuko Shimizu et j'aime beaucoup cette illustration :

2f8e1cf58b2f74a27d863423b477eb2c.jpg

In the water (it's summer)

elle représente ma vision de mon été, entre mouvements de brasse, kilomètres avalés et tourbillon sens dessus dessous...

10:09 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (3)

07 juillet 2013

L'île des esclaves

j'ai assisté hier soir à une représentation de L'ïle des esclaves de Marivaux, sur une scène en plein air, et j'aime quand les comédiens prennent des libertés avec la mise en scène comme ce fut le cas, où un texte qui date de tant d'années reprend une belle modernité, un éclat et un joyeux qu'on pourrait oublier.

de quoi me donner envie de reprendre des cours à nouveau...

quand les maîtres deviennent esclaves et inversement, qui saura rester à sa place, prendre celle de l'autre, rester humble et se souvenir de ce qu'il a enduré ou se venger sans vergogne des coups reçus ?

quand la condition crée le personnage, quand on se rend compte que le rôle dans lequel on se glisse change les fondements de ce que l'on est..

alors quelle est la meilleure place ? maître ou esclave ?

 

13:13 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (1)

recuerdos

ce matin, il me vient une envie terrible de l'appeler, de lui raconter, de lui parler de l'un et de l'autre, d'entendre sa voix, de la savoir là encore, de ne pas la laisser seule, de regarder ses mains, ses longs ongles, de l'écouter...

ce matin, il me vient cette envie terrible de revenir à ce temps où notre étoile à cinq branches était un cocon, ce temps où je fourrais mon nez dans leur petite nuque pour en respirer cette odeur de lait d'amande de biscuit... ce temps où je m'endormais enroulée autour de leur petit corps si petit, leurs petits doigts agrippés à ma main, ce temps où il fallait passer les étapes des premiers pas, pot en plastique pour le pipi, premières dents qui arrachaient des pleurs, premiers mots, première phrase puis premier vélo à quatre roues, premier bain dans la mer, premier biberon et repas solide, premiers jours sans couche, premières vraies chaussures, première coupe de cheveux, première rentrée scolaire avec les tripes en bouillie, première pâte à sel, ateliers peinture dans le salon avec de grandes feuilles à dessins, les colliers de pates et les boites à camembert redécorées, premiers dessins, première lecture, premiers copains, premières dents qui tombent, les bobos, les bonbons, les non non et les pourquoi, le vélo de grand, l'école des grands, les devoirs, les interros, les cours de piscine, le collège, le brevet, le corps qui change, le lycée, le bac, le permis, les études...

ce matin il me vient cette envie de tout revivre, je m'en sens le courage, tout revivre et ne rien gâcher, tout savourer, tout.

11:33 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (4)

06 juillet 2013

fille du vent

libre comme le vent j'ai mis les voiles oui j'ai tué l'impossible ici fille de l'étoile vie de déboires j'ai fui au large je lâche ma rage et mes larmes j'essuie

je suis et file quand les signes le décident je m'incline à la vie même mes flippes se résignent

sur la route vers l'inconnu j'écris mon récit terre promise mon exil loin de c'que ce monde exhibe

fille du vent de l'énigme libre mais digne je me délivre éternelle pélerine digne ennemie de la routine la tête pleine de rimes à l'heure où leur monde s'engloutit

sanglotant je suis partie là où le soleil a le sourire en quête de ce dont juste l'âme a le souvenir liberté mon fou-rire elle dicte ma voix je combats l'inertie appelle-moi appelle-moi

fille du vent

parce que je combats l'inertie la routine je fuis appelle-moi appelle-moi

fille du vent

parce que la vie est mouvement leur système n'est qu'un sable mouvant appelle-moi

fille du vent

parce que je suis née pour vivre entre les mailles de vos filets appelle-moi appelle-moi

fille du vent

parce que la routine endommage parce que la vie est mouvement et que je veux lui rendre hommage

j'avance entre les hauts et les bas je rebondis quand le sol s'écroule sous mes pas j'ai grandi sous l'étoile en crise croire en qui ? monde glacial froide banquise peut-être instable bah tant pis

en vie tant que l'aventure m'appelle c'est en marchant sur la terre que je guéris de ma peine élan de folie aux yeux de l'autre je tourne autour du soleil libre comme l'air et le sourire aux lèvres

de train en train je suis partie par la fenêtre pour être libre j'ai morflé quand j'avais pas l'âge de l'être alors nique ta morale peut-être vis à l'occase una vida loca ma vie un hymne à l'audace

tous à nos places ? jamais ! la terre est mon pays pénerinage ou périple être libre ou périr comme un filet d'eau pure sur mes plaies si brûlantes connectée au présent appelle-moi appelle-moi

fille du vent

parce que je combats l'inertie la routine je fuis appelle-moi appelle-moi

fille du vent

parce que la vie est mouvement leur système n'est qu'un sable mouvant appelle-moi

fille du vent

parce que je suis née pour vivre entre les mailles de vos filets appelle-moi appelle-moi

fille du vent

parce que la routine endommage parce que la vie est mouvement et que je veux lui rendre hommage

je suis bien qu'en mouvement me retrouvant sans mes tourments en l'ouvrant je cherche Dieu loin des masses et des couvents j'ai souvent pensé à tout plaquer pour vivre mon esprit pleinement tellement le mond emoderne est éprouvant

ma mission est ici alors je pars et reviens comme quoi mon chemin n'partait de rien mes pas viennent de loin ils n'ont pas fini de marcher jusqu'au lever du jour ou quand la mort viendra me chercher

j'partirai aussi libre que quand j'suis arrivée entre les marées la vie m'a appris à naviguer d'expérience en expérience comme une lame à limer j'polis ma pierre jusqu'à voir mes propres soleils s'aligner

fille du vent j'ai jamais oublié qu'on était tous frères qu'on ne salit pas le Soleil avec d'la poussière

coeur ouvert je retrouve mes ailes m'en veux pas si le système je déserte appelle-moi

fille du vent

parce que je combats l'inertie la routine je fuis appelle-moi appelle-moi

fille du vent

parce que la vie est mouvement leur système n'est qu'un sable mouvant appelle-moi

fille du vent

parce que je suis née pour vivre entre les mailles de vos filets appelle-moi appelle-moi

fille du vent

parce que la routine endommage parce que la vie est mouvement et que je veux lui rendre hommage

fille du vent

appelle-moi appelle-moi

fille du vent....

 

Kenny Arkana "Tout tourne autour du soleil"

 

08:05 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (0)

bac à lauréate

il y a dix-huit ans de ça, je passais un été en ronduer, petit ventre proéminent et promenade au bord du lac près de notre résidence d'alors. pour la première fois de ma vie j'avais eu envie de porter des petites robes courtes et des talons, mon cousin se mariait, mon ventre s'arrondissait.

j'avais fini par arrêter le VTT à cause des secousses et j'avais dégoté un super boulot de prof en environnement/biologie/biochimie malgré mon ventre rond. je découvrais le chouchen et le koouin aman, les pies dans les pommiers et les crèpes au sarrazin..

il y a dix-huit ans de ça, j'étais loin d eme douter que je déboucherais cette bouteille de champagne sous les hourras de ce bout de vie qui poussait alors, loin de me douter que la petite vie qui allait naître serait cette femme déterminée et battante que j'ai aujourd'hui devant les yeux, rayonnante de sa réussite, éclatante de cet avenir qui lui tend les bras.

quand elle est née, j'ai crié merci à tout le monde, merci à la terre entière de ce bonheur, merci à la vie. je ne pensais si bien dire : merci pour elle, vraiment !

elle est ma lady, parfois gaga et souvent "trop" à fond mais une lady, ça c'est sûr !!

07:39 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (3)

03 juillet 2013

battle

hier soir j'ai assisté à un "battle" et comme à chaque fois, je suis scotchée par ce que je peux voir... ces filles et ces gars si souples, si pleins d'allant...

à la base, un battle (« bataille » en anglais) était une confrontation organisée entre deux rappeurs et/ou clasheurs. Les participants en faisant des rimes, improvisaient et vannaient l'adversaire. les votants étaient soit un jury, soit le public (applaudimètre).

il y a une différence entre une battle et un « clash » : une battle se déroule dans un tournoi par exemple, alors qu'un clash se fait sur un « coup de tête ».

ce terme provient de la culture hip-hop. D'un point de vue historique, il convient de dire "un" battle.

09:17 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (0)

Patricia

"ma" Patricia est aussi sensuelle, joyeuse et savoureuse que cette musique de salsa.

alors, aujourd'hui je lui dédis ces quelques notes parce qu'elle le vaut bien.

 

08:42 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (0)

01 juillet 2013

the boss in Paris

samedi soir, pendant que je "zumbais" devant un public en délire, "il" enflammait le stade de France...

je n'y étais pas et j'aurais aimé.

"le boss"reste le boss et je le jure, la prochaine fois, j'y serai...

Photo

18:35 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (0)

26 juin 2013

formidable

19:34 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (2)

24 juin 2013

nage du dimanche

parce que le dimanche moi je me trempe... avec les petites palmes de ma copine Ga(z)ëlle...

17:26 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (0)

23 juin 2013

voyance

alors ça, j'adore !!

je reçois sur ma messagerie ce drôle de petit mot venant d'un certrain Théodore :

' Aimeriez-vous que dans moins d’une semaine vous puissiez dire à tous ceux qui vous entourent « je suis une personne comblée et aujourd’hui mes rêves se sont réalisés » "

et là, je rigole, parce que si le prénom est beau, un brin exotique et gutural, le mage que voilà ne vaut pas un clou.

parce que je peux faire plus fort que lui, sans lui et dire dans la seconde même que « je suis une personne comblée"..

je fais en sorte d'assumer mes envies et ma vie dans la direction que j'aime, il ne se passe pas un instant sans que je me dise que je suis vraiment bien, heureuse, profondément, que ma vie est belle, que la vie est belle, autour de moi je ne ressens que du bien-être, du bon, du partagé...

alors, bon, le Théodore, il peut se rhabiller... na mais !!

14:23 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (6)

Rigoletto

Robert Carlsen met en scène Rigoletto, cet opéra de Verdi au théâtre de l'Archevêché à Aix-en-Provence et je rêve d'y aller...

le prix des places me fait un peu hésiter encore mais je sens que je vais craquer...

cet opéra lyrique est une belle critique de la société et de la condition des femmes... comme quoi, on n'a rien inventé et surtout on ne découvre rien....

allez, faut que je fasse la quête et puis je me paie la place... à vot' bon coeur, messieurs, mesdames...

je peux même vous chanter une petite chanson pour le coup... quoi non ?? d'accord je chante hyper mal mais quand même...

Xl_avatar

14:18 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (0)

21 juin 2013

Patrice with lyrics

08:44 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (0)

13 juin 2013

bonjour chez vous... et ailleurs

en France, les cheminots sont en grève, les avions ne volent plus, en Grèce la télévision publique s'est tue, restriction oblige, en Turquie les gens en ont marre de l'autorité de Erdogan, en Iran les élections présidentielles pour faire suivre à Ahmadinejad, en Tunisie trois femen sont condmanées, en Argentine les trains se rentrent dedans...

et chez moi, mon internénette numberone est prise à Strasbourg, ma numbertwo devient scientifique et mon titou est complimenté, le soleil brille, pas d'inondations en vue, personne n'a carotté mon tuyau d'évacuation en cuivre et les projets s'enchainent...

comme quoi...

22:34 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (8)

09 juin 2013

Papaoutai

un clin d'oeil à Achim, un papa et un homme délicieux...

10:21 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (0)

06 juin 2013

Schönbrunn

j'ai mis plus de deux heures en longeant le Linke Wienzielle à pieds pour y arriver, mais quand il est apparu devant moi, j'en ai eu le souffle coupé.

le château de Schönbrunn

et alors que dire une fois à l'intérieur...

le château de l'impératirce Elisabeth, la célèbre Sissi...


en général ce n'est pas bien mon genre de rêver devant ce style de vaste mais là, là... c'est juste phénoménal...

11:19 Publié dans lamiendo | Lien permanent | Commentaires (2)