Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10 août 2008

7

vous avez du patienter pour la suite ???... la voilà... et c'est reparti...

----------

- Ca s’est passé, là… dans la rue ?

- Non… La victime a essayé de s’enfuir, semble-t-il. Mais à bout de forces, elle a fini par succomber de ses blessures, ici, sur ce trottoir…

Vita… Pourquoi tu m’as fat ça ? C’était pas bon nous deux ? Pourquoi t’es retournée voir ce porc ? Pourquoi tu voulais tout arrêter entre nous ? Il ne te baisait même pas bien, ce connard… Vita… T’as vu ce que tu m’as fait faire ? Tu te rends compte…T’as tout cassé… Tout foutu en l’air….

- Vous… Vous avez déjà une piste ?

- Non… Je ne suis pas l’inspecteur Colombo, vous savez. Ce n’est pas un film… Dans la réalité ça prend bien plus de temps que ça…

- Vous allez interroger tout le quartier…

 

L’inspecteur souriait, malgré l’horreur de ce qu’il s’était passé. Cette Lupa était vraiment… adorable… Il était bien décidé, maintenant, à ne pas la laisser partir sans lui proposer un rendez-vous. Une soirée dans un restaurant chic. Il avait envie de redevenir galant, prévenant. Un parfait gentleman.

Lupa s’autorisa à s’approcher du corps mutilé.

Elle frissonna à la vue des traces sanguinolentes qui ornaient le corps de la victime. L’inspecteur suivit son regard.

- Il semble qu’elle ait été lacérée. Des griffes monstrueuses comme si un animal l’avait déchiquetée entre ses pattes. Elle a même des traces de morsures… des crocs…

- Un animal ?

- Oui… ça paraît étrange mais cette femme semble avoir été tuée par un animal… Un loup…

Si tu savais comme elle aimait ça Vita, quand je l’attachais aux barreaux du lit. Elle voulait que je serre bien fort. Et elle aimait quand je la fouettais. Ca la faisait mouiller encore plus…Vita…

- Bien sûr… Là, vous voyez sur ses cuisses, ses… fesses… Griffée... au sang…

 asc05.jpg

29 juillet 2008

épisode 6

Tout semblait si raisonnable chez cette jeune femme. Paul Desmarets se disait qu’il devait faire bon vivre à ses côtés… Pas de mauvaises surprises, pas d’états d’âme changeants… Une maison bien tenue, des bons petits plats comme il les aimait… Il ne comprenait pas bien ce qu’il lui arrivait mais des dizaines d’images s’installaient dans sa tête. Lui avec cette… comment déjà ? … ah oui ! Lupa. Elle à ses côtés dans sa grosse voiture, elle dans son lit, partageant ses repas, plaisantant durant les réunions de famille. Elle avec lui…
Il se secoua. Ses divagations, ce serait pour plus tard. Il avait une enquête sur le dos. Une affaire à résoudre. Elle le fixait, un air si doux flottait dans son sourire.
Nuit de baise. Nuit torride… Tu sais ce que c’est, toi, de jouir durant des heures… de mourir de plaisir ? Non, tu sais pas… Des chiennes en chaleur… Regarde-toi… Tu ne connais rien au plaisir…

- Je suis navré mais vous ne pouvez rester ici. Je dois commencer mes recherches.
- Je comprends… je me disais juste qu’une femme avertie en vaut deux… alors…
L’inspecteur Desmarets soupira. Après tout, il ne trahissait pas le secret professionnel en informant une citoyenne des dangers qu’elle encourait à se promener de bonne heure dans le quartier.
- Vous avez raison. La victime a été sauvagement violée… son… anus… et son… vagin… ont été totalement déchirés…

Il hésitait. Le visage de Lupa se crispait à chacun de ses mots. Il craignait de la choquer.
Elle aimait ça, la salope…que je la pénètre profondément…Ce n’était jamais assez fort, jamais assez loin…Avant je la léchais longtemps, elle suppliait, mouillée qu’elle était… Ma langue fouillait en elle, je la griffais jusqu’au sang et quand elle n’en pouvait plus, je lui enfournais mon appareil… à fond… Elle hurlait de plaisir, haletait, en voulait encore. Toujours plus. Encore…

Paul reprit :
- Je vous choque, mademoiselle Beckett, je m’en excuse…
- Lupa…
- Comment ?
La voix de la jeune femme était inaudible. Un souffle qu’un rien pouvait briser définitivement. Paul s’en voulait de lui faire subir ça.
- Appelez-moi Lupa, murmura-t-elle en baissant les yeux.
- Hum… Lupa… Je ne sais pas si je fais bien de vous raconter tout cela.


asc05.jpg



27 juillet 2008

5

Lupa ne se décidait pas à partir. Elle avait envie d’en savoir plus. Elle fit mine de s’éloigner un peu, pour respecter ce qui se dirait entre l’inspecteur et ses hommes mais l’air inquiet qui masquait son visage justifiait sa présence.
Quand les techniciens se dirigèrent vers leur véhicule, elle revint à la charge.
- C’est quelqu’un du quartier ? Vous l’avez identifiée ?

Paul n’arrivait pas à détacher son regard des prunelles lavande qui se fonçaient un peu lorsque Lupa Beckett semblait soucieuse. Ces prunelles qui semblaient le pénétrer.
- Non, la victime n’avait pas de papiers sur elle. Mais on nous a signalé la disparition depuis plusieurs jours d’une certaine Stéphanie Irles. Ce nom vous dit-il quelque chose ?
Vita… Vita… C’est Vita qu’elle s’appelle, abruti… Ca fait bien longtemps qu’elle avait rayé Stéphanie de sa vie…

- Vous savez, je n’habite pas ici. Je ne faisais que passer ce matin lorsque j’ai vu votre voiture et tout le mouvement autour de vos hommes…
- Vous passiez ? A 6h30 du matin ? Mais ce n’est pas sérieux…
- 6h45 ! … Oui, je suis très matinale. J’aime faire un petit tour quand la ville dort. Ainsi, je peux mettre de l’ordre dans mes idées avant de commencer la journée.

asc05.jpg



24 juillet 2008

épisode 4

Allez ma belle, bouge un peu… Dandine-toi… Un peu… Juste un peu…
L’inspecteur n’aimait pas jouer de sa position pour séduire les femmes, en général. Il n’avait jamais eu de chance avec ses conquêtes et rêvait encore, malgré tout, de celle qui saurait le comprendre. La jeune femme qui se trouvait en face de lui avait un quelque chose de différent des autres. Elle n’était ni aguicheuse, ni agressive. Il eut soudain envie de la protéger.

Il tendit sa grande main aux doigts carrés afin de la faire reculer un peu et elle se méprit. Elle empoigna celle-ci dans un geste de pure candeur :
- Lupa Beckett !
Et devant le regard surpris de l’inspecteur, elle ajouta :
- Mère italienne, père anglais…
Lupa avait l’habitude de ce réflexe inquisiteur envers son nom. Elle récitait sa leçon apprise depuis son plus jeune âge.
Lupa Beckett… N’oublie pas… Beckett… Beckett….

L’inspecteur allait se présenter à son tour lorsque les techniciens de la scientifique rassemblant leurs affaires, vinrent au rapport.
- C’est bon, chef, on a fini…
- Vous avez trouvé des indices intéressants ?
- Un infime morceau de latex, quelques poils animaux, un fil de laine cashmire orange retrouvé sous un ongle…
- Le type qui lui a fait ça est un vrai sadique…
- Ah oui…un bout d’ongle cassé… enfin… ça ressemble à un bout de griffe… d’animal…
Elle l’a bien cherché la salope… Maintenant elle ne partira plus…

asc05.jpg



18 juillet 2008

3

épisode 3

L’inspecteur leva une main pour calmer le flot de paroles que Lupa débitait sur un ton de plus en plus saccadé. Il la trouvait vraiment délicieuse et ce qu’elle disait, il s’en était fait la réflexion à plusieurs reprises. Seule une femme qui avait déjà enfanté connaissait réellement la valeur de la vie.
- Vous avez des enfants peut-être ?

Des enfants ? Des enfants ? Tu plaisantes ou quoi ?

L’inspecteur Desmarets ne savait pas bien pourquoi il avait posé cette question mais il devait bien admettre qu’il espérait une réponse négative.
- Certes non ! répondit Lupa, légèrement offusquée. Il faudrait pour cela que… enfin… que…

Lorsqu’elle cherchait ses mots, la demoiselle avait une moue absolument ravissante. Elle semblait si précieuse. Alors que Lupa se tournait vers les techniciens, se dressant sur la pointe de ses escarpins, espérant apercevoir un peu du corps meurtri, Paul s’attarda sur les courbes de son corps. Il apprécia ses hanches aux rondeurs tentantes, ses longues jambes galbées et quand elle fit un mouvement vers lui il ne put résister à loucher sur sa poitrine dissimulée dans un chemisier de coton blanc, légèrement déboutonné, et qu’il devinait généreuse mais modeste. Il ne vit pas les crocs acérés qui brillaient dans sa bouche pulpeuse.




asc05.jpg

 

16 juillet 2008

épisode 2

voilà je continue mon feuilleton : saison 1 épisode 2 (comme je me la pète moi alors !!)

Lupa planta son regard lavande dans les yeux de l’inspecteur qui ne cilla pas. Malgré tout, la jeune femme savait… déjà…
Regarde-moi bien… Allez, vas-y…
Son sourire timide amusa l’inspecteur. Elle semblait d’un autre temps avec sa jupe plissée, ses petits escarpins cousus main et ses boucles relevées en chignon désordonné où perlaient quelques touffes grisonnantes. Etrange d’ailleurs pour une jeune femme.
Paul se sentait troublé. Emu. Touché.
- Mon technicien a raison, vous ne devriez pas rester. Ce n’est pas beau à voir… La pauvre…
- Oh non… C’est une femme ? Encore ?
- Oui, c’est une femme… Pourquoi encore ?
Paul Desmarets fronçait les sourcils. Il n’avait pas eu vent d’un cas similaire dans les jours précédents. Cette jeune femme saurait-elle quelque chose qu’il ignorait ?
- Parce que ce sont toujours les femmes les victimes, voyez-vous… Les hommes… Ils ne savent pas… Ils ne portent pas la vie… Ne la donnent pas… Ils ne se rendent pas compte… Ils prennent ce qu’il y a de plus cher au monde…


asc05.jpg

13 juillet 2008

feuilleton

j'ai participé pour faire plaisir à la talentueuse Marie-des-concours à un concours nature dont le thème était "à chacun son loup" je crois.

sans réponse, je peux supposer que je n'ai pas gagné.
alors, comme je ne propose plus de petits jeux sur mon blog, je vais vous présenter le texte que j'ai écrit pour ce concours mais par morceaux : ce sera le feuilleton de l'été.

voilà donc la première partie : saison 1, épisode 1

Innocente louve


Lupa regarda les techniciens de la scientifique ramasser à la pince des fragments, des choses invisibles qu'ils enfournaient dans des tubes en plastique ou des enveloppes en papier cristal. Intriguée par leur manège, elle n’osait approcher. Elle jeta un coup d’œil sur sa montre. 6h45… Ils n’avaient pas tardé, ils étaient venus rapidement… Pour une fois…
Elle remarqua celui qui se tenait un peu en retrait, grand malgré des épaules déjà tombantes, les cheveux hirsutes, une chemise qui se voulait repassée.
Elle en était persuadée : lui, il supervisait les évènements.
Elle se décida. Il fallait agir. A pas comptés, elle s’approcha des hommes et se pencha sur l’épaule de l’un d’eux.
- Faut pas rester ici ma petite dame. Ce n’est pas un spectacle…
- Désolée, je ne voulais pas vous déranger…
Au moment où le technicien s’agaçait, le grand type s’avança.
- Qu’est-ce qu’il se passe ?
- Je suis navrée… je…


asc05.jpg

08 juillet 2008

33 ans

bon anniversaire Stéphanie !


Ils sont tous les deux sur le canapé côte à côté, presque dans les bras l’un de l’autre. Ils se regardent en souriant. Gênés un peu.
Il passe son bras au-dessus de son épaule. Il se rapproche. Il s’enroule autour d’elle.
Elle le laisse faire. Elle est bien. Elle attend ce moment depuis tellement longtemps.
Elle plante son regard dans ses yeux. Clairs. Elle les connaît ses yeux, ça fait des nuits et des nuits qu’ils viennent la hanter.
Elle attend ce moment depuis tellement longtemps.
Sans rien dire.
Elle ne veut rien manquer. Pas une miette. Elle enregistre chaque battement de ses paupières. Ses yeux sont si beaux. Vraiment.
Il approche sa bouche. Elle sent ses lèvres si proches. Elle sent son souffle si chaud.
Elle inhale son souffle le respire s’en régale.
Elle se retient : ne pas fermer les yeux, tout voir, tout se souvenir.
Leurs bouches se mélangent, leurs langues se mélangent s’entortillent se lient se délient. Elle le savait que ce serait bon comme ça que ce serait délicieux comme ça.
Ses grandes mains solides descendent le long de son dos. Elle n’a toujours pas fermé les yeux. Toujours rien dit pour ne pas rompre le charme. Ne rien perdre. Elle attend ce moment depuis tellement longtemps. Elle continue de le planter son regard droit dans son immensité bleue.
Il caresse son dos ses seins ses hanches. Leurs langues sont toujours réunies ensemble mélangées.

Et soudain il se redresse. Décollée la bouche. Enlevées les mains.
Il la regarde l’air navré : Je suis désolé. Tu es la femme de mon meilleur ami, je ne peux pas faire ça.
- Son « ex » femme, nous sommes séparés, ne l’oublie pas.
- Mais quand même. C’est mon meilleur ami. Je suis désolé. Je ne peux pas.

Il se lève. S’en va. Elle reste seule sur le canapé. Elle attend ce moment depuis tellement longtemps…



chez-elles_15.jpg






















© Alexandre Maller

28 avril 2008

décidée

il avait un regard de loup
la bouche gourmande
un prédateur

elle s'est changée en chaperon rouge
béton armé
il ne l'a pas croquée !

à son tour...

51WRFTTSJ3L._SS500_.jpg

23 avril 2008

et puis ?

bacon_prozac.jpg

















où est le jour où est la nuit ?
j'étais là hier mais aujourd'hui ?
je suis celle qui toujours fuit
j'aime pas l'ennui ni les ennuis.

saurai-je dire "non" si j'arrête de dire" oui" ?
je sais pas ce que je veux, je sais pas qui je suis.
je suis celle qui toujours fuit
je préfère le terme à ce qui luit.

au fond de ma nuit
lovée en silence sans aucun bruit
je rêve à toi, je rêve à lui.
je cherche l'arbre dont je serai le fruit.

j'avance et pourtant je fuis
c'est celui qui m'aime qui me suit
y'a pas de lumière au fond de mon puits
mais ça y est... j'y suis !

mais est-ce que je m'enfuis ?
ou je reste à me noyer sous la pluie ?
je serai là demain comme aujourd'hui
voilà c'est foutu c'est cuit...

15 avril 2008

enfant

quand on est enfant ce n'est jamais le bon moment.
pour être sérieux, être sage, pour croire aux sentiments.
pour croire tout simplement.
on pense que rien n'est important.
qu'on a le temps.
et quand on est grand... quand on est grand... on repense à ces moments où, enfant, on a laissé s'enfuir les sentiments.
on se dit que cela aurait pu être autrement.
si seulement...
on se dit surtout qu'on ne devrait jamais être grand.
que tout devrait être comme avant.
et puis non, pas vraiment.
on n'a pas le choix on va de l'avant.
on avance joyeusement, en grimaçant, en pleurant, en souriant... en boitant.
parce qu'on sait qu'au fond, on est resté un enfant
et qu'on a gardé tous ces sentiments
qu'ils sont là, et ça pour longtemps.

Poinsignon_enfant_reve.gif



24 mars 2008

intrépide Augustine

Le portrait

549438639.jpg


Mademoiselle Marly m’a dit ce matin :
- Augustine je n’ai plus votre fiche.
Ma fiche…
Ma fiche…
- Quelle fiche ?
- Votre fiche de renseignements.
Et elle m’a glissé un document à remplir avec des questions sur mon nom prénom la profession de mes parents mon âge ma taille la couleur de mes yeux …
La couleur de mes yeux ?
Faut-il que j’explique tout ? Que mes yeux sont vert doré avec un tournesol en plein milieu quand il fait soleil, qu’ils deviennent vert gris quand c’est la nuit qu’ils sont vert foncé quand je suis triste inquiète jalouse ?
Ouh la la ! C’est compliqué ça comme question.

Mademoiselle Marly a ajouté quand elle m’a vu avec un stylo dans la bouche en train de réfléchir sur les lignes de la fiche :
- Et n’oubliez pas la photo, Augustine !
Alors ça, c’est le pompon… Il faut une photo.
Une photo de quoi ? De ma chambre avec tout le bazar dedans? De mon chat quand il s’étire paresseusement sur le sofa ?
- Une photo de vous, voyons, Augustine. Enfin un portrait…

En voilà une drôle d’idée. Un portrait.
Un portrait de mon nez ? Un portrait de mes pieds ?
- Et je le trouve où mon portrait ?
Mademoiselle Marly a haussé les épaules. Et remonté ses lorgnons bien devant ses yeux…
Quand elle fait ça, ça devient sérieux…
- Chez le photographe, c’est évident.
Soit !

Alors en sortant de l’école j’ai fait un détour chez le photographe.
Je me suis d’abord arrêtée chez le pâtissier prendre un éclair au chocolat.
- Tu ne veux pas du nougat Augustine ?
- Pas ce soir, je suis pressée.
Et chez Madame Zora pour acheter un nouveau cahier.
- Je n’ai plus de cahier. Que des calendriers…
- Bah… Non ça va… Je n’en veux pas…

J’ai fini chez le marchand de bibis.
- Alors qu’est-ce que tu aimerais aujourd’hui ?
Le marchand de bibis, il est vraiment mimi.
- Oh ! Juste une petite faveur. Pour accrocher à mes cheveux.
Voilà j’étais prête pour le portrait.


les illustrations sont de Fanny Verne. et bien sûr il y a une suite à ce texte...
plusieurs aventures attendent déjà cette intrépide... si cela intéresse un éditeur, un curieux, un fan...

12 février 2008

pour changer

une auteur - délicieuse - m'a sollicitée pour illustrer son prochain recueil de comptines.
ben oui, je vais devenir "illustratrice" aussi.
une vraie.
ouh la la !!!
bon, enfin, restons prudente...

en entendant, je vous glisse un de mes dessins qui ne sera pas dans le recueil mais bon... pour partager...

d0d77cfb4c63c75468f6003efe8f6632.jpg



bien entendu, votre avis est bienvenu...

03 février 2008

Woolf

et puisqu'on parle du loup...

c7c291de2cce1de9967cf7f77b5b818b.jpeg







Loup

Les filles. Sont jolies souriantes minces
Ou pas
Elles ont peur. De n’être pas assez jolies souriantes minces
Des garçons
Elles cherchent les regards
Les miroirs
Elles affichent les régimes sur le frigo
Ou pas
Elles dansent avancent pendant quinze ans vingt ans
Traînant derrière elles les valises qu’elles accumulent
Lourdes de plus en plus lourdes
En souriant
Gentiment
Crânement

Les filles à quarante ans changent
Elles deviennent elles. Des femmes

Les femmes. Ont perdu leur miroir
Elles jettent les sourires en masque
Elles savent ce qu’elles veulent
Elles disent : mon ventre est doux et chaud
Mon ventre est comme du velours
Il est comme de la crème. Onctueux
Elles veulent qu’ils mettent un doigt une main une langue
Les hommes
Elles disent : mes seins ont froid caresse-les caresse-moi
Elles n’ont plus peur
Elles sont elles
Femmes félines femelles
Souples endurantes sensuelles
Elles crient : au loup !
Pas parce qu’elles ont peur
Mais parce qu’elles en ont envie

30 janvier 2008

mer... aussi

voilà, je voulais aussi mettre un petit texte sur la photo du concours.
comme ça.
pour partager avec les concurrents...

8bd9281a7f648100eedfea6c1e83bdaf.jpg



Eclair

Elle voit s’approcher la lumière. Noire. Une lumière immense qui envahit tout l’espace. Une lumière douce rassurante. Noire.
Elle voudrait toucher cette lumière, mais elle n’ose pas. Elle se dit que ce doit être un mirage, le reflet de ses rêves, le reflet de ce que son âme porte comme désir.
Elle laisse la lumière la réchauffer.
Juste quelques rayons lumineux et déjà elle se sent bien.
Elle se place sur le cercle lumineux que forme la lumière noire immense, sur le sable. Elle s’assoit sur la plage, au centre de l’auréole.
Elle cligne des yeux, tout se trouble. Flou. Est-ce un mirage ? Une illusion ? Un bonheur éphémère ?

Puis elle voit la lumière s’éloigner. Elle se dit qu’elle a été aveuglée, ses yeux la brûlent.
Et soudain, elle a peur de la nuit. Celle qui déjà l’enveloppe doucement. Là où elle ne voit plus, espérant chaque jour le retour de l’immense lumière noire. Au loin, les vagues clapotent dans la mer fraîche. Un espoir.

20 janvier 2008

l'enfant dans l'église

Elle entre en silence. S’assoit au bout d’un banc.
Une voix résonne sur l’autel. Une voix forte et joyeuse. Elle connaît cette voix que tous écoutent en silence. Elle aime cette voix qui toujours la fait rire et la rassure.
Quelques visages se tournent vers elle. Ils ne sont pas tous encore habitués.
Des visages ronds, lunaires. Des visages qu’elle ne connaît pas tous encore mais qu’elle aime voir autour d’elle. Ces visages foncés, vieillis pour la plupart.
Dans le rang d’à-côté quelques sourires. D’autres visages. Toujours ronds, toujours foncés mais jeunes, ceux-là.
Elle baisse la tête, emmêle ses doigts, écoute la voix.
Elle laisse la douceur de l’instant l’envahir. Ils sont tous là pour la même chose. Pour cette douceur d’âme, cette communion dans la foi.
Elle pense à sa vie, là-bas. Sa vie claire. Sa vie différente.
Elle pense que bientôt, elle ne verra plus ces visages ronds, lunaires. Noirs.
Que bientôt, elle n’ira plus prier ainsi.
Parce qu’ils ne seront plus là.
Plus aucun d’entre eux ne sera là.
Ni celui dont la voix éclaire les âmes ce soir.
Elle se dit que sa vie, c’est la leur. A eux dont le visage est rond lunaire. Elle se dit qu’elle est d’ici même si ils ne la reconnaissent pas tous encore.
Même s’ils ne sont pas tous habitués.
Elle se dit aussi que sa vie est ailleurs.
Dans cet ailleurs où elle n’est pas seule. Où des petits bras lui entourent le cou chaque jour, où rien ne ressemble à ici.
Ailleurs où son ventre a enfanté.
Elle se sent tiraillée.
Ici. Ailleurs.
Elle ne sait pas si elle trouvera un équilibre.
Entre cette vie qu’elle aime et celle à laquelle elle appartient.
Celle où tout est déjà prévu, organisé, tout est construit. Où tout est confortable, sain, aseptisé. Sans risque, sans épice. Où tout est si facile. Et où elle se sent si mal pourtant parfois.
Ici, tout lui ressemble.
Elle aime cette sincérité, cette simplicité, cette dureté de la vie qui la rend plus belle, plus riche encore.
Chaque jour, elle serre des mains chaudes, noires, ridées ou non, larges ou petites. Chaque jour, ce geste la fait pleurer. Et la remplit d’un bonheur intense.
Elle prie, elle pense.

Soudain, une fillette se déplace dans l’allée. Elle la reconnaît. C’est sa « fille ». Ainsi appelée à cause de son prénom à elle, la petite, mélange de leurs deux prénoms liés : elle et sa fille. la vraie.
Elle, c'est sa « fille » pour de faux. Juste à cause des prénoms.
Cette fillette qui vient se coller quelques fois contre elle ; sans un mot. Juste pour lui faire comprendre qu’elles sont deux.
Et puis, l’autre jour, à la sortie de l’école, la fillette a mis sa petite main dans la sienne. Sa petite main noire dans sa grande main de toubab.
Elles sont rentrées ensemble, balançant leurs bras, comme des gamines. La grande comme la petite.
Et quand, à un moment, un homme a fait peur aux enfants en criant, la grande toubab a dit à la petite noire qui tremblait :
- Ne t’inquiète pas, je suis là. Il ne t’arrivera rien.
Et un petit sourire est venu éclairer le visage pas si rond que ça de l’enfant. Le visage noir et fermé de l’enfant. Elle n’a pas fui comme les autres enfants. Elles ont continué à marcher tranquillement. Sans crainte.

La fillette s’approche et vient se coller contre elle sur le banc. Les vieilles noires regardent, froncent les sourcils. Ne comprennent pas.
Elles sont assises, toutes deux serrées l’une à l’autre, au bout d’un banc. La voix résonne toujours.
Elles se sentent complètes. L’une avec l’autre. Elles savent.

La femme pense à ce moment où, l’après-midi même, l’enfant lui avait sauté dans les bras au détour d’une rue du village, la couvrant de baisers, casant sa petite tête noire dans le cou chaud de la toubab.
Puis, quand la femme blanche s’était éloignée, elle l’avait interpellée :
- Dis, tu ne me prends pas en photos, moi ?
Et la femme avait souri. Enfin les mots. La confiance gagnée, jour après jour, sourire après sourire dans la cour de l’école. Petit geste après petit geste.

L’enfant touche le bras de la blanche et murmure quelques mots :
- Je veux dormir.
Alors, quand la femme lui sourit, elle grimpe sur ses genoux et s’installe contre son corps, contre sa « mère » pour de faux.
L’enfant dans les bras de la femme.
L’enfant noir, dans les bras de la femme blanche, qui s’endort.
Les vieilles noires autour ne sont pas d’accord. Elles secouent l’enfant , disent quelques mots, la somment de se réveiller. Elles s’en moquent toutes les deux. La mère et la fille collées, liées, inséparables en cet instant.
La voix sur l’autel remplit l’église et la chorale se met à chanter avec fougue.
C’est si beau. Si joyeux. Si rythmé.

La femme se dit qu’elle ne doit pas laisser le temps effacer cet instant. Quand tous les fidèles se lèvent, elle reste assise. Elle prie assise, l’enfant endormie contre son sein. Elle regarde son bras qui entoure l’enfant. Son bras de blanche sur la peau noire de l’enfant. Et elle ne voit que deux peaux noires qui se touchent. Elle voit sa peau devenue aussi noire que celle de l’enfant.
Elle se dit :
- On est pareilles elle et moi, noires toutes les deux.
Mais elle sait bien que sa peau est blanche au-dehors. Elle sait bien que les autres ne voient que cette couleur extérieure.

La fillette dort, la femme vit, respire, soupire, heureuse.
Quand il faut se serrer la main, faire un geste de paix, « la paix du Christ », l’enfant se réveille. La femme se lève avec l’enfant dans ses bras, la porte, et elles serrent les mains à deux. Toujours liées, toujours collées.
Leur sourire ne fait qu’un.
Les vieilles ne font plus attention, elles serrent la main de l’enfant et de la femme réunies.
Les jeunes sourient et serrent les mains aussi.
Plus personne ne s’étonne. La mère et la fille liées.
La noire et la blanche.
La petite et la grande.
Celle du village et la toubab.
Louise Corinne.




ac5d7b1d1a5564205114fe6fd3abcb26.jpg

12 janvier 2008

école de Fadiouth

aujourd'hui journée à la plage de Nianing après une soirée hier avec des gens adorables, où j'ai mangé de "tienboukétia" (?), épicé mais délicieux.

 

les gens sont des amours en accueil. je me sens vraiment comme chez moi dans ce village.

0ee765f37cb0d9c0ebcd05efc4dd8b91.jpg08c763d009243be7c5b29303eef7bf24.jpg

mais, puisque vous aviez demandé du concret, je voulais vous raconter l'école avec laquelle je travaille.

je vous l'ai dit, les enfants arrivent à 8h00. le lundi matin, il y a levée du drapeau du Sénégal, dans la cour, et tout le monde chante l'hymne national. comme c'est une école catholique, les enfants font une prière collective dans la cour à 8h00.

il y a 6 classes. le "CP" s'appelle ici le "CI" et se fait en deux années.

les classes sont très chargées. il y a au minimum 40 enfants par classe, et au CI, il y a une classe de 65 enfants. mais ils sont très disciplinés et les cours ne sont absolument pas bruyants.

le matin, les enfants travailet jusqu'à 11h00. ensuite il y a récréation jusqu'à 11h30 durant laquelle ils en profitent en général pour manger un bon casse-croûte. la cour de récréation est un grand terrain sableux. du coup quand ils jouent et tombent les enfants ne se blessent pas.

comme dans toutes les cours, les garçons jouent au foot.

après les cours reprennent jusqu'à 13h. prière avant de se quitter, dans les classes cette fois.

là, ils rentrent chez eux, et pour cela ils traversent le grand pont (qu'ils ont déjà traversé en venant le matin) qui est très long. durée 10mns. pas de service de restauration.

à16hoo, ils reviennent (retraversée du pont), reprière dans les classes. les cours durent jusqu'à 18h00. prière encore le soir, dans les classes.

il y a deux soeurs enseignantes, dont une est la directrice et aussi mon amie chère : soeur Marie-Jeanne.

si le coeur vous en dit, elle aurait bien besoin d'un ordinateur portable d'occasion... un qui fonctionne mais que vous n'utilisez plus par xemple. si vous avez envie de lui donner votre vieux ordi, faîtes-moi le savoir...

et les autres enseignants sont des enseignants certifiés.

l'enseignement me semble être "à l'ancienne" mais les résultats sont là.

les premiers enfants qui arrivent le matin retirent les feuilles mortes de la cour (de sable). et chaque classe, à tour de rôle, nettoie l'école, après avoir nettoyer sa classe, le vendredi soir.

les enfants portent tous une blouse bleue. pas de différence de tenue.

dans chaque classe, les enfants ont fait des dessins pour les histoires que nous avons inventées ensemble et à mon retour je vous en scannerai certains. mes notes manquent d'image, je trouve, en ce moment.

le vendredi soir, c'est le baisser de drapeau avec hymne national autour du drapeau cette fois-ci, les rangs d'enfants sont alors alignés pour former une étoile.

voilà, maintenant, vous connaissez un peu plus mon train-train quotidien...

à bientôt pour la suite. soyez sages !

10 janvier 2008

concret

eh bien je suis contente de partager mes aventures avec vous.

vous voulez du concret (n'est-ce pas Gervase ?), alors je vous glisse quelques photos que mon envoyé spécial a prises sur place.

mes photos, vous les aurez à mon retour...

 

561c07f57c2d7953000bfd393a6d8848.jpg

je vais à l'école de 8h à 13h, puis nous reprenons de 16h à 18h. c'est dire si je ne chôme pas.

le mercredi école aussi jusqu'à 13h. ouf !!

je travaille avec 4 classes différentes et chaque classe va produire 7 à 8 contes. fabuleux non ?

du coup, hier après-midi, j'ai fait le tour de l'île en pirogue avec un chouette guide durant trois heures et nous avons marché longtemps sur la plage aux mouettes.

c'était très agréable. j'ai trouvé de beaux coquillages.

ce soir, je suis invitée à boire le thé à la menthe avec des joueurs de damier. et ce week-end, je pars à Loulsessène, village à côté voir un tournoi de lutteurs et découvrir de bien jolies traditions...

 

alors à bien vite pour la suite.

bisous colorés à tous...

cedef0514df7cbc67f6caace6a4eaa06.jpg

3dab5038f9138759a91655b6431f7a2a.jpg

 

08 janvier 2008

Fadiouth

voilà, j'ai trouvé un ordinateur, là où je suis : à Fadiouth.

 

autant dire que j'en profite pour vous donner des nouvelles...

 

le village est singulier, comme la vie ici. je découvre enfin l'Afrique mais rien ne m'étonne. je suis comme chez moi. pour Gervase, la température oscille dans la journée entre 20 et 30 degrés. j'ai ressorti mes tenues d'été et mes claquettes.

les gens sont très accueillants malgré une vie pas toujours facile pour eux. à mon retour, je saurai soigner avec les plantes, je parlerai quelques mots de serère et je trouverai que tout est toujours merveilleux...;-)

le travail avec les enfants est passionnant et aucune barrière n'entrave les imaginations débordantes.

j'apprends l'histoire de ce village en même temps que je me régale à écouter ce que les enfants inventent.

alors, pour vous faire patienter, je vous glisse le début d'un conte inventé par certains élèves :

Il était une fois un berger qui avait deux chèvres. Sa femme attendait un enfant. Le berger trouva une terre où il construisit une case et s'installa. Peu après, sa femme enfanta d'un garçon. Ils l'appelèrent Fadiouth...

 

d'autres belles histoires bientôt.

avec des bouki, des leuk, des atoulaké...

ça vous intéresse, hein ??

alors à bientôt.

portez-vous bien et soyez sages !

04 janvier 2008

là-bas

j'en ai déjà parlé mais ça y est : le moment est venu pour moi de plier mes sacs et d'attacher ma ceinture direction le Sénégal.
durant 15 jours je vais là :

df46692640283ea7b5a6e24e45f244ab.jpg7ab54e268528b4b50295942eda3f0cd5.jpg



pour réaliser des ateliers d'écriture sur les contes traditionnels africains avec 6 classes de 40 enfants (ouffffff !), ici :

be7dac9dc806f26e52b52a185ceb183b.jpgcbc8b1372bf5056d69e4facbefd53341.jpg



chaleureusement accompagnée par soeur Marie-Jeanne :

325d05ec1547aed3e03051244299e869.jpg


(merci à Eric, Dominique, Michel et tous ceux qui ont facilité ce voyage..)

promis, je n'oublie pas mon appareil photos et je ramènerai de cette aventure de quoi proposer un livre à Où sont les enfants, à Monde Global et tous ceux qui sont intéressés.
également je réaliserai un article qui paraîtra dans les Cahiers pédagogiques revue enseignante éditée par le Crap.

qui ose me souhaiter "bonnes vacances" après tout ça ??
allez, juré, je penserai à vous.
surtout quand le soleil dorera ma peau hivernale...

à bientôt.
soyez sages !!!