Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13 août 2011

en mer

elle regarde s'éloigner le bateau qui embarque son père une petite fille une jeune fille et une femme triste.

elle agite la main, le coeur léger, elle se dit qu'ils vont tous voguer loin dans une île inconnue, une île où elle n'ira jamais, une île où ils échoueront un de ces matins.

elle aperçoit sur le ponton une belle femme au chignon épais, aux yeux de biche et un homme qui sourit, un homme avec un casque coincé sur le poignet.

elle sait qu'ils vont partir aussi mais elle n'est plus triste.

elle reste sur le quai, le soleil brille et dans sa main une carte au trésor encore lisible.

l'aventure est pour demain. alors elle est prête.

Cap5.JPG

Cap6.JPG

05 août 2011

messages

on me propose de suivre un morphorégime ou un chronorégime, d'avoir des "fesses au top" et en même temps de gagner un kilo de cookies d'un seul coup, de rajeunir de quelques années, de me racheter tous mes crédits, de devnir testeur de vacances et de profiter d'un comparateur bancaire, on me demande si j'ai envie d'être invitée au restaurant et on me promet que mon avenir va me sourire, on me dit qu'un chèque m'attend et que mon profil est intéressant....

on ? Genevieve, Marie, Rachel, Julien, j'en passe et des meilleurs...

mais qu'ai-je fait ? ma vie va plutôt bien, il me semble... enfin je crois... peut-être... quoi que... de quoi douter, assurément !!

vigne

provence.JPG

la vigne avait envahi une partie du mur et les volets avaient été repeints en un bleu plus chatoyant plus moderne.

mais ce n'était pas possible de se tromper, c'était bien là.

des images floues d'un temps où il était gamin lui revenaient en mémoire.

il n'avait que dix ans la dernière fois où il avait passé l'été ici. ils se retrouvaient à plusieurs sur la place du village, sous les cerisiers, assis sur les bancs de pierres et ils s'amusianet toute l'après-midi. qui emenait un ballon pour un foot improvisé, qui emmenait des dés, ou des billes. ils se parlaient de leur vie, dans d'autres régions de France, où toute l'année ils allaient en cours.

seuls Franck et Philippe habitaient ici. ils avaient un accent terreux, qui traînait sur certaines syllabes et la peau mate, déjà bien hâlée quand les "étrangers" débarquaient.

lui faisait partie des étrangers. mais il s'intégrait vite. ici, c'était son paradis.

et il y avait Cathy qu'il espérait revoir et qu'il revoyait, chaque année plus jolie. dix ans, on n'est pas très grand à cet âge-là mais son coeur battait déjà comme un fou quand il l'apercevait. il y pensait tout le reste de l'année à ses yeux verts qui riaient dans son visage aux joues rebondies, sa chevelure châtain qui flottait sur ses épaules bronzées.

même si chez lui il y avait aussi Nathalie qui lui plaisait, Cathy ce n'était pas pareil. il se disait qu'il se marierait un jour avec elle. ici dans le Sud.

cet hiver-là, son père avait été très malade. "longue maladie" dit-on couramment. il ne s'en était pas remis. était mort.

et c'en fut terminé des vacances dans le Sud. de la vie jyeuse et insouciante. c'en fut terminé de son enfance maladroite et émerveillée.

il avait attendu trente-quatre ans pour revenir ci, mais il en était heureux. profondément heureux. une partie de lui venait de faire la paix avec ses souvenirs.

30 juillet 2011

Vauvert - 24e jour

je referme la porte, je pars...

Vauvert3.JPG

29 juillet 2011

Vauvert - 23e jour

nuit étrange, peuplée de rêves perturbants, entre frissons et transpiration.

hier midi, avec Marie-Florence, nous avons partagé un dernier verre sous les micocouliers...

hier soir, nous avons partagé notre dernière soirée, encore tardivement.

à mon réveil ce matin elle était partie... pfuuuuiiiittt, envolée la fée boucle d'or...

la route est longue pour son retour, la route sera longue encore sur notre chemin de l'écrit.

c'était une belle rencontre avec cette auteur et dans un cadre qui nous a plu à toutes deux.

c'est mon dernier jour ici, il se passera donc dans la solitude la plus totale.

espérons que cela portera ses fruits...

demain, je ne tiendrai plus ce "journal de bord". je retournerai à la vie et vous aussi...

marécages4.JPG

28 juillet 2011

Vauvert - 22e jour

dernier atelier ce matin, les enfants vont découvrir le résultat de leurs productions.

réveil un peu flou encore ce matin, je pensais pouvoir aller courir avant de filer à la médiathèque mais le film vu hier soir, trèèèès long, a brisé mes élans.

un film, comme bien souvent, qui m'interpelle.

j'ai réussi à tracer la trame de mon roman policier historique. comme un début un départ qui me rend joyeuse.

le soleil est là, je sens que ce jour va être chargé. je le sais.

pas la possibilité de promener comme hier au centre de Scamandre que m'a fait découvrir Marie-Florence et ui nous a ressourcées toutes deux.

chaque jour est différent...

sacmandre.JPG

sacmandre2.JPGscamandre1.JPGscamandre3.JPGscamandre4.JPGscamandre5.JPGscamandre6.JPGscamandre7.JPGscamandre8.JPGscamandre9.JPG

27 juillet 2011

Vauvert - 21e jour

il aura été dit que Vauvert s'attriste, certainement de notre départ futur.

le ciel a été bien malheureux cette nuit si j'en juge par les larmes qu'il a déversées.

il ne reste effectivement que trois jours.

trois jours après lesquels il va me falloir me réhabituer à ne plus vivre que pour mes textes, mes projets, mon ordinateur blanc...

maintenant que j'ai ouvert les portes d'un possible, d'un envisageable avec ma "passion" des mots, je dois apprendre à continuer cela mais dans un quotidien chargé.

hier soir, restau et ciné à Arles avec Marie-Florence.

le film "Une séparation" (d'Asghar Taghadi) était très fort en évidence du rôle de la femme dans la société iranienne. évidence aussi de cette "différence des classes", sans que rien ne soit dramatisé, diabolisé, le drame est latent tout au long des images...

je repars en atelier ce matin.

hier après-midi j'ai mis au propre certaines des nouvelles. et avancé un petit peu mon histoire de boucherie...

vite vite...

Arles.JPG

26 juillet 2011

Vauvert - 20e jour

Vauvert est humide ce matin.

le vent ne souffle pas mais l'herbe est restée empreinte de la pluie d'hier et le ciel garde une timidité bleue drapée par endroits.

je me sens revenue dans une sorte d'urgence où mon temps doit être organisé. ce sont certainement les ateliers du matin qui font ça. 

c'est une transition lente vers un quotidien qui m'attend dans quatre jours et dans lequel je vais replonger.

plus le temps pour les promenades à chevaux, les après-midis plage ou même le jogging matinal.

il me faut essayer de travailler un maximum les moments où je n'ai pas d'interventions...

pour ne rien regretter...

le soir la Lune est si belle.

 

lune.JPG

25 juillet 2011

Vauvert - 19e jour

quand le réveil a sonné ce matin il m'a fallu un certain temps avant de réagir. je n'ai plus l'habitude, c'est évident.

mais j'avais rendez-vous à la médiathèque de Vauvert pour imaginer, avec un groupe d'enfants, de drôles de nouvelles.

je pensais les faire écrire sur les sentiments mais après la présentation de chacun, c'est la thématique très large de la maison qui a pris le dessus.

de jolies choses ont commencé à émerger de leur petite tête et j'espère qu'ils resteront aussi féconds toute la semaine.

pas facile, après un weekend de pause et ces ateliers, de se rebrancher sur ma boucherie d'une autre temps mais il faut. car les jours sont comptés désormais.

 

bardespoètes.JPG

24 juillet 2011

Vauvert - 18e jour

réveil sous un vent qui s'affole.

les mots s'envolent, l'esprit s'évade.

hier journée à Lunel, petite ville agréable. repas espagnol au programme.

le compte à rebours est commencé. alors que la vie s'organise s'installe s'habitue.

ces paysages emplis de chevaux et de taureaux vont me manquer.

pas les moustiques...

quelle sera la suite de tout cela ?

de belles éditions, je l'espère...

23 juillet 2011

Vauvert - 17e jour

autre weekend qui commence. vérification faite : pas de voiture du Diable garée ce matin.

dernier weekend. dernière semaine ensuite.

c'est la fête à Franqueveaux, village d'à côté : manade, course d'abrivado, déjeuner dans l'herbe...

c'est la fête de toute façon, avec Marie-Florence on se fait plaisir...

22 juillet 2011

Vauvert - 16e jour

réveil tardif ce matin. la soirée fut belle et longue.

aujourd'hui robe chamarrée et collier nîmois. un clin d'oeil à la jolie Christine.

coeur léger, joyeux.

16e jour !

16e jour de retraite. d'écriture. ça avance. lentement mais sûrement.

boucherie, abattoirs, veaux, vaches, cochons... au programme !

et meurtre en sus. 

je baigne dans le sang... glups !

merci à ceux qui passent régulièrement et partagent l'aventure avec moi. c'est une 1re fois pour moi cette expérience de résidence mais elle sera d'importance.

alors, je souhaite des vacances savoureuses et ressourçantes aux belles qui s'en vont.

 

© Villes de Nîmes

21 juillet 2011

Vauvert - 15e jour

Internet n'était plus accessible hier après-midi jusqu'à tard dans la nuit.

ce n'était pas important car avec Marie-Florence, on s'est offert une après-midi à la mer.

on s'est même acheté une petite robe, quasiment la même, seul le motif change, histoire de garder un souvenir palpable de cette mémorable aventure gardoise.

rentrées vers 21h30, on a découvert un éditeur ennuyé sans Internet qui nous a fait le plaisir de boire un verre (plusieurs) en parlant littérature et vie jusqu'au milieu de la nuit.

Internet était revenu mais nous bien fatigués...

j'ai bien l'intention de travailler à fond aujourd'hui, surtout que ce soir, c'est sortie à Nîmes avec des amis. des choses bougent autour de mes écrits, ça réagit et j'en suis heureuse, quelle que soit l'issue...

sur le fil électrique je vois deux oiseaux se bécoter et...

ce matin les chevaux sont en bonne compagnie...

 

chevauxetoiseaux.JPG

20 juillet 2011

Vauvert - 14e jour

je me suis réveillée dans la nuit, inquiète.

est-ce à cause du film vu hier soir qui m'a fait tant pleurer ? ou du verre de rosé ?

impossible de me rendormir. j'ai lu un livre que je n'ai pas aimé.

j'ai essayé de replonger dans le sommeil. je me sentais flotter entre deux mondes.

est-ce comme ça lors qu'on se rapproche de soi ?

j'ai l'impression de faire la paix avec moi, ma vie, mes envies, mes espoirs...

le vent souffle toujours.

la journée m'appelle.

19 juillet 2011

Vauvert - 13e jour

l'orage a claqué cette nuit et je l'ai entendu de façon diffuse dans mon sommeil.

Vauvert se réveille trempé ce matin et moi avec la gorge grippée par le froid engouffré par les fenêtres qu'exceptionnellement j'avais laissé ouvertes.

la longue marche d'hier soir avec Marie-Florence m'a fait grincer des dents tant mes jambes étaient douloureuses. alors effet des jogging ou de la montée à cheval ?

j'ai décidé de poser les premiers mots du nouveau roman aujourd'hui même si l'ampleur des connaissances sur le sujet à avoir est immense. une vraie trouille de la page blanche. par où commencer ?  je sens que le projet risque d'être de longue haleine... pourvu que l'éditeur soit patient !

dès lundi, je ferai des ateliers d'écriture à la médiathèque avec des jeunes, tous les matins. je dois donc profiter de ces derniers jours de libre écriture.

promenade.JPG

18 juillet 2011

Vauvert - 12e jour

le lundi c'est jour de ménage.
les draps sont changés. harmonie de tons.

l'appartement sent bon. je laisse les dames agir. je bois un café.

je ne sais pas comment je vais réussir à revenir à la réalité. je suis dans un cocon opaque.

là, je n'écris plus. je lis. recherches, investigations nécessaires pour la prochaine mise en écriture.

mes ongles poussent, j'ai du perdre un ou deux kilos, je cours, je fais du cheval (encore hier soir, deux heures), je vais à droite à gauche, les mots viennent, me blessent, m'enchantent.

alors je remercie la vie de m'avoir permis de savourer ça. surtout en compagnie de la belle Marie-Florence Ehret, pétillante et intéressante. je suis invite à aller lire le détail de nos journées camarguaises sur son blog..

après ce sera une autre histoire...

Vauvert-manade.JPG

17 juillet 2011

left in the dark

voilà la musique qui m'accompagne...

je suis archifan que cette femme-là...

 

Where did she touch you,
How did if feel,
Why did you let it begin
What did she whisper and
What did it mean, and
Where do you think it will end?
How long did it last
Do you think it will stop
Did you get to try anything...new
How good was she - honestly
Where did you go and
Who made the very first move, who made the very first move,
Who made the very first move..


You don't have to sneak in the door
Just come on into the room
I've been lying in our bed in the dark all alone
And I've been waiting, I've been waiting for you...

Vauvert - 11e jour

réveil tardif ce matin. il faut dire que l'escapade d'hier s'est prolongée jusque la nuit.

merveilleuse escapade à repenser les choses entre rires et vin blanc, de Bourgogne s'il vous plait !

le vent est revenu, terrifiant. j'ai la sensation qu'il veut tout nettoyer.

demain les mauvaises graines se seront envolées.

je me sens très motivée à nouveau pour une écriture forcenée. j'ai fait le plein de respirations, je ne suis plus en apnée. et les messages sur le téléphone ont défait les noeuds qui s'entortillaient au milieu du ventre.

alors un bon bain, un café sous le micoucouliers et un dimanche studieux en diable !!!

 

Vauvert4.JPG

 

16 juillet 2011

Vauvert - 10e jour

pas facile de tenir le cap sur la durée. 

je me suis réveillée plus tard aujourd'hui, le vent ne souffle plus, j'attaque donc un nouveau projet, mais cet après-midi je déserte.

première fois que je laisserai Marie-Florence seule. je suis invitée "ailleurs".

je fais un break. je prends le large.

demain, je reprendrai certainement l'écriture plus intensivement.

Vauvert2.JPG

15 juillet 2011

Vauvert - 9e jour

la semaine tire à sa fin. demain déjà ce sera à nouveau le weekend.

hier j'ai fini mon roman environnement pour ados 1er tome.

j'ai laissé décanter toute l'après-midi et la nuit (petit concert dans le parc du château d'Avignon, plage, tellines au vin blanc, parade de chevaux, feu d'artifice) et je vais m'y replonger ce matin. corriger. peaufiner.

je n'en reviens pas...

je pensais que je n'y arriverais jamais... comme quoi !

je ne sais pas encore bien à qui l'adresser. enfin si, j'ai ma petite idée mais... la grande parade de l'attente va recommencer...

alors soit j'attaque le tome 2 de cette série, soit je monte les mailles de mon roman pour Gulf Stream.

il me reste deux semaines...

et puis, finalement Edilivre a réagi. j'aurai mon exemplaire offert... comme quoi !

parade1.JPG

parade2.JPG

danses séviallanes.JPG